Ascain

43° 20′ 48″ N 1° 37′ 12″ W / 43.3467, -1.62

Ascain
Administration
Pays France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Saint-Jean-de-Luz
Code commune 64065
Code postal 64310
Maire
Mandat en cours
Jean-Louis Laduche
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Pays Basque
Démographie
Population 3 669 hab. (2007)
Densité 190 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 48″ Nord
       1° 37′ 12″ Ouest
/ 43.3467, -1.62
Altitudes mini. 5 m — maxi. 883 m
Superficie 19,27 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Ascain est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques et la région Aquitaine.

Le gentilé est Azkaindar[1].

Sommaire

Géographie

Panneau bilingue à Ascain
Couleurs d'automne sur la Nivelle à Ascain
Le pont romain

Situation

Ascain fait partie de la province basque du Labourd.
La commune est frontalière, au sud, avec l'Espagne. Elle est, par ailleurs, située au pied de la Rhune.

Accès

Ascain est desservie par la route départementale D918 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Saint-Jean-de-Luz. Elle est également reliée à Urrugne et Sare par la route départementale D4.

Hydrographie

Les terres de la commune sont arrosées[2] par la Nivelle et ses affluents, le ruisseau d'Ibardin, d' Arraio, d' Etxeberri et de Galardi ainsi que par le tributaire de ce dernier, le ruisseau des trois fontaines.
Ascain est également traversée par le ruisseau de Larrun, un affluent indirect de la Nivelle.

Lieux-dits et hameaux

  • La Rhune - Larrun[3]
  • Larrunzola[3]
  • Lur Eder[3]
  • Manttobaita[3]
  • Martinhaurrenborda[3]
  • Miramar[3]
  • Monségur[3]
  • Morzelai[3]
  • Telleriaberria[3]
  • Xakarroko Errota[3]
  • Xeruenborda[3]
  • Xorroetaberria[3]
  • Xuanenborda[3]
  • ZA Lanzelai[3]
  • Zelaia[3]
  • Zelaiakoborda[3]


Maison labourdine
Vue sur La Rhune
Partie de pala féminine
Pierres de la Rhune clôturant un pré

Communes limitrophes

Toponymie

Son nom basque est Azkaine, probablement de haitz gain : « dessus du tertre ». Plusieurs théories coexistent à ce sujet car il est difficile de retracer l'étymologie d'un nom basque antérieur au Xe siècle.

Le toponyme Ascain apparaît[4] sous les formes Escan et Scain (respectivement vers 1140 et 1235, cartulaire de Bayonne, feuillets 7 et 29[5]), Ascayn (1302), Scainh et Ascaing (respectivement 1450 et 1552, titres du Labourd, E 426[6]) et Sancta Maria d'Ascaing (1691, collations du diocèse de Bayonne[7]).

Le toponyme Serres apparaît[4] sous les formes Villa quœ dicitur Asseres (vers 1140, cartulaire de Bayonne, feuillet 8[5]) et Sanctus-Jacobus de Serres (1691, collations du diocèse de Bayonne[7]).

  • Mendiska = "petit mont"
  • Aldagarai = "versant en hauteur"
  • Larrune = "lieu de lande"
  • Olhagaraia = "la cabane en hauteur"

Histoire

En 1609 le conseiller de Lancre intervient au Pays basque, à la tête de la commission d'enquête demandée par Henri IV. Cette commission devait purger le pays de tous les sorciers et sorcières sous l'emprise des démons. Le curé d'Ascain fut dégradé puis brûlé[8].

En 1794, au plus fort de la Terreur, et à la suite de la désertion de quarante sept jeunes gens d'Itxassou, le Comité de salut public (arrêté du 13 ventôse an II - 3 mars 1794) fit arrêter et déporter une partie des habitants (hommes, femmes et enfants) d'Ainhoa, Ascain, Espelette, Itxassou, Sare et Souraïde, décrétées, comme les autres communes proches de la frontière espagnole, communes infâmes[9]. Cette mesure fut étendue à Biriatou, Cambo, Larressore, Louhossoa, Mendionde et Macaye.
Les habitants furent « réunis dans diverses maisons nationales, soit dans le district d'Ustaritz, soit dans celles de la Grande Redoute, comme de Jean-Jacques Rousseau »[10]. En réalité, ils furent regroupés dans les églises, puis déportés dans des conditions très précaires[11] à Bayonne, Capbreton, Saint-Vincent-de-Tyrosse et à Ondres. Les départements où furent internés les habitants des communes citées furent le Lot, le Lot-et-Garonne, le Gers, les Landes, les Basses-Pyrénées (partie béarnaise) et les Hautes-Pyrénées.
Le retour des exilés et le recouvrement de leurs biens furent décidés par une série d'arrêtés pris le 29 septembre et le 1er octobre 1794, poussés dans ce sens par le directoire d'Ustaritz : « Les ci-devant communes de Sare, Itxassou, Ascain, Biriatou et Serres, dont les habitants internés il y a huit mois par mesure de sûreté générale, n'ont pas été cultivées. Les habitants qui viennent d'obtenir la liberté de se retirer dans leurs foyers, demandent à grands cris des subsistances sans qu'on puisse leur procurer les moyens de satisfaire à ce premier besoin de l'homme, la faim. »[12]. La récupération des biens ne se fit pas sans difficulté, ceux-ci avaient été mis sous séquestre mais n'avaient pas été enregistrés et avaient été livrés au pillage : « Les biens, meubles et immeubles des habitants de Sare, n'ont été ni constatés ni légalement décrits ; tous nos meubles et effets mobiliers ont été enlevés et portés confusément dans les communes voisines. Au lieu de les déposer dans des lieux sûrs, on en a vendu une partie aux enchères, et une autre partie sans enchères. »[13]

