Arthur Staggs

Arthur Staggs (né en 1912) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent britannique du service secret britannique Special Operations Executive. Avec le nom de guerre « Guy », Il fut l'opérateur radio du réseau FARMER dirigé par Michael Trotobas « Sylvestre », qui eut à son actif, durant l'année 1943, de nombreux sabotages ferroviaires et industriels dans la région de Lille.

Note : pour accéder à une photographie d'Arthur Staggs, voir le paragraphe Sources et liens externes en fin d'article.

Sommaire

Famille

  • Son père : Anglais, batelier sur la Tamise.
  • Sa mère : Anglaise.

Biographie

Premières années

1912. Naissance d’Arthur Albert George Staggs le 17 novembre, à Londres.

Sa mère décède quand il a trois ans. Il est placé dans un orphelinat.

Son père rejoint le Royal Engineers et combat en France.

Son père se remarie avec une Française qui ne parle pas anglais.

Arthur passe un an en France dans une école maternelle. Il devient bilingue.

Arthur retourne en Angleterre et va à l’école catholique de Grays, Essex

1926.

  • La famille va à Roubaix.
  • Le père entre comme ingénieur chez Perrott & Perrott, société basée à Bradford.
  • Arthur commence à travailler à l’âge de 13 ans comme apprenti dans la fonderie. Il est ensuite employé dans une usine de textile (triage puis filage des laines). Le chômage se profile à l’horizon.

Arthur change d'emploi. Il entre chez McCormick and Deering à Croix-Wasquehal dans le Nord, la famille vivant à Wasquehal. Arthur commence comme ouvrier, mais il suit les cours du soir de l’entreprise pendant trois ans, étudiant l’algèbre, le dessin industriel, etc. Il obtient la qualification d’inspecteur qualité pour la forge.

C’est l’époque de la dépression et le gouvernement français introduit une nouvelle loi pour réduire le travail des étrangers de 35 %. Le permis de travail d’Arthur est supprimé par les Autorités. Comme le père d’Arthur connaît le directeur de Perrott & Perrott et que ce dernier suit avec intérêt l’avancement d’Arthur, celui-ci peut continuer à travailler en France. La société doit avoir un interprète à plein temps, ce qui donne à Arthur une bonne expérience.

Période de la guerre

1939.

  • Septembre. Dès la première semaine de la guerre, Arthur prend contact avec le Consul britannique à Lille et retourne auprès de sa grand-mère à Grays. Les journaux du dimanche passent une petite annonce pour des emplois de linguistes. Arthur postule et passe un entretien à Ash Vale, Aldershot, avec Lord Northesk. Il réussit l’oral et l’écrit. Une semaine plus tard, il passe un examen médical, puis il va à la caserne Mychett à Aldershot.
L’armée
  • Arthur s’engage dans le corps de la police militaire No. 7687530 comme Field Security à Sheerness, Kent. Là, Arthur est chargé de mener les entretiens avec les 300 soldats français évacués par les Britanniques de Dunkerque en juin 1940. Le but est d’identifier des membres de la cinquième colonne. Il en trouve cinq ou six.
  • Il est ensuite déplacé vers le Intelligence Corps à Winchester, où il a la responsabilité des réserves. Il a des entretiens avec le MI 5 et le MI 6 et on l’envoie au Pembroke College à Oxford où on l’appelle de nombreuses fois pour des vérifications concernant des routes françaises, des villes, etc. Un jour qu’il donne davantage de renseignements, on lui dit de faire rapport au Ministère de la guerre à Whitehall.
Agent du SOE, les débuts en Angleterre

1942.

