Arthur de Villepin

Dominique de Villepin

Dominique de Villepin
18e Premier ministre français
Dominique villepin.jpg
Dominique de Villepin, le 18 novembre 2003

Actuellement en fonction
Mandat actuel
Depuis le {{{début mandat actuel}}}
Président(s) {{{président actuel}}}
Président fédéral {{{président fédéral actuel}}}
Président(s) de la République {{{président de la république actuel}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation actuel}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état actuel}}}
Souverain(s) {{{Souverain}}}
Monarque(s) {{{monarque actuel}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur actuel}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement actuel}}}
Législature(s) {{{législature actuel}}}
Majorité(s) {{{coalition actuel}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint actuel}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur actuel}}}

{{{mandat4}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Président(s) {{{président4}}}
Président fédéral {{{président fédéral4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république4}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état4}}}
Monarque(s) {{{monarque4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement4}}}
Législature(s) {{{législature4}}}
Majorité(s) {{{coalition4}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur4}}}
Successeur {{{successeur4}}}

{{{mandat3}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
Président(s) {{{président3}}}
Président fédéral {{{président fédéral3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république3}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état3}}}
Monarque(s) {{{monarque3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement3}}}
Législature(s) {{{législature3}}}
Majorité(s) {{{coalition3}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur3}}}
Successeur {{{successeur3}}}

{{{mandat2}}}
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
Président(s) {{{président2}}}
Président fédéral {{{président fédéral2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république2}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état2}}}
Monarque(s) {{{monarque2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement2}}}
Législature(s) {{{législature2}}}
Majorité(s) {{{coalition2}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur2}}}
Successeur {{{successeur2}}}

Mandat
31 mai 2005 - 15 mai 2007
Monarque(s) {{{monarque1}}}
Président(s) {{{président1}}}
Président fédéral {{{président fédéral1}}}
Président(s) de la République Jacques Chirac
Président(s) de la Nation {{{président de la nation1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur1}}}
Gouvernement(s) Villepin
Législature(s) XIIe législature
Majorité(s) {{{coalition1}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint1}}}
Prédécesseur Jean-Pierre Raffarin
Successeur François Fillon

Autres fonctions
Ministre de l'Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales
Période
31 mars 2004 - 15 mai 2005
Président(s) {{{président 1}}}
Président(s) de la République Jacques Chirac
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 1}}}
Monarque(s) {{{monarque 1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 1}}}
Premier ministre Jean-Pierre Raffarin
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 1}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 1}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 1}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 1}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 1}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 1}}}
Gouvernement(s) Raffarin (3)
Législature(s) {{{législature 1}}}
Prédécesseur Nicolas Sarkozy
Successeur Nicolas Sarkozy

Ministre des Affaires étrangères
Période
8 mai 2002 - 30 mars 2004
Président(s) {{{président 2}}}
Président(s) de la République Jacques Chirac
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 2}}}
Monarque(s) {{{monarque 2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 2}}}
Premier ministre Jean-Pierre Raffarin
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 2}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 2}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 2}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 2}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 2}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 2}}}
Gouvernement(s) Raffarin (1), (2)
Législature(s) {{{législature 2}}}
Prédécesseur Hubert Védrine
Successeur Michel Barnier

Secrétaire général
de la Présidence de la République
Période
17 mai 1995 - 6 mai 2002
Président(s) {{{président 3}}}
Président(s) de la République Jacques Chirac
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 3}}}
Monarque(s) {{{monarque 3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 3}}}
Premier ministre
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 3}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 3}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 3}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 3}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 3}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 3}}}
Législature(s) {{{législature 3}}}
Prédécesseur Hubert Védrine
Successeur Philippe Bas

{{{fonction4}}}
Période
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président(s) {{{président 4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 4}}}
Monarque(s) {{{monarque 4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 4}}}
Premier ministre {{{premier ministre 4}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 4}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 4}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 4}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 4}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 4}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 4}}}
Législature(s) {{{législature 4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 4}}}
Successeur {{{successeur 4}}}

{{{fonction5}}}
Période
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président(s) {{{président 5}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 5}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 5}}}
Monarque(s) {{{monarque 5}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 5}}}
Premier ministre {{{premier ministre 5}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 5}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 5}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 5}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 5}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 5}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 5}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 5}}}
Législature(s) {{{législature 5}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 5}}}
Successeur {{{successeur 5}}}

