Assomption

Assomption

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assomption (homonymie).
Assomption
Ascension of the virgin Michel Sittow.jpg
L'Assomption de la Vierge peint par Michel Sittow, vers 1500.

Observé par les chrétiens
Type Célébration religieuse
Signification Commémoration de l'Assomption de la Vierge Marie.
Date 15 août

L'Assomption de Marie est un dogme de l'Église catholique romaine selon lequel, au terme de sa vie terrestre, la mère de Jésus aurait été « élevée au ciel ». Le terme « assomption » provient du verbe latin assumere, qui signifie « prendre », « enlever ».

L'Assomption est aussi le nom de la fête catholique célébrant l'assomption de Marie, le 15 août.

Sommaire

Histoire

L'Assomption de Marie est pour l'Eglise catholique un dogme, c'est-à-dire un moyen de cheminer vers Dieu, résultat de la méditation séculaire du peuple de Dieu sur sa foi: on ne croit au dogme que parce qu'il va dans le sens de la Foi.

Avant d'être un dogme, l'Assomption de Marie était donc une croyance reposant sur des traditions et non sur des bases scripturaires reconnues des premiers temps de l'Église.

L'Eglise Catholique a considéré que cette tradition était conforme au dépôt de la Foi et "longuement mûrie par un siècle de théologie mariale omniprésente[1]" depuis la proclamation du dogme de l'Immaculée Conception.

Vox populi, vox Dei, une croyance d'abord populaire

Au IVe siècle, Épiphane de Salamine souligne que nul ne sait ce qu'il est advenu de Marie à la fin de sa vie[2]. La tradition à ce sujet n'est pas attestée avant le Ve siècle[3].

En Occident, Grégoire de Tours est le premier à en faire mention, à la fin du VIe siècle[4]. Il s'appuie apparemment sur un corpus de textes apocryphes, appelés collectivement le Transitus Mariæ, généralement rattaché au Ve siècle[3]. Cet ensemble de textes est explicitement désigné par Gélase Ier en 495-496, comme étant "à ne pas retenir" car apocryphe, jugement qui porte sur cette compilation et non sur la croyance en elle même. Selon cette tradition, Marie rencontre sur le mont des Oliviers un ange qui lui remet une palme de l'arbre de Vie et lui annonce sa mort prochaine. Marie rentre chez elle et fait part de la nouvelle à son entourage. Miraculeusement, les apôtres reviennent des différents endroits où ils sont partis prêcher, afin de l'entourer. Jésus apparaît entouré d'anges pour recevoir l'âme de sa mère, qu'il confie à l'archange Michel. Les apôtres enterrent le corps au pied du mont des Oliviers. Quelques jours plus tard, Jésus apparaît de nouveau et emporte le corps au Paradis, où l'âme et le corps de Marie sont réunis.

En Orient, Jean Damascène rapporte la tradition de l'Église de Jérusalem à ce sujet : selon lui, Juvénale, évêque de Jérusalem, se voit demander lors du concile de Chalcédoine le corps de Marie par le couple impérial, Marcien et Pulchérie. Juvénale répond que Marie est morte entourée de tous les apôtres, sauf Thomas, qui est en retard. À son arrivée, quelques jours plus tard, Thomas demande à voir la tombe, mais celle-ci s'avère vide ; les apôtres en déduisent alors qu'elle a été emportée au ciel[5].

Une autre tradition rapporte que l'Assomption a lieu à Éphèse, dans la maison connue aujourd'hui comme la « Maison de la Vierge Marie », accompagnée de l'apôtre Jean, à qui le Christ, sur la croix, avait confié Marie[6]. La première allusion attestée ne date que de la fin du IXe siècle, dans un manuscrit syriaque qui rapporte que Marie suit Jean à Éphèse et qu'elle y meurt[7]. Les seules autres sources pré-modernes sont trois auteurs syriaques des XIIe et XIIIe siècles[7].


une fête avant d'être un dogme[8]

  • Au VIe siècle, l'empereur byzantin Maurice instaure dans son empire, la fête de la "Dormition de la Vierge Marie" chaque année à la date du 15 août.
  • En occident, le Concile de Mayence, en 813 instaure à son tour la fête du 15 août sous le nom de fête de l'Assomption de la Vierge Marie.