Héraldique

Blason Blasonnement
D'or au chêne de sinople terrassé du même, fruité d'or, fûté au naturel et au sanglier de sable brochant sur le fût ; à la bordure de gueules chargée de huit flanchis d'or[14].
Commentaires : armes adoptées le 26 juin 1988[15].

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1808 1813 Michel Monségur    
1813 1814 Pierre Theillary    
1814 1828 Michel Monségur    
1828 1837 Jean Pagès    
1837 1844 Jean Gracy    
1844 1848 Raymond Monségur    
1848 1856 Dominique Hirigoyen    
1856 1864 Gustave Hillaire Argelliès    
1864 1867 Raymond Monségur    
1867 1877 Dominique Hirigoyen    
1877 1883 Jean dit 'Ganich' Gracy    
1883 1891 Jean Etcheverry    
1891 1900 Jean Larralde    
1900 1904 Dominique Berho    
1904 1906 René Minier    
1906 1912 Jean Gracy    
1912 1919 Jean Leholaberry    
1919 1924 René Minier    
1924 1941 Pierre Pinatel    
1941 1945 Jean-Baptiste Gracy    
1945 1946 Charles Minier    
1946 1953 Jean Baptiste Aspirot    
1953 1963 Jean Baptiste Gracy    
1963 1971 Robert Minier    
1971 1977 Jean Sauvé    
1977 2001 André Luberriaga DVD  
2001 en cours Jean-Louis Laduche DVD  

Intercommunalité

Ascain fait partie de dix structures intercommunales

  • communauté de communes du Sud Pays Basque ;
  • syndicat AEP Nive Nivelle ;
  • syndicat départemental d'électrification ;
  • syndicat intercommunal des collèges d'enseignement secondaire de Saint-Jean-de-Luz ;
  • syndicat intercommunal du bassin de la Nivelle ;
  • syndicat intercommunal du centre de secours de Saint-Jean-de-Luz ;
  • syndicat intercommunal Nive-Nivelle ;
  • syndicat intercommunal pour l'élimination des déchets de la côte basque sud ;
  • syndicat mixte Kosta Garbia ;
  • syndicat pour le soutien à la culture basque.

La commune adhère à l'Eurocité basque Bayonne - San Sebastian.

Jumelages

Drapeau de l'Allemagne Bollendorf (Allemagne) depuis 1979

Drapeau de l'Espagne Lesaka (Espagne) depuis 1980[16]

Démographie

En 1670 la commune comptait 300 feux et en 1718 1560 habitants.

Évolution démographique

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
688 766 820 833 1 014 1 041 1 132 1 297 1 272
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 113 1 162 1 116 1 171 1 173 1 212 1 225 1 150 1 128
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 157 1 178 1 240 1 216 1 354 1 510 1 460 1 376 1 474
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007  
1 605 1 683 1 876 2 159 2 653 3 097 3 598 3 669  

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


La commune fait partie de l'aire urbaine de Bayonne.

Économie

L'activité, principalement agricole, est également tournée vers le tourisme. Une carrière de grès est active sur le territoire de la commune.

Ascain fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine

Langues

D'après la Carte des Sept Provinces Basques éditée en 1863 par le prince Louis-Lucien Bonaparte, le dialecte basque parlé à Ascain est le labourdin.

