Astronomie en Terre du Milieu

L'astronomie est l'un des nombreux domaines auxquels s'est attaché J. R. R. Tolkien en créant la Terre du Milieu. Celle-ci étant, selon sa propre expression, un « passé imaginaire » de la Terre, les astres visibles sont les mêmes que dans la réalité, mais ils portent d'autre noms, qui leur ont généralement été donnés par les Elfes.

Sommaire

La création des astres

Varda et les étoiles

Les étoiles d', l'Univers, furent conçues par la Valië Varda, en deux stades. La majeure partie d'entre elles date de la période des grands travaux des Valar, après leur entrée en Eä[1], mais les plus fameuses et les plus brillantes furent réalisées par Varda à partir de la rosée de l'Arbre Telperion, afin d'illuminer les cieux pour l'éveil des Elfes ; cette tâche est décrite comme « la plus grande entreprise des Valar depuis qu'ils étaient descendus sur Arda[2] ». Elle rassemble également des étoiles anciennes pour former des constellations, la plus fameuse étant la Valacirca, « Faucille des Valar », placée dans le ciel du nord comme défi à Melkor.

Les Deux Arbres, le Soleil la Lune

Article détaillé : Arbres du Valinor.

Les Deux Arbres du Valinor, Laurelin et Telperion, sont l'œuvre de la Valië Yavanna. Ils illuminèrent le pays du Valinor jusqu'à leur trépas, causé par Melkor et Ungoliant. Yavanna ne put les ramener à la vie, mais parvint à faire naître un dernier fruit à Laurelin et une dernière fleur à Telperion, qui servirent de bases respectives aux vaisseaux du Soleil (commandé par la Maia Arien) et de la Lune (guidé par le Maia Tilion).

Eärendil

Article détaillé : Eärendil.

Eärendil, donné comme équivalent de Vénus, est particulier à plus d'un titre. Il s'agit en fait d'un héros, « le plus grand marin de la légende », qui se rendit auprès des Valar au Premier Âge pour les supplier de venir à l'aide des habitants de la Terre du Milieu, presque entièrement soumis au joug de Morgoth. Les Valar bénirent son vaisseau et l'envoyèrent dans les cieux, où il devint symbole d'espoir (d'où son autre nom, Gil-Estel).

Le système solaire

Le nom quenya du système solaire est Arda, « le Royaume », qui désigne dans certains textes la Terre seule. Au sens strict, celle-ci s'appelle Ambar[3] ou Imbar[4], « la Demeure ». Le Soleil est Anar (Anor en sindarin), et la Lune Isil (Ithil).

Les Eldar ont également donné des noms en quenya aux planètes du système solaire[5], qu'ils peuvent toutes voir à l'œil nu, y compris Uranus et Neptune, car leur vision est supérieure à celle des Hommes.[réf. nécessaire]

  • Elemmírë (de elen « étoile » et mírë « joyau ») est la planète Mercure.
  • Eärendil (« ami de la mer ») est Vénus.
  • Carnil (de caran « rouge ») est Mars.
  • Alcarinquë (de alcar « éclat, gloire ») est Jupiter.
  • Lumbar est Saturne.
  • Luinil (de luin « bleu ») est Uranus.
  • Nénar (de nen « eau ») est Neptune.

Constellations

Plusieurs constellations sont mentionnées dans Le Seigneur des anneaux et Le Silmarillion, mais les équivalences avec les astres réels ne sont généralement pas données par Tolkien. Cependant, l'étymologie des noms permet quelques hypothèses.

  • Anarríma[2]
  • Menelmacar, l'épéiste céleste de « menel » : le ciel et « macil » : l'épée, équivalent à Orion[6], aussi appelé Telumehtar et Menelvagor en sindarin[2] ;
  • Soronúmë
  • Remirrath[7], le « réseau d'étoiles », peut-être la Voie lactée ou les Pléiades ;
  • Telumendil
  • Valacirca, la « Faucille des Valar », explicitement associée par Tolkien à la Grande Ourse ;
  • Wilwarin « papillon », sans doute Cassiopée[8].

