Artes liberales

Arts libéraux

Les sept arts libéraux.

Les sept arts libéraux désignent toute la matière de l'enseignement des écoles de l'Antiquité, mais également du Moyen Âge. Ils ont notamment été transmis par Alcuin, conseiller intellectuel de Charlemagne et sont à l'origine de la réforme scolaire de celui-ci, durant la période dite de la Renaissance carolingienne.

Les arts libéraux se divisent en deux degrés : le Trivium et le Quadrivium. Le Trivium, qui signifie les trois chemins en latin, concerne le pouvoir de la langue et se réfère à l'étude de la grammaire, la dialectique et la rhétorique. Le Quadrivium, les quatre chemins du second degré, se rapporte au pouvoir des nombres et se réfère à l'arithmétique, la musique, la géométrie et l’astronomie.

Ils sont définis l'un et l'autre dans ces deux vers mnémoniques :

« Gramm loquitur, Dia verba docet, Rhet verba colorat,
Mus canit, Ar numerat, Geo ponderat, Ast colit astra. »
« La Grammaire parle, La dialectique enseigne, la Rhétorique colore les mots,
La Musique chante, l'Arithmétique compte, la Géométrie pèse, l'Astronomie s'occupe des astres.[1] »

Les arts du trivium sont considérés comme la base nécessaire pour maîtriser les arts du quadrivium. Le trivium est bien plus qu'apprendre à bien parler et d'utiliser la bonne syntaxe comme pourrait l'indiquer la signification moderne des termes.

Sommaire

Distinction

Les arts libéraux se distinguent des arts serviles et des beaux-arts.

La menuiserie, la poterie et les disciplines qui ont en commun la transformation d'une matière tangible sont à ranger parmi les arts serviles. Par opposition, la matière sur laquelle portent les arts libéraux est intellectuelle et intangible.

Alors que les arts libéraux visent la connaissance du vrai, les beaux-arts visent la contemplation du beau. Ce qui explique d'ailleurs pourquoi les œuvres de la peinture, de la danse et des autres beaux-arts n'ont pas besoin d'être utiles.

Genèse

Les arts libéraux trouvent leur origine dans les ouvrages de Martianus Capella (Ve siècle).

C'est Cassiodore au VIe siècle qui leur a donné leur structure. Cassiodore a développé le trivium, qui regroupait les disciplines littéraires :

Son contemporain Boèce définit le contenu du quadrivium, ou quadruple voie, qui regroupait les disciplines scientifiques :

Au VIIIe siècle, le moine anglais Bède le vénérable développa les arts libéraux dans ses traités, et créa le comput. C'est Bède le Vénérable, avec Isidore de Séville, qui transmit les arts libéraux à l'occident chrétien.

Le moine anglais Alcuin reprit cette base pour établir son programme d'enseignement dans les écoles de l'empire carolingien.

Vers l'An mil, le comput regroupait deux disciplines du trivium (grammaire, dialectique) et deux disciplines du quadrivium (arithmétique et astronomie).

Le chanoine Leflon, dans sa biographie de Gerbert d'Aurillac (futur pape Sylvestre II), note que le quadrivium n'était presque plus enseigné vers les années 960 dans les monastères. C'est la raison pour laquelle le comte Borel II de Barcelone emmena Gerbert en Catalogne pour qu'il y apprenne les disciplines scientifiques développées par les Arabes, qui étaient connues dans le royaume tout proche de Cordoue.

Article détaillé : Sciences et techniques islamiques.

Par la suite, Gerbert sera appelé par Adalbéron à Reims pour y enseigner ces disciplines.

Parallèlement se développe les arts mécaniques, regroupant les disciplines techniques et pratiques.

Au XIIe siècle, les traductions des œuvres d'Aristote introduisirent un enrichissement du savoir, qui fut introduit par Albert le Grand dans les universités nouvellement créées au XIIIe siècle. Les arts libéraux restèrent néanmoins la base de l'enseignement.

La disparition du statut "Arts libéraux"

Voir aussi

Bibliographie

Notes et références

  • Modèle:Portail Education
  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
Ce document provient de « Arts lib%C3%A9raux ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Artes liberales de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • artes liberales — (izg. ȁrtes liberáles) DEFINICIJA pov. 1. u antici oznaka za vještine kojima su se mogli baviti samo slobodni ljudi, a ne robovi (ob. razne umjetnosti) 2. u srednjem vijeku naziv za uobičajeni nastavni program u školama (sedam slobodnih vještina) …   Hrvatski jezični portal

  • Artes liberales —         (лат.) свободные искусства. Позднеантич. и ср. век. название семи светских наук.         см. Trivlum и Quadrivium. Философский энциклопедический словарь. М.: Советская энциклопедия. Гл. редакция: Л. Ф. Ильичёв, П. Н. Федосеев, С. М.… …   Философская энциклопедия

  • artes liberales — лат. (артэс либералэс) «свободные искусства» (средневековое название семи светских наук: грамматики, риторики, диалектики, арифметики, геометрии, астрономии и музыки). См. Семь свободных искусств. Толковый словарь иностранных слов Л. П. Крысина.… …   Словарь иностранных слов русского языка

  • Artes liberāles — (lat., freie Künste), die einem Freigeborenen anständigen Kenntnisse u. Wissenschaften. Daher Artium magister, s. Magister …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Artes liberales — (lat.), s. Freie Künste …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Artes liberales — Artes liberāles (lat.), Freie Künste (s.d.) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Artes liberales — Artes liberales, lat., bei den Römern die freien Künste, d.h. solche Wissenschaften und Künste, die einem freien Manne, dem Staatsbürger, anstanden: dazu gehörte Tanzen, Theaterspielen u. dgl. nicht. Bei uns hießen später freie Künste diejenigen …   Herders Conversations-Lexikon

  • Artes Liberales — Septem artes liberales aus Hortus Deliciarum der Herrad von Landsberg (um 1180) Die Sieben freien Künste (lat. septem artes liberales, seltener auch studia liberalia) sind ein in der Antike entstandener Kanon von sieben Studienfächern, d …   Deutsch Wikipedia

  • Artes liberales — Septem artes liberales aus Hortus Deliciarum der Herrad von Landsberg (um 1180) Die Sieben freien Künste (lat. septem artes liberales, seltener auch studia liberalia) sind ein in der Antike entstandener Kanon von sieben Studienfächern, d …   Deutsch Wikipedia

  • Artes liberales — Las siete artes liberales – Imagen del Hortus deliciarum de Herrad von Landsberg (siglo XII). El concepto de arte liberal, heredado de la antigüedad clásica, hace referencia a su cultivo por hombres libres en oposición a las artes serviles . El… …   Wikipedia Español

  • Artes liberales — Ar|tes li|be|ra|les [ arte:s libe ra:le:s ] <Pl.> [lat. artes liberales (Pl.), zu: ars = Kunst u. liberalis, ↑ liberal]: die sieben freien Künste (Grammatik, Rhetorik, Dialektik, Arithmetik, Geometrie, Astronomie, Musik), die zum… …   Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”