Ascète

Ascèse

L'ascèse est une discipline volontaire du corps et de l'esprit cherchant à tendre vers une perfection[1].

Sommaire

Étymologie

Le mot est emprunté au latin chrétien asceta, asceteria du Ve siècle, signifiant « moine ou religieuse, monastère ou couvent ». Avant ce sens religieux, le grec askêsis « exercice » s'appliquait à de nombreux arts et métiers, et en particulier l'athlétisme[2]. L'attitude ascétique apparaît en Inde, notamment dans le yoga, et existe dans la plupart des religions personnelles. Chaque tradition prescrit ses exercices, souvent autour du jeûne et de la prière, mais on trouve aussi la méditation, la mortification, l'abstinence sexuelle ou certaines gymnastiques. La pratique est assidue mais ne vise pas la performance, une récompense, ou un don magique.

L'ascèse vise à atteindre un idéal élevé, comme la santé, le bonheur, la sagesse, le salut, la vérité, ou le nirvāna. Ce renoncement aux fruits de l'acte tout en s'y consacrant entièrement est une découverte religieuse qui se transmet depuis à d'autres domaines, comme l'art.

Présentation

L'ascèse spirituelle désigne une vie sobre et sans superflu qui vise à la fois la santé et le bien-être optimal et la conscience de ce qui est essentiel. L'ascèse permettrait d'augmenter et de maintenir la sensibilité du corps et de mieux ressentir le sens de nos propres actions et des événements de notre existence.

L'ascèse a également une connotation intellectuelle. Elle vise alors une réflexion rigoureuse. On y trouve des techniques dites de "discernement", ainsi qu'une ascèse morale qui tente de se défaire de l'ego pour accéder à plus de compassion et d'amour.

Il existe une ascèse qui se rapporte au corps sans être tout à fait coupé de la pensée. Asanas et Pranayama dans le yoga, arts martiaux et autres techniques corporelles dans le bouddhisme. Les religions du Livre aussi connaissent l'ascèse et ses techniques plus ou moins secrètes. La Règle de Saint Benoît vise par exemple un équilibre entre le travail manuel et la prière. On y retrouve aussi le jeûne. D'autres pratiques, comme le végétarisme, visent à éviter ce qui nuirait à la conscience du corps : (excès de) viande, drogues, alcool etc.

Ces pratiques corporelles cherchent toutes à restaurer un équilibre corporel naturel : colonne vertébrale librement érigée, ventre détendu, respiration libre centrée sur l'expiration.

Étude de Max Weber

Max Weber a étudié le passage de l’ascétisme religieux à l’ascétisme économique, puis enfin à l’esprit de capitalisme. Dans ce sens, l’ascétisme est la certaine privation que l’individu pratique pour atteindre un but. Weber examine plusieurs sources du protestantisme ascétique: le Calvinisme, le Piétisme, le Méthodisme et les sectes issue du mouvement Baptiste. Kant pense que l’ascétisme reflète la manière de vivre de tous les hommes, leur but propre afin d’atteindre le bonheur « suprême ». Nietzsche critique l’idéal ascétique dans La généalogie de la morale.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Wiktprintable without text.svg

Voir « ascèse » sur le Wiktionnaire.

Wiktprintable without text.svg

Voir « ascétisme » sur le Wiktionnaire.

Bibliographie sur le sujet

Notes et références

  1. Dictionnaire de la langue française,Le Robert
  2. Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert.
  • Portail du monachisme Portail du monachisme
Ce document provient de « Asc%C3%A8se ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ascète de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ascète — [ asɛt ] n. • fin XVIIe; aschète 1580; bas lat. asceta; gr. askêtês « celui qui s exerce » 1 ♦ Relig. Personne qui pratique l ascétisme, s impose, par piété, des exercices de pénitence, des privations, des mortifications. ⇒ anachorète , cénobite …   Encyclopédie Universelle

  • ascète — ASCÈTE. sub. m. On appelle ainsi Celui qui s est consacré d une manière particulière aux exercices de la piété …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ASCÈTE — n. des deux genres Celui, celle qui se livre, par piété, à des mortifications. Dans la primitive église il y avait beaucoup d’ascètes. Les extases des ascètes. Par extension, il se dit de Celui qui mène une vie austère. Vivre en ascète …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ASCÈTE — s. des deux genres Celui ou celle qui se consacre d une manière particulière aux exercices de la piété. Il est peu usité …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ascète — (a ssè t ) s. m. et f. Celui ou celle qui se consacre par piété aux mortifications. ÉTYMOLOGIE    Terme grec signifiant homme qui s exerce, du verbe grec exercer …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • scète — ascète …   Dictionnaire des rimes

  • Brahmājālasūtta — Le Brahmājālasūtta, sūtra du filet de Brahman, est un texte, comme tous les sutras, attribué à Gautama Bouddha. Il est le premier sūtta de la collection du Dīgha Nikāya, la collection des sûtras long, faisant partie de la corbeille Sutta Pitaka… …   Wikipédia en Français

  • Morale Jaïna — La main Jaïn représentant la fin du samsara et l ahimsa …   Wikipédia en Français

  • Morale jaina — Morale jaïna La main Jaïn représentant la fin du samsara et l ahimsa …   Wikipédia en Français

  • Morale jaïna — La main Jaïn représentant la fin du samsara et l ahimsa, La morale jaïna est considérée comme la partie la plus brillante du jaïnisme. C est la raison pour laquelle un certain nombre d auteurs ont dépeint cette religion comme un « réalisme… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”