Plans de restauration

Plans de restauration

Plan de restauration

Un plan de restauration, est - dans le domaine de l'écologie et de la biologie de la conservation - un plan visant à restaurer une population viable (et donc aussi le cas échéant l'habitat) d'une espèce vulnérable, disparue ou en danger d'extinction.

Les plans de restauration concernent souvent des espèces, mais parfois aussi des milieux particuliers (tels que par exemple les gros-bois, vieux-bois et bois-mort (objectif d'un des plans faisant suite au Grenelle de l'Environnement en France). Un tel plan devrait permettre de retrouver quelques arbres anciens, sénescents et morts de diamètres dépassant ceux qui intéressent l'exploitation commerciale, comme ceux qui ont survécu ici dans la hêtraie ancienne de Reinhardswald en Allemagne


Chaque plan définit et programme la mise en œuvre d'actions coordonnées, nécessaires à la restauration d’espèces menacées sur le territoire concernée (national et européen par exemple en Belgique). En France ses objectifs sont d'organiser la surveillance des populations et espèces concernées, de mettre en œuvre des « actions coordonnées favorables à la restauration ou au rétablissement de ces espèces ou de leurs habitats », d' « informer les acteurs concernés et le public et de faciliter l’intégration de la protection des espèces dans les activités humaines et dans les politiques publiques d’infrastructures »[1].


Un plan peut concerner toutes sortes d'espèces ; animales, végétales ou fongiques. Certains plans ne concernent qu'une seule espèce (exemple ; Liparis de Loesel), d'autres visant un groupe fonctionnel d'espèces (ex :« Plan Odonates », Plan « Vieux-bois », « Pollinisateurs » ou « Plan Chiroptères » en France).
Il s'agit souvent d'espèces dites patrimoniales et parfois d'espèces considérées comme de la nature banale, mais en forte régression (Ex : hirondelle ou moineau domestique dans les grandes villes d'Europe de l'Ouest), y compris d'espèces surexploitées que l'on souhaite « restaurer » pour leur valeur commerciale et/ou halieutique (esturgeon européen, cabillaud ou Anguille d'Europe par exemple). L'objectif premier est généralement de contribuer à la restauration de la biodiversité, mais dans certains cas (restauration de populations viables d'abeilles pollinisatrices par exemple), l'enjeu est également économiquement crucial.

Sommaire

Aires de travail

Un plan de restauration peut être local, régional, national ou bio-régional, et transfrontalier et/ou maritime le cas échéant.
Pour des raisons écologiques et de pragmatisme, il est souvent « multi-échelle » (par exemple un plan national décliné en plans régionaux) et peut concerner plusieurs espèces ; Ainsi, le plan français de restauration des tortues marines des Antilles françaises concerne des îles éloignées les unes des autres et plusieurs espèces migratrices (tortue imbriquée, tortue verte, tortue luth, tortue caouanne, tortue olivâtre). Il a donc été subdivisé en

  • Un plan de restauration du Râle des genêts en France : [1]
  • un Plan de Restauration des Tortues Marines de Guadeloupe,
  • un Plan de Restauration des Tortues Marines de Martinique,
  • un projet de programme de coopération internationale à développer à échelle géographique plus large, voire planétaire afin de mieux prendre en compte les métapopulations et la diversité génétique des espèces.

Responsabilité

Il est généralement supervisé par l'autorité nationale en charge de la protection de la nature, mais il s'appuie sur un réseau coordonné de spécialistes, et de plus en plus sur une dynamique de large concertation.

Contenu

Il liste :

  • les éléments d'état des lieux disponibles sur l’espèce ou les espèces considérées, et notamment sur les causes de déclin ou de disparition locale de (ces) espèce(s).
  • les objectifs à atteindre et les moyens humains et techniques, ainsi que les conditions à respecter pour les atteindre.
  • les opérations (hiérarchisées) prévues ou à prévoir de mise en œuvre sur le terrain, avec un calendrier indicatif
  • l’évaluation des besoins financiers, et un plan de financement
  • les conditions de faisabilité ou les moyens de les connaître si elles ne le sont pas déjà (dont conditions socioéconomiques lorsqu'il s'agit de grands animaux tels que par exemple l'éléphant, le rhinocéros, le bison ou l'ours), ou de grands carnivores (Lion, tigre) ou de carnivores de taille moyenne (loup, lynx..) ou d'espèces pouvant interagir avec l'économie locale (positivement et/ou négativement) et les communautés humaines vivant dans le territoire.
  • les principes et critères de choix scientifique, et protocoles techniques et scientifiques validés par une autorité environnementale (ministère de l'environnement en général, avec en France le Museum MNHN).
  • les opérateurs (acteurs locaux, experts, ONG locales ou internationales..),
  • les zones de travail
  • d'éventuels besoins de réintroductions (justifiés)