Étoiles

  • Borgil (de born « rouge » et gil « étoile »), de couleur rouge[7], que l'on peut identifier à Bételgeuse ;

Notes et références de l'article

  1. J. R. R. Tolkien (trad. Pierre Alien), Le Silmarillion, Pocket, 1984, p. 45.
  2. a, b et c Ibid., p. 58
  3. J. R. R. Tolkien (éd. Christopher Tolkien), The Lost Road and Other Writings, HarperCollins, 2002, p. 372. Ambar y est traduit par le terme grec oikoumenē.
  4. J. R. R. Tolkien (éd. Christopher Tolkien), Morgoth's Ring, HarperCollins, 2002, p. 337.
  5. Ibid., p. 434-6.
  6. J. R. R. Tolkien (trad. Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux, Christian Bourgois, 1992, p. 1202
  7. a et b J. R. R. Tolkien (trad. Francis Ledoux), Le Seigneur des Anneaux, Christian Bourgois, 1992, p. 100
  8. J. R. R. Tolkien (trad. Pierre Alien), Le Silmarillion, Pocket, 1984, p. 462.

Voir aussi

Liens et documents externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Astronomie en Terre du Milieu de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Astronomie En Terre Du Milieu — L astronomie est l un des nombreux domaines auxquels s est attaché J. R. R. Tolkien en créant la Terre du Milieu. Celle ci étant, selon sa propre expression, un « passé imaginaire » de la Terre, les astres visibles sont les mêmes que… …   Wikipédia en Français

  • Astronomie en terre du milieu — L astronomie est l un des nombreux domaines auxquels s est attaché J. R. R. Tolkien en créant la Terre du Milieu. Celle ci étant, selon sa propre expression, un « passé imaginaire » de la Terre, les astres visibles sont les mêmes que… …   Wikipédia en Français

  • Cosmologie de la Terre du Milieu — Astronomie en Terre du Milieu L astronomie est l un des nombreux domaines auxquels s est attaché J. R. R. Tolkien en créant la Terre du Milieu. Celle ci étant, selon sa propre expression, un « passé imaginaire » de la Terre, les astres… …   Wikipédia en Français

  • CHINE (L’Empire du Milieu) - Histoire — Comme les pays du bassin méditerranéen et de l’Europe, la Chine d’aujourd’hui est le point d’aboutissement d’une très longue évolution où les facteurs de continuité ne sont sans doute pas plus significatifs pour l’historien que ceux que l’on… …   Encyclopédie Universelle

  • CHINE (L’Empire du Milieu) - Sciences et techniques en Chine — Pour la Chine, comme pour d’autres civilisations, plus on remonte le temps, plus il devient difficile de préciser ce qu’on doit entendre exactement par «science». C’est pourquoi la «science chinoise» peut se définir de plusieurs manières: il peut …   Encyclopédie Universelle

  • CHINE (L’Empire du Milieu) - Littérature — Les origines de la littérature chinoise sont à peu près contemporaines de celles des deux autres littératures dont se nourrit encore la tradition du monde civilisé: celle de l’Inde et celle de l’Europe. Ici comme là, ces origines remontent à un… …   Encyclopédie Universelle

  • Milieu (homonymie) — Milieu Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Milieu — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « milieu », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Mathématiques En géométrie euclidienne, le… …   Wikipédia en Français

  • TERRE — Avant d’être un concept, la Terre fut une donnée: d’abord, la Terre nourricière – autrement dit, la «terre végétale» –, puis, la Terre où l’homme vit, par opposition à la mer, c’est à dire les terres émergées. Tout naturellement, cette Terre,… …   Encyclopédie Universelle

  • ASTRONOMIE —  Ne doit pas être confondu avec Astrologie. L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, leurs propriétés physiques et chimiques. Elle ne doit pas être confondue avec la… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”