Association d'entraide de la noblesse française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ANF.
Association d'entraide de la noblesse française
Type d'association Association d'entraide et société savante
Dates de création 1932
Abréviation ANF
Siège 9, rue du Chevalier-de-Saint-George

75008 Paris
(auparavant : 9, rue Richepance, la voie ayant été renommée)

Président Monsieur de Saint Pulgent
Secrétaire général
Trésorier général
Nombre d'adhérents 6 000
Site Internet www.anf.asso.fr

L'Association d'entraide de la noblesse française (ANF) est une association française créée en 1932 et régie par la loi de 1901, dont le but premier a été de venir en aide à des familles nobles dans le besoin, mais qui mène également des études historiques sur les familles nobles.

Sommaire

Présentation de l'ANF

L'association, créée en 1932, a pour but initial de venir en aide aux familles nobles, et travaille également à des recherches historiques sur les familles nobles.

Elle a été reconnue d'utilité publique par décret du 29 juillet 1967 (Journal officiel du 3 août). Cette reconnaissance d'utilité publique n'est pas uniquement due à l'activité « caritative » de l'ANF mais bien plutôt aux études historiques sur les familles nobles qu'elle a su promouvoir : si on a cessé d'anoblir en France, en 1875, tous ceux qui comptaient (classe politique, militaires, milieux économiques) — à l'exception des savants, des écrivains, des artistes — dans ce pays manquaient rarement d'être anoblis s'ils n'étaient pas déjà nobles.

Activités caritatives

L'activité d'entraide de l'ANF a d'abord concerné des familles vivant en autarcie sur un domaine rural (le fils de famille se voyait ainsi offrir une bourse pour devenir pilote dans l'armée de l'air) à une époque où ce mode de vie pouvait sembler une déchéance.

L'ANF offre aux nobles en difficulté des aides financières ainsi qu'un soutien moral aux familles qui en ont besoin.

Critères de reconnaissance par l'ANF

Pour pouvoir adhérer à l'ANF, il faut prouver que l'on descend de l'ancienne noblesse française en passant par une commission des preuves.

L'article 3 des statuts de l'ANF précise : « Tout candidat doit être de noblesse française, majeur ou émancipé, et justifier sa filiation naturelle et légitime jusqu'à celui de ses auteurs en ligne directe et masculine pour lequel il produira un acte officiel récognitif de noblesse régulière française, acquise et transmissible. Les familles des pays annexés depuis 1789 produiront les pièces requises dans leur pays d'origine. »

Les candidats présentent un dossier à la Commission des Preuves de l'ANF où ils doivent apporter un acte recognitif (patente, maintenues…) puis prouver leur filiation par des actes de naissance, de baptême, jusqu'au prétendant. Cette commission des Preuves est composée de plusieurs membres cooptés pour leur compétence en matière nobiliaire, généalogique et héraldique. Présidée par un président, depuis la fondation de la Commission des Preuves, il ne s'est succédé que 7 présidents :

  • 1945-1970, Henry Comte Dugon,
  • 1970-1973, Guy Marquis de Valous,
  • 1981-1988, Pierre Baron Durye,
  • 1988-1998 et 2000 pi, Jean Comte de Bodinat,
  • 1999-2000, Michel Baron de Spens d'Estignols,
  • 2001, Comte Philippe de Peyronnet,
  • 2002, Comte Henry Melchior de Langle.

Place de la noblesse de l'ANF dans la société française

La République française reconnaît des titres (ducs, comtes, etc.) qu'elle se refuse de qualifier de nobiliaires et qu'elle intègre dans les « accessoires du nom » (accessoire honorifique du nom patronymique, au même titre que le prénom ou le pseudonyme). L'ANF, elle, ne se préoccupe pas de ces titres mais seulement de la qualité de noble (de descendant de l'ancienne noblesse, dirait un juriste). Les titres sont réglés par les lettres patentes qui les ont octroyées et relèvent pour l’essentiel des juridictions administratives[1]. Le Code Pénal, dans ses articles 433-17 et 433-19, réprime l'usurpation d'un titre (sans préciser de noblesse) ou de l'accessoire du nom.

Environ 2 500 familles font partie de l'ANF, qui reconnaît la noblesse d'Empire créée par Napoléon.

Les Présidents de l'ANF

Place de la noblesse dans la classe politique

La place des familles descendant de l'ancienne noblesse telle que définie par l'ANF apparaît réelle mais limitée au sein de la classe politique. Cette place est sans commune mesure avec celle des anciens élèves des écoles donnant accès aux « grands corps » de l'État : polytechniciens, énarques, etc.

