Armée nationale congolaise

Forces armées de la République démocratique du Congo

Forces armées de la République démocratique du Congo
Flag of the Democratic Republic of the Congo.svg
Drapeau de la république démocratique du Congo
Quartier-général Camp militaire Colonel Tshatshi, Kinshasa
Commandement
Président de la République démocratique du Congo Joseph Kabila
Ministre de la défense Charles Mwando Nsimba
Chef d'état-major lieutenant général Didier Etumba Longomba
Main d'œuvre
Actifs 129 000
Budgets
Budget 93,5 millions de dollars US (2004)
Pourcentage du PNB 2,5 % (2006)
Industrie
Articles annexes
Gén. Kisempia Sungilanga, ancien chef d'état-major général des FARDC, lors de la prestation de serment du président de la RDC, en décembre 2006.

Les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) sont les forces armées officielles de la République Démocratique du Congo anciennement appelés Forces armées zaïroises (FAZ).

Sommaire

Situation

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) sont dans un processus de reconstruction après la deuxième guerre du Congo finie en 2003. Le gouvernement à Kinshasa, les Nations unies, l’Union européenne (avec sa mission militaire EUSEC RD Congo) et des partenaires bilatéraux comme l’Angola, l’Afrique du Sud et la Belgique essaie de créer une force viable capable de réaliser les missions qui leur sont confiées, la plus importante étant la sécurité et stabilité pour la nation.

Cependant, la réussite de ce processus paraît incertaine car on assiste à un retour de la corruption et le gouvernement congolais éprouve énormément de difficulté à gérer et contrôler ses forces armées. On note également un manque de coordination entre les donateurs internationaux. Enfin, il est très important de souligner que les FARDC se constituent en partie sur base d'une tentative de regroupement et d'intégration (le "brassage" et le "mixage") au sein d'une structure de commandement unique des forces militaires tant du gouvernement légal de Kinshasa que des anciens mouvements de rébellion qui ont divisé le pays, en particulier depuis la seconde guerre d'août 2008. Il s'agit en particulier des mouvements Maï Maï, des troupes du RCD Goma, du MLC de Jean Pierre Bemba. De vieux antagonismes existent entre ces forces qui sont néanmoins censées opérer en harmonie au sein de l'armée. Les tentatives récentes d'intégrer des élements militaires sous l'obédience du Général Laurent Nkunda au Nord Kivu ont montré la difficulté et les limites de cette stratégie. les conflits internes dans l'armée sont de plus en plus fréquents.

Mais le problème le plus important ne se trouve pas là. En dépit de l'aide internationale, la R.D.C. , auparavant le Zaïre, au vu du profond sous-développement dans laquelle elle s'est enfoncée, n'a pas les ressources suffisantes pour se doter d'une armée régulière, bien gérée, dont les forces sont casernées. L'impossibilité de survivre dans ces conditions les amènent à vivre sur le dos de la population par le biais d'exactions et de spoliations constantes, principalement en zones rurales. La paysannerie, déjà la partie la plus pauvre de la population, paye le plus lourd tribut alors qu'elles sont celles qui devraient être protégées par l'armée qui exerce en principe un rôle de maintien de l'ordre public, aux cotés de la police nationale. On assiste donc à un retour à la situation que le pays a connu à la fin de l'ère mobutiste où les militaires étaient devenus la crainte majeure de la population. La MONUC se voit donc obligée dans certains cas de protéger les populations civiles des violences qui sont le fait des forces armées.

Cette dramatique évolution s'est encore aggravée par le nombre croissant de violences sexuelles perpétrées par les militaires dans les campagnes dans un contexte de relative impunité, les poursuites engagées contre les auteurs de ces sévices par la juridiction militaire étant très limitées au regard de l'étendue du phénomène.

Historique

La première guerre du Congo et deuxième guerre du Congo ont fait des ravages dans la région avec les plus importantes pertes humaines depuis la Seconde Guerre mondiale malgré l'absence de grandes batailles rangés.

Les forces armées congolaises résultent de la fusion des formations de la guérilla, comme la Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), qui a pris le pouvoir en 1997 avec l'ancienne armée nationale. Maintenant, il y ont environ de quatorze brigades intégrées et un nombre inconnu de brigades non-intégrées, qui sont constitué exclusivement par une seule faction, comme la RCD ou le Mouvement de Libération du Congo.

Cette force est confronté depuis sa formation à de multiples conflits sur le territoire congolais dont, en 2008, la guerre du Kivu.

Chefs d’état-major

Effectifs et budget

Soldats de la RDC en 2001

En 2004, le budget de la défense est officiellement de 93,5 millions de dollars US soit 1,5 % du produit national brut. En 2006, il est estimé à 2,5 % du PNB [1]

Fin 2006, l’armée congolaise compte près de 350 000 hommes selon le lieutenant général Kisempia Kisempia, alors chef d'état-major général des FARDC, qui a reconnu l’existence de problèmes d’hébergements des troupes.