L'Eglise Catholique ne voit rien d'hérétique à cette croyance.

  • En 1637, le roi Louis XIII désirant un héritier consacre la France à la Vierge Marie et demande à ses sujets de faire tous les 15 août une procession dans chaque paroisse afin d'avoir un fils. Comme Louis XIV naît l'année suivante, la fête prend une importance particulière en France.

En 1854 la proclamation du dogme de l’Immaculée conception entraîne de nombreuses pétitions à Rome pour que soit officiellement défini le dogme de l’Assomption. "De 1854 à 1945, huit millions de fidèles écriront en ce sens. Il faut y ajouter les pétitions de 1332 évêques, de 83.000 prêtres, religieuses et religieux. Face à ces demandes répétées, Pie XII demande aux évêques du monde de se prononcer. 90% des évêques y sont favorables. 10% des évêques s’interrogent sur l’opportunité d’une telle déclaration"[9].

  • En 1950, Pie XII proclame la croyance en l'Assomption, dogme de l'Eglise Catholique : n'ayant commis aucun péché, Marie est directement montée au Paradis à sa mort, avec son âme et aussi avec son corps car épargnée par le péché originel (dogme de l'Immaculée Conception), rien n'oblige son enveloppe charnelle à attendre la résurrection des corps à la fin des temps.

Enseignement de l'Eglise catholique

Représentation de l'Assomption par Fermo Ghisoni da Caravaggio

Le 1er novembre 1950, l'Assomption de Marie est établie sous forme de dogme par la constitution apostolique Munificentissimus Deus du pape Pie XII:

« En l'autorité de notre Seigneur Jésus-Christ, des bienheureux Apôtres Pierre et Paul, et par notre propre autorité, nous prononçons, déclarons, et de définissons comme un dogme divinement révélé que l'Immaculée Mère de Dieu, la Vierge Marie, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, fut élevée corps et âme à la gloire céleste »

— Constitution dogmatique Munificentissimus Deus, § 44[10].

Par la suite, la constitution dogmatique Lumen gentium du concile Vatican II de 1964) a énoncé :

«  Enfin, la Vierge Immaculée, préservée de toute tache de la faute originelle , au terme de sa vie terrestre, fut élevée à la gloire du ciel en son âme et en son corps et elle fut exaltée par le Seigneur comme Reine de l'univers afin de ressembler plus parfaitement à son Fils, Seigneur des seigneurs et vainqueur du péché et de la mort. »

— Constitution dogmatique Lumen Gentium sur l'Eglise, § 56[11].

Depuis la déclaration d'infaillibilité pontificale par Vatican I, en 1870, cette déclaration de Pie XII constitue la seule utilisation de l'infaillibilité papale ex cathedra.

La Dormition de la Mère de Dieu dans l'Église orthodoxe

L'Église orthodoxe célèbre, le 15 août, la Dormition de la Mère de Dieu, c'est-à-dire sa mort, entourée des apôtres, sa résurrection et sa glorification[12]. C'est l'une des 12 grandes fêtes de l'Église orthodoxe et la dernière du calendrier liturgique (la première étant la Nativité de la Vierge)[13]. Il y est proclamé que Marie a été "élevée par Dieu jusqu'au Royaume céleste du Christ dans la plénitude de son existence, spirituelle autant que corporelle. Marie, selon la tradition de l'Église orthodoxe, serait montée au Ciel dans son corps, ce qu'elle appelle l'Assomption[14] de la même manière que l'Église catholique. Cet événement est compris comme les prémices de la résurrection des corps, qui selon la croyance de l'Église orthodoxe, aura lieu lors du Second avènement du Christ, comme l'exprime le théologien Vladimir Lossky : "Si Elle resta encore dans le monde, si Elle se soumit aux conditions de la vie humaine jusqu'à accepter la mort, c'est en vertu de sa volonté parfaite, dans laquelle elle reproduisit la kénose (humiliation) volontaire de son Fils. Mais la mort n'avait plus d'emprise sur Elle : comme son Fils, elle est ressuscitée et montée au Ciel, première hypostase humaine qui réalisa en Elle la fin dernière pour laquelle fut créé le monde."[15].