Festivités

Patrimoine civil

  • Un ensemble de neuf cromlechs[17] se dresse au lieu-dit Aïra-Harri, classé monument historique par arrêté du 13 octobre 1956 ;
  • Le pont sur la Nivelle dit pont romain[18] date du Ve siècle, monument historique inscrit par arrêté du 19 mai 1925 ;
  • Les redoutes d'Esnaur[19] et de Biscarzoun[20] sont les témoignages de la défense par le maréchal Soult de la frontière franco-espagnole face à l'armée britannique (Wellington) en 1813.
  • La maison de Ferdinand Pinney Earle[21] a été inscrite monument historique par arrêté du 13 janvier 2000.
Le fronton place libre
Le lavoir

Patrimoine religieux

L'église[22], qui conserve des vestiges médiévaux fut agrandie aux XVIe et XVIIe siècles, elle fut inaugurée sous Louis XIII en 1626. En 1605, Mgr Bertrand d'Etchaux, évêque de Bayonne, visitant la paroisse d'Ascain, permit « auxdits paroissiens de ladite paroisse de vendre et aliéner les sépultures que bon semblera et en faveur de qui leur plairont pour le produit de la vente (destiné à) être employé à la faction, réparation et parachèvement de l'œuvre de l'église »[23].
Elle recèle une Vierge à l'Enfant[24] qui est un moulage d'une statue du XIVe siècle ; l'original en marbre, connu sous le nom de "Vierge de Longchamp" est conservé au Musée de Cluny, à Paris. Des pierres tombales en grès rose de la Rhune recouvrent le sol.

L'église d'Ascain
Vierge moderne
Plaque en grès rose de la Rhune datant de 1648

Patrimoine environnemental

La commune a été récompensée de trois fleurs au concours des villes et villages fleuris 2006.

Équipements

Enseignement

La commune dispose de trois écoles primaires, une publique, une privée catholique (l'école Sainte-Marie) et une ikastola (école où l'enseignement se fait en basque).

Personnalités liées à la commune

nées au XVIe siècle
nées au XVIIIe siècle
nées au XIXe siècle
  • Jean Hirigoyen Larroque, né à Ascain en 1788, fut père de Martin Hirigoyen Dolagaray (1821-1888), qui émigra en Argentine et fut le père d'Hipólito Yrigoyen Alem, deux fois président de l'Argentine.
  • Jean-Pierre Borda, dit « Otharré », né à Ascain en 1866 et mort en 1922, est un joueur de pelote basque au rebot et à main nue. Ami de Pierre Loti, il lui inspira l'un des personnages de Ramuntcho, roman qui fut écrit à l'hôtel de la Rhune.
  • Ernest Fourneau, né à Biarritz en 1872, mort à Ascain en 1949, est le fondateur de la chimie thérapeutique française.
  • Ferdinand Pinney Earle (1878 - 1951) est un décorateur de cinéma célèbre à Hollywood dans les années 1910 à 1920. En 1930, il s'installe à Ascain et fait construire une maison en forme de revolver qui rappelle les maisons en adobe bâties à Santa Fe vers 1920.
  • Fiodor Alexandrovitch, prince de Russie, né le 23 décembre 1898 à Saint-Pétersbourg (Russie), est mort le 30 novembre 1968 à Ascain. Il est inhumé dans le cimetière d'Urrugne.
nées au XXe siècle
  • Joseph Laduche, né à Ascain en 1919, père de Jean, Philippe, Jean Michel, Marie Jo, Pampi et Martine Laduche, devint champion de France en fronton (pelote basque) en 1941 ;
  • Philippe Laduche, né à Ascain en 1946, devint champion du monde de pelote basque en trinquet en 1970 à Saint-Sébastien ;
  • Pampi Laduche, né en 1955 à Ascain, est un joueur de pelote basque, champion du monde en trinquet en 1974 à Montevideo (Uruguay).
  • Martine Laduche, né en 1960 à Ascain, est une joueuse de pelote basque à panla ancha et main nue, championne de France.
  • Jacques Chaban-Delmas, né en 1915 à Paris et décédé en 2000 à Paris, qui fut maire de Bordeaux, Premier ministre, président d'honneur de l'Assemblée nationale, général de la Résistance, repose dans le cimetière d'Ascain où il possédait une résidence secondaire.