{{{fonction6}}}
Période
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président(s) {{{président 6}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 6}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 6}}}
Monarque(s) {{{monarque 6}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 6}}}
Premier ministre {{{premier ministre 6}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 6}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 6}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 6}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 6}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 6}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 6}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 6}}}
Législature(s) {{{législature 6}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 6}}}
Successeur {{{successeur 6}}}

{{{fonction7}}}
Période
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président(s) {{{président 7}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 7}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 7}}}
Monarque(s) {{{monarque 7}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 7}}}
Premier ministre {{{premier ministre 7}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 7}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 7}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 7}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 7}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 7}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 7}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 7}}}
Législature(s) {{{législature 7}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 7}}}
Successeur {{{successeur 7}}}

{{{fonction8}}}
Période
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président(s) {{{président 8}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 8}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 8}}}
Monarque(s) {{{monarque 8}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 8}}}
Premier ministre {{{premier ministre 8}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 8}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 8}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 8}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 8}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 8}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 8}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 8}}}
Législature(s) {{{législature 8}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 8}}}
Successeur {{{successeur 8}}}

{{{fonction9}}}
Période
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président(s) {{{président 9}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 9}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 9}}}
Monarque(s) {{{monarque 9}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 9}}}
Premier ministre {{{premier ministre 9}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 9}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 9}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 9}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 9}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 9}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 9}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 9}}}
Législature(s) {{{législature 9}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 9}}}
Successeur {{{successeur 9}}}

{{{fonction10}}}
Période
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président(s) {{{président 10}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 10}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 10}}}
Monarque(s) {{{monarque 10}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 10}}}
Premier ministre {{{premier ministre 10}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 10}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 10}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 10}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 10}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 10}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 10}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 10}}}
Législature(s) {{{législature 10}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 10}}}
Successeur {{{successeur 10}}}

{{{fonction11}}}
Période
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président(s) {{{président 11}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 11}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 11}}}
Monarque(s) {{{monarque 11}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 11}}}
Premier ministre {{{premier ministre 11}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 11}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 11}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 11}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 11}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 11}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 11}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 11}}}
Législature(s) {{{législature 11}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 11}}}
Successeur {{{successeur 11}}}

Biographie
Nom de naissance Dominique Marie François René Galouzeau de Villepin
Naissance 14 novembre 1953 (55 ans)
Drapeau de la France Rabat (Protectorat du Maroc)
Décès {{{décès}}}
{{{lieu du décès}}}
Nature du décès {{{nature}}}
Nationalité française
Parti politique UMP
Conjoint
Enfants Marie de Villepin
Arthur de Villepin
Victoire de Villepin
Diplômé de IEP Paris
ENA
Profession Diplomate
Avocat
Résidence
Signature

Premiers ministres français

Dominique de Villepin, de son vrai nom Dominique Galouzeau de Villepin, né le 14 novembre 1953 à Rabat (Maroc), est un écrivain, diplomate, avocat et homme politique français, Premier ministre du 31 mai 2005 au 15 mai 2007. Il est membre de l'Union pour un mouvement populaire (UMP).

Sommaire

Biographie

Origines, études et famille

Dominique Marie François René Galouzeau de Villepin est fils de Xavier Galouzeau de Villepin, sénateur centriste puis UMP, et d'Yvonne Hétier, première conseillère de tribunal administratif. Il passe la majeure partie de son enfance à l’étranger : en Afrique, aux États-Unis, en Amérique latine et spécialement au Venezuela.

Les Galouzeau de Villepin n'appartiennent pas à la noblesse : Honoré Galouzeau, notaire, épousa Marie Tourmont de Villepin au XVIIIe siècle. Leur arrière petit-fils François-Xavier, avocat, se fera appeler Galouzeau de Villepin au XIXe siècle, et il eut une nombreuse postérité.

En mai 68, à quinze ans, Dominique de Villepin est le seul gréviste de son lycée à Caracas. Il rentre en France, et poursuit ses études à Toulouse, d'abord au lycée privé jésuite Le Caousou où il obtiendra son bac (avec la mention assez bien) à l'âge de 16 ans, puis à la faculté de Lettres.

