Association francophone pour le savoir

L'Association francophone pour le savoir, anciennement l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences (ACFAS ou Acfas), est une organisation sans but lucratif située au Québec et qui s'est donnée comme mission de promouvoir l'activité scientifique, de stimuler la recherche et de diffuser le savoir en français. Elle fut fondée en 1923 par un groupe de professeurs de l'Université de Montréal, dont le frère Marie-Victorin.

L’Acfas regroupe des membres individuels issus essentiellement du milieu de la recherche, des « sociétés savantes », des membres institutionnels et corporatifs. Elle représente tous les domaines de recherche, de l’éducation à la biochimie, de la sociologie au génie mécanique. Le congrès annuel réunissant quelque 5 000 chercheurs, les déjeuners-conférences Midis de l'Acfas, la revue de la recherche Découvrir, la collection de Cahiers scientifiques, les prix Acfas, le Concours de vulgarisation de la recherche, le Forum international Science et société et le projet ArtScience consacré à l'image scientifique, entre autres, concrétisent cette mission et mettent en valeur la recherche et les chercheurs du Québec et les chercheurs francophones des autres provinces canadiennes.

Sommaire

Histoire

« [...] Si nous avions jadis favorisé la recherche scientifique, nous aurions réalisé on ne sait combien d'économies, ouvert au commerce, à l'agriculture, à l'industrie des domaines nouveaux et profitables »

— Omer Héroux, 7 octobre 1937, Le Devoir[1]

L'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences est créée le 15 juin 1923 à l'Université de Montréal[2]. L’Afas a été « la huitième association du genre dans le monde »[3] après le Royaume Uni (1831), l’Italie (1839), les États-Unis (1848), la France (1872), l’Australie-Nouvelle-Zélande (1887), l’Afrique du Sud (1902) et l’Inde (1912). Elle devance de plus de 50 ans la création d’une société du même type pour le Canada-anglais – l’Association pour l’avancement des sciences au Canada – « une société [toujours] sans grande influence » en 2010[3].

Au moment où les premiers professionnels de la science sont encore en formation, l’Acfas participe à l’émergence d’une communauté scientifique « canadienne française ». Pour aider à construire cette communauté, l’Acfas s'engage d’abord à promouvoir l'enseignement des sciences. Parallèlement, ses membres se font vulgarisateurs et l’Acfas seconde toute initiative en culture scientifique. En 1933, l'Acfas tient son premier congrès, présentant 166 communications[1]. Les avancées scientifiques occupent un espace médiatique important ; le journal québécois Le Devoir imprime en page 3 le programme complet et un résumé des discours d'ouverture[1].

De discours présidentiels en commission royale, l’Acfas représente les enjeux de la recherche auprès du politique. En 1936, le gouvernement québécois fait passer de 1 000 $ à 5 000 $ sa subvention annuelle à l'organisme[1]. En 1937, le frère Marie-Victorin est nommé président de l'association[2].

En 1978, l’idée de transformer l’Acfas en une « Association québécoise pour l’avancement des sciences » (AQAS) a été rejetée, car elle paraissait « exclure les chercheurs francophones des autres provinces canadiennes »[3]. Ce n’est qu’en 2001 que « l’Acfas est renommée Association francophone pour le savoir, une dénomination plus moderne qui souligne néanmoins le caractère francophone de la société »[3]. Elle garde cependant le même acronyme (Acfas).

En 2010, avec près de 6 000 chercheurs-participants provenant d'une trentaine de pays, quelque 3 600 communications et 200 colloques, le congrès annuel de l'Acfas est considéré comme le plus important événement scientifique multidisciplinaire de la Francophonie[1]. Tous les grands champs de la recherche y sont abordés : sciences de la vie et de la santé, sciences physiques, mathématiques et génie, lettres, arts et sciences humaines, sciences sociales et éducation.

Découvrir

L'Acfas publie depuis 1980 une revue de vulgarisation scientifique[4] Découvrir, cinq fois par année. Cette revue s'est appelé modifier] Prix

L'association remet annuellement les prix suivants :

Notes et références

  1. a, b, c, d et e Pauline Gravel, « Le devoir d'informer sur la culture scientifique », Le Devoir, 8 mai 2010
  2. a et b Création de l'Acfas, Le Devoir, 27 février 2010
  3. a, b, c et d Pauline Gravel, « L’Acfas, une spécificité québécoise ? », Le Devoir, 19 et 20 juin 2010, page C6.
  4. Acfas - Association francophone pour le savoir, 24 octobre 2011

Voir aussi

Bibliographie

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Association francophone pour le savoir de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Association Francophone Pour Le Savoir — L Association francophone pour le savoir (ACFAS ou Acfas) est une organisation sans but lucratif située au Québec et qui s est donnée comme mission de promouvoir l activité scientifique, de stimuler la recherche et de diffuser le savoir en… …   Wikipédia en Français

  • Institut Européen pour le Conseil en Environnement — Éco Conseil ECO Conseil ou l Institut Européen pour le Conseil en Environnement est une association française sans but lucratif, créée en 1987 à Strasbourg, qui forme à la profession d Eco conseiller®. Sommaire 1 L association ECO Conseil 2 ECO… …   Wikipédia en Français

  • Association canadienne d’éducation de langue française — Association canadienne d éducation de langue française L’Association canadienne d’éducation de langue française (ou ACELF) est un organisme à but non lucratif canadien dont la mission est d’offrir aux intervenants en éducation francophone une… …   Wikipédia en Français

  • Association canadienne-française pour l'avancement des sciences — Association francophone pour le savoir L Association francophone pour le savoir (ACFAS ou Acfas) est une organisation sans but lucratif située au Québec et qui s est donnée comme mission de promouvoir l activité scientifique, de stimuler la… …   Wikipédia en Français

  • Association des demographes du Quebec — Association des démographes du Québec Association des démographes du Québec Création 1971 Type Scientifique Siège Montréal, Québec Langue(s) Français Membre(s) 160 Présidente Guyslaine Neill …   Wikipédia en Français

  • Association canadienne d'éducation de langue française — L’Association canadienne d’éducation de langue française (ou ACELF) est un organisme à but non lucratif canadien dont la mission est d’offrir aux intervenants en éducation francophone une vision, du perfectionnement et des outils en construction… …   Wikipédia en Français

  • Association des démographes du Québec — Création 1971 Type Scientifique Siège Montréal, Québec Langue(s) Français Membre(s) 200 Présidente Ghyslaine Neill Affiliation(s) F …   Wikipédia en Français

  • Association Nouvelles Technologies Burkina Faso — Logo de l association NTBF L association NTBF agit au Burkina Faso, principalement à Ouagadougou et Bobo Dioulasso. NTBF est une Association de Solidarité Internationale (ASI) francophone à but non lucratif, loi 1901. Référencée par l UNESCO,… …   Wikipédia en Français

  • Association Nouvelles technologies Burkina Faso — Logo de l association NTBF L association Nouvelles technologies Burkina Faso (ou NTBF) agit au Burkina Faso, principalement à Ouagadougou et Bobo Dioulasso. NTBF est une association de solidarité internationale (ASI) francophone à but non… …   Wikipédia en Français

  • Association Daniel Balavoine — Daniel Balavoine Daniel Balavoine Daniel Balavoine en 1985 Alias Bala Naissance 5 février 1952 Alen …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”