La fête est précédée, dans la tradition orthodoxe, d'un carême (c'est-à-dire d'un jeûne) strict de 14 jours (à l'exception du jour de la fête de la Transfiguration, le 6 août, où il est permis de manger du poisson)[16].

Si la célébration de la Dormition est très proche de la fête catholique de l'Assomption, elle n'en diffère pas moins sur certains points. La différence s'opère précisément par le fait que l'Église catholique associe, dans sa définition de l'Assomption de la Vierge (donnée ci-dessus), le dogme de l'Immaculée conception rejeté par l'Église orthodoxe. Selon la tradition orthodoxe, Marie est réellement morte, par la nécessité de sa nature humaine mortelle, liée à la corruption de ce monde après la Chute (en cela elle est solidaire de l'humanité)[17], et a été ressuscitée par son fils comme la Mère de Vie : de ce fait, elle est considérée comme participant à la vie éternelle du Paradis. L'Église orthodoxe, de ce fait, adresse à la formulation catholique du dogme de l'Assomption les mêmes critiques qu'à celui de l'Immaculée Conception[18]  :

  • d'une part il est contraire à la foi des Pères de postuler la Très Sainte Mère de Dieu comme « préservée par Dieu de toute atteinte de la faute originelle » : ce serait en faire une personne à part du genre humain, supprimant toute liberté pour la Vierge Mère de dire "non", faisant perdre de ce fait sa valeur salvatrice à la réponse positive qu'elle fit à l'annonce de l'ange Gabriel (Je suis la servante du Seigneur : qu'il me soit fait selon ta Parole !) ;
  • mais surtout postuler la Vierge Marie comme préservée du péché originel, c'est-à-dire sauvée par avance, serait la rendre hors d'atteinte de la mort — ce que laisse dans le vague le Catéchisme de l'Église catholique[19].

Aspect liturgiques de la fête

À la veille de la fête (c'est-à-dire au début du jour liturgique de la fête), des vêpres sont célébrées, contenant trois lectures de l'Ancien Testament, interprétées symboliquement à partir du Nouveau Testament. En Genèse 28:10-17, l'échelle de Jacob qui unit le ciel et la terre désigne l'union de Dieu avec les hommes qui se réalise pleinement et plus parfaitement en Marie portant Dieu en sein. En Ézéchiel 43:27-44:4, la vision du temple dont la porte oriental est perpétuellement fermée et remplie de la gloire du Seigneur, symboliserait la virginité perpétuelle de Marie. Marie est aussi identifié avec la « maison », en Proverbes 9:1-11, que la Divine Sagesse a construit pour elle-même : « La Sagesse de Dieu a bâti en Toi, Vierge Sainte, sa maison - et s'est incarnée dans sa mystérieuse descente - Entre toutes les générations Tu fus l'Élue pure pour être la demeure du Verbe pur »[20].

