Asamoah Gyan
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gyan.
Asamoah Gyan
Asamoah Gyan Rennes 081231.jpg
Situation actuelle
Club actuel Drapeau : Émirats arabes unis Al Ain Club
Numéro 3
Biographie
Nationalité Drapeau : Ghana Ghana
Naissance 22 novembre 1985 (1985-11-22) (25 ans)
à Accra, Ghana
Taille 1,80 m
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1995-2003 Drapeau : Ghana Liberty Professionals
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
2003 Drapeau : Ghana Liberty Professionals 16 (10)
2003-2008 Drapeau : Italie Udinese Calcio 40 (11)
2004-2006 Drapeau : Italie Modène FC (prêt) 54 (15)
2008-2010 Drapeau : France Stade rennais FC 53 (14)
2010- Drapeau : Angleterre Sunderland 37 (11)
2011- Drapeau : Émirats arabes unis Al Ain Club (prêt) 2 (1)
Sélections en équipe nationale **
Années Équipe M. (B.)
2004 Drapeau : Ghana Ghana olympique 03 0(0)[1]
2003- Drapeau du Ghana Ghana 53 (26)[2]
* Compétitions officielles nationales et internationales.
** Matchs officiels.

Asamoah Gyan, né le 22 novembre 1985 à Accra (Ghana)[3], est un footballeur international ghanéen qui évolue au poste d'attaquant à Al Ain Club, prêté par Sunderland.

Frère d'un autre footballeur professionnel, Baffour Gyan, il rejoint l'Europe très jeune mais connaît des débuts difficiles en Italie. En 2006, il se révèle aux yeux du monde en devenant le premier buteur ghanéen de l'histoire de la Coupe du monde. Après une période plus compliquée, marquée notamment par de nombreuses blessures, il revient au premier plan en se montrant décisif lors de la CAN 2008 puis de la Coupe du monde 2010 dont il est élu l'un des dix meilleurs joueurs. Il fait aussi partie des vingt-trois joueurs nominés pour le Ballon d'or 2010.

Sommaire

Biographie

Enfance et débuts

Accra, capitale du Ghana, est le lieu de naissance d'Asamoah Gyan.

Né à Accra, capitale du Ghana, Asamoah Gyan grandit dans le centre du pays, dans le district de Wenchi[4]. Il est issu d'une famille sportive : son père, commerçant, a joué au football à un niveau modeste[5], sa mère, nommée Cecilia Love Amoako[6], a pratiqué l'athlétisme, enfin son frère Baffour débute lui aussi une carrière de footballeur[5]. Comme Baffour, de cinq ans son aîné[7], Asamoah débute avec les Liberty Professionals. Il entre à l'académie de ce club d'Accra à l'âge de neuf ans, ce qui lui permet d'allier pratique du football et poursuite de ses études. Débutant comme latéral droit puis comme milieu de terrain, il est repositionné en attaque à l'âge de quinze ans. Privé un jour de tous ses attaquants, son entraîneur d'alors replace Gyan comme avant-centre. Sa prestation étant convaincante, Gyan s'installe à ce poste[5].

À dix-sept ans, il fait ses débuts en première division ghanéenne, avec les Liberty Professionals[5]. Quelques mois plus tard seulement, il retient l'attention du sélectionneur de l'équipe nationale ghanéenne. Il fait ses débuts internationaux le 19 novembre 2003, pour une rencontre de qualifications à la Coupe du monde 2006 disputée face à la Somalie[8]. Remplaçant en début de rencontre, il remplace Nana Arhin Duah à la 77e minute et marque son premier but cinq minutes après son entrée en jeu[9], quelques jours avant son dix-huitième anniversaire. Par la suite, Gyan participe à six autres rencontres qualificatives des Black Stars, et marque trois autres buts, dont un face au Cap-Vert, lors de la rencontre qui permet au Ghana de valider son ticket pour le Mondial 2006[10],[11]. Entre-temps, cette affirmation précoce éveille l'intérêt du club italien de l'Udinese, qui manifeste son envie de le recruter dès octobre 2003[12], et parvient à ses fins au mois de janvier suivant[5]. Pour sa première demi-saison en Europe, Gyan ne dispute qu'une rencontre de Série A, face à Parme le 16 mai 2004[13].