  • Arthur est interviewé en français par l’officier recruteur, Major Maurice Gielgud (frère de John, l'acteur). On constate qu'Arthur parle couramment le français et même le patois local. Il a également d’excellents contacts datant de sa vie avant guerre dans la région de Roubaix. Lorsqu’on lui demande s’il accepte d’être volontaire pour un service risqué en France occupée, il répond : « Je ne me suis pas engagé dans l’armée pour être responsable de réserves ! »
  • Arthur suit l'entraînement spécial[1].
  • 2 novembre. Fin de la troisième période.
  • 17 novembre. Le jour de son 30e anniversaire, il rencontre son futur chef de réseau Michael Trotobas « Sylvestre » et embarque de nuit à Tempsford dans le bombardier Whisley, avec Trotobas et Gustave (dit « Guy ») Biéler. Il est l'opérateur radio du réseau FARMER, avec pour nom de guerre « Guy » et pour identité de couverture Albert Foulon, dit Bébert
Agent du SOE, en mission en France
  • 18 novembre. Dans la nuit, il est parachuté blind du côté de Montargis.
  • Il est accueilli dans une "Maison sûre" à Passy, Paris, arrangée par MONKEYPUZZLE
  • Arthur constate que sa radio est défectueuse. Il va consulter un technicien qualifié qu’il avait connu à Saint-Erme.
  • Décembre. Déplacement en train Lille-Saint-Erme[2].
  • Le technicien lui apprend que l’un des composants est mal monté.

1943.

  • Le SOE lui fournit un nouveau poste, qu’Arthur doit récupérer à Tours. Son voyage Lille-Paris-Tours (et retour avec le poste de radio) est risqué. Il peut commencer à émettre[3].
  • Développement du réseau FARMER. Nombreux sabotages de lignes de chemin de fer, d'écluses, de tracteurs de barges, etc.
  • 27 novembre. Michael Trotobas est tué au moment d’être arrêté dans une maison sûre, à la suite d’une trahison.
  • Décembre. Arthur est arrêté[4].

1944.

  • 12 février. Après deux mois de confinement et d’interrogatoires intensifs, il est relâché, par manque de preuves tangibles[5].
FFI
  • Février à septembre. Arthur perd contact avec le SOE. On le connaît comme Capitaine Bébert responsable des FFI à Aire-sur-la-Lys. Il fait son possible pour les organiser sur une courte période, dans une grande région allant de Dunkerque, Calais, Boulogne jusqu’à Béthune.
  • Il prend une part active dans le travail des résistants locaux, comme des raids sur les sites de lancement de V1 dans la région de la Lys. Les hommes d’Arthur mettent du sable dans les réservoirs, tordent les ailerons, mettent de l’acide sur les connexions. Il manque d’être tué lors d’un raid américain de Marauders.
  • Après le débarquement en Normandie, les FFI essaient d’empêcher les Allemands de faire sauter les ponts, pour faciliter l’avance des Alliés vers les Pays-Bas. Arthur perd trois FFI qui essayent d’enlever des mines placées sur les ponts des canaux.
  • Après le départ des Allemands, le Commissaire de Police avertit Arthur qu’il est menacé d’exécution et lui donne un pistolet et des munitions. Cela le contraint à partir.
  • Septembre. C'est la libération. Libération. Arthur va à Paris et rencontre quelques collègues du SOE à l’hôtel Cecil. Les premiers mots de Vera Atkins à Arthur sont : « Nous pensions que vous étiez mort » (hypothèse réaliste si on se souvient qu’il a été arrêté par la police allemande neuf mois auparavant). Arthur est escorté, pour son retour en Angleterre, par un Major Hamilton.

Après guerre

Arthur s’installe à Aire-sur-la-Lys.

Arthur épouse Elizabeth Wickson.

1946. Naissance de sa fille Anne.

Arthur retourne à Grays, Essex. Il commence à travailler à l’International Harvester Company, City Road, Londres. Mais il est contraint de cesser de travailler en raison de son épuisement nerveux. Il voit un psychologue et un psychiatre. On lui prescrit de prendre un travail léger au grand air. Ses problèmes de santé continuent pendant sept ans.