Conditions de réalisation

Les autorités responsables doivent trouver les compétences et le budget nécessaire. Elles recherchent, via un dispositif d'animation et d'évaluation une concertation approfondie avec les responsables et acteurs des secteurs agricole, sylvicole ou cynégétique ou halieutique lorsqu'ils sont éventuellement concernés par l'impact de la présence d'une espèce (ex : prédation sur troupeaux, nécessitant remboursement et/ou protection des troupeaux).
Des études de terrain (dont d'écologie rétrospective le cas échéant) déterminent les zones concernées par le plan, en recherchant la meilleure compatibilité entre les besoins de l'espèce et ceux des populations locales. Les indemnisations en cas de dégâts sont souvent une des conditions posées par les acteurs locaux. Des aménagements locaux sont possibles (gardiennage, clôtures, pas canadien, système de veille et d'alerte, etc.) A titre d'exemple, en France, le Plan Ours a été accompagné d'un plan de soutien à l'économie de montagne (PSEM)

Un protocole d'évaluation est associé à chaque plan, avec des mises à jour corrective, sur la base d'évaluations à mi parcours [2]

Exemples

En France

La France a à partir de 1996 et avec le Museum initié des Plans de restauration nationaux pour certaines espèces en mauvais état de conservation. Dans le cadre de la Stratégie nationale pour la biodiversité adoptée en 2004 et des engagements français et européens à bloquer la perte de biodiversité avant 2010, la Direction de la Nature et des Paysage, au sein du ministère en charge de la protection de la nature a mis en place des plans de restauration nationaux pour un certain nombre d'espèces ou de groupe. Ces plans s'appuient sur les structures scientifiques nationales et locales, des acteurs de terrain et des budgets dédiés (abondés par des financements européens (Cf. mesures agri-environnementales notamment).

Ils sont établis sous l'égide d'un Comité de Pilotage et validés à plusieurs échelles, par le CSRPN (Conseil scientifique régional du patrimoine naturel) puis par le CNPN (Conseil national de protection de la nature).
Le plan le plus connu du public est le "Plan Ours"[3] visant la protection et le confortement de la population relictuelle des Pyrénées, en déclin rapide depuis les années 1940 (Disparition totale des derniers ours du Vercors) et au bord de l'extinction dans les années 1980-1990. D'autres plans concernent par exemple:

Le dernier plan prévu pour 2008 concernait le Râle des genêts ; coordonné par la DIREN Pays-de-la-Loire en 2008, il met à jour les informations disponibles via une enquête préliminaire sur les actions déjà conduite pour sauvegarder cette espèces et/ou son habitat naturel (les prairies humides à hautes herbes).

Le Grenelle de l’environnement dans son programme visant à « stopper la perte de la biodiversité » a en 2008 proposé des plans de conservations et de restauration (pour 5 ans) pour 131 espèces en danger critique d’extinction sur la liste rouge mondiale de l’UICN, dont plus de la moitié (70 espèces) sont des plantes. Sur ces 131 espèces, 44 vivent en métropole, 87 en outre-mer ; 53 en Polynésie française, 35 en Nouvelle-Calédonie. 9 espèces animales sont strictement marines, avec des actions de gestion relevant de la politique des pêches

Le MEEDDAT, sur la base de priorités établies avec le Museum et le Conseil National de la Protection Naturel (CNPN), a parmi les 131 espèces retenu 8 espèces d'enjeu national et devant faire l’objet d’un plan de restauration en 2009 [6]
A partir de 2009 d'autres plans, visant des espèces menacées sur le territoire national, non-identifiées par le Grenelle de l’environnement pourraient être lancés.