À ses débuts en Europe, Gyan évolue au Stade Friuli avec l'Udinese.

Son temps de jeu limité en club ne l'empêche pas d'être retenu pour disputer les Jeux olympiques à Athènes avec le Ghana en compagnie notamment de son frère[14]. Gyan est titulaire tout au long du tournoi[15],[16],[17]. Après un nul contre l'Italie (2-2) et une victoire devant le Paraguay (2-1), les Ghanéens subissent une défaite inattendue face au Japon (0-1). À égalité de points avec l'Italie, le Ghana se fait éliminer au nombre de buts marqués[18]. Gyan, qui n'a pas débloqué son compteur but durant le tournoi, peut regretter de nombreuses occasions ratées face au Japon[19].

Affirmation

De retour de Grèce, Asamoah Gyan est prêté par l'Udinese à Modène le 1er septembre 2004, afin de gagner en temps de jeu en Série B[20]. Avec le club d'Émilie-Romagne, tout juste relégué de Série A, Gyan gagne ses galons de titulaire au côté du vétéran Maurizio Ganz[21] et marque sept buts en vingt-huit matchs de championnat[22]. À l'issue de cette première saison, Modène obtient de l'Udinese le renouvellement du prêt de Gyan pour 2005-2006[23]. Avec Cristian Bucchi, qui marque pas moins de trente buts pendant cette saison[24], Asamoah Gyan forme l'une des meilleures, sinon la meilleure paire d'attaque de Série B[25]. Lors de cette seconde saison, Gyan marque huit buts en vingt-cinq apparitions[22], contribuant aux bons résultats de son club, qui manque la remontée en Série A après avoir été éliminé en barrages par Mantoue.

Scène du match Ghana - République tchèque, lors duquel Gyan marque son premier but en Coupe du monde.

Non retenu pour la Coupe d'Afrique des nations 2006, Asamoah Gyan figure cependant dans la sélection qui dispute en Allemagne la première Coupe du monde de l'histoire du Ghana. Plus jeune équipe du Mondial[26], le Ghana perd son premier match face à l'Italie (0-2), future lauréate de la compétition, sans démériter[27]. Titulaire en attaque avec Matthew Amoah lors de ce match, Gyan l'est de nouveau lors du second, disputé le 17 juin 2006 à Cologne face à la République tchèque. Après 68 secondes de jeu, il ouvre le score après une frappe du gauche consécutive à un service d'Appiah[28], marquant ainsi le premier but de l'histoire de son pays en phase finale de Coupe du monde, et le but le plus rapide du tournoi 2006[29]. Au cours de la seconde mi-temps, Gyan se voit offrir la possibilité d'inscrire un doublé, mais son penalty est repoussé par le poteau de Petr Čech. Un raté qui ne prête pas à conséquence, Muntari scellant le score quelques minutes plus tard (2-0)[30], et sa performance est saluée après ce match[31]. Suspendu lors de la rencontre suivante pour deux cartons jaunes reçus lors des deux premiers matchs[32],[33], il assiste à la victoire des siens face aux États-Unis (2-1), qui permet au Ghana de se qualifier pour les huitièmes de finale. De nouveau titularisé en attaque, il ne peut rien, à l'image de son équipe, face au Brésil qui sort vainqueur de cette confrontation (0-3). Gyan est même expulsé en fin de match après avoir reçu deux cartons jaunes[34].

Concurrence, blessures et désillusions

Gyan, de dos, durant la CAN 2008.

