Armée du Canada

Forces canadiennes

Forces canadiennes
Forces canadiennes, Canadian Force
Canadian Forces Flag.svg
Drapeau des Forces canadiennes
Branches Marine canadienne
Armée de terre canadienne
Force aérienne du Canada
Quartier-général NDHQ, Ottawa
Commandement
Commandant en chef Élisabeth II, Reine du Canada
Représenté par Gouverneur général Michaëlle Jean
Ministre de la Défense nationale Peter MacKay
Chef d'état-major Général Walter Natynczyk
Main d'œuvre
Disponibles au service militaire 8 072 010 hommes
7 813 462 femmes
Aptes au service militaire 6 646 281 hommes
7 813 462 femmes
Actifs 64 000[1] (52ème)
Déployés hors du pays 2,900[2]
Réservistes 35 280[1]
Budgets
Budget 19,5 milliard de dollars canadiens(2008) [3]
Pourcentage du PNB 1,1% (132e dans le monde) (2005 est.)
Industrie
Articles annexes
Histoire Histoire militaire du Canada
Grades Grades des Forces canadiennes

Les Forces canadiennes (FC) (en anglais: Canadian Forces [CF]) est l'organisation militaire responsable de la défense du Canada. Les FC font partie du ministère de la Défense nationale dont le quartier général (QG) est situé à Ottawa et est régie par la loi sur la défense nationale, qui stipule : « Les Forces canadiennes sont les forces armées de Sa Majesté soulevées par le Canada et composées d'un service appelé les Forces armées canadiennes »[4]. Les FC sont composées de trois commandements : maritime, terrestre et aérien.

Les Forces canadiennes ont été créées le 1er février 1968 lorsque le gouvernement du Canada a fusionné les structures de la marine royale canadienne, l'armée canadienne et l'aviation royale du Canada en une structure unifiée.

Sommaire

Structure de commandement

Selon l'article 15 de la Loi constitutionnelle de 1867, « la Reine continuera d'être et est par la présente attribué le commandement en chef des milices de terre et de mer et de toutes les forces militaires et navales en Canada. »

La Loi sur la Milice de 1904 statue que : « le commandant en chef de la Milice continuerait d'être sous l'autorité du Roi et d'être administré par Sa Majesté ou par son représentant, le gouverneur général. »[5] Depuis cette époque, le Gouverneur général a été autorisé par le Souverain à porter le titre de « Gouverneur général et commandant en chef au et sur le Canada. » Avec la création de la Marine royale canadienne et de l'Aviation royale du Canada, respectivement en 1910 et 1919, le Gouverneur général devint également le Commandant en chef de ces forces. La Lettre patente de 1947 du Roi George VI permet au Gouverneur général d'exercer la plupart des tâches du Chef de l'État au Canada et le nouveau cahier des charges fait référence à la charge de Gouverneur général et de commandant en chef en et sur le Canada. De par la pratique parlementaire, le Premier ministre du Canada a de facto le commandement et le contrôle des forces armées canadiennes ; cependant toute déclaration de guerre doit être cosignée par le Gouverneur général ou le Monarque canadien.

Depuis 2005, le Commandant en chef du Canada est Son Excellence La très honorable Michaëlle Jean.

Au-dessous de la Couronne, le chef militaire des Forces canadiennes est le chef de la Défense (CEMD) qui commande les Forces canadiennes de la Défense nationale (QGDN) à Ottawa, en Ontario. C'est présentement le Général Walter Natynczyk qui occupe ce poste.

Les commandements sont :

  1. Marine canadienne
  2. Armée de terre canadienne
  3. Force aérienne du Canada
  4. Commandement du personnel militaire
  5. Commandement des forces expéditionnaires du Canada (COMFEC)
  6. Commandement Canada (COMCAN)
  7. Commandement des forces d'opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN)
  8. Commandement du soutien opérationnel du Canada (COMSOCAN)

Le souverain et certains membres de la famille royale canadienne agissent en tant que colonel en chef des régiments des Forces canadiennes. Ces positions sont cérémoniales.

Historique

Résumé

Avant la Confédération, les citoyens locaux servaient comme membres réguliers des forces françaises et britanniques et dans les milices locales. La mission des milices locales était la défense des communautés locales contre les menaces. Parmi celles-ci, citons les raids des Amérindiens, les invasions britanniques et françaises, et des forces américaines lors de la guerre des sept ans, de la révolution américaine, la guerre de 1812 et les raids fenians. Donc, certaines unités de l’armée ont un héritage qui va plus loin que la guerre de 1812 lorsque des unités de milices furent formées pour assister la défense de l’Amérique du Nord britannique contre l’invasion faite par les États-Unis.