Il entre ensuite à l'Institut d'études politiques de Paris tout en suivant un cursus universitaire de droit, puis à l'École nationale d'administration, d'où il sortira dans la promotion Voltaire, aux côtés d'Henri de Castries, Renaud Donnedieu de Vabres, François Hollande et Ségolène Royal. Il finira 25e, ses adversaires politiques d'aujourd'hui finissant respectivement 11e et 95e. Il adhère en 1977 au Rassemblement pour la République (RPR).

Il effectue son service militaire dans la Marine comme officier sur le porte-avions Clemenceau, avant d'occuper son premier poste au ministère des Affaires étrangères.

À sa sortie de l'ENA, il entame en 1980 sa carrière de diplomate en tant que secrétaire des Affaires étrangères. De 1984 à 1992, il est successivement premier secrétaire de l'ambassade de France aux États-Unis, directeur du service de presse de cette même ambassade, puis premier conseiller de l'ambassade de France en Inde.

Passionné de sport, d'histoire et de littérature il a publié un ouvrage sur l'épopée napoléonienne, plusieurs essais, et deux recueils de poèmes en 1986 et 1988. Dans ceux-ci il décrit, au fil des pages en l'honneur des grands poètes, son enfance hors de France. Il dédie d'autres pages à sa mère, et aussi à son frère Éric dont la disparition prématurée semble l'avoir durablement affecté.

Mariage et enfants

Dominique de Villepin est marié à Marie-Laure Le Guay, née le 2 novembre 1962, à Paris, d'une famille originaire de la Martinique[1]. Elle est la fille de Roger Le Guay, agent de change à Paris. Ils se sont mariés le 3 août 1985.[2]

Ils ont trois enfants (un fils et deux filles) :

Carrière civile

Carrière politique

L'homme de cabinet

En 1993, il est nommé directeur de cabinet d'Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères du gouvernement Édouard Balladur.

Jacques Chirac, élu président de la République, le nomme en mai 1995 secrétaire général de la présidence de la République. Avec l'avocat Francis Szpiner, il anime au Palais de l'Élysée une cellule juridique (surnommée « le cabinet noir » par référence au Cabinet noir du temps de la monarchie), chargée de suivre et d'étouffer les multiples affaires politico-financières en cours, liées au RPR et à la Mairie de Paris.

En 1997, afin de mettre fin aux luttes intestines de la droite, il est l'un des principaux instigateurs de la dissolution de l'assemblée nationale par le président. Les élections législatives aboutissent à une défaite, et les militants du RPR lui en tiennent rigueur, depuis lors. Le président refuse cependant sa démission. Il est alors surnommé « Néron » par Bernadette Chirac.

Dominique de Villepin

Ministre des Affaires étrangères, puis de l'Intérieur

En 2002, Jacques Chirac, réélu, le nomme ministre des Affaires étrangères. Imposant un personnage parfois qualifié, dans les portraits de la presse, d'aristocrate mondain et de poète, il est l'incarnation de l'opposition du président français à la guerre en Irak voulue par les États-Unis d'Amérique. Le 14 février 2003, il prononce au Conseil de sécurité des Nations unies un discours[3] qui lui vaut d'être applaudi, chose rare en cette enceinte. Au même moment, Chirac met en place Alliance Base à Paris, qui rassemble la DGSE, la CIA et d'autres agences de renseignement dans des opérations de contre-terrorisme. Il déclarera plus tard, en septembre 2004, à propos de cette guerre :

« L'expression de guerre contre le terrorisme est impropre. Une guerre concerne deux entités internationalement reconnues et représentées, qui se déroule suivant des règles dont chaque section combattante aura à répondre à la fin de la guerre. Nous n'avons aucun de ces trois points ici. »

Il organise[Quand ?] une opération secrète de délivrance d'Ingrid Bétancourt, qui s'avèrera un cuisant fiasco, pour lequel la France devra présenter ses excuses. Dominique de Villepin était resté intimement lié avec les sœurs Bétancourt depuis sa période étudiante.

Il rassemble les deux camps en présence en Côte d'Ivoire, celui du président légalement élu Gbagbo, et celui des putschistes manqués, auxquels les forces françaises ont livré la moitié nord du pays, en janvier 2003. Il réussit alors à leur faire signer les Accords Kléber, afin de trouver une « solution pacifique » à la guerre civile de Côte d'Ivoire. Cet accord obtenu sous la pression des forces armées françaises, peine cependant à s'appliquer.