Après la Coupe du monde allemande, Asamoah Gyan retourne à l'Udinese et s'installe dans le costume d'un joueur de Série A. Pour autant, la concurrence est rude au sein de l'attaque du club italien, qui compte dans ses rangs les internationaux Antonio Di Natale et Vincenzo Iaquinta, ce dernier tout juste sacré champion du monde avec la Squadra Azzurra. Malgré cela, Gyan marque huit buts en vingt-cinq matchs (dont dix-huit titularisations) pour sa première saison complète à ce niveau[35]. Ses performances, notamment au Mondial, attirent l'attention du Lokomotiv Moscou, qui tente de le recruter lors de l'hiver 2006-2007. Fin janvier 2007, son transfert est annoncé comme étant conclu avec une indemnité de transfert atteignant neuf millions d'euros[36], mais l'affaire ne se fait finalement pas, l'Udinese ne parvenant pas à engager le joueur censé le remplacer[37]. Au mois d'août suivant, Gyan prolonge même son contrat de quatre ans avec son club, les deux parties se liant jusqu'en 2012[38], mais continue de subir une concurrence féroce, le départ de Iaquinta étant compensé par l'arrivée de Fabio Quagliarella. Gyan débute cependant la saison comme titulaire, marquant trois buts entre septembre et octobre 2007[39].

En janvier 2008, il est retenu pour disputer la Coupe d'Afrique des nations en compagnie de son frère Baffour[40]. Le Ghana, pays organisateur de la compétition, débute son tournoi par une victoire face à la Guinée (2-1), lors de laquelle Gyan ouvre le score sur penalty[41]. Titulaire lors des deux rencontres suivantes, il se distingue davantage par les occasions qu'il ne parvient pas à convertir en buts, ce qui attire à lui, ainsi qu'à sa famille, des menaces de mort[6],[42]. Resté muet lors des rencontres suivantes, il déclare forfait à la veille de la demi-finale que le Ghana perd face au Cameroun (0-1)[43]. Victime d'une pubalgie, il en est opéré courant avril 2008[44]. Après son retour de la CAN et jusqu'à la fin de saison, il ne dispute plus aucun match avec l'Udinese[45].

Au cours de l'été 2008, le Stade rennais FC, qui s'était déjà intéressé à lui un an auparavant[46], cherche de nouveau à le recruter. Le 11 juillet 2008 et contre une indemnité évaluée à huit millions d'euros, Gyan quitte l'Udinese pour rejoindre la Bretagne, signant un contrat de quatre ans[47] et évoquant la possibilité de faire de son nouveau club un tremplin pour sa carrière[48]. Malgré sa convalescence, il débute la saison comme titulaire, faisant ses premiers pas en Ligue 1 dès le 9 août 2008 face à Marseille (4-4)[49], Baby Jet[4], afin de compenser l'absence de Jimmy Briand. Quinze jours plus tard, il se blesse à la cuisse droite[50], ce qui le prive de compétition durant plusieurs mois[51]. De retour en fin d'année, il marque son premier but pour le Stade rennais à l'occasion d'un déplacement à Lorient le 20 décembre 2008[52]. Malgré cela, Gyan ne parvient pas à obtenir la confiance de son entraîneur Guy Lacombe, qui lui préfère Jimmy Briand ou Olivier Thomert en pointe[53], et continue de multiplier les blessures[54],[55],[56]. Très peu souvent titularisé durant cette première saison à Rennes[51], il doit notamment suivre du banc de touche la finale de Coupe de France perdue par le Stade rennais face à l'En Avant de Guingamp le 9 mai 2009, rencontre dont il ne dispute que les toutes dernières minutes[57].

