Armée yougoslave de la patrie
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Tchetniks (Histoire des Balkans)
Armée yougoslave de la patrie
Cetnik flag.jpg


Drapeau des Tchetniks, portant l'inscription Pour le roi et la patrie et la devise La liberté ou la mort, héritée de la Filiki Eteria.

Période 19411945
Pays Royaume de Yougoslavie
Allégeance Monarchisme, Nationalisme, Grande Serbie, Anticommunisme, Antifascisme
Effectif estimation haute :
jusqu'à 300 000 personnes
Surnom Tchetniks, ou Chetniks
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Campagne de Yougoslavie (1941-1945)
Commandant historique Draža Mihailović

L'Armée yougoslave de la patrie (Jugoslovenska vojska u otadžbini, Југословенска војска у отаџбини) était le nom officiel adopté par une force armée yougoslave, active durant la Seconde Guerre mondiale, fondée par Draža Mihailović, officier de l'armée royale yougoslave, pour mener la résistance contre l'occupation de la Yougoslavie par les forces de l'Axe.

Les membres de cette force armée sont généralement désignés sous le terme de Tchetniks, également orthographié Chetniks (serbe : Četnik, pluriel Četnici, cyrillique четник; expression signifiant Membre d'une compagnie militaire ou de manière plus générique Combattant armé). Bien que d'autres groupes armés aient pu, à des époques différentes, être désignés sous ce nom, le terme de Tchetniks désigne généralement, depuis la seconde guerre mondiale, l'Armée yougoslave de la patrie.

Soutenus initialement par les Alliés, les Tchetniks ne disposent pas d'une organisation centralisée et entrent très rapidement en conflit avec l'autre force de résistance, les Partisans dirigés par le chef communiste Tito. Une partie des chefs tchetniks, dont la plupart agissent, dans les faits, indépendamment de Mihailović, privilégie bientôt le combat contre les communistes et noue des alliances avec les occupants.

Après la fin 1943, les hommes de Mihailović cessent d'être soutenus par les Alliés qui jugent les Partisans plus efficaces dans le combat contre les Allemands. Les Tchetniks sont défaits par les Partisans en 1944-45; Mihailović lui-même est condamné et exécuté pour collaboration par le nouveau régime communiste yougoslave.

Sommaire

Histoire

Création

Pavle Đurišić, chef des Tchetniks du Monténégro.

Après l'invasion du pays par l'Axe, le territoire du Royaume de Yougoslavie est démembré et divisé en protectorats ou en états indépendants administrés par des gouvernements collaborateurs. Certaines unités de l'armée refusent de se rendre. Le 13 mai 1941, le colonel Draža Mihailović, chef de la seconde armée yougoslave, fonde l'Armée yougoslave de la patrie, conçue comme une force armée fidèle au gouvernement royal en exil, et destinée à mener la guérilla contre l'occupant. 70 corps d'armée, comptant à l'origine une majorité de serbes, sont formés sur différentes parties du territoire, incluant la Serbie, la Bosnie-Herzégovine, et le Monténégro. A certains stades du conflit, l'Armée yougoslave de la patrie revendique jusqu'à 300 000 hommes. Leur nombre ayant énormément fluctué au gré des ralliements, puis des défections, il est difficile d'établir une estimation fiable.

Les hommes de Mihailović sont reconnus et soutenus par les Alliés, qui leur font parvenir des armes. Le 26 octobre 1941, Mihailović et Tito, qui vient tout juste de commencer à rallier quelques troupes pro-communistes, concluent un accord pour réaliser un front uni contre les occupants. La tête du général Draza Mihailovic est alors mise à prix par les Allemands pour 100 000 reichsmarks chacun. Par la suite, courant décembre 1941, Tito ordonne l'attaque de bataillons isolés de la Wehrmacht, qui se traduisit par des représailles des allemands envers les populations civiles serbes. Le général Mihailović demanda à Tito d'éviter toutes actions envers des corps isolés de la Wehrmacht, préférant l'attaque de front sur les régiments ou les sabotages de voies ferrées. Or, les communistes ne tinrent pas compte des recommandations du commandant Tchetnik, et une nouvelle fois, ils attaquèrent une unité isolé de fantassins allemands, ce qui provoqua, par représailles, la première exécution massive de la Wehrmacht envers des populations civiles. Près de 7 000 habitants de Valjevo et des environs furent sommairement exécutés, hommes, femmes et enfants, la devise allemande étant : pour 1 soldat allemand tué, 100 civils seront exécutés, pour 1 blessé, 10 seront exécutés. Mihailović ayant appris ce massacre suite à l'attaque des communistes, décida de couper ses relations avec Tito, qui ne voulait tenir compte de ces conseils. Le communisme de Tito ne pouvait s'accomoder avec des soldats fidèles « au Roi, à Dieu et à la Patrie »: il était logique que les Partisans communistes de Tito entrent en conflit ouvert avec les Tchetniks de Mihailović.

