Athanásios Souliótis-Nikolaïdis
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souliotis.
Athanásios Souliótis-Nikolaïdis

Athanásios Souliótis-Nikolaïdis (en grec : Αθανάσιος Σουλιώτης-Νικολαΐδης, né le 6 janvier 1878 à Syros et décédé en 1944) était un militaire grec impliqué dans la politique irrédentiste grecque en Macédoine, en Thrace et à Constantinople au début du XXe siècle.

Sommaire

Biographie

Athanasios Souliotis était le fils d'un employé des impôts, en poste sur Syros au moment de la naissance de son fils. Athanasios commença par faire des études de droit avant d'entrer dans l'armée grecque. En 1900, il sortit sous-lieutenant de l'École des Cadets d'Athènes. Il fut envoyé en mission secrète en Macédoine après le décès de Pavlos Melas pour y lutter contre les komitadjis bulgares[1].

Sa couverture avait fait de lui Nikolaïdis, un employé de la compagnie commerciale La Mutuelle, basée à Thessalonique. De là, il voyageait dans toute la région ce qui lui avait permis de mettre sur pied en 1906 une organisation de défense grecque contre les Bulgares : l' Organisation de Thessalonique qui recrutait aussi des andartés et organisait le boycott des commerçants bulgares[1].

Au cours de ses activités, il croisa Íon Dragoúmis alors consul à Dedeağaç. Les deux hommes associèrent leurs efforts. Ils se retrouvèrent en décembre 1907 à Constantinople, Souliotis toujours sous la même couverture et Dragoumis en poste à l'ambassade grecque[1]. Sur le modèle de l' Organisation de Thessalonique, ils créèrent une Organisation de Constantinople qui avait divisé la ville en 36 secteurs où les membres, 500 en 1912, (fonctionnaires, médecins, officiers, journalistes, etc. d'origine grecque) collectaient des informations et les transmettaient au « Centre » qui les répercutait ensuite. Le but était toujours de lutter contre l'influence bulgare dans la capitale ottomane, principalement d'un point de vue religieux et caritatif. Les Bulgares avaient en effet réussi à convaincre les populations slavophones des environs de la ville de se détacher du patriarcat de Constantinople pour rejoindre l'exarchat bulgare. Ils avaient aussi créé un hôpital, des écoles (dont une au Phanar) et une école religieuse dans la capitale. L'Organisation de Constantinople œuvra pour regagner le terrain perdu d'un point de vue religieux et essaya, par le boycott, d'affaiblir les positions bulgares. Elle chercha aussi à « rééduquer » la population grecque qui aurait, selon elle, perdu son identité nationale et aurait cédé au « levantisme » cosmopolite de la capitale, en préférant par exemple le lycée français aux écoles grecques[2]. L'Empire ottoman vivait alors la Révolution Jeunes-Turcs qui avait poussé le Sultan à rétablir la constitution (jamais appliquée) de 1876, à convoquer des élections et à chasser les éléments les plus réactionnaires de son entourage[3]. L'évolution de l'Empire ottoman fut alors interprété de diverses façons : signe de son affaiblissement voire de son déclin permettant d'envisager enfin une réalisation intégrale de la « Grande Idée » (ou de l'hellénisme) ; signe de sa modernisation permettant aux Grecs de l'Empire d'envisager enfin d'y avoir la place politique et sociale en accord avec leur puissance économique et numérique. La bourgeoisie grecque de Constantinople rêvait d'un Empire gréco-turc à l'intégrité maintenue et refusait la « Grande Idée ». Souliotis adhéra dans un premier temps à ce concept d'helléno-ottomanisme qui serait la meilleure solution pour les communautés grecques encore sous domination turque. Il rédigea avec Dragoumis un texte Programme grec qu'ils envoyèrent au Ministère des Affaires étrangères à Athènes suggérant un rapprochement avec la Turquie en profitant des évolutions liées à la constitution enfin appliquée et du relais de l'Organisation de Constantinople[4].

Il fut préfet de Flórina dans les années 1930[5].

Notes et références

Bibliographie

  • (el) Athanasios Souliotis-Nikolaïdis, L’Organisation de Thessalonique, Institut des Études Balkaniques, Thessalonique, 1959.
  • (el) Athanasios Souliotis-Nikolaïdis, L’Organisation de Constantinople (inachevé), Dodoni, Athènes, 1984.
  • (fr) Marc Terrades, Le Drame de l'hellénisme. Ion Dragoumis (1878-1920) et la question nationale en Grèce au début du XXe siècle., L'Harmattan, 2005. (ISBN 2747577880)

Notes

  1. a, b et c M. Terrades, Le Drame de l'hellénisme, p. 163.
  2. M. Terrades, Le Drame de l'hellénisme, p. 164.
  3. M. Terrades, Le Drame de l'hellénisme, p. 160-161.
  4. M. Terrades, Le Drame de l'hellénisme, p. 165-166.
  5. Victor Roudometof, Collective Memory, National Identity, and Ethnic Conflict. Greece, Bulgaria ..., Greenwood Publishing, 2002, p. 115. (ISBN 0275976483)

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Athanásios Souliótis-Nikolaïdis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Athanasios Souliotis-Nikolaidis — Athanásios Souliótis Nikolaïdis Pour les articles homonymes, voir Souliotis. Athanásios Souliótis Nikolaïdis Athanásios Souliótis Nikolaïdis (en gr …   Wikipédia en Français

  • Athanasios Souliotis — Athanásios Souliótis Nikolaïdis Pour les articles homonymes, voir Souliotis. Athanásios Souliótis Nikolaïdis Athanásios Souliótis Nikolaïdis (en gr …   Wikipédia en Français

  • Souliotis —  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. Athanásios Souliótis Nikolaïdis (1878 1944) était un militaire grec ; Dimítrios Souliótis (1966 ) est un peintre grec ; Elena… …   Wikipédia en Français

  • Ion Dragoumis — Íon Dragoúmis Pour les articles homonymes, voir Dragoumis. Íon Dragoúmis (en grec : Ίων Δραγούμης) était un diplomate, homme politique et écrivain nationaliste grec, né à Athènes le 15 septembre (2 septembre julien) 1878, et décédé le 31… …   Wikipédia en Français

  • Íon Dragoúmis — Pour les articles homonymes, voir Dragoumis. Íon Dragoúmis (en grec : Ίων Δραγούμης) était un diplomate, homme politique et écrivain nationaliste grec, né à Athènes le 15 septembre (2 septembre julien) 1878, et décédé le 31 juillet julien)… …   Wikipédia en Français

  • Сулиотис-Николаидис, Афанасиос — Афанасиос Сулиотис Николаидис Афанасиос Сулиотис Николаидис (греч. Αθανάσιος Σουλιώτης Νικολαΐδης Сирос 6 января 1878 года  умер в 1945 году)  греческий офицер, македономах, разведчик, политик и историк н …   Википедия

  • Pavlos Melas — Pour les articles homonymes, voir Melas. Pavlos Melas par Georgios Jakobides. Pavlos Melas (en grec : Παύλ …   Wikipédia en Français

  • List of Greeks — This is a list of Greek people. Actors/actressesAncient period*Metrobius *ThespisModern period*Alekos Alexandrakis *Criss Angel *Jennifer Aniston *Yannis Bezos *Michael Chiklis *Cybele *Georges Corraface *Jacques Damala *Rika Diallina *Lavrentis… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”