Ces forces terrestres furent organisées de 1906 à 1940, sous l’égide du département de la milice et de la défense, comme milice active permanente et milice active non permanente. En 1923 le département fut fusionné avec le département de la Défense nationale mais ces forces terrestres ne furent pas appelées armée canadienne avant 1940.

Suite à la Confédération en 1867, la responsabilité des forces militaire au Canada resta britannique jusqu’en 1906 lorsque l’armée et la marine britannique quitta Halifax.

Suite au retrait de la Royal Navy en 1906, le Canada forma un service naval qu’il nomma marine royale canadienne (Royal Canadian Navy). Puis, suite à l’avènement de l’aviation militaire, une force aérienne fut créée sous le nom d’aviation royale du Canada.

Le premier déploiement outre-mer des forces militaires canadiennes s’effectua lors de la Seconde Guerre des Boers. Plusieurs unités canadiennes furent formées pour servir sous le commandement britannique.

Les soldats, marins et aviateurs canadiens sont venus à être considérés des professionnels d’ordre mondial par le biais de leur service pendant les conflits et par sa participation complète dans l’OTAN lors de la guerre froide. Elles ont également pris part à toutes les missions des casques bleus (ONU) sans exception. À ce titre, elle a joué un rôle important en Haïti, en Bosnie-Herzégovine, au Rwanda, en Israël (Golan) et en Croatie.

Les forces militaires du Canada ont subi d'importants changements et de la modernisation de structures de commandement au cours des années 1960, qui a abouti à l'unification des trois services en 1968 pour créer les Forces canadiennes.

Opérations

Les Forces canadiennes ou ses régiments ont servi lors de la guerre de 1812, les raids féniens (1866-1871), la rébellion du Nord-Ouest, la Seconde Guerre des Boers la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée, la guerre du Golfe (1990-1991) et la guerre du Kosovo. De plus, les FC ont contribué à l'ONU pour des missions de maintien de la paix et des guerres non déclarées comme lors de la crise du canal de Suez, en Bosnie, en Croatie ou bien en Afghanistan.

Certaines batailles importantes dans lesquelles les forces canadiennes ont participé incluent la bataille de la crête de Vimy, la bataille de la Somme, le débarquement de Dieppe (en Haute-Normandie), le débarquement de Normandie (Juno beach), la bataille du Saint-Laurent, la bataille de l’Escaut. Les Forces canadiennes lors de ces batailles ont combattu sous commandement britannique.

À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, des zones au nord de la rivière Rhin et de Lek furent libérées de l'occupation de l'Allemagne Nazi presque uniquement par les formations canadiennes. Ils ont quitté le pays quelques mois plus tard après avoir restauré la loi et l'ordre.

Présentement, plus de 3000 soldats, marins et aviateurs canadiens sont déployés outre-mer dans 11 opérations, dont la force internationale d'assistance et de sécurité en Afghanistan.

Situation après la Seconde Guerre mondiale

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Canada possédait la troisième marine[2] et la quatrième force aérienne[6] au monde en plus d'avoir la plus grande armée de volontaires jamais levée par le Canada (la conscription pour le service outre-mer a été introduite près de la fin de la guerre), 2400 conscrits ont vu le combat (voir la crise de la conscription (1944)). Les dépenses militaires et le nombre de troupes sont demeurés élevés au début de la guerre froide, mais ont rapidement baissé entre 1960 et 1970 pour cause de perception de la menace du pacte de Varsovie considérée moins grande. Au cours des années 1990, de nombreuses coupes budgétaires ont entraîné d'autres réductions de personnels militaires, du nombre de bases. De la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Canada a maintenu une force terrestre et aérienne sous le commandement de l'OTAN dans la partie ouest de l'Allemagne.

Récemment, le gouvernement Conservateur a procédé à l'achat de nouveaux équipements et a augmenté le financement pour le recrutement et la formation en plus d'avoir rétabli une unité aéroportée (voir l'affaire somalienne) désormais appelée régiment des opérations spéciales du Canada.

L'unification

Les forces canadiennes, contrairement aux armées comme celle de la France ou des États-Unis, ont une structure de commandement unifiée.