Villepin voyage au Chili en février 2004. Il réfute toute accusation portée contre la France au sujet d'une coopération avec les dictatures militaires du Cône Sud dans les années 1970, et ce malgré les preuves apportées par la journaliste Marie-Monique Robin dans son documentaire, Les escadrons de la mort, l'école française, qui suscite la création d'une commission d'enquête parlementaire française, à la demande de députés verts. Dirigée par le député UMP Roland Blum, celle-ci ne conclut néanmoins à aucune coopération entre Paris, Santiago et Buenos Aires - tout en refusant d'écouter Marie-Monique Robin, qui a découvert aux archives un document prouvant l'existence d'un accord secret liant Paris et Buenos Aires de 1959 à 1981 [4].

Lorsque Nicolas Sarkozy quitte le ministère de l'Intérieur en 2004, Jacques Chirac nomme Dominique de Villepin à ce poste.

Premier ministre

Il est nommé Premier ministre le 31 mai 2005, en remplacement de Jean-Pierre Raffarin. Présenté par les commentateurs comme son rival, tant par le caractère que par le positionnement politique, Nicolas Sarkozy devient cependant son ministre de l'Intérieur, restant président de l'UMP.

C'est à ce moment que les commentateurs forgent le néologisme « villepinisme » pour désigner le discours, la pratique politique et l'influence au sein de l'UMP du nouveau Premier ministre.

Il se donne « cent jours » pour redonner confiance aux Français, entamant un duel policé avec Nicolas Sarkozy. Alors que cette période s'achève, il exerce l'intérim à la tête de l'État lorsqu'il préside le conseil des ministres le 7 septembre 2005 en remplacement de Jacques Chirac, admis au Val de Grâce à cause d'un accident vasculaire cérébral. Il remplace toujours Jacques Chirac lors de la 60e session de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

En septembre 2005, une grève à la SNCM éclate : le gouvernement souhaite privatiser l'entreprise au bord du dépôt de bilan. Des affrontements ont lieu à Marseille et un navire est « détourné » par les grévistes. Dominique de Villepin fait intervenir le GIGN, brandit la menace du dépôt de bilan imminent et propose une part de l'État et des employés plus importante dans l'entreprise. Les grévistes (en particulier le syndicat des travailleurs corses et la CGT) cèdent.

En octobre, éclatent des incidents en banlieue. 5 000 voitures sont brûlées en moins de deux semaines. Dominique de Villepin décrète alors l'état d'urgence, prolongé de trois mois quelques jours plus tard par un vote au Parlement, afin de permettre aux préfets de décréter le couvre-feu.

Dominique de Villepin devant les étudiants de l'université Paris-Dauphine, le 6 mai 2008

Alors qu'il surprend jusque-là (les sondages lui donnent un capital de sympathie important, y compris à gauche[réf. nécessaire]), et que le contrat nouvelles embauches (CNE) n'a pas suscité de mouvement d'opposition massif, Dominique de Villepin décide de lancer un contrat presque équivalent pour les jeunes, le contrat première embauche (CPE). Présenté par les syndicalistes comme étant une menace contre le code du travail et le CDI, ce projet rencontre l'opposition franche de la gauche, et suscite d'importantes manifestations et grèves d'étudiants. L'opposition lance alors une bataille d'amendements. A la suite de l'adoption de l'article de loi concernant la mise en place du CPE, le Premier ministre décide d'utiliser l'article 49.3 de la Constitution sur le vote des derniers articles du projet de loi, interrompant ainsi la première (et unique, l'urgence ayant été déclarée) lecture du texte à l'Assemblée nationale et permettant une adoption rapide du texte. Après des semaines de manifestations et de blocage d'université par les syndicats, Jacques Chirac est forcé d'intervenir et de réclamer la non application du texte de loi. La presse (en particulier Libération) et l'ensemble de la gauche, l'UDF et une partie de l'UMP se montrent très critiques, en particulier sur la méthode (surtout l'absence de concertation avec les différents acteurs durant la préparation de la mesure). Le 10 avril, après de multiples tentatives pour calmer la protestation (dont la promulgation de la loi par le Président), Dominique de Villepin annonce le remplacement rapide du CPE par une autre mesure, ce qui revient à son abrogation.