1961. Arthur et sa famille sont invités à Roubaix pour rendre visite à son père et ses à amis de Croix-Wasquehal. Les habitants et les notables locaux donnent une réception en son honneur. Lors d’une cérémonie de remise de médaille, il est fait citoyen d’honneur de Roubaix. Jusqu’à aujourd’hui, Arthur garde la contact avec ses amis de Lille et du Pas-de-Calais, y compris la veuve de son ami Claude Bagein qui est mort de cause naturelle six mois après la fin de la guerre.

Reconnaissance

  • Distinction : Légion d’honneur (11 novembre 2004)

Sources et liens externes

  • Photographie d'Arthur Staggs sur le site Special Forces Roll of Honour
  • (en) users.nlc.net.au
  • (en) www.little-big-man.com
  • Michael Richard Daniell Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, ISBN : 978-2-84734-329-8 / EAN 13 : 9782847343298. Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004. Ce livre présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France. Une référence essentielle.

Notes

  1. Séquence de l'entraînement spécial :
    • Entraînement initial à Wanborough Manor (4 semaines)
    • Saut en parachute à Ringway, Manchester (2 semaines)
    • Entraînement Commando et code Morse à Inverailort House, Arisaig (6 semaines)
    • Entraînement radio à Thame Park Radio School (12 semaines). L’entraînement radio inclut de faire des transmissions depuis North Berwick en Ecosse, ce qui implique trois périodes d’essai de deux semaines pour garantir l’exactitude du travail.
  2. Récit d'épisodes du déplacement de Lille à Saint-Erme : Deux douaniers fouillent le train et n’acceptent pas l’explication d’Arthur selon laquelle son équipement serait un appareil de synchronisation du son pour les films parlants. Après une réflexion rapide, Arthur propose un pot de vin de mille francs à chacun et, leur montrant son pistolet, menace de les tuer au cas où il serait suivi. Ils acceptent et Arthur quitte le train en toute sécurité à la station suivante.... À l'arrivée à la gare de Laon, il constate qu'il dispose de beaucoup de temps avant le prochain car pour Saint-Erme. Il dépose son équipement radio à la consigne, en posant par-dessus des fioles médicales en verre et en attirant l'attention sur leur fragilité. Quand il revient plus tard, personne n'y a touché !... Peu après, en attendant son bus sur le quai, un officier allemand engage la conversation avec lui. Arthur reste avec l’officier pendant le voyage, pensant que si le bus devait être fouillé, cela le protégerait contre la curiosité des Feldgendarmes....Arrivé à destination à Saint-Erme chez la personne qu'il devait rencontrer, il fait le récit de ses aventures de la journée, qui expliquent son retard, mais son hôte a du mal à le croire. Mais lorsque le technicien radio arrive, il confirme les dires d'Arthur car il avait assisté à la scène dans le train.
  3. Les messages sont codés.
    • Voici un poème qu'il utilise pour coder les messages :
    For You Alone / However busy I may be / Whenever we’re apart / There’s still a shine of memory / Deep down within my heart / Where I preserve your image dear / Forever to remain / And thoughts of you bring constant cheer / Until we meet again.
    • Traduction française :
    Pour toi seule / Aussi occupé que je sois / Quand nous sommes séparés / Il y a toujours un rayon de souvenir / Tout au fond de mon cœur / Où je préserve ta chère image / Pour qu’elle reste toujours / Et penser à toi m’est toujours un réconfort / Jusqu’à ce que nous nous revoyions.
  4. Récit de l'arrestation. Une nuit, Arthur est chez Claude (125 Boulevard de Metz, Roubaix) attendant le retour d’un groupe de résistants qui sont allés rafler à la mairie des coupons de rationnement. On frappe à la porte. Comme d’habitude, il se cache dans le cellier. C’est la police allemande, équipée de mitraillettes. Arthur réalise vite que les Allemands vont fouiller la maison. En prenant l'air innocent, il prétend être allé chercher du fromage et du vin. Malgré cela, Arthur et Claude sont arrêtés. Arthur gardera les côtes déformées pour avoir reçu des coups de crosse qui les lui ont cassées au moment de l’arrestation. Le souci immédiat d’Arthur est qu’il y a un compas de l’armée britannique dans la maison, mais heureusement les Allemands ne le trouvent pas. En plus, dans sa cellule, la première nuit, Arthur réalise qu’il a sur lui des photographies d’amis qui pourraient être compromettantes. Arthur les déchire en petits morceaux et les mange.
  5. Récit de sa libération. Sa méticulosité et son histoire montée de toutes pièces sont très sûres et ont payé. Le jour de sa libération, Arthur demande à un officier de la police allemande la raison de son arrestation et de sa captivité. La réponse lui est donnée en riant : « Nous pensions que vous étiez un parachutiste anglais ! ». Arthur aurait bien aimé retrouver l’officier après la guerre pour lui dire qu’il avait raison. Claude aussi est relâché. Arthur a d’abord pensé que la police allemande avait agi grâce à un tuyau et que c’était la même équipe qui avait arrêté Trotobas. Mais il découvrit par la suite que c’était deux équipes différentes. Selon lui, si les deux équipes avaient seulement comparé leurs notes, il n’aurait pas survécu.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arthur Staggs de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Michael Trotobas — (1914 1943) fut un agent britannique du Special Operations Executive pendant la Seconde Guerre mondiale. Chef du réseau FARMER, basé à Lille, il organisa un grand nombre de sabotages industriels et ferroviaires au détriment des Allemands, et fut… …   Wikipédia en Français

