Aroue-Ithorots-Olhaïby
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aroue (homonymie), Ithorots (homonymie) et Olhaïby (homonymie).

43° 19′ 09″ N 0° 54′ 59″ W / 43.3192, -0.916388888889

Aroue-Ithorots-Olhaïby
La chapelle d'Olhaïby
La chapelle d'Olhaïby
Administration
Pays France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Saint-Palais
Code commune 64049
Code postal 64120
Maire
Mandat en cours
Jean-Pascal Barneix
2008-2014
Intercommunalité communauté de communes d'Amikuze
Démographie
Population 255 hab. (2007)
Densité 14 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 09″ Nord
       0° 54′ 59″ Ouest
/ 43.3192, -0.916388888889
Altitudes mini. 89 m — maxi. 231 m
Superficie 17,85 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Aroue-Ithorots-Olhaïby est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques et la région Aquitaine.

Le gentilé est Arüetar-Ithorroztar-Olhaibitar.

L'itinéraire moderne de la Via Podiensis du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle passe par cette localité.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sommaire

Géographie

Situation

Aroue-Ithorots-Olhaïby fait partie de la province basque de Soule.

Accès

La commune est desservie par la route départementale 11.

Hydrographie

La commune est traversée[1] par des affluents du Saison, les ruisseaux Lafaure (et par le tributaire de celui-ci, le ruisseau le Hourquet) et de Lauhirasse (et par l'affluent de ce dernier, le Thiancoeniaerreka).

Lieux-dits et hameaux

Communes limitrophes

Toponymie

Son nom basque est Arüe-Ithorrotze-Olhaibi. Jean-Baptiste Orpustan[2] indique qu'Ithorots pourrait signifier 'source, fontaine froide' et Olhaïby 'le gué des cabanes'.

Le toponyme Aroue apparaît sous les formes Aroe (1337[2]), Aroa (1385[3], collection Duchesne volume CXIV[4]), Aroe et Sent Stephen d'Aroe (respectivement[3] 1460 et 1469, contrats d'Ohix[5]), Degaierie de Aroa (1520[2]) et Aroue (1690[2]).

Le toponyme Abbadie est mentionné en 1863 (dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[3]) et provient de l'abbaye laïque d'Ithorots, vassale de la vicomté de Soule.

Le toponyme Ithorots apparaît sous les formes Ithorrodz (1337[2]), Uthorrotz (1469[2]), Itorrotz, Utorrotz, Uturrotz et Ytorrotz (respectivement[3] 1469, 1478, vers 1480 et 1482, contrats d'Ohix[5]), Uthurrotz (1480[2]), Yptorrotz et Iptorrotz (1690[2]), Ithorrots (1793[6] ou an II) et Ittorolz (1801[6], Bulletin des Lois).

Le toponyme Olhaïbi apparaît sous les formes Olhaivie (1308[2]), Olhabie (1375[3], contrats de Luntz[7]), Olƒabie (1376[3], montre militaire de Béarn[8]), Olhaibie et Olhabia (respectivement[3] 1385 et 1407, collection Duchesne volume CXIV[4]), Olhayvi (1496[3], contrats d'Ohix[5]), Olharby (1563[3], aveux de Languedoc[9]), Olhayby et Olhaybié (1690[2]) et Olhaiby (1793[10] ou an II).

Histoire

Paul Raymond[3] note qu'Aroue était un des sept vics de la Soule, et dependait de la messagerie de la Barhoue.

Il y avait à Ithorots une abbaye laïque[3] vassale de la vicomté de Soule.

Le fief d'Olhaïby était vassal de la vicomté de Soule, et son titulaire était l'un des dix potestats de Soule[3].

La commune fut "temple de la Raison" pendant la Révolution, sans doute à cause du voisinage béarnais, Aroue fut la seule commune basque à adopter la politique jacobine antireligieuse.

Entre 1790 et 1794, la commune d'Ithorots absorbe[6] Olhaïby pour former la nouvelle commune d'Ithorots-Olhaïby. Le 1er août 1973 (par arrêté préfectoral du 20 juillet 1973), la commune d'Aroue absorbe Ithorots-Olhaïby pour former la nouvelle commune d'Aroue-Ithorots-Olhaïby.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Franz Duboscq    
2001 2008 Marcel Gégu    
2008 2014 Jean-Pascal Barneix    
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Intercommunalité

La commune appartient à huit structures intercommunales :

  • communauté de communes d'Amikuze
  • syndicat AEP du pays de Mixe
  • syndicat AEP du pays de Soule
  • syndicat de regroupement pédagogique d'Arbérats-Sillègue, Arbouet-Sussaute, Aroue et Etcharry
  • syndicat départemental d'électrification
  • syndicat intercommunal pour le fonctionnement des écoles d'Amikuze
  • syndicat mixte forestier des chênaies des vallées basques et béarnaises
  • syndicat pour le soutien à la culture basque

Démographie

Évolution démographique

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
464 379 543 509 514 555 535 500 506
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
506 466 393 400 402 368 340 355 352
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
328 345 326 268 277 254 249 270 265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007  
268 223 286 249 254 230 260 255  

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Économie

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine

Patrimoine civil

C’est un village à l’architecture typique de l’ouest du Pays basque : toits à deux pentes couverts de tuiles, murs blanchis à la chaux, avec, dans le bourg, des maisons du XVIe siècle.

