Politique du Maroc
Maroc
Coat of arms of Morocco.svg
Cet article fait partie de la série sur la
politique du Maroc,
sous-série sur la politique.


v · monarchie constitutionnelle dotée d'un parlement élu. Cependant l'essentiel du pouvoir est concentré entre les mains du roi qui nomme le Premier ministre en tenant compte des résultats aux élections.

Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif est exercé par le gouvernement et les deux chambres du parlement, la chambre des représentants et la chambre des conseillers. La constitution marocaine prévoit une monarchie parlementaire et un ordre judiciaire indépendant.

Le 9 mars 2011, craignant que les protestations marocaines né à l'instar des mouvements populaires dans le monde arabe ne prennent de l'ampleur, le roi Mohammed VI annonce une réforme de la Constitution, qui sera soumise à référendum, visant à renforcer du pluralisme, des droits de l'homme et des libertés individuelles, ainsi que réduire ses pouvoirs au profit d'un Président de gouvernement élu par le Parlement et non plus nommé par lui[1].

Sommaire

Pouvoir exécutif

Fonction Nom Depuis
Roi Mohammed VI 23 juillet 1999
Président de gouvernement Abbas El Fassi 19 septembre 2007

Le palais

Article connexe : Liste des monarques du Maroc.

Le roi est le chef politique suprême. Il préside le Conseil des ministres ; nomme les membres du gouvernement tenant compte des recommandations du Premier ministre ; et peut renvoyer n'importe quel ministre, dissoudre le Parlement, suspendre la constitution, appeler pour de nouvelles élections, ou diriger par dahir (décret royal). Le roi est le chef des armées et chef religieux du pays ("le Défenseur de la foi").

Après la mort de son père Mohammed V, le roi Hassan II hérita du trône en 1961. Il régna pendant les 38 années suivantes jusqu'à sa mort en 1999. Son premier fils, Mohammed VI, héritier du trône prit sa suite.

Le gouvernement

En février 1998, le roi Hassan II nomme comme premier ministre Abderrahman El Yousoufi, le leader socialiste de l'opposition. Celui-ci forme le premier gouvernement tiré principalement des partis d'opposition depuis plusieurs décennies. Des partis socialistes, centriste de gauche, et nationalistes sont inclus et cette majorité reste jusqu'aux élections de septembre 2002. Le nouveau roi Mohammed VI, alors, nomme Driss Jettou, ancien ministre de l'Intérieur du précédent gouvernement mais membre d'aucun parti pour former une nouvelle coalition qui comprend six partis politiques : l’USFP et l'Istiqlal qui se taillent la part du lion, avec huit portefeuilles chacun, le RNI (6 portefeuilles), le MP (3), le PPS (2) et le MNP (2). Le (PJD), malgré leurs succès électoraux, restent dans l'opposition.

Le Premier ministre

Article connexe : Premiers ministres du Maroc.

Le Premier ministre est le chef du gouvernement. Il est chargé de diriger le gouvernement et de coordonner l'activité des différents ministres. En cas de besoin, il lui faut arbitrer les divergences de vues qui peuvent apparaître entre les ministres à propos de l'interprétation des grandes lignes de la politique gouvernementale ou de ses modalités de mise en œuvre.

Le Premier ministre exerce le pouvoir réglementaire, pouvoir réglementaire d'exécution des lois et pouvoirs réglementaires autonomes ; les décrets du Premier ministre sont contresignés par les ministres chargés de leur exécution. Le premier ministre contresigne les dahirs pris par le roi en matière administrative.

Le Premier ministre peut également prendre des décrets-lois soit il y est habilité par la chambre des représentants pour un objectif déterminé et pendant une durée limitée. Le Premier ministre peut déléguer des pouvoirs.

Présidents du gouvernement

Article détaillé : Gouvernement Abbas El Fassi.

Ministres

La liste des ministres et des secrétaires d'États du Maroc[2]:

Gouvernement sortant

- Mohamed El Yazghi : ministre d’État (USFP).

- Mohand Laenser : ministre d’État depuis le 30 juillet 2009 (MP).

- Mohamed Naciri : ministre de la Justice. Lors du remaniement le 4 janvier 2010.

- Moulay Taib Cherkaoui : ministre de l’Intérieur (Technocrate) le 4 janvier 2010.

- Taieb Fassi-Fihri : ministre des Affaires étrangères et de la coopération (Technocrate).

- Mohammed Ouzzine : secrétaire d'État auprès du ministre des affaires étrangères et de la coopération depuis le 30 juillet 2009 (MP).

