Arvicola Sapidus

Arvicola sapidus

Comment lire une taxobox
Campagnol aquatique
Arvicola sapidus
Arvicola sapidus
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Rodentia
Sous-ordre Myomorpha
Famille Muridae
Sous-famille Arvicolinae
Genre Arvicola
Nom binominal
Arvicola sapidus
Miller, 1908
Statut de conservation IUCN :

VU A2ace+4ace : Vulnérable
Schéma montrant le risque d'extinction sur le classement de l'IUCN.

Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Le campagnol amphibie (Arvicola sapidus), souvent confondu avec le rat et communément nommé rat d'eau, est un rongeur de la famille des Muridae. Il est en quelque sorte le cousin aquatique du campagnol terrestre.


Autrefois commun sur les berges de tous les petits cours d'eaux calmes et propres en Europe, encore abondant sur de nombreuses rivières dans les années 1970, il est en forte régression ou a disparu d'une grande partie de son aire naturelle de répartition, au point d'être devenu avec le vison d'Europe, le mammifère le plus menacé d'extinction en France. C'est une espèce autrefois mal-aimée, encore largement méconnue, qui malgré les alertes d'ONG ou de naturalistes tels que Jean-François Noblet, la société française pour l'étude et la protection des mammifères [1], ou le muséum national d'histoire naturelle[2], de France nature environnement, n'ont pu mobiliser beaucoup de moyens sur cette espèce qui - peut-être en raison de sa ressemblance avec les rats - n'a pas su mobiliser le public ou le WWF comme le Watervole technical group (WVTG) a su le faire pour son cousin anglais. Le campagnol amphibie ne bénéficie toujours d'aucun statut juridique en France et en Europe. Il n'était pas même évoqué dans le Programme d'action pour la faune et la flore sauvages de 1996[3] en France et ce n'est qu'en 1993 que le Ministère de l'environnement l'a évoqué dans une plaquette sur les mammifères d'eau douce, notant qu'il était en fort recul, au profit du rat musqué des années 1970 aux années 1980.

Peu d'efforts de protection ou de confortement de population ont été faits, alors que des plans de restauration et un élevage conservatoire (Wildwood Trust) sont en cours au Royaume-uni pour son homologue anglais Arvicola amphibius, espèces très proche, qui a connu les mêmes vicissitudes et a également failli disparaître.

On lui connaît deux sous-espèces:

  • Arvocola sapidus tenebricus ; plus sombre à roussâtres (France, Nord de l'Espagne)
  • Arvocola sapidus sapidus ; plus clair et jaunâtre. C'est une espèce plus méridionale (Portugal et Sud de l'Espagne)

Sommaire

Description

C'est un animal de 150 à 280 grammes au corps arrondi (par rapport à celui du rat qui est plus allongé et fin) et aux petites oreilles.
Son corps mesure entre 16 et 23 cm auquel il faut rajouter une queue de 12 cm en moyenne.
Le pelage est brun foncé sur le dos tirant sur le gris sur le ventre etles flancs. Il est plus épais que la fourrure des autres campagnols.. On le distingue notamment du campagnol terrestre par ;

  • le pied postérieur supérieur à 32 mm chez l'adulte ;
  • une queue plus longue (105 à 140 mm), non apparente quand il nage ;
  • une dentition différente ; les deux incisives supérieures sont orthondontes, c'est à dire orientée à 90 ° par rapport à la machoire supérieure. la rangée dentaire de la machoire inférieure mesures 8,7 à 10,8 mm, contre 7 à 9,2 chez le campagnol terrestre. Les dents sont également plus épaisses et longues, avec une boucle anfértireu de M1 (molaire 1) formant un angle aigu sur le bord interne, alors qu'elle est arrondie chez le campagnol terrestre).

Traces : à la différence du surmulot et du rat musqué, il ne laisse pas de traces de queue quand il marche. Longévité : 2 ans. Il laisse souvent des végétaux (ex joncs) coupés à 10 cm. L'empreinte des incisives a une forme de biseau.

Confusion possible : De loin, il peut être confondu avec un jeune rat musqué.

Biologie et habitat


Cet animal est relativement discret (il supporte une apnée de plusieurs minutes), bien que plutôt diurne, tout en étant également actif de nuit.. Il est le plus actif en fin de matinée et en début d'après midi, alors que beaucoup de rongeurs terrestres sont presque exclusivement nocturnes). C'est une espèce active toute l'année, qui se nourrit surtout dans l'eau et sur la berge et n'est donc pas nuisible aux cultures.

Habitat : berges et cours d'eau, berges de zones humides.
Il creuse un terrier dans les berges avec une entrée immergée et une autre au dessus du niveau de l'eau. Il construit parfois un nid dans les herbes de la berge.