Notes et références

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Ascain
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am et an Géoportail - Institut géographique national (France), « Géoportail ». Consulté le 16 octobre 2011
  4. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. a et b Cartulaire de Bayonne ou Livre d'Or - Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Titres du Labourd - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. a et b Manuscrits du XVIIe et du XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6) , page 249.
  9. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6) , page 187.
  10. Archives nationales, AF II 133/1014, citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 4, Elkarlanean 2002 (ISBN 2 9131 5646 0) , page 300
  11. Le maire et l'officier municipal de Capbreton demandèrent des consignes aux Représentants du peuple par un courrier (texte transcrit par P. Haristoy, Les Paroisses du Pays Basque pendant la période révolutionnaire, Pau, Vignancour, 1895-1901, pages 256-257) du 24 ventôse an II (14 mars 1794) pour les 229 détenus sous leur responsabilité :

    « 1°) Combien de pain à donner à chaque homme (nous n'avons pas de pain, si ce n'est de la méture) ?
    2°) Pouvons-nous consentir à ce qu'ils s'achètent du vin ou autres provisions ?
    3°) Nous t'observons que nous n'avons point de viande ;
    4°) Pouvons-nous leur permettre d'avoir de la lumière, la nuit, dans un fanal ?
    5°) Pouvons-nous permettre qu'ils aient leurs matelas ou paillasses ? Nous leur avons fait porter de la paille pour coucher ;
    6°) Pouvons-nous permettre qu'ils sortent deux à deux pour laver leur linge ?
    7°) S'il y a des malades, sommes-nous autorisés à les faire sortir de la maison de réclusion pour les traduire dans d'autres pour les faire traiter ? »

  12. Archives nationales, F11/394, 18 vendémiaire an III (9 octobre 1794), citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 4, Elkarlanean 2002 (ISBN 2 9131 5646 0) , page 309
  13. Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, année 1935, pages 67 à 70, et Les paroisses du Pays basque, page 263, Gure Herria, années 1930-1932 - Sources citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 4, Elkarlanean 2002 (ISBN 2 9131 5646 0) , page 310.
  14. Guy Ascarat
  15. la banque du blason
  16. Annuaire des villes jumelées
  17. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur les cromlechs d'Ascain
  18. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le pont romain
  19. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la redoute d'Esnaur
  20. Redoute de Biscarzoun (également sur commune de Saint-Pée-sur-Nivelle) Redoute de Biscarzoun (également sur commune d'Ascain), Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur la redoute de Biscarzoun
  21. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la maison de Ferdinand Pinney Earle
  22. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église d'Ascain
  23. Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, III E 9744, citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 3, Elkarlanean 2001 (ISBN 2 9131 5634 7) , page 116.
  24. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur la Vierge à l'Enfant
  25. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6) , page 113

Pour approfondir

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ascain de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ascain — Saltar a navegación, búsqueda Ascain Escudo …   Wikipedia Español

  • Ascain — (Basque Azkaine ) is a village in the traditional Basque province of Labourd, now a commune in the Pyrénées Atlantiques department in southwestern France. It is located some convert|7|km|abbr=on to the east of Saint Jean de Luz and the Atlantic… …   Wikipedia

  • Ascain — Original name in latin Ascain Name in other language Ascain, Azkaine State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 43.34521 latitude 1.62073 altitude 25 Population 3365 Date 2012 12 05 …   Cities with a population over 1000 database

  • Claude Ascain — Henry Musnik Henry Musnik, né le 25 septembre 1895 à Punta Arenas (Chili), décédé le 4 septembre 1957 à Paris, est un écrivain de langue française. Il a été journaliste sportif à L Auto puis à L Équipe. Il fut aussi le co créateur avec Brantonne… …   Wikipédia en Français

  • Mon Roman Policier — est une collection au format poche de romans policiers éditée chez Ferenczi à partir de 1942. Il y aura 560 parutions. Liste des titres 1 Deux Minutes d erreur par Alain Martial, 1943 2 La Croisière aux nuits blanches par René Marcel de… …   Wikipédia en Français

  • Mon roman policier — est une collection au format poche de romans policiers éditée chez Ferenczi à partir de 1942. Il y aura 560 parutions. Liste des titres Deux Minutes d erreur par Alain Martial, 1943 La Croisière aux nuits blanches par René Marcel de Nizerolles,… …   Wikipédia en Français

  • Liste des monuments historiques des Pyrénées-Atlantiques — Cet article recense les monuments historiques des Pyrénées Atlantiques, en France. Généralités Au 31 décembre 2009, les Pyrénées Atlantiques comptent 379 immeubles protégés au titre des monuments historiques, soit 94 classés et 285 inscrits[1].… …   Wikipédia en Français

  • Henry Musnik — Henry Musnik, né le 25 septembre 1895 à Punta Arenas (Chili) et mort le 4 septembre 1957 à Paris, est un écrivain de langue française. Sommaire 1 Biographie 2 Bibliographie …   Wikipédia en Français

  • Sare — Pour les articles homonymes, voir Sare (homonymie). 43° 18′ 49″ N 1° 34′ 45″ W …   Wikipédia en Français

  • Ernest Fourneau — Pour les articles homonymes, voir Fourneau. Ernest Fourneau Portrait d Ernest Fourneau par son fils Jean Claude …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”