15 espèces ont été retenues pour 2009 par le MEEDDAT dont 2 étaient déjà l’objet d’un plan en 2008 (Margaritifera margaritifera (moule d’eau douce) et Zanthoxyllum heterophyllum (bois de poivre). 13 autres plans étaient prévus dont 7 à initier en 2009 ([7]).

Espèces dites « Grenelle » avec plan de restauration prévu en 2009[8]

Flore

  • Anchusa crispa (France métropolitaine)
  • Astrocaryum minus (Guyane) :
  • Bactris nancibaensis (Guyane)
  • Une des espèces suivantes devait à la Réunion être choisie par les autorités locales de l’Etat, parmi :
    • Acanthophoenix rubra (palmier endémique des forêts hygrophiles de basse altitude de la côte au vent de l’île Maurice et de l’île de la Réunion) ;
    • Bryopteris gaudichaudii (leujeunéacée faisant partie des hépathiques épiphytes des forêts tropicales humides endémiques du nord de Madagascar et de l’île de la Réunion ;
    • Polyscias aemiliguineae (sorte de lierre, endémique des forêts hygrophiles du sud-ouest et sud-est de l’île de la Réunion avec une localité isolée au nord de l’île
    • Poupartia borbonica (sorte de pistachier endémique de la forêt semi-sèche de l’île Maurice et de l’île de la Réunion).

Faune

  • Helix ceratina (France métropolitaine) : escargot endémique très menacé, vivant au sud-est d’Ajaccio en Corse.
  • Lantzia carinata (Réunion) : lymnées endémique des cascades d’altitude de l’île de la Réunion (1 000 à 1 300 m)
  • Leptodactylus falax (Guadeloupe) : ou « crapaud de la Dominique » leptodactylidé forestier vivant près des cours d’eau permanent à forte pente.

Espèces issues de la priorisation nationale (7)
Oiseaux


Amphibien

  • Bombina variegata ( sonneur à ventre jaune, vivant actuellement dans le centre, le nord-est et l’est de la

France). Reptile

  • Emyde lépreuse : tortue vivant dans les eaux stagnantes ou lentiques de quelques départements du sud de la France

Flore

  • Saxifraga hirculus : herbacée des tourbières du Jura
  • Eryngium viviparum : herbacée des prairies humides temporaires du littoral du Morbihan.
  • Aster des Pyrénées (décision en 2008 de reporter à 2009).

Espèce ayant fait déjà l’objet d’un plan de restauration et nécessitant un second plan (1) :

Législation

Ces actions concernent généralement des espèces figurant sur des listes rouges d'espèces menacées et strictement protégées par plusieurs conventions internationales (Ex : CITES, convention de Berne..) et en Europe par des directives européennes (habitat faune, flore, OSPAR). Elles s'insèrent dans la charte mondiale de la nature (adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 28 octobre 1982, qui reconnaît que la vie humaine « dépend du fonctionnement ininterrompu des systèmes naturels ».

Des plan de conservation d'espèce à échelle européenne, par exemple pour l'esturgeon sont en cours d'établissement, dans le cadre de la convention de Berne. Ces plans sont donc précisément cadrés par le droit international et le droit de l'environnement local.

En France, ces plans sont pour 2009 cadrés (suite au Grenelle de l'Environnement) par une circulaire d'août 2008 [9], qui annonce une autre circulaire qui formalisera la doctrine et les modalités pour l’élaboration, la mise en oeuvre, le suivi et l’évaluation de ces plans de restauration. Le MEEDDAT proposera annuellement une liste d’espèces prioritaires pour la faune et pour la flore.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Deux exemples de plans de restauration nationaux