Une unification controversée

En mars 1964, le livre blanc sur la défense comprenait une importante restructuration des trois branches de l'armée. Le livre blanc décrivait une réorganisation qui comprenait une intégration des opérations, du support logistique, du personnel et l'administration des services distincts sous un système de commandement fonctionnel.

L'unification reçut de la part du personnel des trois services une forte opposition qui mena au congédiement du commandant opérationnel de la marine, Contre-amiral William Landymore, en plus de forcer la retraite d’autres officiers seniors.

Les protestations du personnel et des supérieurs n'ont eu aucun effet et le 1er février 1968, le projet de loi C-243, le projet de loi sur la réorganisation des Forces canadiennes, est devenu une loi. La marine royale canadienne, l'armée canadienne et l'aviation royale du Canada furent combinées en un seul service : les forces armées canadiennes.

La controverse entourant cette unification s'est atténuée au cours des dernières 40 années. Par contre, quelques protestations surviennent, majoritairement dans le Canada anglais, pour rétablir l'appellation historique des trois services militaires.

Les commandements

Armée de terre canadienne

Un blindé Leopard C1
Soldat canadien dans un G-Wagon en 2008

L'armée de terre canadienne est dirigée par le biais de quatre formations déterminées géographiquement appelées secteur :

  • Secteur de l'Atlantique de la Force terrestre basé à la BFC Halifax, à Halifax
  • Secteur du Québec de la Force terrestre basé à Montréal
  • Secteur du Centre de la Force terrestre basé au manège militaire Denison à Toronto
  • Secteur de l'Ouest de la Force terrestre basé à Edmonton

Aujourd'hui, la force régulière de la composante du commandement de la Force terrestre (armée) se compose de trois groupes-brigade, avec des éléments d'un quatrième situé à la BFC Gagetown:

Chaque groupe-brigade contient un régiment d'artillerie, d'un de véhicules blindés de combat et d'un de génie militaire et de trois bataillons d'infanterie, ainsi que d'un bataillon de services de (logistique), d'un quartier-général/d'un escadron pour les communications militaires, et plusieurs organisations mineures. Un Escadron d'hélicoptères tactiques et une ambulance de campagne sont situés dans chaque brigade, mais ne fait pas partie de la structure de commandement de la brigade.

Chaque zone de la force terrestre a, en plus de troupes de la Force régulière, des forces de la réserve organisées dans un total de dix groupes de brigade de réserve. Les SAFT et SQFT ont deux groupes de brigade de réserve et SCFT et SOFT en ont trois chacun.

D'importants établissements de formation et des troupes non associés aux brigades existent à BFC Wainwright, et sur la BFC Gagetown et sur ASU Saint-Jean ( maintenant attaché à BFC Montréal.) Chaque région a également un centre de formation.

Liste des unités de la force terrestre canadienne

Marine canadienne

NCSM Victoria
NCSM Algonquin
NCSM Regina

Les forces navales du Canada incluent 33 navires de guerre et sous-marins et plusieurs navires auxiliaires. Les navires sont déployés en 2 flottes. L'une est située dans le Pacifique basé à CFB Esquimalt et l'autre dans l'Atlantique basée à CFB Halifax. Aucune force navale permanente n'est basée dans l'océan Arctique.

L'aéronautique navale appartient à la Force aérienne du Canada, mais est placée sous le commandement maritime.

Les noms de ces bâtiments sont précédés du sigle NCSM (Navire canadien de Sa Majesté) ou en anglais HMCS (Her Majesty's Canadian Ship).

Force aérienne du Canada

Article détaillé : Force aérienne du Canada.

La force aérienne du Canada est déployée à travers treize bases au Canada et sont sous la direction de la 1re Division aérienne du Canada et constitue la région canadienne du NORAD. Les principales bases aériennes sont situées en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, en Ontario, au Québec, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador alors que les installations administratives et de commandements sont situé à Winnipeg et North Bay. Une composante canadienne faisant partie de la force aéroportée de l'OTAN est basée à la base aérienne de Geilenkirchen.


Commandement du Canada (CANCOM)

Un avion de chasse CF-18A.

Le Commandement du Canada est une composante opérationnelle crée le 31 janvier 2006 dans le but d'améliorer le temps de réponse contre le terrorisme intérieur et les désastres naturels. Il est responsable de coordonner l'armée, la marine et la force aérienne afin d'assurer la sécurité nationale dans les situations d'urgence et routinière. Le commandement Canada travaille en étroite collaboration avec le United States Northern Command, ainsi que le département de la Sécurité intérieure des États-Unis.