Comme dans beaucoup de villages basques, le fronton de pelote voisine avec l’église.

Patrimoine religieux

  • La commune se trouve sur le GR 65. Elle marque le début du 7e tronçon de ce GR inscrit par l'UNESCO au Patrimoine mondial. Le dossier de présentation à l'UNESCO la situe sur la Via Podiensis du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il n'y a pas de véritable justification historique à cela mais c'est un fait contemporain important pour cette petite localité. Une justification a été trouvée par le docteur Urrutibetehy, pionnier du tracé des chemins dans la région (c'est lui qui a installé la stèle dite de Gibraltar et en a fait un point de convergence de ces chemins). Il a vu dans le cavalier figurant sur le linteau de la porte de la sacristie une représentation de saint Jacques Matamore (voir une photo sur le lien ci-dessous).
  • L’église Saint-Étienne[11] à Aroue, romane remaniée au XIXe siècle présente parmi ses sculptures du XIIe siècle un saint Jacques à cheval, image espagnole du « matamoro » ;
  • L'église Saint-Samson[12], d'Ithorots, date du XIXe siècle.
  • L'église d'Olhaïby recèle du mobilier[13] du XVIIIe siècle, inventorié par le ministère de la Culture (retables, chandeliers, statues, tableaux, croix).

Personnalités liées à la commune

  • Franz Duboscq, député puis sénateur, ancien président du conseil général, maire de la commune jusqu'en 2001.

Notes

  1. Notice du Sandre sur Aroue-Ithorots-Olhaïby
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque, Presses universitaires de Bordeaux 2006 (ISBN 2 86781 396 4) 
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. a et b Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papier d'Oihenart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  5. a, b et c Contrats retenus par Ohix, notaire de Soule - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. a, b et c Fiche d'Ithorots sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  7. Contrats retenus par Luntz, notaire de Béarn - Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Manuscrit de 1376 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Aveux de Languedoc, Archives de l'Empire
  10. Fiche d'Olhaïby sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  11. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Étienne
  12. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Samson
  13. Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église d'Olhaïby

Pour approfondir

Sur les autres projets Wikimedia :

Étape précédente
Charre
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
Coquille Saint-Jacques
Via Podiensis
Étape suivante
Saint-Palais



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aroue-Ithorots-Olhaïby de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aroue-Ithorots-Olhaiby — Aroue Ithorots Olhaïby Aroue Ithorots Olhaïby La chapelle d Olhaïby …   Wikipédia en Français

  • Aroue-Ithorots-Olhaïby — Aroue Ithorots Olhaïby …   Deutsch Wikipedia

  • Aroue-Ithorots-Olhaïby — Olhaïby chapel …   Wikipedia

  • Aroue-Ithorots-Olhaïby — Saltar a navegación, búsqueda Aroue Ithorots Olhaïby País …   Wikipedia Español

  • Ithorots-Olhaiby — Ithorots Olhaïby Ancienne commune des Pyrénées Atlantiques, la commune d Ithorots Olhaïby a existé de la Révolution française à 1973. Elle a été créée entre 1790 et 1794 par la fusion des communes d Ithorots et d Olhaïby. En 1973 elle a fusionné… …   Wikipédia en Français

  • Ithorots-olhaïby — Ancienne commune des Pyrénées Atlantiques, la commune d Ithorots Olhaïby a existé de la Révolution française à 1973. Elle a été créée entre 1790 et 1794 par la fusion des communes d Ithorots et d Olhaïby. En 1973 elle a fusionné avec la commune d …   Wikipédia en Français

  • Ithorots-Olhaïby — Pour les articles homonymes, voir Ithorots (homonymie) et Olhaïby (homonymie). Ancienne commune des Pyrénées Atlantiques, la commune d Ithorots Olhaïby a existé de la Révolution française à 1973. Elle a été créée entre 1790 et 1794 par la… …   Wikipédia en Français

  • Olhaïby — Aroue Ithorots Olhaïby DEC …   Deutsch Wikipedia

  • Aroue — Pour les articles homonymes, voir Aroue (homonymie). Aroue est une ancienne commune française du département des Pyrénées Atlantiques. Le 1er août 1973 (par arrêté préfectoral du 20 juillet 1973), la commune absorbe Ithorots… …   Wikipédia en Français

  • Olhaïby — Pour les articles homonymes, voir Olhaïby (homonymie). Olhaïby est une ancienne commune française du département des Pyrénées Atlantiques. Entre 1790 et 1794, la commune d Ithorots absorbe[1] Olhaïby pour former la nouvelle commune d Ithorots… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”