En mai 2006, alors que Dominique de Villepin est mis en cause dans l'affaire Clearstream 2, Jacques Chirac n'envisage pas de remanier le gouvernement et réitère, « sa confiance pleine et entière au Premier ministre ». De nombreux députés de l'UMP commencent alors à critiquer ouvertement le Premier ministre. Alors que Dominique de Villepin est obligé de s'excuser d'avoir provoqué un tollé en pleine Assemblée nationale, le 22 juin 2006, en parlant de « la lâcheté » du chef de l'opposition, François Hollande, certains d'entre eux déclarent vouloir le départ de Dominique de Villepin[5].

Il démissionne le 15 mai 2007, à la veille de la passation de pouvoir entre Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

L'après 2007

Le 9 janvier 2008, il prête serment et devient avocat au barreau de Paris sur dossier (diplômé de Sciences-Po Paris, énarque, haut-fonctionnaire public par une recommandation de deux membres du barreau et de sa carrière juridique dans l'administration). Dominique de Villepin entend ouvrir son propre cabinet et s'occuper d'affaires à caractère international[6],[7].

Dominique de Villepin signe, avec 16 autres personnalités politiques de tous bords, le 14 février 2008, l'« appel du 14 février » pour une vigilance républicaine lancé par l'hebdomadaire Marianne[8].

Durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, l'ancien Premier ministre se montre critique envers l'action du chef de l'État ; au point d'envisager un « risque révolutionnaire » en France[9]. Il dit excuser la violence qui a lieu dans les entreprises (notamment les séquestrations de patrons), comme François Bayrou et Ségolène Royal[10].

Le 24 avril 2009, dans l'émission Comme un vendredi, Dominique de Villepin indique son « souhait fort » de se présenter à la prochaine élection présidentielle, où il se verrait bien affronter le président sortant Nicolas Sarkozy[11],[12].

L'Affaire Clearstream

Article détaillé : Affaire Clearstream 2.

En avril et mai 2006, Dominique de Villepin est mis en cause dans l'affaire Clearstream 2. Informé par son ami Jean-Louis Gergorin, vice-président d'EADS, d'un complot supposé visant le groupe industriel, il a confié une mission de renseignement au général Philippe Rondot en janvier 2004, puis au directeur de la DST, Pierre de Bousquet de Florian[13]. Dans ces circonstances un document truqué remis au général Rondot, par Jean-Louis Gergorin, inclut Nicolas Sarkozy, dans une liste compromettante de personnalités.

Deux juges et des policiers perquisitionnent, le 5 juillet 2007, au domicile parisien de Dominique de Villepin, dans l'enquête sur un supposé complot mené en 2004 contre Nicolas Sarkozy. La perquisition est poursuivie le lendemain à son bureau avenue Kléber, mis à sa disposition par le ministère des Affaires étrangères.

Le 10 juillet 2007, il annonce lui-même sa prochaine mise en examen dans ce dossier. Le 27 juillet, à la suite de sa convocation devant les magistrats chargés de l'instruction, il est effectivement mis en examen pour « complicité de dénonciation calomnieuse, recel de vol, recel d'abus de confiance et complicité d'usage de faux ». Il lui est dès lors intimé l'interdiction de prendre contact avec les autres protagonistes cités dans le dossier, au premier rang desquels l'ancien président Jacques Chirac. Concernant l'affaire Clearstream, l'ancien Premier ministre considère qu'en tant que président de la République, Nicolas Sarkozy peut difficilement être partie civile dans une affaire judiciaire.

Mi-novembre 2008, Dominique de Villepin est renvoyé en correctionnelle dans le cadre de l'affaire Clearstream notamment pour « complicité de dénonciation calomnieuse »[14].

Le 24 novembre 2008, il met en avant l'implication qu'il juge excessive du chef de l'État dans le traitement de l'affaire. Dans un mémoire au Conseil d'État, il l'accuse de « détournement de pouvoir » et du non-respect du principe de « l'égalité des armes ». Concrètement, il reproche au président Nicolas Sarkozy d'avoir, par décret, prolongé l'implication d'un juge dans le dossier, renforçant ainsi les tenants de l'inculpation de Dominique de Villepin[15].

Selon le procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin, Dominique de Villepin a été « un des bénéficiaires collatéraux, mais parfaitement conscient » de l'affaire Clearstream. Jean-Claude Marin, qui soutient l'accusation publique lors du procès débutant le 21 septembre, souligne, le 28 août 2009 : « Je pense qu'il y a, par delà un effet d'aubaine dans un combat politique que l'on connaît, une utilisation frauduleuse d'une information que l'on savait fausse par un corbeau que l'on connaissait[16] ».