Alimentation : essentiellement végétarien, il apprécie particulièrement les joncs, roseaux, graminées des berges, le cresson (racines et feuilles).. mais il ne dédaigne pas manger quelques organismes aquatiques (invertébrés dont écrevisse, insectes, alevins, amphibiens) voire gouter à l'occasion aux charognes localement présentes.

Reproduction

La maturité sexuelle est atteinte en un peu plus d'un mois. L'accouplement a lieu dans l'eau ou près de l'eau après que les membres du couple se soient poursuivis dans l'eau et sur la berge.
Les femelles mettent bas jusqu'à 5 portées de 2 à 7 petits par an (de mars à octobre), allaités par 8 mammelles après la naissance qui suit une gestation de 21 à 22 jours.

Répartition

Cette espèce est encore localement présente en France, Espagne et au Portugal.
Indice de présence/absence : les traces de pas (moins profonde que celles du rat musqué ou du surmulot, car il est plus léger). Les crottes, fermes et en forme de noyau de datte sont vertes quand elles sont fraiches, vertes foncées puis brunes ensuite. Elles sont disposées en « crottiers » où l'on trouve des crottes plus fraiches posées sur d'autres plus anciennes en train de se déliter sous l'action des passages répétés). La présence de dents et de machoires dans les pelottes de rejection de rapaces trouvées localement est un autre indice de présence (on le trouve aussi parfois empoisonné ou pris dans les pièges destinés aux rats musqués). Dans les mares riches en végétaux, des « traces » en « coulées aquatiques » convergentes vers son terrier et un eau plus trouble à l'entrée de ce dernier sont des indices, mais il peut aussi s'agir d'un rat musqué. Il mange sur des « réfectoires » (plateforme de végétaux accumulés) qui constituent un indice supplémentaire

Menaces, statut de conservation et protection

Bien que ne posant pas de problèmes de déprédation, il a néanmoins été pourchassé, empoisonné, mangé.. Il a souvent été tué ou repoussé par les travaux d'aménagement, de rectification et d'artificialisation des berges. Et il est encore victime des appâts empoisonnés destinés aux rats ou au rat musqué et au ragondin, deux espèces introduites et invasives qui depuis les années 1920 ont également contribué à chasser le campagnol amphibie de son habitat. D'autres hypothèses pourraient expliquer les nombreuses disparitions locales ou régionales constatées depuis les années 1970-1980 ; un entretien trop drastique des berges (manque de véla pression du vison d'Amérique introduit, la pression des tirs visant à réguler les rats ou rats musqués (de loin, cet animal est facilement confondu avec d'autres rongeurs) et peut-être une sensibilité accrue aux épidémies en raison d'une exposition croissante à certains polluants (pesticides, perturbateurs endocriniens..)

Arvicola sapidus est aujourd'hui gravement menacé de disparition, à court terme.

Des efforts ont été entrepris pour le sauver, dont une campagne d'information et sensibilisation du public, des changements au niveau des travaux publics qui affectent l'habitat du campagnol amphibie et la préservation de son habitat, avec le soutien de certaines collectivités[4].

Sources

  • Marc Duquet, Hervé Maurin, Patrick Haffner: Inventaire de la faune de France Nathan , 2005, (ISBN 2092780468)

Voir aussi

Liens externes

Autres sites:

Notes et références

  1. A. Fayard. Atlas des mammifères sauvges de France. Paris, SFEPM, 1984
  2. Statut de la Faune de France métropolitaine, Paris, MNHN, 1997
  3. Ministère de l'environnement, 1996
  4. Ex : Conseil général de l'Isère qui a publié un document Sauvons le campagnol amphibie
  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie
Ce document provient de « Arvicola sapidus ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arvicola Sapidus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Arvicola sapidus — Campagnol aquatique …   Wikipédia en Français

  • Arvicola sapidus — Saltar a navegación, búsqueda ? Rata de agua Estado de conservación …   Wikipedia Español

  • Arvicola sapidus — Campagnol amphibie, Rat d eau Campagnol aquatique …   Wikipédia en Français

  • Arvicola sapidus — Westschermaus Systematik Überfamilie: Mäuseartige (Muroidea) Familie: Wühler (Cricetidae) Unterfamilie: Wühlmäuse (Arvicolinae) …   Deutsch Wikipedia

  • Arvicola — Arvicola …   Wikipédia en Français

  • Arvicola — Saltar a navegación, búsqueda ? Arvicola Rango fósil: Pleistoceno Actualidad …   Wikipedia Español

  • Arvicola scherman — Saltar a navegación, búsqueda ? Rata topera Estado de conservación …   Wikipedia Español

  • Arvicola — A …   Wikipédia en Français

  • Arvicola — Water voles Temporal range: Early Pleistocene Recent Arvicola amphibius Scientific classification Kingdom …   Wikipedia

  • Arvicola terrestris — Rat taupier, Campagnol terrestre, Grand campagnol Rat taupier …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”