Le commandant du commandement du Canada est présentement le Lieutenant-General M.J. Dumais. Il se rapporte directement au le chef d'état-major.

CANCOM dirige les opérations nationales grâce à six forces opérationnelles interarmées en plus d'être responsable avec force opérationnelle mixe du Nord pour les activités auparavant prisent en charge par les forces canadiennes Zone Nord.

Commandement de la Force expéditionnaire du Canada (COMFEC)

Ce commandement, créé le 1er février 2006, est responsable de toutes les opérations menées à l'extérieur de l'Amérique du Nord. Le commandant du COMFEC est le lieutenant-général Michel Gauthier. Relevant directement du CEMD, il est responsable de la conduite de toutes les opérations internationales — humanitaire, maintien de la paix et de combat — et a les pouvoirs nécessaires pour s'acquitter de ces responsabilités.

Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada (CANSOFCOM)

Ce commandement est responsable des unités des forces spéciales. Cela inclut la deuxième Force opérationnelle interarmées (JTF2), la compagnie de défense nucléaire, biologique et chimique interarmées (CIDNBC) et une unité aérienne pour les opérations spéciales basée avec le 427e Escadron, installée à la BFC Petawawa (Ontario). Cette force est dirigée par le Colonel D. Michael Day, CD.

Commandement du soutien opérationnel du Canada

Réserve des Forces canadienne

La réserve des FC est divisée en quatre :

  • la Première réserve,
  • la Réserve supplémentaire,
  • les Rangers canadiens et
  • le Cadre des instructeurs de cadets.

La force de réserve est représentée, mais pas commandée, au QGDN par le chef des Réserves et Cadets qui est habituellement un Major-général ou un contre-amiral.

La Première réserve

La Première réserve comprend des citoyens soldats, marins, aviateurs et de train et qui sont affectés à des opérations des FC ou de ses fonctions à titre occasionnel ou en cours de base. Chaque force de réserve est responsable administrativement et opérationnellement à un commandement qui correspondant à son environnement soit la Réserve navale (RESNAV), la Réserve de l’armée de terre et la Réserve aérienne. En outre, il a une force de réserve primaire qui ne relevant pas sous un commandement environnement, la Réserve des services de santé. Le nombre de réservistes est d'environ 25 000 membres[7].

Les unités de la première Réserve au Québec

Communications
Infanterie
  • Les Fusiliers de Sherbrooke (Sherbrooke)
  • Fusiliers St-Laurent (Rivière-du-Loup, Rimouski, Matane)
  • Régiment de la Chaudière (Lévis, Beauce, Lac Mégantic)
  • Régiment du Saguenay
  • BlackWatch (Montréal)
  • Canadian Grenadiers Guards (Montréal)
  • 4e Bataillon Royal 22e Régiment (Laval)
  • 6e Bataillon Royal 22e Régiment (St-Hyacinthe et Drummondville)
  • Le Régiment de Maisonneuve (Montréal)
  • Les Fusiliers Mont-Royal (Montréal)
  • Voltigeurs de Québec (Québec)
  • Royal Montreal Regiment (Montréal)
Artillerie
  • 6e RAC (Lévis)→plus vieux régiment d'artillerie francophone canadien
  • 62e RAC (Shawinigan)
  • 2 RAC (Montréal)
Blindés
  • 12e RBC (Trois-Rivières)
  • RCH (Montréal)
  • Sherbrooke Hussard
  • Le régiment de Hull
Génie
Médicaux
  • 51e Ambulance de Campagne
  • 52e Ambulance de Campagne
  • 55e Ambulance de Campagne

La Réserve supplémentaire

«La Réserve supplémentaire consiste en anciens membres de la Force régulière et de la Réserve et a un effectif de 28 000 membres. Ceux-ci suivent une instruction militaire mais ne jouent aucun rôle actif hors du pays, ils assurent une réserve de personnel que l’on peut appeler en cas d’urgence.»[7].

Rangers canadiens

Les rangers canadiens font partie de la réserve des FC. Ils assurent la surveillance et patrouillent dans l'arctique du Canada et dans d'autres endroits reculés. Ils sont une composante essentielle du Canada dans l'exercice de la souveraineté sur son territoire.