- Ahmed Toufiq : ministre des Habous et des affaires islamiques (Technocrate).

- Driss Dahak : Secrétaire général du gouvernement (Technocrate) remplace Abdessadek Rabiî décédé le 12 août 2008.

- Mohamed Saâd Alami : ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Modernisation des Secteurs publics (PI). Lors du remaniement le 4 janvier 2010.

- Driss Lachgar : ministre chargé des relations avec le Parlement (USFP) lors du remaniement le 4 janvier 2010.

- Salaheddine Mezouar : ministre de l’Economie et des finances (RNI).

- Karim Ghellab : ministre de l’Equipement et du transport (PI).

- Ahmed Toufiq Hjira : ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace (PI).

- Yassir Zenagui : ministre du Tourisme et de l’artisanat (RNI). Lors du remaniement le 4 janvier 2010.

- Amina Benkhadra : ministre de l'Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement (RNI).

- Yasmina Baddou : ministre de la Santé (PI).

- Nawal El Moutawakil : ministre de la Jeunesse et des sports (RNI) remplacé par Moncef Belkhayat lors du remaniement.

- Aziz Akhennouch : ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime (RNI).

- Ahmed Akhchichine : ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique (Technocrate).

- Khalid Naciri : ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement (PPS).

- Jamal Rhmani : ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (USFP).

- Ahmed Réda Chami : ministre de l’Industrie, du Commerce et des nouvelles technologies (USFP).

- Abdellatif Maâzouz : ministre du Commerce extérieur (PI).

- Nouzha Skalli : ministre du Développement social, de la famille et de la solidarité (PPS).

- Touria Jebrane Kryatif : ministre de la Culture (Technocrate). Remplacé par Bensalem Himmich lors du remaniement.

- Abderrahmane Sbaï : ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l’Administration de la Défense nationale (Technocrate). Décédé le 22 octobre 2010 à Rabat. Abdellatif Loudiyi lui succède le 2 décembre 2010.

- Nizar Baraka : ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des affaires économiques et générales (PI).

- Mohammed Ameur : ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Communauté Marocaine résidant à l’étranger (USFP).

- Mohamed Bernoussi : Secrétaire général au ministère chargé de la communauté marocaine résident à l’étranger (MRE) (Technocrate). Nommé le 2 mars 2009 à Rabat.

- Abdelkébir Zahoud : Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’Environnement, chargé de l’eau et de l’environnement (PI).

- Anis Birou : Secrétaire d’État auprès du ministre du tourisme et de l’Artisanat, chargé de l’artisanat (RNI).

- Mohamed Saâd Hassar : Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur (Technocrate).

- Latifa El Abida : Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, chargé de l’enseignement scolaire (Technocrate).

- Ahmed Lakhrif : Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération (PI). Démis de ses fonctions le 23 décembre 2008 par le Roi Mohammed VI.

- Latifa Akherbach : Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération (Technocrate).

- Abdeslam Al Mesbahi : Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace, chargé du développement territorial (PI).

Présidence des régions

Pouvoir législatif

Depuis la réforme constitutionnelle de 1996, le pouvoir législatif, détenu par le Parlement est bicaméral et est donc composé de deux chambres :

Elle comporte 325 membres élus tous les 5 ans au suffrage universel direct à la proportionnelle sur des listes locales (295 députés) et nationales (30 députés que les partis politiques essaient de réserver aux femmes). L'âge requis pour voter est de 18 ans tandis que celui pour être élu est de 23 ans.

Les dernières élections ont eu lieu le 7 septembre 2007.

La Chambre des conseillers comporte 270 membres dont le mandat est de 6 ans maximum. La moitié est renouvelée tous les trois ans. Les trois cinquièmes (162 sièges) des conseillers sont élus par des élus régionaux, 91 sont élus par des chambres professionnelles et 27 par des salariés. Son actuel président est Mohamed Cheikh Biadillah, membre du PAM.

L'âge requis pour être élu est de 30 ans. Les dernières élections ont eu lieu le 13 janvier 2009.

Les pouvoirs du Parlement, bien que limités, ont été augmentés après les révisions constitutionnelles de 1992 et 1996. Il peut maintenant voter le budget, faire des propositions de lois, poser des questions aux ministres, et établir des commissions d'enquêtes pour étudier les actions du gouvernement. La Chambre des représentants du Parlement peut dissoudre le gouvernement par une motion de censure.