Le procès s'ouvre le 21 septembre 2009. À son arrivée au tribunal, Dominique de Villepin déclare que sa présence sur le banc des accusés n'est due qu'à « l'acharnement d'un homme, Nicolas Sarkozy, qui est aussi président de la République française », et qu'il en sortira « libre et blanchi au nom du peuple français »[17]. Le 29 septembre 2009, Dominique de Villepin, interrogé par le procureur Jean-Claude Marin, déclare n'avoir « jamais eu connaissance de ces listings, et ne les [avoir] jamais eus entre les mains »[18]. Gilbert Flam, ancien membre de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), lui aussi prévenu lors de ce procès, réfute le même jour ce démenti en affirmant que Dominique de Villepin a choisi de ne pas dénoncer la falsification des listings alors qu'il en avait connaissance[18].

Synthèses des fonctions politiques

Fonctions au sein de partis politiques

Fonctions gouvernementales

Dominique de Villepin, alors Premier ministre, présent lors des cérémonies du 11 novembre 1918, en 2006.

Distinctions

En tant que Premier ministre, après les six premiers mois de son gouvernement, Dominique de Villepin a été fait Grand-Croix de l'ordre national du Mérite. Les insignes lui ont été remis par le président de la République française, Jacques Chirac, grand-maître de l'Ordre, à l'issue du conseil des ministres du 6 décembre 2005.

Bibliographie

Ouvrages de Dominique de Villepin

  • 2001 : Les Cent-Jours ou l'esprit de sacrifice (Perrin, 2001 - Le Grand livre du mois, 2001 - Perrin, 2002 - Éditions France loisirs, 2003), une fresque lyrique sur la fin de Napoléon, pour laquelle il a reçu le grand prix de la Fondation Napoléon et le prix des Ambassadeurs.
  • 2002 : Le cri de la gargouille (Albin Michel, 2002 - Librairie générale française, 2003), essai.
  • 2003 : Éloge des voleurs de feu (NRF-Gallimard, 2003), essai.
  • 2003 : Un autre monde (L'Herne, 2003), recueil de discours, préface de Stanley Hoffmann, tr. anglais Toward a new world: speeches, essays, and interviews on the war in Iraq, the UN, and the changing face of Europe (Hoboken, N.J. : Melville House, c.2004).
  • 2004 : Le requin et la mouette (Plon/Albin Michel, 2004), essai.
  • 2005 : Histoire de la diplomatie française avec Jean-Claude Allain, Françoise Autrand, Lucien Bély (Perrin, 2005)
  • 2005 : L'Homme européen, avec Jorge Semprun (Plon, 2005), essai.
  • 2005 : Urgences de la poésie (Casablanca : Eds. de la Maison de la Poésie du Maroc, July 2005) tr. Arabe par Mohamed Bennis, illustré par Mehdi Qotbi; trois poèmes de M. Villepin même, « Elegies barbares », « Le droit d’aînesse», et « Sécession ».
  • 2006 : Zao Wou-Ki : Carnets de voyage 1948-1952 (Albin Michel, septembre 2006), préface.
  • 2007 : Le soleil noir de la puissance, 1796-1807 (Librairie Académique Perrin, 2007)
  • 2008 : Hôtel de l'Insomnie (Plon, 2008), essai.
  • 2008 : La chute ou l'Empire de la solitude, 1807-1814 (Librairie Académique Perrin, 2008.)
  • 2009 : La cité des hommes (Plon, 2009), essai.

Ouvrages en rapport avec Dominique de Villepin

  • Patrick de Villepin, Encore et toujours : François Xavier Galouzeau de Villepin, 1814-1885, un Lorrain émigré à Paris au XIXe siècle (21 rue Surcouf, 75007 Paris, P. de Villepin, 1986).
  • Patrick de Villepin, “Maintenir” : histoire de la famille Galouzeau de Villepin (1397-1987) (21 rue Surcouf, 75007 Paris, P. de Villepin, 1987).
  • Serge Raffy, Chirac, Villepin, Sarkozy: La Guerre des Trois (Fayard, 2006).
  • Franz-Olivier Giesbert, La Tragédie du président (Flammarion, 2006).
  • Bruno Le Maire, Le Ministre, récit (Grasset, 2004), ISBN 2-246-67611-8.
  • Yves Derai et Aymeric Mantoux, L'homme qui s'aimait trop (L'Archipel, 2005), ISBN 2-84187-753-1.
  • Bruno Le Maire, Des hommes d'Etat (Grasset, 2008), ISBN 2-246-73581-5.
  • Patrick de Saint-Exupéry, Complices de l'Inavouable. La France au Rwanda (Les Arènes, 2009)
  • Jean-Claude Maurice, "Si vous le répétez, je démentirai, Chirac, Villepin, Sarkozy" (Plon, 2009)