Notes et références

  1. Source : DIREN Nord/Pas-deCalais (page sur les plans nationaux de restauration, consultée 2009 01 09, 13;24)
  2. Exemple d'évaluation : Rapport d'évaluation à mi-parcours du plan de restauration et de conservation de l'ours brun dans les Pyrénées françaises 2006-2009 et évaluation ab initio du plan de soutien à l'économie agro-sylvo-pastorale pyrénéenne 2006-2013 par Éric Binet, Alain Escafre, Inspection générale de l'environnement. Conseil général de l'agriculture, de l'alimentation et des espaces ruraux, Paris;Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire;2008;53 pages
  3. 2006 – Ministère de l'Écologie et du Développement Durable, Plan de restauration et de conservation de l'ours brun dans les Pyrénées françaises 2006-2009, 145 p. et Annexes 126 pages.
  4. Synthèse du Programme Life Pin Laricio, incluant un volet sur la sauvegarde et restauration de peuplements d'Ifs en Corse
  5. Plan de Restauration des Tortues Marines des Antilles Françaises, ONCFS, Octobre 2005
  6. Liste des plan de restauration prévus en 2009 (taille:0,5 mo).]
  7. voir annexe II de la circulaire "Nature et paysages Circulaire du 13 août 2008 relative au programme de réalisation de nouveaux plans nationaux de restauration en 2009 / NOR : DEVN0819401C"
  8. Circulaire Nature et paysages ; Circulaire du 13 août 2008 relative au programme de réalisation de nouveaux plans nationaux de restauration en 2009 - NOR : DEVN0819401C-
  9. Circulaire du 13 août 2008 relative au programme de réalisation de nouveaux plans nationaux de restauration en 2009
Ce document provient de « Plan de restauration ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Plans de restauration de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Restauration horloges édifices — Restauration d horloges d édifices Cette page se propose de donner des éléments généraux sur la question de la restauration des horloges d édifice mécaniques (églises, mairies, écoles, établissements, etc.), principalement des 19e et 20e siècles …   Wikipédia en Français

  • RESTAURATION DES ŒUVRES D’ART — «Restauration, le mot et la chose sont modernes» affirme Eugène Viollet le Duc en tête de l’article «Restauration», du Dictionnaire raisonné de l’architecture française , t. VIII, paru en 1869. Pourtant, nombreux sont les exemples et les… …   Encyclopédie Universelle

  • Restauration d'horloges d'édifices — Cette page se propose de donner des éléments généraux sur la question de la restauration des horloges d édifice mécaniques (églises, mairies, écoles, établissements, etc.), principalement des 19e et 20e siècles. Ces horloges sont typiquement des… …   Wikipédia en Français

  • Plans simples de gestion — Plan simple de gestion Sommaire 1 Concernant l’eau 2 Un document réglementaire de la forêt (privée) 2.1 Les forêts concernées 2.2 Les aspects légaux …   Wikipédia en Français

  • Restauration de l'indépendance du Portugal — Guerre de Restauration (Portugal) Jean IV de Portugal († 1656) La guerre de Restauration est une guerre d indépendance menée par le Portugal contre l Espagne du 1er décembre 1640 au 12 février 1668 (traité de Lisbonne). Elle… …   Wikipédia en Français

  • Plans d'évasion de Michael Scofield — Le plan d évasion de Fox River de Michael Scofield constitue la trame principale du scénario du feuilleton télévisé Prison Break lors des deux premières saisons. Le héros, Michael Scofield (Wentworth Miller), a conçu un plan très élaboré pour s… …   Wikipédia en Français

  • Plan de restauration — Les plans de restauration concernent souvent des espèces, mais parfois aussi des milieux particuliers (tels que par exemple les gros bois, vieux bois et bois mort (objectif d un des plans faisant suite au Grenelle de l Environnement en France).… …   Wikipédia en Français

  • Plan national de restauration — Plan de restauration Un plan de restauration, est dans le domaine de l écologie et de la biologie de la conservation un plan visant à restaurer une population viable (et donc aussi le cas échéant l habitat) d une espèce vulnérable, disparue ou en …   Wikipédia en Français

  • Litterature de la Restauration anglaise — Littérature de la Restauration anglaise Portrait de Charles II d Angleterre Attribué à Thomas Hawker Vers 1680 (226,7 x 135,6 cm) National Portrait Gallery, Londres La littérature de la Restauration anglaise (Restoration literature en …   Wikipédia en Français

  • Littérature de la Restauration anglaise — Portrait de Charles II d Angleterre Attribué à Thomas Hawker Vers 1680 (226,7 x 135,6 cm) National Portrait Gallery, Londres La littérature de la Restauration anglaise (Restoration literature en anglais) est la …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.