1932 (Chronologie de Dada et du surréalisme)

Sommaire

Éphémérides

Janvier

  • 16 janvier
    Louis Aragon est inculpé par le gouvernement français pour « excitation de militaires à la désobéissance et de provocation au meurtre dans un but de propagande anarchiste » suite à la publication, en juillet 1931, dans une revue soviétique Littérature de la révolution mondiale, du poème Front rouge : « Feu sur Léon Blum / Feu sur Boncour Frossard Déat / Feu sur les ours savant de la social-démocratie… »[1].
  • Les surréalistes belges René Magritte, E. L. T. Mesens, Paul Nougé et André Souris se démarquent de la réaction de Breton et publient le manifeste La Poésie transfigurée, en réaction au tract L'Affaire Aragon, dans lequel ils affirment trouver « normal » que la poésie suscite des réactions de la part des représentants de l'ordre établi[2].

Mars

  • Les surréalistes publient le tract Paillasse dans lequel Aragon est accusé de « lâcheté intellectuelle et d'arrivisme »[3].

Avril

Mai

  • 7 mai
    Le magazine illustré Voilà, l'hebdomadaire du reportage publie un reportage imaginaire d'Antonin Artaud Galapagos, les îles du bout du monde.

Juin

Octobre

Novembre

  • Le groupe Le Grand jeu organise une assemblée générale au cours de laquelle la position du poète André Rolland de Renéville (démissionnaire depuis le début de l'année) dans l'"Affaire Aragon" est condamnée. Le groupe éclate à la suite de cette assemblée[7].


Cette année-là

  • Le sculpteur suédois Eric Grate organise à Paris une exposition "post-cubiste et surréaliste" dont les sculptures suggestives provoquent le scandale.
  • Étienne Lero, René Menil et Jules Monnerot lancent une « petite revue explosive » Légitime défense, qui emprunte son titre au texte de Breton paru en 1926 : « Sur le plan concret des modes figurés de l'expression humaine, nous acceptons également sans réserves le surréalisme auquel nous lions notre devenir. Et nous renvoyons nos lecteurs aux deux Manifestes d'André Breton, […] dont nous devons dire que ce n'est pas la moindre honte de ce temps qu'ils ne soit pas plus connus partout où on lit le français. »
    La revue est censurée dès le premier numéro[10].
  • Parution à Sainte-Croix-de-Tenerife (Îles Canaries) du premier numéro de la revue Gaceta de arte dirigée Eduardo Westerdhal.