Courants politiques

Il existe 2 grandes entités politiques au Maroc depuis son indépendance en 1956. Il s'agit du parti de l'Istiqlal (en français l'indépendance), parti fondé durant la lutte pour l'indépendance du Maroc vis-à-vis de la France, et de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), le parti d'opposition par excellence durant le règne de Hassan II.

Le parti de la justice et du développement (PJD), mouvement ayant une idéologie politique à tendance islamiste, est en train de devenir une force majeure de l'échiquier politique marocain, grâce à ses scores de plus en plus élevés lors des différents scrutins.

Dernières élections

Article détaillé : Élections parlementaires de 2007 au Maroc.
Résultats des élections législatives marocaines du 7 septembre 2007
Parti Votes en % Sièges
Parti Istiqlal/Parti d'Indépendance (PI) 15,59 46
Parti de la justice et du développement (PJD) 13,56 40
Mouvement populaire (MP) 12,20 36
Rassemblement national des indépendants (RNI) 11,53 34
Union socialiste des forces populaires (USFP) 11,19 33
Union constitutionnelle (UC) 9,15 27
Parti du progrès et du socialisme (PPS) 4,75 14
Front des forces démocratiques (FFD) 3,05 9
Mouvement démocratique et social (MDS) 3,05 9
Union PND-Al Ahd (PND-Al Ahd) 4,75 14
Union PADS/CNI/PSU (PADS/CNI/PSU) 2,03 6
sans appartenance politique (SAP) 1,69 5
Parti travailliste (PT) 1,69 5
Parti de l'environnement et du développement (PED) 1,69 5
Parti du renouveau et de l'Equité (PRE) 1,36 4
Parti socialiste (PS) 0,68 2
Union marocaine pour la démocratie (UMD) 0,68 2
Forces citoyennes (FC) 0,34 1
Alliance des libertés (ADL) 0,34 1
Initiative citoyenne pour le développement (ICD) 0,34 1
Parti de la renaissance et de la vertu (PRV) 0,34 1
Total (taux de participation 37 %, bulletins nuls 19 %) 100 % 295
Sources : Maghreb Arabe Presse
Circonscription électorale nationale
Parti Sièges
Parti de la justice et du développement (PJD) 6
Parti Istiqlal/Parti d'Indépendance (PI) 6
Rassemblement national des indépendants (RNI) 5
Mouvement populaire (MP) 5
Union socialiste des forces populaires (USFP) 5
Parti du progrès et du socialisme (PPS) 3
Total (taux de participation 37 %, bulletins nuls 19 %) 30
Membres de la chambre des représentants
Parti Sièges
Parti Istiqlal/Parti d'Indépendance (PI) 52
Parti de la justice et du développement (PJD) 46
Mouvement populaire (MP) 41
Rassemblement national des indépendants (RNI) 39
Union socialiste des forces populaires (USFP) 38
Union constitutionnelle (UC) 27
Parti du progrès et du socialisme (PPS) 17
Union PND-Al Ahd (PND-Al Ahd) 14
Front des forces démocratiques (FFD) 9
Mouvement démocratique et social (MDS) 9
Union PADS/CNI/PSU (PADS/CNI/PSU) 6
Parti travailliste (PT) 5
Parti de l'environnement et du développement (PED) 5
Parti du renouveau et de l'Equité (PRE) 4
Parti socialiste (PS) 2
Union marocaine pour la démocratie (UMD 2
Forces citoyennes (FC) 1
Alliance des libertés (ADL) 1
Initiative citoyenne pour le développement (ICD) 1
Parti de la renaissance et de la vertu (PRV) 1
sans appartenance politique (SAP) 5
Total (taux de participation 37 %, bulletins nuls 19 %) 325


Le benjamin est Karim Ghellab, (41 ans, 2007). Le doyen est Mohamed El Yazghi, (72 ans, 2007)

  • Groupes Parlementaires de la chambre des représentants 2002
Groupes Membres Voix en %
Groupe de la mouvance (U.M.P.) 72 22,2
Groupe istiqlalien de l'unité et de l'égalitarisme 60 18,5
Groupe socialiste 48 14,8
Groupe de la justice et du développement 42 12,9
Groupe du rassemblement national des indépendants 39 12
Groupe de l'union constitutionnelle démocrate (U.C.D.) 28 8,6
Groupe de l'alliance socialiste 21 6,5
Députés du front des forces démocrates 8 2,5
Députés de la gauche socialiste unifiée 3 0,9
Députés sans appartenance politique 2 0,6
Députés de l'alliance des libertés 1 0,3
Députés du renouveau et développement (P.R.D.) 1 0,3
Total 325 100 %

Pouvoir judiciaire

Il est détenu par la cour suprême, dont les juges sont nommés par le roi. Le gouvernement de Youssoufi a tenté de mettre en application un programme de réformes pour développer une plus grande indépendance et impartialité de celle-ci.