Notes et références

  1. Martinique-métropole Unies dans la douleur sur L'Express.fr le 29/08/2005
  2. Biographie de Dominique de Villepin sur Gala.fr
  3. Texte du discours sur Wikisource
  4. Argentine : M. de Villepin défend les firmes françaises, Le Monde, 5 février 2003
  5. http://www.liberation.fr/page.php?Article=392273
  6. « Dominique de Villepin entame une nouvelle carrière », Le Figaro, 9 janvier 2008.
  7. « Dominique de Villepin est désormais avocat au barreau de Paris », Le Monde, 9 janvier 2008.
  8. « L'Appel républicain de Marianne », Marianne, nº 565, 16 février 2008.
  9. Tensions et débordements, Villepin évoque un risque révolutionnaire en France, LaDepeche.fr
  10. Royal, Bayrou, Villepin unis pour excuser la violence, Marianne.fr
  11. Villepin espère être candidat à la présidentielle en 2012, LeFigaro.fr
  12. Dominique de Villepin souhaite pouvoir être candidat en 2012, NouvelObs.fr
  13. [1]
  14. « Affaire Clearstream: Villepin renvoyé en correctionnelle », Libération, 19 novembre 2008.
  15. « Selon M. de Villepin, Nicolas Sarkozy a “violé le droit au procès équitable” dans l'affaire Clearstream », Le Monde, 24 novembre 2008.
  16. « Affaire Clearstream : le procureur accuse, Villepin se défend », La Tribune, 31 août 2009.
  17. « Clearstream : le duel Villepin-Sarkozy a déjà commencé »], LeParisien.fr, mis en ligne le 21 septembre 2009
  18. a  et b « Dominique de Villepin nie avoir eu les faux listings », NouvelObs.com, mis en ligne le 29 septembre 2009

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Chronologies

Précédé par Dominique de Villepin Suivi par
Jean-Pierre Raffarin
Premier ministre
2 juin 2005 - 15 mai 2007
François Fillon
Nicolas Sarkozy
Ministre de l'Intérieur
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin (3)
2004 - 2005
Nicolas Sarkozy
Hubert Védrine
Ministre français des Affaires étrangères
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin (1) et (2)
2002 - 2004
Michel Barnier
Hubert Védrine
Secrétaire général de la présidence de la République
Jacques Chirac
1995 - 2002
Philippe Bas
-
Directeur de cabinet d'Alain Juppé
Ministère des Affaires étrangères, Gouvernement Édouard Balladur
1993 - 1995
-
  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « Dominique de Villepin ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arthur de Villepin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • De Villepin — Dominique de Villepin Dominique de Villepin 18e Premier ministre français …   Wikipédia en Français

  • De villepin — Dominique de Villepin Dominique de Villepin 18e Premier ministre français …   Wikipédia en Français

  • Dominique de Villepin — Prime Minister of France In office 31 May 2005 – 17 May 2007 President Jacques Chirac …   Wikipedia

  • Dominique De Villepin — 18e Premier ministre français …   Wikipédia en Français

  • Dominique de villepin — 18e Premier ministre français …   Wikipédia en Français

  • Victoire de Villepin — Dominique de Villepin Dominique de Villepin 18e Premier ministre français …   Wikipédia en Français

  • Dominique de Villepin — Pour les articles homonymes, voir Villepin. Dominique de Villepin Dominique de Villepin lors du lancement de …   Wikipédia en Français

  • Marie de Villepin — ‹ The template below (BLP IMDb refimprove) is being considered for deletion. See templates for discussion to help reach a consensus.› Marie Galouzeau de Villepin (born 8 May 1986) is a French model, actress and singer. She is the daughter of… …   Wikipedia

  • Dominique Galouzeau de Villepin — Dominique de Villepin Dominique de Villepin 18e Premier ministre français …   Wikipédia en Français

  • Dominique Marie François René Galouzeau de Villepin — Dominique de Villepin Dominique de Villepin 18e Premier ministre français …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”