Hymnes de la fête

Tropaire (ton 1)

« Dans ta maternité, Tu as gardé la virginité,
Lors de ta Dormition, Tu n'as pas abandonné le monde, ô Mère de Dieu.
Tu es passée à la Vie, Toi qui es la Mère de la Vie.
Sauve nos âmes de la mort, par tes prières ! » [21]

Kontakion (ton 2)

« Le tombeau et la mort furent impuissants à saisir la Mère de Dieu
Qui jamais ne se lasse d'intercéder pour nous ;
Elle est notre espérance et notre protection.
Car Elle est la Mère de la Vie,
Elle a été transférée à la vie par Celui qui a demeuré dans son sein virginal. »[22]

Le point de vue des autres Églises

Refusant toute exégèse sur la question car ne prenant en compte que ce qui est relaté dans les livres seuls considérés comme inspirés de Dieu, le protestantisme refuse cette doctrine, ou croyance dans laquelle il voit une nouvelle tendance de l'Église catholique à la « mariolâtrie ».

Voir aussi

Bibliographie

  • Jean-Claude Michel, L'Assomption de Marie, Éditions des Béatitudes, 1996 (ISBN 978-2840240976)
  • Simon Claude Mimouni, Dormition et assomption de Marie : histoire des traditions anciennes, Beauchesne, coll. « Théologie historique », 1997 (ISBN 978-2701013206)
  • Simon Claude Mimouni, Sever Juan Voicu (s. dir.), La Tradition grecque de la Dormition et de l'Assomption de Marie, Éditions du Cerf, coll. « Sagesses chrétiennes », 2003 (ISBN 978-2204069786).
  • Stephen J. Shoemaker, Ancient Traditions of the Virgin Mary's Dormition and Assumption, Oxford University Press, Oxford, 2006 (ISBN 0-19-921074-8)

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

Références

  1. http://arras.catholique.fr/page-12252-assomption.html
  2. Panarion, 78.10-11, 23.
  3. a  et b Shoemaker, p. 26.
  4. Grégoire de Tours, De la gloire des martyrs, I, 4.
  5. Jean Damascène, Homiliæ I-III in dormitionem B. V. Mariæ, Migne, XCVI, 699-762.
  6. Shoemaker, p. 74.
  7. a  et b Shoemaker, p. 75.
  8. http://arras.catholique.fr/page_ln-5008.html
  9. http://arras.catholique.fr/page-12252-assomption.html
  10. Constitution dogmatique Munificentissimus Deus, § 44
  11. Constitution dogmatique Lumen Gentium sur l'Église, §56
  12. Dieu est Vivant, Catéchisme pour les familles, éditions du Cerf, Paris, 2005, p.438
  13. Les Fêtes et la vie de Jésus Christ, II. La Résurrection, édition du Cerf, Catéchèse Orthodoxe, Paris, 1989, p.251.
  14. Les Fêtes et la vie de Jésus Christ, II. La Résurrection, édition du Cerf, Catéchèse Orthodoxe, Paris, 1989, p.252.
  15. Lossky Vladimir, Essai sur la théologie mystique de l'Église d'Orient, ed. Cerf, Paris, 2006, p.190
  16. Les Fêtes et la vie de Jésus Christ, II. La Résurrection, édition du Cerf, Catéchèse Orthodoxe, , Paris, 1989, p.251.
  17. Les Fêtes et la vie de Jésus Christ, II. La Résurrection, édition du Cerf, Catéchèse Orthodoxe, Paris, 1989, p.255.
  18. Monseigneur Photios et l'archimandrite Philarète, Le nouveau catéchisme contre la Foi des Pères, une réponse orthodoxe, ed. L'âge d'homme, coll. La Lumière du Thabor, 1993, Lausanne, p. 86 à 90
  19. Monseigneur Photios et l'archimandrite Philarète, Le nouveau catéchisme contre la Foi des Pères, une réponse orthodoxe, ed. L'âge d'homme, coll. La Lumière du Thabor, 1993, Lausanne, p. 87
  20. Les Fêtes et la vie de Jésus Christ, Tome II : La Résurrection, édition du Cerf, Catéchèse Orthodoxe, Paris, 1989, p.259.
  21. Les Fêtes et la vie de Jésus Christ, Tome II : La Résurrection, édition du Cerf, Catéchèse Orthodoxe, Paris, 1989, p.264.
  22. Les Fêtes et la vie de Jésus Christ, Tome II : La Résurrection, édition du Cerf, Catéchèse Orthodoxe, Paris, 1989, p.265.
Christianisme
Religions abrahamiques (arbre)
Judaïsme · Christianisme · Islam
Courants

