SS Californian


SS Californian

SS Californian (1902)

Californian
Californian.jpg
Type : cargo transatlantique
Histoire
Lancement : 26 novembre 1901
Voyage inaugural : 31 janvier 1902
Statut : torpillé le 9 novembre 1915
Caractéristiques techniques
Longueur : 136 m
Maître-bau : 16 m
Capacité : 47 passagers
Tonnage : 6 223 tjb
Propulsion : Une machine à vapeur à triple expansion
Vitesse : 12 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage : 55 hommes
Chantier : Caledon Shipbuilding & Engineering Company, Dundee, Écosse
Armateur : Leyland Line
Pavillon : Royaume-Uni Royaume-Uni

Le SS Californian est un cargo transatlantique appartenant à la compagnie Leyland Line. Mis en service en 1902, il est aujourd'hui connu pour s'être trouvé à proximité du lieu du naufrage du Titanic et ne pas être venu à son secours dans la nuit du 14 au 15 avril 1912. Si le commandant du navire, Stanley Lord, a longtemps été blâmé pour cette non-intervention, il est aujourd'hui prouvé que le cargo n'aurait pas pu arriver sur les lieux du désastre à temps. Le Californian a ensuite poursuivi son service avant d'être torpillé par un sous-marin allemand durant la Première Guerre mondiale.

Sommaire

Histoire

1901 - 1912 : construction et carrière

Le Californian est construit dans les chantiers navals Caledon Shipbuilding & Engineering Company de Dundee en Écosse. Son lancement a lieu le 26 novembre 1901, puis la mise en état du navire se poursuit en cale sèche. Si le navire est initialement prévu pour le transport de coton[1], le rachat de la Leyland Line par l'International Mercantile Marine Company de John Pierpont Morgan entraîne des modifications. La superstructure est agrandie pour permettre d'installer dix-neuf cabines assez luxueuses, permettant de transporter 47 passagers[2]. Il s'agit d'une disposition courante au sein de l'IMM qui permet de faire traverser l'Atlantique aux passagers pressés[3].

Le navire est en outre pourvu de quatre mâts et d'une cheminée de couleur rose à manchette noire. Deux chaudières doubles alimentent en vapeur la machine à triple expansion du navire qui lui permet d'atteindre une vitesse moyenne de 12 nœuds. Le navire est également pourvu d'embarcations de sauvetage pour 218 personnes, soit deux fois la capacité du navire à pleine charge[4]. Les cabines se trouvent dans la superstructure. L'équipage réside à tribord et les passagers à bâbord. Ils disposent d'une salle à manger et d'un fumoir[5].

Après des essais en mer fructueux le 23 janvier, le Californian entame son voyage inaugural le 31 janvier 1902 entre Dundee et la Nouvelle-Orléans, pour le terminer le 3 mars. Par la suite, il effectue des traversées transatlantiques, transportant généralement une trentaine de passagers en plus de sa cargaison[1]. En 1902, le navire est affrété par la Dominion Line pour cinq traversées[5].

Avril 1912 : le naufrage du Titanic

Le Californian quitte Liverpool le 5 avril 1912 pour Boston sous le commandement de Stanley Lord. Il ne transporte aucun passager[3]. Le 14 avril, dans la journée, il avertit une première fois le Titanic, qu'il précède, de la présence de glaces. Dans la soirée, Lord, fait stopper les machines et immobiliser le cargo, piégé par les glaces à 22 h 20[6]. À 22 h 55, l'opérateur radio Cyril Evans avertit une nouvelle fois le Titanic du danger. Mais Jack Phillips, l'opérateur du Titanic, lui demande alors violemment de se taire car il est en communication avec Cape Race, devant rattraper le retard pris dans l'envoi de messages personnels suite à une panne des appareils, la veille. Finalement, à 23 h 30, Cyril Evans, qui est le seul opérateur radio à bord du Californian, éteint la radio pour aller se coucher, ce que fait également le commandant Lord à minuit[7]. À 23 h 40, le Titanic heurte un iceberg.

