Athénaiôn politeia

Constitution d'Athènes

La Constitution d'Athènes (en grec ancien Ἀθηναίων πολιτεία / Athênaíôn politeía) est le nom d'une œuvre antique attribuée à Aristote et ses élèves, décrivant le régime politique d'Athènes antique. Elle aurait été rédigée entre le milieu des années 330 et la fin de l'année 322 av. J.-C.

Le texte est issu d'un papyrus trouvé en 1879 en Égypte, dans la région d'Hermopoulis. Acheté par le Musée égyptien de Berlin, puis par le British Museum en 1889, le texte, de piètre allure mais bien conservé, fut immédiatement attribué à Aristote. Certains auteurs antiques, dont, par exemple, Diogène Laërce[1], témoignent en effet que le philosophe fit rédiger une monographie par ses élèves décrivant 158 constitutions de cités grecques, parmi lesquelles une Constitution des Athéniens. Le texte fut édité pour la première fois en 1891 par Frederic G. Kenyon. Peu après naquit une polémique sur la paternité de l'œuvre, polémique qui à l'heure actuelle n'est toujours pas apaisée. Si, pour la plupart des commentateurs, l'œuvre est d'Aristote ; pour d'autres, elle relève d'un travail collectif, d'usage au sein de l'école péripatéticienne[2].

Le texte est composé de deux parties. La première (du chapitre I au chapitre XLI) constitue un récit des différentes évolutions de la constitution des Athéniens, du procès des Alcméonides jusqu'en 403 av. J.-C. La seconde décrit les institutions de la cité : d'abord les conditions d'accès à la citoyenneté, puis la Boulè, les magistratures et enfin les tribunaux.

Bibliographie

  • Claude Mossé, introduction à Constitution d'Athènes, Les Belles Lettres, « Classiques en poche », 1996.

Notes et références

  1. Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, traduction Robert Genaille, 1933.
  2. Michel Sève, introduction à la Constitution d'Athènes, Le Livre de Poche, n°4688, p. 14 et s.

Lien externe

  • Portail de la philosophie antique Portail de la philosophie antique
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique
Ce document provient de « Constitution d%27Ath%C3%A8nes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Athénaiôn politeia de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Athenaion politeia — In der Schrift Athēnaion politeia (Ἀθηναίων πολιτεία „Der Staat der Athener“), die vielleicht von Aristoteles selbst oder aber von jemandem aus seiner Schule verfasst wurde, wird im historischen Überblick die Zeit im antiken Athen von Solon bis… …   Deutsch Wikipedia

  • Athenaion Politeia — In der Schrift Athēnaion politeia (Ἀθηναίων πολιτεία „Der Staat der Athener“), die vielleicht von Aristoteles selbst oder aber von jemandem aus seiner Schule verfasst wurde, wird im historischen Überblick die Zeit im antiken Athen von Solon bis… …   Deutsch Wikipedia

  • Solon — (ancient Greek: Polytonic|Σόλων, c. 638 BC ndash;558 BC) was an Athenian statesman, lawmaker, and Lyric poet. He is remembered particularly for his efforts to legislate against political, economic and moral decline in archaic Athens. His reforms… …   Wikipedia

  • Constitution of the Athenians — The Constitution of the Athenians (or Athenaion Politeia, or The Athenian constitution) is the name of either of two texts from Classical antiquity, one probably by Aristotle or a student of his, the other attributed to Xenophon, but not by him.… …   Wikipedia

  • Ostrakismos — Scherben mit den Namen Perikles, Kimon, Aristeides und jeweils ihre Patronyma Das „Scherbengericht“ (der Ostrakismos, griech. ὁ ὀστρακισμός; früher war überwiegend die lateinische Form „Ostrazismus“ üblich) war in der griechischen …   Deutsch Wikipedia

  • Ostrakismus — Scherben mit den Namen Perikles, Kimon, Aristeides und jeweils ihre Patronyma Das „Scherbengericht“ (der Ostrakismos, griech. ὁ ὀστρακισμός; früher war überwiegend die lateinische Form „Ostrazismus“ üblich) war in der griechischen …   Deutsch Wikipedia

  • Ostrazismus — Scherben mit den Namen Perikles, Kimon, Aristeides und jeweils ihre Patronyma Das „Scherbengericht“ (der Ostrakismos, griech. ὁ ὀστρακισμός; früher war überwiegend die lateinische Form „Ostrazismus“ üblich) war in der griechischen …   Deutsch Wikipedia

  • Trial of Socrates — The Death of Socrates, by Jacques Louis David (1787) …   Wikipedia

  • Anytus — was one of the prosecutors of Socrates. An unsubstantiated legend has it that he was banished from Athens after the public felt guilty about having Socrates executed. [p. 117, Oxford Classical Dictionary , 3rd edition.] We know that he was one of …   Wikipedia

  • P. J. Rhodes — is Emeritus Professor of Ancient History at the University of Durham. He has specialized in Greek politics and political institutions,.[1] His major works include the definitive modern treatment of the Athenian Council (or Boule), the now… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”