Politique actuelle

Le cabinet royal

Le cabinet est composé du roi Mohammed VI et de ses conseillers.

Le rôle des associations

Politique extérieure

Depuis que Hassan II a tourné le dos, entre autres, au "Groupe de Casablanca, la "diplomatie" makhzenienne a adopté le sacro-saint dogme de non ingérance dans les affaires intérieures des autres états, en espérant la réciprocité naturellement ... »

Ambassades et consulats du Maroc à l'étranger

AmbassadeMA.jpeg

La carte ci dessus montre les pays où se trouvent les ambassades et/ou consulats du Maroc. À noter que les ambassades du Maroc au Venezuela et en Iran sont fermées pour des malentendus entre ces deux pays et le royaume chérifien.

Organisations internationales dont le Maroc est membre

Organisation Date Source
L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) [3]
L’Association internationale de droit économique (AIDE) [4]
La Banque africaine de développement (BAD) [5]
La Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) Depuis la 3e session de la Conférence des Leaders et Chefs d’État tenue du 12 au 13 février 2003 [6]
Le Groupe des 77 Depuis 2003 [7]
Interpol [8]
La Ligue arabe Depuis le 1er octobre 1958 [9]
L’Organisation de la conférence islamique (OCI) Depuis 1969 [10]
Flag of the United Nations.svg L’Organisation des Nations unies (ONU) Depuis le 12 novembre 1956 [11]
L’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) Depuis le 13 septembre 1956 [12]
Flag of La Francophonie.svg L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) Depuis décembre 1981 [13]
L’Organisation internationale de normalisation [14]
L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) Le Maroc a signé en février 2005 un accord de siège avec l'OIM, lui autorisant à instaurer une représentation dans le pays et qui vise à « apporter une contribution efficace à la gestion des questions migratoires au royaume du Maroc » [15]. [16]
L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) [17]
WHO.png L’Organisation mondiale de la santé (OMS) [18]
L’Organisation mondiale du commerce (OMC) Depuis le 1er janvier 1995 [19]
L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) Depuis 1997 [20]
Flag of the World Meteorological Organization.svg L’Organisation météorologique mondiale (OMM) [21]
Emblem of Maghreb.svg L’Union du Maghreb arabe (UMA) Depuis le 17 février 1989 [22]

Bibliographie

Notes et références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Politique du Maroc de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Politique du maroc — Maroc Cet article fait partie de la série sur la politique du Maroc, sous série sur la politique. Monarchie  …   Wikipédia en Français

  • Politique au Maroc — Politique du Maroc Maroc Cet article fait partie de la série sur la politique du Maroc, sous série sur la politique. Monarchie  …   Wikipédia en Français

  • Politique du Senegal — Politique du Sénégal Sénégal Cet article fait partie de la série sur la politique du Sénégal, sous série sur la politique. Constitution sénégalaise …   Wikipédia en Français

  • Politique du sénégal — Sénégal Cet article fait partie de la série sur la politique du Sénégal, sous série sur la politique. Constitution sénégalaise …   Wikipédia en Français

  • Politique du mali — Mali Cet article fait partie de la série sur la politique du Mali, sous série sur la politique. Président Amadou Toumani Touré Premier ministres …   Wikipédia en Français

  • Politique du cameroun — Cameroun Cet article fait partie de la série sur la politique du Cameroun, sous série sur la politique. Pr …   Wikipédia en Français

  • Politique du gabon — Gabon Cet article fait partie de la série sur la politique du Gabon, sous série sur la politique. Présidente de la République …   Wikipédia en Français

  • Politique du rwanda — Rwanda Cet article fait partie de la série sur la politique du Rwanda, sous série sur la politique. Président …   Wikipédia en Français

  • Politique du togo — Togo [[Image:|Armoiries du Togo|100px]] Cet article fait partie de la série sur la politique du Togo, sous série sur la politique. Président Faure Gnassingbé Eyadema Premier ministre Komlan Mally Assemblée na …   Wikipédia en Français

  • Politique du burundi — Burundi Cet article fait partie de la série sur la politique du Burundi, sous série sur la politique. Président …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”