Saintes Maries
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie.
Marie Salomé et Marie Jacobé sur leur barque dans l'église des Saintes-Maries-de-la-Mer

Sous le vocable de saintes Maries la tradition catholique désigne trois femmes de Béthanie : Marie-Madeleine, Marie Salomé et Marie Jacobé.

Sommaire

La légende des Saintes

Sarah la Noire

Les hagiographes, afin de relier le christianisme provençal à une présence des premiers disciples du Christ, ont popularisé un débarquement en Camargue d'un groupe comprenant Marthe, Lazare le ressucité, Maximin, Sidoine l'aveugle qui deviendra saint Restitut et Joseph d'Arimathie, porteur du Saint Graal[1].

Chassés de Palestine et placés dans une barque sans voile ni rame, ils furent poussés par les courants vers le delta du Rhône où ils s'échouèrent en 48. Là, ils furent accueillis par Sarah la noire, qui devint la servante des Maries[1].

Seules resteront sur place Marie Salomé, Marie Jacobé et Sarah. Elles y moururent, et l'endroit où elles furent ensevelies devint un important lieu de culte et de pèlerinage chrétien ainsi qu'une halte sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, fils de Marie Salomé[1].

Marie-Madeleine se retira dans le massif de la Sainte-Baume, Lazare devint le premier évêque de Marseille, Maximin, celui d'Aix et Sidoine, celui du Tricastin, tandis que Marthe s'en fut à Tarascon, où, d'après la légende, elle terrassa la terrible Tarasque[1].

Le culte des Maries

La stèle des Tremaie aux Baux-de-Provence
Oreiller des Saintes Maries découvert en 1448

Marie Jacobé, Marie Salomé et Sarah furent inhumées ensemble et sur place près de leur oratoire qui fut transformé en église[1]. Le début du culte qui leur fut rendu est seulement assuré au cours du Moyen Âge. Benoît XII, au cours de son pontificat, approuva le culte qui leur était rendu, mais l'invention de leurs reliques ne date que de 1448 et est due au Roi René[2].

Un narrateur du XVIIIe siècle, écrit : « L'an 1447 il [ René d'Anjou ] envoya demander des Bulles au Pape Nicolas V pour procéder à l'inquisition de ces Corps Saints ; ce qui lui ayant été accordé, les Os des Maries furent mis dans de riches & superbes Châsses. Pour Sainte Sara, comme elle n'était pas de la qualité de ses Maîtresses, ses ossements ne furent renfermés que dans une simple caisse, qu'on plaça sous un Autel dans une Chapelle souterraine[3]. »

Lors des fouilles que le comte de Provence ordonna trois cippes furent exhumés, ils furent considérés comme les oreillers des saintes. Toujours visibles dans la crypte de l'église des Saintes-Maries-de-la-Mer, les deux premiers sont consacrés aux Junons et le troisième est un autel taurobolique ayant servi au culte de Mithra[2].

Jean-Paul Clébert suggère que le culte des trois Maries (les Tremaie) s'est substitué à un antique culte rendu aux trois Matres, divinités celtiques de la fécondité, et qui avait été romanisées sous le vocable des Junons[4].

Le rituel de la procession à la mer

Fernand Benoit, qui fut le premier historien à décrypter ce folklore, souligne pour les trois Maries et pour Sarah, l'importance de la procession à la mer. Depuis 1936, l'immersion de la sainte noire, que font les Bohémiens, précède d'un jour celle des Maries en leur barque. La statue de Sarah est immergée jusqu'à mi-corps[5].

En Camargue, l'immersion rituelle dans la mer obéit à une tradition séculaire. Déjà au XVIIe siècle, les Camarguaises et Camarguais se rendaient à travers les bois et les vignes, sur la plage, alors éloignée de plusieurs kilomètres de l'église des Saintes, et se prosternaient à genoux dans la mer[5].

« Le rite de la navigation du « char naval », dépouillé de la légende du débarquement, apparaît comme une cérémonie complexe qui unit procession du char à travers la campagne et pratique de l'immersion des reliques, il se rattache aux processions agraires et purificatrices qui nous ont été conservées par les fêtes des Rogations et du Carnaval »

— Fernand Benoit, La Provence et le Comtat Venaissin, Arts et traditions populaires[6]

Et l'historien de souligner que ces processions à la mer participent au caractère même de la civilisation provençale et à sa crainte respectueuse de la Méditerranée puisqu'elles se retrouvent tant aux Saintes-Maries-de-la-Mer, qu'à Fréjus, Monaco, Saint-Tropez ou Collioure, liées à d'autres saints ou saintes[7].

Notes et références

  1. a, b, c, d et e Jean-Paul Clébert, op. cit., p. 422.
  2. a et b Jean-Paul Clébert, op. cit., p. 423.
  3. Jean de Labrune, Entretiens historiques et critiques de Theotyme et d'Aristarque sur diverses matières de littérature sacrée, vol. 2, Amsterdam, 1733, p. 217
  4. Jean-Paul Clébert, op. cit., p. 421.
  5. a et b Fernand Benoit, op. cit., p. 253.
  6. Fernahd Benoit, op. cit., pp. 253-254
  7. Fernand Benoit, op. cit., pp. 250-252.

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saintes Maries de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Saintes Maries — Saintes Maries, les (spr. lä Sänt Marih), Hauptort der Insel Camargue (s.d.) …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Saintes-Maries — (S. M. de la Mer, spr. ßängt marī d lămǟr), Flecken im franz. Depart. Rhonemündungen, Arrond. Arles, auf der Insel Camargue an der Meeresküste und an der Bahn Arles S. gelegen, hat eine kastellartige Wallfahrtskirche (12. Jahrh.), Fischerei,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Saintes-Maries — (spr. ßängt marih), Hafenstadt, s. Camargue …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Saintes-maries-de-la-mer — Pour les articles homonymes, voir Sainte Marie. Saintes Maries de la Mer Dét …   Wikipédia en Français

  • Saintes-Maries-de-la-Mer — Saintes Maries de la Mer …   Deutsch Wikipedia

  • Saintes Maries de la Mer — Saintes Maries Pour les articles homonymes, voir Marie. Sous le vocable de saintes Maries la tradition catholique désigne trois femmes : Marie Madeleine, Marie Salomé, mère des apôtres Jean et Jacques et Marie Jacobé. Après le martyre de… …   Wikipédia en Français

  • Saintes Maries de la mer — Saintes Maries Pour les articles homonymes, voir Marie. Sous le vocable de saintes Maries la tradition catholique désigne trois femmes : Marie Madeleine, Marie Salomé, mère des apôtres Jean et Jacques et Marie Jacobé. Après le martyre de… …   Wikipédia en Français

  • Saintes-Maries-de-la-Mer — Saltar a navegación, búsqueda Saintes Maries de la Mer …   Wikipedia Español

  • Saintes-Maries-de-la-Mer —   [sɛ̃tma ri dəla mɛːr], Küstenort in der Camargue, Département Bouches du Rhône, Frankreich, 2 200 Einwohner; Seebad. Der Ort ist Wallfahrtsstätte, v. a. Pilgerziel der Roma, die sich hier alljährlich im Mai treffen.   Stadtbild:   In der… …   Universal-Lexikon

  • Saintes-Maries-de-la-Mer — Pour les articles homonymes, voir Sainte Marie. 43° 27′ 10″ N 4° 25′ 43″ E …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”