  • Liste des réseaux de la section F du SOE — Le tableau suivant présente les Réseaux de la section F du Special Operations Executive (SOE) (tableau partiel à compléter). Sommaire 1 Présentation du tableau 2 Tableau 3 Missions interalliées 3.1 …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Réseaux De La Section F Du SOE — Le tableau suivant présente les Réseaux de la section F du Special Operations Executive (SOE) (tableau partiel à compléter[1]). En formant ou en homologuant un réseau, la section F lui attribue un nom de code. C est généralement un nom de métier… …   Wikipédia en Français

  • Liste des reseaux de la section F du SOE — Liste des réseaux de la section F du SOE Le tableau suivant présente les Réseaux de la section F du Special Operations Executive (SOE) (tableau partiel à compléter[1]). En formant ou en homologuant un réseau, la section F lui attribue un nom de… …   Wikipédia en Français

  • Liste des réseaux de la section f du soe — Le tableau suivant présente les Réseaux de la section F du Special Operations Executive (SOE) (tableau partiel à compléter[1]). En formant ou en homologuant un réseau, la section F lui attribue un nom de code. C est généralement un nom de métier… …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Agents Du SOE — Cet article présente la liste alphabétique d agents marquants du Special Operations Executive, avec quelques indications sommaires sur leur identité, sur le rôle qu ils y ont tenu et sur leur parcours. Pour accéder à des photographies d agents,… …   Wikipédia en Français

  • Liste des agents du SOE — Cet article présente la liste alphabétique d agents marquants du Special Operations Executive, avec quelques indications sommaires sur leur identité, sur le rôle qu ils y ont tenu et sur leur parcours. Pour accéder à des photographies d agents,… …   Wikipédia en Français

  • Liste des agents du soe — Cet article présente la liste alphabétique d agents marquants du Special Operations Executive, avec quelques indications sommaires sur leur identité, sur le rôle qu ils y ont tenu et sur leur parcours. Pour accéder à des photographies d agents,… …   Wikipédia en Français

  • Gustave (dit « Guy ») Bieler — Gustave Biéler Gustave Biéler (1904 1944), plus généralement connu sous le nom de « Guy » Biéler, fut un agent canadien du service secret britannique Special Operations Executive pendant la Seconde Guerre mondiale. Chef du réseau Tell… …   Wikipédia en Français

  • Gustave (dit « Guy ») Biéler — Gustave Biéler Gustave Biéler (1904 1944), plus généralement connu sous le nom de « Guy » Biéler, fut un agent canadien du service secret britannique Special Operations Executive pendant la Seconde Guerre mondiale. Chef du réseau Tell… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”