Retour au premier plan

Pendant l'été 2009, Asamoah Gyan bénéficie d'une préparation individualisée, le Stade rennais lui réservant un programme de diététique et d'hygiène de vie, et lui adjoignant la présence du médecin du club pendant ses vacances[58]. Censée limiter les risques de blessures, cette préparation porte ses fruits, et Gyan parvient à obtenir la confiance du nouvel entraîneur rennais Frédéric Antonetti qui le titularise à la pointe de l'attaque. Ainsi, il ne manque que deux rencontres lors de la phase aller, et marque huit buts entre août et novembre[59]. Logiquement, il est retenu pour la Coupe d'Afrique des nations qui se dispute en janvier 2010 en Angola[60], et fait figure de meneur dans une sélection ghanéenne privée de plusieurs de ses cadres[61]. Après avoir sauvé l'honneur sur penalty lors du premier match perdu par le Ghana face à la Côte d'Ivoire (1-3)[62], Gyan se montre décisif à partir des matchs à élimination directe de la phase finale. En quarts face au pays organisateur, il marque le seul but du match[63], puis récidive quelques jours plus tard, en demi-finale face au Nigeria, d'une tête consécutive à un corner[61]. En finale face à l'Égypte le 31 janvier 2010, il ne peut rien pour empêcher la défaite des Ghanéens (0-1)[64], mais sa prestation sur l'ensemble de la compétition est qualifiée « d'éblouissante »[65], et son nom figure dans l'équipe-type de la compétition[66].

Scène du quart de finale opposant le Ghana à l'Uruguay lors de la Coupe du monde 2010.

De retour au Stade rennais, Gyan retrouve sa place de titulaire. Sa saison rennaise se clôt sur un total de treize buts marqués[59], son meilleur total depuis ses débuts professionnels. L'exercice 2009-2010 se termine pour lui par la Coupe du monde disputée en Afrique du Sud. Comme lors de la CAN, Gyan fait figure de cadre parmi l'équipe ghanéenne privée de l'un de ses meilleurs joueurs, Michael Essien[67]. Pour son entrée dans la compétition, le Ghana l'emporte face à la Serbie, et Gyan se montre décisif, malgré deux tirs sur le poteau, en transformant le penalty de la victoire en toute fin de match (1-0)[68]. L'attaquant récidive six jours plus tard, son penalty égalisateur face à l'Australie permettant d'obtenir un match nul suffisant pour s'assurer la qualification pour les huitièmes de finale (1-1)[69]. À ce stade de la compétition, le Ghana, seul représentant africain encore en course, bute sur les États-Unis. Poussés à la prolongation, les Black Stars l'emportent grâce à un nouveau but de Gyan, qui prend de vitesse deux défenseurs adverses, dont son coéquipier à Rennes Carlos Bocanegra, pour marquer d'un tir du gauche (2-1)[70]. Qualifié pour les quarts de finale, le Ghana égale les performances du Cameroun en 1990 et du Sénégal en 2002, seules équipes africaines à avoir atteint ce stade de la compétition[71]. Gyan, avec quatre buts répartis sur deux coupes du monde, est lui à une unité du recordman africain, Roger Milla[72]. Opposés à l'Uruguay, les Ghanéens ouvrent la marque par Muntari mais concèdent l'égalisation sur un coup franc tiré par Forlán. Le score en reste là jusqu'à l'ultime minute de la prolongation, lors de laquelle l'Uruguayen Suárez repousse de la main un ballon sur sa ligne de but. Gyan se présente pour le penalty sifflé par l'arbitre, avec l'opportunité de qualifier son équipe, mais son tir est repoussé par la barre transversale[73]. La fin du match sifflée, les deux équipes doivent se départager avec l'épreuve des tirs au but. Loin de se démonter, Gyan est le premier ghanéen à tenter sa chance, et à transformer sa tentative[74], mais l'Uruguay s'impose finalement (1-1 a.p., 4-2 t.a.b.) et élimine un Ghana qui s'était attaché les faveurs de l'Afrique[75]. À l'issue du Mondial, Gyan figure parmi les dix meilleurs joueurs de la compétition[76]. En fin d'année, ses performances lui valent également de figurer parmi les vingt-trois joueurs nominés pour l'obtention du Ballon d'or 2010[77].

Un nouveau départ en Angleterre

Le 31 août 2010, il quitte le Stade rennais et s'engage pour quatre ans avec Sunderland, moyennant une indemnité de transfert supérieure à treize millions de livres sterling, somme record pour son nouveau club[78].