À bord du paquebot qui commence à couler, les officiers et de nombreux passagers aperçoivent les lumières d'un navire dont ils attendent en vain le secours. De plus, l'opérateur Jack Phillips ne reçoit aucune réponse à ses appels. Le capitaine Edward Smith ordonne alors à Boxhall de lancer des fusées de détresse et de communiquer avec le navire grâce à des lampes morse. Les fusées sont aperçues par Herbert Stone, premier lieutenant du Californain[8]. Mais les lumières du Titanic ayant disparu, il pense que le navire a poursuivi sa route.

À 3 h 20, Stone aperçoit à nouveau ce qu'il pense être des signaux de détresse. Il s'agit en réalité de tirs de fusées provenant du Carpathia venu secourir les naufragés. À 4 h 30 le commandant Lord se lève, et fait réveiller Evans. Ce dernier allume sa radio et est averti du naufrage. À 6 h 00, Lord fait remettre les machines en marche pour se diriger vers le lieu du drame. Après avoir contourné les glaces, avec de grandes difficultés, il finit par atteindre le Carpathia à 7 h 45.

Après le Titanic

Stanley Lord, accusé d'avoir manqué à son devoir en ne secourant pas le Titanic, est licencié par la Leyland Line après les commissions d'enquête. Quant au Californian, il poursuit sa carrière, puis est torpillé durant la Première Guerre Mondiale, le 9 novembre 1915, par un sous-marin allemand au sud-ouest de Ténare en Grèce. Le naufrage fait une victime.

Polémique

Le Samson en 1926

L'attitude de Stanley Lord lors du naufrage du Titanic a prêté à polémique. Plusieurs questions se posent en effet : Lord pouvait-il savoir que le Titanic coulait avec les éléments dont il disposait ? Le Californian aurait-il pu rejoindre le Titanic à temps ? L'enquête entraîne une autre question. Y avait-il un autre navire dans les parages cette nuit là ? En effet, Lord soutient que le navire qui a été aperçu depuis son navire était trop loin pour être le Titanic[1]. Ainsi, deux camps s'affrontent pendant de nombreuses années, les « Lordistes » s'opposant à ceux qui considèrent Lord comme coupable de n'avoir pas agi.

Accusations portées

À son arrivée à Boston dans la nuit du 18 au 19 avril 1912, Lord est accueilli par de nombreux journalistes, et est considéré, pour peu de temps cependant, comme un héros comparable à Arthur Rostron, le capitaine du Carpathia[9]. Cependant, le témoignage d'un soutier du Caifornian, Ernest Gill, change tout. En effet, celui-ci donne une interview au Boston American, dans laquelle il explique avoir aperçu un grand navire qui tirait des fusées la nuit du naufrage. Pour lui, le navire ne peut-être que le Titanic[10]. Interrogé par la commission d'enquête américaine, Lord déclare avoir en effet vu un navire, cependant, il s'agit selon lui d'un cargo qui a stoppé pendant une heure avant de s'éloigner. Il déclare également que le Titanic se trouvait à une vingtaine de miles du Californian, tandis que le cargo qu'il a vu était à environ cinq miles. De plus, selon lui, le navire était de taille comparable à celle du Californian, ce qui ne correspond pas à la description du Titanic[4]. La commission d'enquête ne cherche cependant pas à en savoir plus sur le navire en question[11].

Lord n'est jamais lavé des accusations portées contre lui de son vivant. Il faut attendre la découverte de l'épave pour que la position exacte du Titanic soit déterminée. Ceci donne raison à Lord, qui est réhabilité en 1992 par le Bord of Trade[12].