Les observateurs militaires étrangers estimait alors les effectifs de cette armée, en pleine restructuration, à environ 200 000 hommes, les milices ayant étaient officiellement intégré dans celle ci.

En avril 2009, le ministère de la Défense et l'état-major des Forces armées de la République démocratique du Congo recense 129 000 hommes sous les armes [2]

Voici les chiffres du début des années 2000 :

  • armée de terre : 80 000 soldats (les différentes milices qui combattent au profit de Kinshasa dans l'est et le centre du pays ne sont pas comptées)
  • marine : 600
  • armée de l'air : 1800 (incertain)

Matériels terrestres

La grande majorité du parc de véhicules blindés est hors d'usage. Les principaux moyens de transports sont divers 4x4 et camions.

Matériels aériens

Le taux de disponibilité et l'entretien de la majeure partie des moyens aériens est minimal voire nul.

Moyens navals

Même remarque que pour les moyens aériens.

Sources

Voir aussi

Liens internes

Histoire militaire du Congo-Kinshasa

Liste des guerres en RDC
Première république

  • Crise congolaise
    • Sécession du Katanga (1960-1963)
    • Sécession du Sud-Kasaï (1960-1961)
    • Sécession du gouvernement Gizenga (1961-1962)
    • Opération Dragon Rouge (1964)

Deuxième république

Troisième république

Interventions extérieures

  • Guerre tchado-lybienne (1978-1987)

Liens externes

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la République démocratique du Congo Portail de la République démocratique du Congo

Ce document provient de « Forces arm%C3%A9es de la R%C3%A9publique d%C3%A9mocratique du Congo ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armée nationale congolaise de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Armée Nationale Congolaise — L Armée Nationale Congolaise (ANC) est l ancienne Force publique du Congo, abolie par Patrice Lumumba en 1960 lors de la mutinerie de la force publique, s opposant à rester toujours inférieure aux colons. Elle ne dura que 10 ans et fut changée en …   Wikipédia en Français

  • Armée katangaise — L Armée katangaise a été créée sous le nom de Gendarmerie katangaise après la sécession du Katanga le 11 juillet 1960, et ce pour défendre l indépendance de l État du Katanga. Sommaire 1 Contexte de sa création 2 Évolution de ses… …   Wikipédia en Français

  • Armée de la République démocratique du Congo — Forces armées de la République démocratique du Congo Forces armées de la République démocratique du Congo Drapeau de la république démocratique du Congo …   Wikipédia en Français

  • Insurrection de l'Armée de Résistance du Seigneur — Zones principalement affectées par le conflit en Ouganda Informations générales Date 1987 2009 …   Wikipédia en Français

  • Crise Congolaise —  Ne pas confondre avec la Première guerre du Congo, 1996 1997, ou la Deuxième guerre du Congo, 1998 2002 La Crise congolaise (1960 1965) fut une période de troubles au cours de la Première république du Congo Kinshasa, qui débuta avec l… …   Wikipédia en Français

  • Crise congolaise —  Ne pas confondre avec la Première guerre du Congo, 1996 1997, ou la Deuxième guerre du Congo, 1998 2002 La Crise congolaise (1960 1965) fut une période de troubles au cours de la Première république du Congo Kinshasa, qui débuta avec l… …   Wikipédia en Français

  • Mouvements de libération nationale — Décolonisation La décolonisation est un processus d émancipation des colonies par rapport aux métropoles. Elle implique le plus souvent l accès à l indépendance des pays colonisés. Elle est supposée avoir commencé dès 1775 en Amérique, mais c est …   Wikipédia en Français

  • Conference nationale souveraine (RDC) — Conférence nationale souveraine (RDC) La Conférence nationale souveraine (CNS) est une rencontre, qui s’est étalée sur une année et demi, soit du deuxième semestre de 1990 à 1992, avait réuni les délégués représentants toutes les couches de la… …   Wikipédia en Français

  • Conférence Nationale Souveraine (RDC) — La Conférence nationale souveraine (CNS) est une rencontre, qui s’est étalée sur une année et demi, soit du deuxième semestre de 1990 à 1992, avait réuni les délégués représentants toutes les couches de la population, toutes les régions et la… …   Wikipédia en Français

  • Conférence nationale (Zaïre) — Conférence nationale souveraine (RDC) La Conférence nationale souveraine (CNS) est une rencontre, qui s’est étalée sur une année et demi, soit du deuxième semestre de 1990 à 1992, avait réuni les délégués représentants toutes les couches de la… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”