Carrière

Saison Club Pays Championnat Coupe d'Europe
Division Matchs Buts Cartons Type Matchs Buts
Carton jaune Carton rouge
2003 - 2004 Liberty Professionals Drapeau du Ghana Ghana Premier League 16 10 ? ? - - -
2003 - 2004 Udinese Calcio Drapeau d'Italie Italie Serie A 1 - - - - - -
2004 - 2005 Modène FC Drapeau d'Italie Italie Serie B 28 7 ? ? - - -
2005 - 2006 Modène FC Drapeau d'Italie Italie Serie B 25 8 ? ? - - -
2006 - 2007 Udinese Calcio Drapeau d'Italie Italie Serie A 18 6 3 - - - -
2007 - 2008 Udinese Calcio Drapeau d'Italie Italie Serie A 13 4 1 - - - -
2008 - 2009 Stade rennais Drapeau de France France Ligue 1 16 1 2 - C3 1 -
2009 - 2010 Stade rennais Drapeau de France France Ligue 1 29 13 3 2 - - -
2010 - 2011 Stade rennais Drapeau de France France Ligue 1 3 - - - - - -
Sunderland Drapeau d'Angleterre Angleterre Premier League 31 10 - - - - -
2011 - 2012 Sunderland Drapeau d'Angleterre Angleterre Premier League 3 - - - - - -

Palmarès

En sélection nationale :

En club :

Liens externes

Notes et références

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article en italien intitulé « Asamoah Gyan » (voir la liste des auteurs)

