Asianisme

La rhétorique classique désigne par asianisme (c'est-à-dire style d'Asie mineure) un style de discours mis au point au IIIe siècle av. J.‑C. dans les villes grecques d'Ionie. On attribue les premiers principes de ce style au rhéteur Hégésias de Magnésie (Lydie, vers 320 à 280 av. J.-C.), lequel s'appuyait sur l'œuvre de l'orateur athénien Carisios (vers 300 av. J.-C.), lui-même épigone de Lysias (-445 à -380).

À l'époque hellénistique, le déplacement du centre de gravité économique et culturel du monde grec, depuis la Grèce (en particulier la Macédoine) vers le royaume séleucide d'Antioche rompt le lien des rhéteurs avec la tradition attique du discours.

Dans un premier temps, les rhéteurs d'Asie Mineure font évoluer l'art rhétorique grec en mâtinant la pureté du dialecte attique de formes du grec ionien parlé en Asie Mineure : c'est la raison pour laquelle les atticistes qualifient ces orateurs d'Asiani ou Asiatici.

Peu à peu, le terme d'asianisme finit par désigner non plus une forme de langue, mais un style bien reconnaissable, fondé sur un discours plein d’artifices, d’expédients techniques et jouant sur les sonorités. L’asianisme, né en réaction à la rhétorique de l'Attique, s’impose ainsi comme une forme de discours brillante et efficace, mais il tombe graduellement dans l’enflure et le pathos, l’exagération, les effets faciles, les tournures maniérées et recherchées.

Le principal orateur du courant asianiste est Hortensius Hortalus (-114 à -50), qui doit toutefois faire face aux critiques des représentants de l’atticisme (style jugé plus direct et plus objectif) : ceux-là font de sa manière l’exemple même du mauvais goût[1]. Les rhéteurs asianistes Eschyle de Cnide et Eschine de Milet sont d'autres contemporains de Cicéron.

Ce dernier, qui dans son Brutus juge des mérites comparés de l'asianisme et de l'atticisme, distingue dans le premier deux courants principaux :

  • le « style sentencieux » d'un asianisme retenu, s'exprimant par des phrases brèves, au rythme calculé, fondées sur l'opposition ou un paradoxe piquant (registre ordinaire de l'épigramme) ;
  • le « style enflé » de l'asianisme pur, qui recourt à des mots rares, use d'emphase et de pathos, et se reconnaît à l'emploi de la période oratoire.

Sous le Haut Empire, l'asianisme évoluera vers le style coupé, dont le principal représentant est Sénèque.

À l'asianisme se rattache aussi la théorie anomaliste : le langage est une création spontanée de l'usage, raison pour laquelle les altérations et les néologismes (anomalies) sont recevables.

Notes et références

  1. Cicéron, Brutus, chap. 301-303 .

Sources

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Asianismus » (voir la liste des auteurs)
  • Jean Bayet, Littérature latine, Armand Colin, coll. « U Littérature », « L'âge cicéronien » 

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Asianisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Histoire De La Rhétorique — Jacques Louis David, La Mort de Socrate (1787). Socrate est mort en discourant selon Platon, dans son Apologie de Socrate. L histoire de la rhétorique rassemble les usages pratiques de l art oratoire ainsi que les études et traités théoriques sur …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la rhetorique — Histoire de la rhétorique Jacques Louis David, La Mort de Socrate (1787). Socrate est mort en discourant selon Platon, dans son Apologie de Socrate. L histoire de la rhétorique rassemble les usages pratiques de l art oratoire ainsi que les études …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la rhétorique — Jacques Louis David, La Mort de Socrate (1787). Socrate est mort en discourant selon Platon, dans son Apologie de Socrate. L histoire de la rhétorique rassemble les usages pratiques de l art oratoire ainsi que les études et traités théoriques sur …   Wikipédia en Français

  • Atticisme — L atticisme (« qui est propre au dialecte attique ») est d abord un courant de la rhétorique grecque dans le premier quart du Ier siècle av. J. C. ; mais ce terme peut aussi désigner les tournures et expressions caractéristiques de …   Wikipédia en Français

  • Cicéron — Pour les articles homonymes, voir Cicéron (homonymie). Cicéron …   Wikipédia en Français

  • Hégésias de Magnésie — Pour les articles homonymes, voir Hégésias. Hégésias de Magnésie (Lydie), est un orateur, rhétoricien et historien grec ayant vécu vers 300 avant J. C. L historien romain Strabon l évoque comme fondateur du style rhétorique appelé… …   Wikipédia en Français

  • -isme —  Pour l’article homophone, voir Isthme. Un isme est un concept, le plus souvent idéologique, dont le nom se termine par le suffixe isme. Le terme permet de regrouper et donc d analyser ensemble des notions qui seraient normalement… …   Wikipédia en Français

  • Captatio benevolentiae — La captatio benevolentiæ du latin le fait d attirer la bienveillance (sous entendu de l auditoire) est une technique oratoire qui permet d attirer l attention de son interlocuteur. Généralement on parle de captatio benevolentiae pour l… …   Wikipédia en Français

  • Denys d'Halicarnasse — Pour les articles homonymes, voir Denys. Denys d Halicarnasse Activités historien, rhéteur, grammairien. Naissance vers 60 av. J. C. Halicarnasse Décès vers 8 ap …   Wikipédia en Français

  • Denys d'Halycarnasse — Denys d Halicarnasse Pour les articles homonymes, voir Denys. Denys d’Halicarnasse (en grec ancien Διονύσιος / Dionýsios), né vers 60 av. J. C. à Halicarnasse, mort vers l an 8 dans la même ville, est un historien grec. Sommaire …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”