Œuvres

  • Antonin Artaud
    • Manifeste du Théâtre de la Cruauté
  • Hans Bellmer
    • La Poupée, objet, bois peint, cheveux, chaussettes[11]
  • André Breton
    • Le Revolver à cheveux blancs : « Les belles fenêtres ouvertes et fermées / Suspendues aux lèvres du jour / Les belles fenêtres en chemise / Les belles fenêtres aux cheveux de feu dans la nuit noire / Les belles fenêtres de cris d'alarmes et de baisers / Au-dessus de moi au-dessous de moi derrière moi il y en a moins qu'en moi. »
    • Vases communicants : « Le poète à venir surmontera l'idée déprimante du divorce irréparable de l'action et du rêve. »
  • André Breton et Valentine Hugo
    • Sans titre (cadavre exquis), crayons de couleurs sur papier noir[12]
  • Alexander Calder réalise des sculptures en fil de fer mues soit par un moteur, soit par les courants d'air. Marcel Duchamp lui propose de les appeler mobiles.
  • René Crevel
    • Le Clavecin de Diderot : « Dieu, celui qui ne bande pas, qui décide les plus fiers bandeurs à ne plus bander. [...] On connaît l'antienne : tâchez donc d'être un peu plus humain. Sous les râteliers des MM. Prudhomme, elle vous a un de ces petits airs paternes, elle devient la prière mielleuse dont tous les rentiers espèrent qu'elle empêchera leurs rentes de descendre. »
  • Salvador Dalí
    • Dormeuse, cheval, lions invisibles, huile sur toile[13]
    • Gradiva, Guillaume Tell et le bureaucrate, dessin[14]
    • La Mélancolie extatique des petits chiens gâteux comme une vertigineuse descente en ski, peinture sur carte postale
    • Le Rêve,[15]
    • Le Vrai tableau de L'île des morts d'Arnold Böcklin à l'heure de l'Angélus,[16] huiles sur toile
  • Paul Éluard
    • La Vie immédiate, recueil de poèmes, illustré d'une eau-forte d'Yves Tanguy : « Je m'obstine à mêler des fictions aux redoutables réalités. / Maisons inhabitées, je vous ai peuplées de femmes exceptionnelles, / ni grasses, ni maigres, ni blondes, ni brunes, ni folles, ni sages, peu importe, / de femmes plus séduisantes que possible, par un détail. / Objets inutiles, même la sottise qui procéda à votre fabrication me fut une source d'enchantements. »
  • Max Ernst
    • Forêt et soleil, huile sur toile
  • Alberto Giacometti
    • Femme égorgée
    • Figure pour le jardin des Noailles »,[17]
    • On ne joue plus
    • Pointe à l'œil, sculptures
    • Main prise, objet
  • Eric Grate
    • Idoles méditerranéennes, bronze[18]
  • Valentine Hugo
    • Une femme admirable apparaîtra sur un zèbre, huile sur toile[19]
  • René Magritte
    • L'Avenir des statues, tête en plâtre peinte d'azur et de nuages
    • Le Temps menaçant, huile sur toile[20]
  • Vincenc Makovský
    • Rêve de jeune fille, sculpture[21]
  • André Masson
    • Pasiphaé, crayon de couleur sur papier[22]
  • Picasso
    • Baigneuse jouant au ballon, huile sur toile[23]
  • Alberto Savinio
    • Annonciation, détrempe sur toile[24]
  • Yves Tanguy
    • Le Ruban des excès, huile sur toile[25]
  • Tristan Tzara
    • Où boivent les loups

Notes et références

  1. Breton, Œuvres complètes, tome 2. Joseph Paul-Boncour, député socialiste SFIO, est le rapporteur d'une loi, votée le 7 mars 1927, sur l'organisation générale de la nation en temps de guerre qui menace la liberté intellectuelle et prévoit la réquisition des syndicats. Paul-Boncour était déjà apostrophé dans le texte commun Aragon, Breton et Éluard « Au grand jour » (mai 1927) : « À bas la loi Paul-Boncour ! », Breton, Œuvres complètes, tome 1, p. 941 et 1723.
  2. a et b Clébert, p. 53.
  3. a et b Scheler, p. LXVII.
  4. Biro, op. cité, p. 42.
  5. Scheler, p. LXVII & Angliviel, p. 197.
  6. Béhar, op.cité, p. 291.
  7. Biro, op. cité, p. 367.
  8. Béhar, op.cité, p. 292.
  9. Biro, op. cité, p. 55.
  10. Biro, op. cité, p. 242.
  11. 61 x 170 x 51 cm. Reproduction dans Beaux Arts magazine n° 290, août 2008, p. 76.
  12. 31,5 x 23,5 cm. Reproduction dans Artpress n° 362, décembre 2009, p. 19.
  13. Reproduction dans Breton, LSELP, op. cité, p. 74.
  14. Reproduction dans Breton, LSELP, op. cité, p. 131.
  15. Reproduction dans Breton, LSELP, op. cité, p. 134.
  16. Reproduction dans Biro, op. cité, p. 53.
  17. Angliviel, op. cité, p. 199.
  18. Reproduction dans Pierre, op. cité, p. 197.
  19. Reproduction dans Colvile, op. cité, p. 134.
  20. Reproduction dans Pierre, op. cité, p. 29.
  21. Reproduction dans Biro, op. cité, p. 258.
  22. 49 x 63,8 cm. Reproduction dans Beaux Arts Magazine n° 80, juin 1990, p. 21.
  23. Reproduction dans René Passeron, Surréalisme, Terrail, 2005, p. 77.
  24. 55 x 46 cm. Milan, Museum d'arte contemporanea. Reproduction dans Crepaldi, op. cité, p. 216.
  25. Reproduction dans Angliviel, op. cité, p. 107.

Index


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1932 (Chronologie de Dada et du surréalisme) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”