L'hypothèse du Samson

On sait aujourd'hui que le Californian se trouvait à une trentaine de kilomètres du Titanic, et était donc trop loin pour que ses marins puissent l'apercevoir[5]. On se demande donc quel fut le mystérieux navire qui fut aperçu autant par l'équipage du Titanic que par celui du Californian, avant de disparaître. De nombreuses hypothèses ont été émises, dont la plus probable (depuis 1962) concerne le Samson, un navire de pêche norvégien qui croisait dans la zone au cours de cette même nuit. Son équipage ne prit conscience du naufrage qu'un mois plus tard, lorsque le consul de Norvège en Islande leur apprit la nouvelle[1].

Notes et références

  1. a , b , c  et d (fr) Le S.S. Californian et le Samson, le Site du Titanic. Consulté le 5 août 2009
  2. (en) Titanic and The Californian, Titanic-Titanic.com. Consulté le 5 août 2009
  3. a  et b Gérard Piouffre, Le Titanic ne répond plus, Larousse, 2009, p. 20
  4. a  et b (en) Mark Chirnside, The Olympic-class ships : Olympic, Britannic, Titanic, Tempus, 2004, p. 309
  5. a , b  et c (en) Californian, The Great Ocean Liners. Consulté le 13 août 2009
  6. Gérard Piouffre, Le Titanic ne répond plus, Larousse, 2009, p. 22
  7. (fr) Chronologie d'un naufrage, le Site du Titanic. Consulté le 5 août 2009
  8. (en)Liste de l'équipage du Californian, Encyclopedia Titanica. Consulté le 5 août 2009
  9. Gérard Piouffre, Le Titanic ne répond plus, Larousse, 2009, p. 263
  10. Gérard Piouffre, Le Titanic ne répond plus, Larousse, 2009, p. 268
  11. Gérard Piouffre, Le Titanic ne répond plus, Larousse, 2009, p. 270
  12. Beau Riffenburgh, Toute l'histoire du Titanic, Sélection du Reader's Digest, 2008, p. 55

Voir aussi

Liens internes

Bibliographie

  • Gérard Piouffre, Le Titanic ne répond plus, Larousse, 2009
  • Beau Riffenburgh, Toute l'histoire du Titanic, Sélection du Reader's Digest, 2008

Liens externes

  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
Ce document provient de « SS Californian (1902) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article SS Californian de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Californian — can mean: *A person from the U.S. state of California, see List of people from California *An adjective describing something as of or from California. **Californian English *The British steamship SS Californian . *The Official Tall ship… …   Wikipedia

  • Californian (Калифорниан) — «Californian» («Калифорниан») грузопассажирское судно (Великобритания) Тип: грузопассажирское судно (Великобритания). Водоизмещение: 6322 тонны. Размеры: 146 м х 14 м. Силовая установка: одновальная, паровая машина. Максимальная скорость:… …   Энциклопедия кораблей

  • Californian (schooner) — Californian was built in 1984 as a replica of the revenue service cutter C.W. Lawrence , which operated off the Californian coast in the 1850s. She is known as the Official Tall ship Ambassador for the State of California . A precursor to today s …   Wikipedia

  • Californian rex — Espèce Chat (Felis silvestris catus) …   Wikipédia en Français

  • Californian (goélette) — Californian Équipage 8 marins Gréement goélette à hunier Débuts 1984 Longueur hors tout …   Wikipédia en Français

  • Californian Spangled — California Spangled …   Wikipédia en Français

  • Californian bees — same as ↑ginger beer plant (see under ↑ginger). • • • Main Entry: ↑Californian …   Useful english dictionary

  • Californian — Cal i*for ni*an, a. Of or pertaining to California. n. A native or inhabitant of California. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Californian tray — Californian incubator …   Dictionary of ichthyology

  • Californian — [kal΄ə fôr′nyən, kal΄ə fôr′nē ən] adj. of California: usually used in the predicate n. a person born or living in California * * * See California. * * * …   Universalium

  • californian — californián adj. m., s. m. (sil. ni an), pl. californiéni (sil. ni eni); f. sg. californiánă, pl. californiéne Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic …   Dicționar Român


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.