Arbre du christianisme
Grandes confessions :
Catholicisme · Orthodoxie · Protestantisme

Fondements religieux
Théologie chrétienne
Pratiques
Spécificités
Constructions religieuses

Baptistère · Basilique · Cathédrale · Chapelle · Collégiale · Église · Monastère · Temple

Symboles

Chrisme · Croix chrétiennes · Deo optimo maximo · Ichtus · Rose de Luther

Voir aussi
  • Catégories : Christianisme · Branche du christianisme
  • Portails : Religions et croyances · Christianisme
 Cette boîte : voir • disc. • mod. 
  • Portail des fêtes et des traditions Portail des fêtes et des traditions
  • Portail du christianisme Portail du christianisme
  • Portail du catholicisme Portail du catholicisme
Ce document provient de « Assomption ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Assomption de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ASSOMPTION — Le 1er novembre 1950, l’«Assomption au ciel» de la Vierge Marie fait l’objet d’un dogme catholique proclamé par le pape Pie XII dans la constitution apostolique Munificentissimus Deus . Ce document déclare que l’Assomption est un «dogme… …   Encyclopédie Universelle

  • assomption — ASSOMPTION. s. fém. Il ne se dit qu en parlant Du moment où une tradition respectée dans l Église, assure que la sainte Vierge fut enlevée au Ciel en corps et en âme. L Assomption de la sainte Vierge. f♛/b] Il se dit aussi Du jour auquel l Église …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Assomption — ist: die französische Bezeichnung für Mariä Aufnahme in den Himmel, Mariä Himmelfahrt, Assumptio Beatae Mariae Virginis, und den Festtag, den 15. August namentlich: L’Assomption, eine Stadt in der kanadischen Provinz Québec L’Assomption… …   Deutsch Wikipedia

  • assomption — ASSOMPTION. s. f. L enlevement de la sainte Vierge au ciel, en corps & en ame. On croit que les Apostres furent presents à l Assomption de la Vierge. la feste de l Assomption …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Assomption — (fr., spr. Assongsiong), 1) so v.w. Assumtio 3) u. 4); 2) Insel, zur Gruppe der Ladronen (s.d.) gehörig; 3) Fluß in der britischen Colonie Unter Canada (NAmerika), fällt in den Lorenzostrom; 4) Ort daselbst am Fluß gleiches Namens; 5) Hauptstadt… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • ASSOMPTION — s. f. Il se dit de L enlèvement miraculeux de la sainte Vierge au ciel par les anges. L assomption de la sainte Vierge, de la Vierge.   Il se dit aussi Du jour auquel l Église célèbre la fête de cet enlèvement miraculeux. Le jour de l Assomption …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • assomption — (a son psion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f. 1°   Enlèvement miraculeux de la sainte Vierge au ciel. L assomption de la sainte Vierge.    Jour auquel l Église en célèbre la fête. L Assomption se célèbre le 15 d août. 2°   En termes de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ASSOMPTION — n. f. Il se dit de l’Enlèvement miraculeux de la Sainte Vierge au ciel par les anges. L’assomption de la Sainte Vierge, de la Vierge. Il se dit aussi du Jour auquel l’église célèbre la fête de cet enlèvement. L’Assomption est le 15 août …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • assomption — nf. ASSONPCHON (Albanais, Annecy, Gruffy, Montricher, Thônes, Villards Thônes), assompchon (Leschaux), assompsyou n (Ste Foy) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Assomption de Notre-Dame — Assomption Pour les articles homonymes, voir Assomption (homonymie). Assomption L Assomption de la Vierge peint par Mic …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”