Le Cadre des instructeurs de cadets

Le Cadre des instructeurs de cadets (CIC) se compose d'environ 7500 officiers et élèves-officiers des Forces canadiennes dont le premier devoir est la formation, la sécurité, la supervision et l'administration de près de 60 000 cadets (jeunes). Le CIC est une sous-composante de la Réserve des Forces canadiennes, et représente les trois éléments: la mer, l'armée de terre et de l'air. Les cadets pour qui le CIC est responsable sont âgés entre 12 et 19 (cadets peuvent s'inscrire sur leur 12e anniversaire, et doit quitter lors de leur 19e anniversaire), et sont placés dans environ 1 150 corps et escadrons de partout au Canada[8].

De nombreux officiers du CIC sont d'anciens cadets qui souhaitent continuer leur participation dans le Mouvement des cadets du Canada avec les cadets de la Marine royale du Canada, des cadets royaux de l'Armée canadienne, ou les cadets de l'aviation royale du Canada. D'autres sont des retraités de la Force régulière ou de Réserve, des parents ou des membres de la communauté locale.

Mouvement des cadets du Canada

Le MCC est la plus grande initiative jeunesse parrainée par le gouvernement du Canada par le biais du Ministère de la Défense nationale. Regroupant plus de 50 000 jeunes d'un océan à l'autre, les cadets sont supervisés par près de 5 000 officiers du Cadre instructeur cadet (CIC). Le Mouvement des cadets du Canada propose des activités enrichissantes à tous les jeunes canadiens âgés de 12 à 19 ans et constitue un mouvement a l'organisation paramilitaire. Le jeune intéressé par le Mouvement peut s'inscrire dans l'une des 3 branches existantes, soit les cadets de l'Aviation, les cadets de la Marine et les cadets de l'Armée. Pour les régions nordiques, le gouvernement fédéral propose des activités jeunesse via les Juniors Rangers.

Bien que la structure du Mouvement soit intégrée dans celle du Ministère de la Défense nationale, le MCC n'a aucune visée d'enrôlement ou de recrutement par le truchement des de cette organisation. Il est important de mentionner que l'origine du Mouvement des cadets du Canada est tout autre; les cadets de l'Aviation ont été créés en 1941 afin de permettre de former de jeunes pilotes pour ensuite procéder à leur enrôlement dès leur 16e anniversaire de naissance et les envoyer plus rapidement dans la force active. Le Mouvement s'est toutefois modernisé et a évolué en fonction des mœurs et des valeurs canadiennes, sans toutefois renier son passé.

Aujourd'hui, le but des Cadets est de former de meilleurs citoyens, promouvoir la bonne forme physique et entretenir un intérêt dans la branche où le jeune évolue (Aviation, Marine, Armée). Des camps d'été en leadership, instruction, survie, éducation physique, musique, de pilotage, de voile et bien d'autres sont offerts gratuitement.

Déploiements en cours

Depuis 2001, 2 500 soldats sont déployés en Afghanistan dans le cadre de la mission de l'OTAN Force internationale d'assistance et de sécurité. Les FC appellent ce déploiement l'Opération Athena.

En plus de ce déploiement, de petits détachements de militaires canadiens sont basés dans différents pays pour de l'espionnage, de l'assistance ou de la logistique comme à Camp Mirage ou à Haïti[9].

En juillet 2009, le journal canadien Le Devoir a obtenu copie d'un document produit par les FC à propos de l'état des véhicules de l'armée de terre en activité en Afghanistan : entre 35 % et 60 % des véhicules de la flotte n'est pas en état de fonctionner. Le général Andrew Leslie, chef d'état-major de l'armée de terre, décrit la situation comme étant « à haut risque », car le taux habituellement acceptable oscille autour de 10 %[10]. À cause des problèmes vécus en Afghanistan ainsi qu'au départ à la retraite de plusieurs hauts gradés, la force armée de terre opèrerait au-delà des limites acceptables au Canada[11].

Dépenses militaires

La défense est, au Canada, sous juridiction exclusivement fédérale : les dépenses liées à la défense pour l'année fiscale 2008-2009 sont estimées à 18,9 milliards CAD[12]. En 2005, le budget du gouvernement fédéral canadien à alloué un montant additionnel de 12,8 milliards CAD sur cinq ans pour le département de la Défense nationale et s'est engagé à augmenter les effectifs militaires de plus de 5 000 personnes dans la Force régulière et de 3 000 pour la Première réserve[13].