Les Tchetniks, nominalement sous le contrôle de Mihailović, ne disposent cependant pas d'une structure hiérarchisée très stable.

Idéologie

L'Armée yougoslave de la patrie est avant tout caractérisée par une idéologie nationaliste et monarchiste, accompagnée d'antifascisme et d'anticommunisme. Beaucoup de Tchetniks laissent pousser leur barbe pendant la guerre et l'occupation, ce qui est une manière d'exprimer sa douleur dans la tradition orthodoxe, et jurent de ne la couper qu'au retour du roi. Si les Tchetniks comptent des recrues venues d'autres nationalités yougoslaves (croates, slovènes ou musulmans bosniens), la majorité sont d'origine serbe et le mouvement compte des partisans d'une « Grande Serbie ».

Musulmans Tchetniks.

Passage à la collaboration de certaines unités Tchetniks

Après plusieurs combats avec les forces d'occupation de l’Axe, les Tchetniks se divisent. L'armée yougoslave de la patrie souffre de ne pas avoir de commandement très centralisé, et d'être trop étroitement identifiée à la Serbie et à la monarchie, ce qui ne garantit pas la loyauté de tous ses membres.

A l'opposé, la direction des Partisans développe le projet d'une république yougoslave fédérale, promettant l'égalité des différentes nationalités, ce qui garantit des ralliements à la résistance communiste à mesure que le conflit avance.

Kosta Pećanac avec des officiers allemands.

Si une partie des Tchetniks continuent le combat contre les occupants, d'autres privilégient l'affrontement avec les Partisans, ennemis du royaume, et finissent par collaborer avec les Italiens ou les Allemands. A la fin 1941, le Serbe Kosta Pećanac fait défection et met ses troupes au service du gouvernement collaborateur serbe[1]. Il est tué par les hommes de Mihailović en mai 1944. En Croatie, certaines unités serbes collaborent avec les Italiens qui leur ont offert une protection contre les Oustachis.

Les Tchetniks de Mihailović continuent par ailleurs de porter assistance aux Alliés, participant notamment en 1944 à l'Opération Halyard, sauvetage de 500 pilotes alliés abattus sur le sol yougoslave[2].

Abandon par les Alliés

Mihailović mène des actions de résistance contre les occupants, mais sans grandes offensives, pour éviter les représailles de masse contre la population civile. Courant 1943, les rapports des services de renseignement indiquent au gouvernement du Royaume-Uni que les Tchetniks manquent d'efficacité, les Partisans étant une force de résistance beaucoup moins scrupuleuse. Certains auteurs attribuent ce rapport à une campagne de désinformation menée par des sympathisants communistes liés au groupe des cinq de Cambridge[2]. A la conférence de Téhéran, Joseph Staline obtient des Alliés qu'ils cessent de soutenir les Tchetniks et reconnaissent exclusivement les Partisans. Ainsi, l' Opération Halyard, pourtant connue des anglo-saxons, a par la suite été attribuée à Tito, qui s'est approprié toutes les victoires des Tchetniks sur les Allemands ou les Italiens[2].

En juin 1944, le gouvernement en exil du roi Pierre II, soutenu par les Alliés, signe un accord avec le mouvement de Tito, reconnaissant les seuls Partisans comme la force armée régulière de la résistance yougoslave et ordonnant aux Tchetniks de se joindre à eux. Mihailović refuse cependant de se soumettre. Le 29 août, le roi démet Mihailović de son poste de chef d'état-major yougoslave et, le 12 septembre, nomme à sa place Tito. Ce dernier promet une amnistie aux Tchetniks, résistants ou collaborateurs, qui viendraient rejoindre son camp (tout en la refusant aux collaborateurs Oustachis).

A la fin du conflit, l'Armée yougoslave de la patrie se disloque. Ses anciens membres passés à la collaboration tentent de fuir vers l'Italie ou l'Autriche. Une partie est capturée par les Partisans; d'autres, capturés par les Britanniques, sont renvoyés en Yougoslavie et livrés aux communistes. Certains sont jugés pour collaboration, et acquittés, ou bien condamnés à mort ou à des peines de prison. D'autres enfin sont tués sans jugement. Mihailović et ses hommes, piégés dans l'est de la Bosnie-Herzégovine, se cachent, mais sont finalement capturés. Mihailović est jugé et, les crimes commis par les Tchetniks renégats lui étant imputés, condamné à mort pour collaboration.

Les pertes subies par les Tchetniks au cours du conflit s'élèvent à environ 166 000, comptant 10 000 morts dans des batailles contre l'occupant, 16 000 morts en déportation après leur capture par les Allemands, et environ 140 000 répartis entre les exécutions commises par les Partisans et les combats contre ces derniers, et les exécutions commises par les occupants.