On note que c'est le général de Gaulle (issu d'une famille de robe) [2],[3] qui fit accorder l'utilité publique en 1967, à l'époque où Régis Valette était chef du protocole à l'Élysée.

Autres associations

Comme l'ANF n'admet pas les familles dont la noblesse n'était pas « achevée » en 1789 (noblesse conditionnée par un temps passé dans une charge) les intéressés ont fondé l'Association pour l'histoire et la défense des dernières familles anoblies par charge (ADF) en 1977.

L'ANF ne prenant en compte que les décisions des autorités françaises, des familles se sont regroupées pour fonder la Réunion de la noblesse pontificale en France (RNPF devenue RNP) en 1983.

D'autres, en désaccord avec l'évolution de l'ANF[4] ont également créé leur association, comme l'Association de la noblesse bretonne (ANB).

La SAFE (Société des anciennes familles étrangères) s'adresse dans les pays d'Europe aux familles étrangères ou naturalisées issues de la noblesse d'un autre pays d'Europe.

Publications

Publications éditées par l'ANF :

  • Bulletin de l'ANF, trimestriel envoyé aux membres de l'association et aux abonnés.
  • Collectif, Recueil des personnes ayant fait leurs preuves de noblesse devant les assemblées générales de l'Association d'entraide de la noblesse française, ANF, 1950-1979 (7 tomes)
  • Collectif, L'association de famille ou Comment préserver un patrimoine familial, ANF, 1997
  • Olivier de Sugny, Histoire de l'ANF, ANF, 1992.
  • Jean de Bodinat, Jean Amable de Saulieu de la Chomonerie, Jean de Vaulchier, Armorial de l'ANF, ANF, 2004.

Autres publications en rapport avec l'ANF :

Notes et références

  1. Marc Guillaume, le sceau de France, http://www.asmp.fr/travaux/communications/2006/guillaume_M.htm
  2. GGRN n°2, E.Polti ("A la découverte de leurs racines", de Valynseele & Grando) et la base Roglo de l'INRA
  3. voir aussi http://www.nobilivre.com/articles-charges.htm
  4. Billet sur l'ANB

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Association d'entraide de la noblesse française de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Association D'entraide De La Noblesse Française — Pour les articles homonymes, voir ANF. Association d entraide de la noblesse française …   Wikipédia en Français

  • Association d'entraide de la Noblesse Française — Pour les articles homonymes, voir ANF. Association d entraide de la noblesse française …   Wikipédia en Français

  • Association d'entraide de la noblesse francaise — Association d entraide de la noblesse française Pour les articles homonymes, voir ANF. Association d entraide de la noblesse française …   Wikipédia en Français

  • Association de la noblesse française — Association d entraide de la noblesse française Pour les articles homonymes, voir ANF. Association d entraide de la noblesse française …   Wikipédia en Français

  • Familles subsistantes de la noblesse française — Les familles subsistantes de la noblesse française sont les familles contemporaines qui peuvent prouver qu elles descendent en lignée naturelle (sans adoption), légitime et masculine d une personne ayant obtenu la qualité de noble, reconnue ou… …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Familles Subsistantes De La Noblesse Française — Familles subsistantes de la noblesse française Le nombre de familles subsistantes de la noblesse française fait depuis longtemps débat. Pour l ISGN et l ANB[1] en 2007, il resterait moins de 8 000 familles pouvant prouver leurs origines nobles,… …   Wikipédia en Français

  • Liste des familles subsistantes de la noblesse francaise — Familles subsistantes de la noblesse française Le nombre de familles subsistantes de la noblesse française fait depuis longtemps débat. Pour l ISGN et l ANB[1] en 2007, il resterait moins de 8 000 familles pouvant prouver leurs origines nobles,… …   Wikipédia en Français

  • Liste des familles subsistantes de la noblesse française — Familles subsistantes de la noblesse française Le nombre de familles subsistantes de la noblesse française fait depuis longtemps débat. Pour l ISGN et l ANB[1] en 2007, il resterait moins de 8 000 familles pouvant prouver leurs origines nobles,… …   Wikipédia en Français

  • Familles subsistantes de la noblesse d'Empire — La Noblesse d Empire fut créée par Napoléon Ier en trois étapes : 1804 : organisation des titres de princes pour la famille impériale, 1806 : création des titres de ducs et de leurs fiefs respectifs en fonction des différentes… …   Wikipédia en Français

  • Familles subsistantes de la Noblesse d'Empire — La Noblesse d Empire fut créée par Napoléon Ier en trois étapes : 1804 : organisation des titres de princes pour la famille impériale, 1806 : création des titres de ducs et de leurs fiefs respectifs en fonction des différentes… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”