  1. 208353/index.html Statistiques d'Asamoah Gyan sur fifa.com. Consulté le 14 juillet 2010
  2. 2660 Fiche d'Asamoah Gyan sur national-football-teams. Consulté le 14 juillet 2010
  3. Fiche d'Asamoah Gyan sur footballdatabase.eu. Consulté le 10 juillet 2010
  4. a et b (en) David Gendelman, « « Baby Jet » Gyan » sur vanityfair.com. Mis en ligne le 23 juin 2010, consulté le 10 juillet 2010
  5. a, b, c, d et e (it) Paolo Reggianini, « Arcobaleno Asamoah » sur gazzetta.it. Mis en ligne le 12 octobre 2005, consulté le 11 juillet 2010
  6. a et b (en) Gyan family suffer death threats sur bbc.co.uk. Mis en ligne le 29 janvier 2008, consulté le 11 juillet 2010
  7. (en) Fiche de Baffour Gyan sur national-football-teams.com. Consulté le 11 juillet 2010
  8. Fiche d'Asamoah Gyan sur fifa.com. Consulté le 11 juillet 2010
  9. Feuille de match de Ghana - Somalie du 19 novembre 2003 sur fifa.com. Consulté le 11 juillet 2010
  10. Zone africaine : La révolution est en marche sur fifa.com. Mis en ligne le 8 octobre 2005, consulté le 11 juillet 2010
  11. Feuille de match de Cap-Vert - Ghana du 8 octobre 2005 sur fifa.com. Consulté le 11 juillet 2010
  12. (it) Massimo Meroi, « L' Udinese, che bella scoperta » sur gazzetta.it. Mis en ligne le 30 octobre 2003, consulté le 11 juillet 2010
  13. (it) Fiche d'Asamoah Gyan sur gazzetta.it. Consulté le 11 juillet 2010
  14. Effectif du Ghana aux Jeux olympiques 2004 sur fifa.com. Consulté le 11 juillet 2010
  15. Feuille de match de Ghana - Italie du 12 août 2004 sur fifa.com. Consulté le 11 juillet 2010
  16. Feuille de match de Paraguay - Ghana du 15 août 2004 sur fifa.com. Consulté le 11 juillet 2010
  17. Feuille de match de Japon - Ghana du 18 août 2004 sur fifa.com. Consulté le 11 juillet 2010
  18. Matchs et résultats du tournoi olympique de football masculin 2004 sur fifa.com. Consulté le 11 juillet 2010
  19. La déception ghanéenne sur fifa.com. Mis en ligne le 18 août 2004, consulté le 11 juillet 2010
  20. (it) Arriva Gyan Asamoah sur modenafc.net. Mis en ligne le 1er septembre 2004, consulté le 11 juillet 2010
  21. (it) Paolo Reggianini, « « La vecchia guardia non tradisce mai » » sur gazzetta.it. Mis en ligne le 11 novembre 2004, consulté le 11 juillet 2010
  22. a et b (it) Fiche d'Asamoah Gyan sur gazzetta.it. Consulté le 11 juillet 2010
  23. (it) Ceduto Mauri e confermato in prestito Asamoah Gyan sur modenafc.net. Mis en ligne le 24 juin 2005, consulté le 11 juillet 2010
  24. (it) Fiche de Cristian Bucchi sur gazzetta.it. Consulté le 11 juillet 2010
  25. (it) Paolo Reggianini, « Modena si gusta nuove delizie » sur gazzetta.it. Mis en ligne le 27 octobre 2005, consulté le 11 juillet 2010
  26. La jeunesse du Ghana sur fifa.com. Mis en ligne le 2 juin 2006, consulté le 11 juillet 2010
  27. Le film de Ghana - Italie du 12 juin 2006 sur fifa.com. Mis en ligne le 12 juin 2006, consulté le 11 juillet 2010
  28. Et le Ghana gagna sur fifa.com. Mis en ligne le 17 juin 2006, consulté le 11 juillet 2010
  29. Asamoah Gyan signe 4 ans au SRFC sur staderennais.com. Mis en ligne le 13 juillet 2008, consulté le 11 juillet 2010
  30. B. Ro., « La démonstration ghanéenne » sur lequipe.fr. Mis en ligne le 17 juin 2006, consulté le 11 juillet 2010
  31. « Les Ghanéens ont les moyens de leurs ambitions » sur fifa.com. Mis en ligne le 17 juin 2006, consulté le 12 juillet 2010
  32. Feuille de match d'Italie - Ghana du 12 juin 2006 sur fifa.com. Consulté le 12 juillet 2010
  33. Feuille de match de Ghana - République tchèque du 17 juin 2006 sur fifa.com. Consulté le 12 juillet 2010
  34. Feuille de match de Brésil - Ghana du 27 juin 2006 sur fifa.com. Consulté le 12 juillet 2010
  35. (it) Statistiques d'Asamoah Gyan en Série A 2006-2007 sur gazzetta.it. Consulté le 12 juillet 2010
  36. Gyan au Lokomotiv Moscou sur lequipe.fr. Mis en ligne le 20 janvier 2007, consulté le 12 juillet 2010
  37. (en) Ibrahim Sannie, « Gyan's Lokomotiv move hits snag » sur bbc.co.uk. Mis en ligne le 17 février 2007, consulté le 12 juillet 2010
  38. (en) Ibrahim Sannie, « Asamoah extends Udinese stay » sur bbc.co.uk. Mis en ligne le 10 août 2007, consulté le 12 juillet 2010
  39. (it) Statistiques d'Asamoah Gyan en Série A 2007-2008 sur gazzetta.it. Consulté le 12 juillet 2010
  40. Les 23 ghanéens sur lequipe.fr. Mis en ligne le 11 janvier 2008, consulté le 12 juillet 2010
  41. J.LB, « Une ouverture prometteuse » sur lequipe.fr. Mis en ligne le 20 janvier 2008, consulté le 12 juillet 2010