Postérité

Après la Seconde Guerre mondiale, les Tchetniks ont été, dans leur globalité, considérés comme des traîtres par le régime communiste de Tito. Cette version d'une collaboration globale des Tchetniks et d'une trahison de Mihailović s'est couramment répandue dans l'historiographie occidentale[3], mais a par contre été combattue par certains auteurs[4] Mihailović lui-même a été réhabilité aux États-Unis[5]. Des exilés Serbes, dont d'anciens Tchetniks, ont fondé des associations de souvenir dans des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni ou l'Australie.

Progressivement, certains partis d'opposition yougoslaves ont ouvertement soutenu le rôle des Tchetniks dans la Seconde Guerre mondiale, et dénoncé l'histoire officielle comme mensongère. Des hommes politiques serbes tels que Vuk Drašković et Vojislav Šešelj ont organisé des groupes paramilitaires utilisant ouvertement le nom de Tchetniks, fortement associé à l'image de groupes paramilitaires serbes.

L'affaire du « faux Philippot »

L'article de l’Encyclopædia Universalis est signé « Robert Philippot[6] » : il s'agit du pseudonyme d'un contributeur communiste anonyme[réf. nécessaire], figurant comme professeur à l'Institut national des langues orientales vivantes sur le site d'Universalis[7], mais absent de la liste des enseignants de l'INALCO[8], le vrai Robert Philippot étant un résistant communiste français déporté par les nazis à Auschwitz, où il fut tué en février 1945. D'après cette source secondaire, « après une rencontre infructueuse entre les deux chefs de la Résistance en septembre 1941, tandis que les troupes de Tito, chassées d’Uzice, s’enfuient vers les montagnes de Bosnie, Mihailović sauve ses Tchetniks de l’extermination en négociant avec le gouvernement collaborateur de Milan Nedić. Il adoptera désormais une attitude attentiste, plus enclin à combattre les partisans titistes que les divisions allemandes. » Pour asseoir cette version, le « faux » Robert Philippot cite comme source primaire un rapport qui aurait été envoyé par le Feld-Maréchal Von Weichs à Hitler le 1er novembre 1943, mais ce document provient de l'Institut d'histoire militaire de l'Armée populaire de Yougoslavie, réf. NAV-N-T-313, F-189/7449011-24, et de nombreux historiens, tel Robert Conquest, pensent qu'il a été falsifié. Selon cette source :

« En ce moment le principal danger vient de Croatie. Les forces rouges se proposent de pénétrer en Serbie en franchissant la Drina. Mihailović effectue des préparatifs pour les repousser... Mihailović cherche à entrer en contact avec les commandements allemands pour ne pas tomber sous la domination communiste... Dans l'ensemble, les Tchetniks perdent pied, tandis que le mouvement communiste est en essor. D'où la direction de l'engagement de nos propres forces et la formulation des tâches : l'ennemi le plus dangereux est Tito ; si l'on ne parvient pas dans les prochains mois à affaiblir considérablement ses forces, acquises à la suite de l'effondrement de l'état croate, on assistera alors à la fusion organique de tous les rebelles communistes dans tout le secteur du sud-est et la défense de la Côte Adriatique contre une attaque extérieure sera impossible. Au cours des prochains mois, il ne s'agira plus de la survie de la Croatie, du Monténégro et de l'Albanie, mais de la création ou de la non-création d'un champ de bataille bolchevik sur tout le secteur du sud-est, dans le voisinage immédiat du Reich. »

Robert Conquest, qui pense que ce document est un faux, affirme que[réf. nécessaire] :

  • les expressions « forces rouges », « mouvement communiste », « rebelles communistes » et « champ de bataille bolchevik » ne peuvent pas être de la plume de Von Weichs qui utilisait habituellement « saboteurs bolchévistes » ou « terroristes »,
  • il aurait été absurde pour Mihailović de faire cause commune avec l'occupant à un moment où celui-ci reculait partout ;
  • le seul groupe tchetnik à avoir négocié avec les Allemands était celui de Kosta Pećanac, qui, de ce fait, avait quitté l'Armée yougoslave de la patrie, et sur lequel Mihailović n'avait aucun contrôle.

Ce groupe Kosta Pecanać ne comprenait que quelques dizaines d'hommes, alors que le « faux » Robert Philippot écrit dans son article que l'ensemble des Tchetniks aurait collaboré avec l'occupant dans des offensives contre les partisans, notamment lors de l'Opération Weiss à laquelle auraient participé 12 000 Tchetniks auprès de 50 000 Allemands, 25 000 Italiens et 17 000 Oustachis et Domobrans.

