Atacama Large Millimeter Array

23°01′22.42″S 67°45′17.74″O / -23.0228944, -67.7549278 L'Atacama Large Millimeter Array (ALMA) est un interféromètre radiotélescopique dans les domaines millimétrique et submillimétrique (dans des fenêtres atmosphériques entre 80 et ~600 GHz) situé à une soixantaine de kilomètres à l'est de la ville de San Pedro de Atacama, au Chili, et plus précisément sur le site de l'Observatoire du Llano de Chajnantor, sur un haut plateau du désert d'Atacama (5100 m d'altitude), où se trouve également le radiotélescope Atacama Pathfinder EXperiment (APEX).

L'ALMA utilisera 66 antennes, pesant chacune 115 tonnes et pouvant résister à une température variant entre -20 °C et +20 °C[1]. La première antenne a été transportée sur le site en novembre 2009[1], et l'observatoire est entré en service le 3 octobre 2011[2] avec un tiers des antennes prévues.

Son budget est de l'ordre d'un milliard d'euros, répartis entre l'Europe (à travers l'ESO), les États-Unis (à travers la NRAO) et le Japon (à travers le NAOJ)[1].

Sommaire

Description

Les objectifs

ALMA s'inscrit dans le domaine de la radioastronomie : l'étude de l'espace repose non seulement sur l'étude d'images acquises par les télescopes mais aussi sur l'étude des ondes (et en particulier du spectre) émises par les objets interstellaires. On parle de spectroscopie. Cette dernière est nécessaire afin de découvrir la composition de ces objets et de comprendre la manière dont ils se forment et évoluent. Ainsi, ce projet a pour but l'observation de différents phénomènes afin de mieux comprendre notre univers. Voici entre autres quels seront ses principaux sujets de recherche :

  • L'étude de l'univers jeune à travers l'observation de galaxies distantes
  • L'étude de la formation des étoiles à travers l'observation des nuages moléculaires (comme par exemple celui d'Orion)
  • L'étude de la formation des planètes
  • La recherche d'exoplanètes par astrométrie
  • L'étude du système solaire reposant sur l'étude des poussières et sur celle des atmosphères de différentes planètes comme Mars et Vénus (ce dernier sujet permettra par exemple de se faire une meilleure idée de leur dynamique atmosphérique ou encore de détecter une présence d'eau)

Les moyens

Transport d'une des antennes vers le site de test

L'étude d'ondes millimétriques et submillimétriques nécessite un environnement sec. En effet, ces ondes sont en grande partie absorbées par la vapeur d'eau présente dans l'atmosphère terrestre, ce qui explique le choix de ce plateau aride à 5 000 m d'altitude.

Pour avoir une puissance d'observation importante il existe deux possibilités : soit un très grand radiotélescope (par exemple celui d'Arecibo à Porto Rico qui mesure 305 m de diamètre), soit un réseau de plusieurs antennes, c’est-à-dire un interféromètre (par exemple le Very Large Array au Nouveau-Mexique, ou celui du plateau de Bure dans les Alpes françaises). C'est la seconde option qui a été choisie.

À terme celui-ci devrait être constitué de 66 antennes (54 de 12m de diamètre et 12 de 7m de diamètre)[3], le tout rassemblé sur une surface dont la plus grande ligne de base est de 16 km et dont la plus petite est de 160 m[4]. La fin de la construction est prévue en 2013, mais les premières observations scientifiques sont programmées pour la fin de l'année 2011, suite à la livraison, en juillet 2011, de la 16ème antenne[5].

Le budget

Le point clé du projet ALMA est le coût des antennes, qui représente environ la moitié du coût total du projet. Ce qui donne un coût unitaire de ces antennes de 12 m à capacité sub-millimétrique à 5,5 millions de dollars pièce. Une antenne de l'IRAM, de 15 m mais sans capacité submillimétrique, est de l'ordre de 30 millions de francs, soit 4,6 millions d'euros pièce.

Le budget total annoncé en 2001 était d'environ 550 millions de dollars (ciel et espace de juin 2007 parle de 1,3 milliard de dollars). En 2005, il semble qu'un surcoût de l'ordre de 20 % soit inévitable, tout en n'étant aujourd'hui capable de financer que 50 antennes. Le budget initial de la phase 1 (développement de prototypes d'antennes) était estimé à 26 millions de dollars financés du côté américain et à 15 millions d'euros du côté européen.

Les partenaires

En raison de l'importance du projet, ALMA est un partenariat entre l'Europe et l'Amérique du Nord, en coopération avec le Chili.

Observations et découvertes

Dés sa mise en service partielle en octobre 2011, l'ALMA permet d'observer deux galaxies en collision, à 70 millions d'années-lumière[6], dans la Constellation du Corbeau.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Atacama Large Millimeter Array de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Atacama Large Millimeter Array — Atacama Large Millimeter/submillimeter Array ALMA logo Organisation Multi national Location Llano …   Wikipedia

  • Atacama Large Millimeter Array — Atacama Large Millimeter/submillimeter Array Situación Llano de Chajnantor Coordenadas …   Wikipedia Español

  • Atacama Large Millimeter Array — Atacama Large Millimeter Array …   Википедия

  • Atacama Large Millimeter Array — ALMA Prototyp Antennen auf der ALMA Testanlage Sieben ALMA Antennen …   Deutsch Wikipedia

  • Atacama Large Millimeter Array — ALMA (Atacama Large Millimeter Array), será una estación de radioastronomía que constará de 64 antenas, simultáneamente sintonizadas en diferentes frecuencias de radio. Utilizando la interferometría, que consiste en el uso de varias antenas… …   Enciclopedia Universal

  • Atacama Large Millimeter Array (ALMA) — Conjunto de 64 antenas parabólicas de 12 m (40 pies) de diámetro cada una, que formarán 2007, el radiotelescopio más potente en operación. Observará en las regiones del espectro electromagnético entre 70 y 900 GHz. El radiotelescopio será operado …   Enciclopedia Universal

  • Atacama Pathfinder EXperiment — Pour les articles homonymes, voir APEX. Atacama Pathfinder Experiment …   Wikipédia en Français

  • Atacama-Wüste — Salar de Talar in der Atacamawüste Die Atacama gilt als die trockenste Wüste der Erde. Sie liegt in Südamerika im Norden Chiles und grenzt im Westen an den Pazifik, im Norden an Peru und im Osten an Bolivien und Argentinie …   Deutsch Wikipedia

  • Atacama Pathfinder Experiment — Infobox Observatory name = Atacama Pathfinder Experiment (APEX) caption = One of the APEX telescopes organization = Max Planck Institute for Radio Astronomy (50%), Onsala Space Observatory (23%), ESO (27%) code = location = Atacama desert,… …   Wikipedia

  • Atacama Submillimeter Telescope Experiment — 22°58′17″S 67°42′10″O / 22.97139, 67.70278 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”