  42. Les frères Gyan menacés sur lequipe.fr. Mis en ligne le 27 janvier 2008, consulté le 12 juillet 2010
  43. Le Roy : « Une grosse désillusion » sur lequipe.fr. Mis en ligne le 7 février 2008, consulté le 12 juillet 2010
  44. David Thomas, « « Je suis un vrai buteur » » sur lefigaro.fr. Mis en ligne le 17 juillet 2008, consulté le 12 juillet 2010
  45. (it) Matchs disputés par Asamoah Gyan avec l'Udinese lors de la saison 2007-2008 sur gazzetta.it. Consulté le 12 juillet 2010
  46. Rennes suit Gyan et Samaras sur lequipe.fr. Mis en ligne le 14 juillet 2007, consulté le 12 juillet 2010
  47. AFP, « Asamoah Gyan signe à Rennes pour quatre ans » sur fifa.com. Mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 12 juillet 2010
  48. Asamoah Gyan : « Le SRFC, un tremplin pour ma carrière » sur staderennais.com. Mis en ligne le 17 juillet 2008, consulté le 12 juillet 2010
  49. Fiche d'Asamoah Gyan sur stade-rennais-online.com. Consulté le 10 juillet 2010
  50. Asamoah Gyan blessé sur francefootball.fr. Mis en ligne le 24 août 2008, consulté le 12 juillet 2010
  51. a et b Détail des matchs joués par Asamoah Gyan durant la saison 2008-2009 sur lfp.fr. Consulté le 12 juillet 2010
  52. Sylvain, « Le Stade rennais conclut 2008 en beauté » sur stade-rennais-online.com. Mis en ligne le 20 décembre 2008, consulté le 13 juillet 2010
  53. O.D., Ouest-France, « Gyan : « J'ai vécu une saison galère... » » sur rennes.maville.com. Mis en ligne le 23 mai 2009, consulté le 13 juillet 2010
  54. Gyan souffre encore sur stade-rennais-online.com. Mis en ligne le 22 mars 2009, consulté le 13 juillet 2010
  55. Entorse pour Gyan sur stade-rennais-online.com. Mis en ligne le 30 avril 2009, consulté le 13 juillet 2010
  56. Élongation pour Gyan sur stade-rennais-online.com. Mis en ligne le 24 mai 2009, consulté le 13 juillet 2010
  57. Feuille de match de la finale de la Coupe de France 2008-2009 sur fff.fr. Consulté le 13 juillet 2010
  58. Dyon : « Gyan, un bon défi » sur stade-rennais-online.com. Mis en ligne le 13 juillet 2009, consulté le 13 juillet 2010
  59. a et b Détail des matchs joués par Asamoah Gyan durant la saison 2009-2010 sur lfp.fr. Consulté le 13 juillet 2010
  60. Mensah et Osei en renfort sur lequipe.fr. Mis en ligne le 6 janvier 2010, consulté le 13 juillet 2010
  61. a et b E.T., « Le Ghana, c'est Gyan » sur lequipe.fr. Mis en ligne le 28 janvier 2010, consulté le 13 juillet 2010
  62. La Côte d'Ivoire en quarts sur lequipe.fr. Mis en ligne le 15 janvier 2010, consulté le 13 juillet 2010
  63. E.T., « Le Ghana brise le rêve » sur lequipe.fr. Mis en ligne le 24 janvier 2010, consulté le 13 juillet 2010
  64. D.Mi., « Les Pharaons dans l'histoire » sur lequipe.fr. Mis en ligne le 31 janvier 2010, consulté le 13 juillet 2010
  65. Hugues Sionis, « Le Roy : « Le talent du Ghana » » sur lequipe.fr. Mis en ligne le 4 février 2010, consulté le 13 juillet 2010
  66. Hassan et El-Hadary honorés sur lequipe.fr. Mis en ligne le 31 janvier 2010, consulté le 13 juillet 2010
  67. AFP, « Les 23 sans Essien mais avec K.-P. Boateng » sur fifa.com. Mis en ligne le 30 mai 2010, consulté le 13 juillet 2010
  68. Le Ghana remercie Gyan sur fifa.com. Mis en ligne le 13 juin 2010, consulté le 13 juillet 2010
  69. L'Australie a presque des regrets. Mis en ligne le 19 juin 2010, consulté le 13 juillet 2010
  70. Le Ghana fait honneur à l'Afrique sur fifa.com. Mis en ligne le 26 juin 2010, consulté le 13 juillet 2010
  71. E.T., « Le Ghana ou le rêve africain » sur lequipe.fr. Mis en ligne le 26 juin 2010, consulté le 14 juillet 2010
  72. Philippe Da Costa, « Gyan comme Milla ? » sur tf1.fr. Mis en ligne le 2 juillet 2010, consulté le 14 juillet 2010
  73. Le Ghana offre l'Histoire à l'Uruguay sur fifa.com. Mis en ligne le 2 juillet 2010, consulté le 14 juillet 2010
  74. AFP, « Gyan l'inconsolable » sur fifa.com. Mis en ligne le 2 juillet 2010, consulté le 14 juillet 2010
  75. AFP, « Les Black Stars salués en héros à Soweto » sur fifa.com. Mis en ligne le 4 juillet 2010, consulté le 14 juillet 2010
  76. Les nominés pour le Ballon d’Or dévoilés sur fifa.com. Mis en ligne le 9 juillet 2010, consulté le 14 juillet 2010
  77. Les 23 nominés sont... sur francefootball.fr. Mis en ligne le 26 octobre 2010, consulté le 11 décembre 2010
  78. (en) Bruce smashes transfer record sur safc.com. Mis en ligne le 31 août 2010, consulté le 31 août 2010