Quoi qu'il en soit, cette affaire est exploitée à fond par la propagande de Tito, et couramment acceptée en Occident durant un temps[9], qui, à la fin de la guerre, devient, malgré les protestations du gouvernement yougoslave de Londres, le seul interlocuteur des Alliés, tandis que Mihailović, abandonné, sera exécuté pour trahison par les communistes en 1946, après qu'un grand nombre de Tchetniks (des dizaines de milliers d'hommes) a rejoint les partisans titistes (ralliement pudiquement passé sous silence depuis)

Certains groupes de Tchetniks, restés fidèles aux principes et valeurs défendues par Mihailović, n'ont jamais voulu se rendre aux unité communistes, et continuèrent à lutter dans le maquis. Le dernier Tchetnik a avoir officiellement combattu la politique Titiste, au nom du Roi, fut un jeune commandant serbe du Monténégro, nommé Vladimir Sipcic, également surnommé "Vlado". Il fit résista à l'armée Titiste jusqu'en 1957, soit 12 ans après la fin de la guerre. Son unité fut lentement décimée par les troupes communistes, et, selon un rapport officiel de la UDBA (police secrète yougoslave), Vladimir Sipcic aurait été vraisemblablement abattu en juin 1957, avec sa fiancée, dans l'est de la Bosnie, bien que le corps n'est jamais été officiellement reconnu comme étant le sien[4].

Références

  1. of Kosta Milovanović-Pećanac (Pechanatz)
  2. a, b et c Freeman, Gregory A. Freeman, The Forgotten 500: The Untold Story of the Men Who Risked All For the Greatest Rescue Mission of World War II, NAL Hardcover 2007
  3. Dictionnaire Larousse
  4. a et b Jean-Christophe Buisson, Le général Mihajlovic (1893-1946), héros trahi par les Alliés, Perrin, Paris, 1999, (ISBN 2-262-01393-4).
  5. Congressional record on Draza Mihajlovic
  6. Robert Philippot, « Yougoslavie: L'occupation et la Résistance », article de l’Encyclopædia Universalis, édition 2000.
  7. Site d'Universalis : Robert PHILIPPOT
  8. INALCO- ;Les Enseignants-Chercheurs de l’INALCO
  9. À tel point que dans un film comme L'ouragan vient de Navarone, les Tchetniks apparaissent en collaborateurs, et seuls les partisans apparaissent en résistants.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armée yougoslave de la patrie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Histoire de la marine française — L histoire de la Marine française couvre la période du XIIIe siècle au XXIe siècle. Elle est marquée par une alternance de hauts et de bas, la Marine française rencontrant au cours de son histoire trois difficultés majeures qui… …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement de la République populaire de Chine — République populaire de Chine Pour la Chine en général et sa civilisation, voir Chine Pour les articles homonymes, voir RPC et Chine (homonymie). 中华人民共和国 中華人民共和國 Zhōnghuá Rénmín Gònghéguó …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la République de Macédoine — Armoiries historiques de la Macédoine La République de Macédoine, petit État du sud des Balkans, est devenue indépendante en 1991, en se séparant de la République fédérative socialiste de Yougoslavie. Le nom de « Macédoine » correspond… …   Wikipédia en Français

  • 13e division de montagne de la Waffen SS Handschar — 13e Waffen Gebirgs Division der SS Handschar Insigne de la 13e division de montagne de la Waffen SS Handschar Période …   Wikipédia en Français

  • Chronologie De La Seconde Guerre Mondiale — Septembre 1939 / Septembre 1945 Pour la période antérieure, voir, entre autres, Chronologie du Troisième Reich et Guerre sino japonaise. 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1939 Europe Janvier 1939 Janvier : Dans un discours, Hitler annonce… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie de la Seconde Guerre mondiale — Septembre 1939 / Septembre 1945 Pour la période antérieure, voir, entre autres, Chronologie du Troisième Reich et Guerre sino japonaise. 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1938 Décembre 1938 6 décembre : Le ministre des Affaires étrangères… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie de la seconde guerre mondiale — Septembre 1939 / Septembre 1945 Pour la période antérieure, voir, entre autres, Chronologie du Troisième Reich et Guerre sino japonaise. 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1939 Europe Janvier 1939 Janvier : Dans un discours, Hitler annonce… …   Wikipédia en Français

  • ARMÉE (pouvoir et société) — «Le premier qui fut roi fut un soldat heureux.» Compléter l’aphorisme voltairien en rappelant que le monarque tend à s’entourer de ses lieutenants, à leur conférer charges et privilèges et à créer ainsi une noblesse militaire, c’est marquer la… …   Encyclopédie Universelle

  • La 2ème guerre mondiale — Seconde Guerre mondiale Pour les articles homonymes, voir Guerre mondiale. Seconde Gue …   Wikipédia en Français

  • La dernière guerre — Seconde Guerre mondiale Pour les articles homonymes, voir Guerre mondiale. Seconde Gue …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”