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Asamoah Gyan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Asamoah Gyan — 2008 Spielerinformationen Geburtstag 22. November 1985 Geburtsort Accra, Ghana …   Deutsch Wikipedia

  • Asamoah Gyan — Nacimiento 22 de noviembre de 1985 (25 años) Accra, Ghana …   Wikipedia Español

  • Asamoah Gyan — Football player infobox playername = Asamoah Gyan fullname = Asamoah Gyan dateofbirth = birth date and age|1985|11|22 cityofbirth = Accra countryofbirth = Ghana height = height|m=1.86 currentclub = Stade Rennais clubnumber = 10 position = Striker …   Wikipedia

  • Gyan Asamoah — Asamoah Gyan Asamoah Gyan …   Wikipédia en Français

  • Gyan — or Gyan may refer to:* Global Youth Action Network, a youth empowerment organization * Gyan (album), the debut album by Gyan EvansPeople named Gyan:* Asamoah Gyan (born 1985), Ghanaian footballer * Baffour Gyan (born 1980), Ghanaian footballer *… …   Wikipedia

  • Asamoah — ist ein Vor oder Nachname afrikanischen Ursprungs. Als Vornamen tragen ihn z. B. Asamoah Gyan (* 1985), ghanaischer Fußballspieler Emmanuel Asamoah Owusu Ansah (* 1950), ghanaischer Sportfunktionär und Politiker Kwabena Joseph Asamoah… …   Deutsch Wikipedia

  • Gyan — ist der Nachname folgender Personen: Asamoah Gyan (* 1985), ghanaischer Fußballspieler Baffour Gyan (* 1980), ghanaischer Fußballspieler Christian Gyan (* 1978), ghanaischer Fußballspieler Gyan ist der Vorname folgender Personen: Gyan Evans,… …   Deutsch Wikipedia

  • Asamoah — Infobox Given Name Revised name = Asamoah imagesize= caption= pronunciation= gender = meaning = region = origin = related names = footnotes = Asamoah is a surname or given name, and may refer to:* Asamoah Gyan (born 1985), Ghanaian International… …   Wikipedia

  • Gyan — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Asamoah Gyan, né le 22 novembre 1985, est un footballeur ghanéen évoluant au poste d attaquant. Baffour Gyan, né le 2 juillet 1980, est un… …   Wikipédia en Français

  • Baffour Gyan — Pour les articles homonymes, voir Gyan. Baffour Gyan Baffour Gyan est un footballeur international ghanéen né le 2 juillet 1980 à Accra. Il évolue au p …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”