Dans le budget 2006, le gouvernement du Canada s'est engagé à maintenir l'augmentation du budget de 2005 pour le DDN et de prévoir un montant additionnel de 5,3 milliards CAD sur cinq ans pour augmenté la force régulière de 13 000 personnes et la réserve de 10 000 en plus d'un montant pour des dépenses non précisées. À la fin de juin 2006, le gouvernement fédéral a fait une série d'annonces à propos du plan « Le Canada d'abord » pour l'approvisionnement de la Défense[14]. Ce plan prévoit 17,1 milliards CAD pour l'achat de nouveaux camions pour les LF, les avions de transport et des hélicoptères pour l'AIRCOM, et des navires de soutien interarmées pour le MARCOM[15] (en 2006, le gouvernement fédéral a annoncé que la construction de ces navires était reportée indéfiniment).

Bases

Les Forces canadiennes ont un certain nombre d'installations actives à travers le pays, dont certaines sont interarmées. Il existe également un certain nombre d'installations qui ont été fermées lors des différentes coupes dans les dépenses dans la défense depuis les années 1970.





Notes et références

  1. a  et b (fr) Philippe Langloit, « Le Canadian Armed Forces Air Command », dans Défense et sécurité internationale, no 52, octobre 2009, p. 62-63 (ISSN 1772-788X) 
  2. a  et b http://www.cbc.ca/news/background/cdnmilitary/
  3. 2007-2008 Part I - The Government Expenditure Plan - Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
  4. National Defence Act; R.S.C. 1985, c. N-4, s.14
  5. Source: Site officiel Gouverneur général du Canada version du 13 février 2007.
  6. Milberry, Larry, p.97 ed. Sixty Years—The RCAF and CF Air Command 1924–1984. Toronto: Canav Books, 1984. (ISBN 0-9690703-4-9).
  7. a  et b La Force de réserve du Canada, 20 février 2008, Ministère de la défense. Consulté le 26 octobre 2008
  8. Emplois et formation. Consulté le 28 octobre 2008
  9. (en) Personnel de rédaction, « Canadian Forces abroad », dans CBC.ca, 2009 [texte intégral (page consultée le 5 juillet 2009)] 
  10. Alec Castonguay, « La moitié des blindés de l'armée sont hors d'usage », dans Le Devoir, 4 juillet 2009 [texte intégral (page consultée le 5 juillet 2009)] 
  11. Alec Castonguay, « Les Forces canadiennes, une «armée fantôme» », dans Le Devoir, 3 juillet 2009 [texte intégral (page consultée le 5 juillet 2009)] 
  12. http://www.tbs-sct.gc.ca/rpp/2008-2009/inst/dnd/dnd01-eng.asp#sec1g_e
  13. (en) http://www.fin.gc.ca/budget05/speech/speeche.htm
  14. http://www.forces.gc.ca/site/focus/first/index_f.asp
  15. (en) http://www.cbc.ca/story/canada/national/2006/02/23/defence060223.html

Source

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Canadian Forces ».

Voir aussi

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du Canada Portail du Canada
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Forces canadiennes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armée du Canada de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ligue des cadets de l'Armée du Canada — La Ligue des cadets de l Armée du Canada (LCAC) est une organisation civile à but non lucratif qui travaille avec le Ministère de la Défense nationale (MDN) afin de supporter les Cadets royaux de l Armée canadienne. La ligue a été fondée en 1971… …   Wikipédia en Français

  • Armee du salut — Armée du salut Logo de l Armée du salut L Armée du salut est un mouvement religieux fondé en 1865 par William Booth (1829 1912), pasteur méthodiste. Mouvement international, l Armée du salut fait partie de l ensemble de l’Église chrétienne… …   Wikipédia en Français

  • Armée Du Salut — Logo de l Armée du salut L Armée du salut est un mouvement religieux fondé en 1865 par William Booth (1829 1912), pasteur méthodiste. Mouvement international, l Armée du salut fait partie de l ensemble de l’Église chrétienne universelle. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Armée du Salut — Logo de l Armée du salut L Armée du salut est un mouvement religieux fondé en 1865 par William Booth (1829 1912), pasteur méthodiste. Mouvement international, l Armée du salut fait partie de l ensemble de l’Église chrétienne universelle. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Armée du salut — Pour le roman, voir l Armée du salut. Armée du salut Logotype de l Armée du salut (Red shield) Généralités Courant …   Wikipédia en Français

  • Armée du Royaume-Uni — Forces armées britanniques Armed Forces of the Crown Personnel Disponibilité (homme âge 16 49) 14 607 724 (2005) Valide (hommes âge 16 49) 12 046 268 (2005) Effectifs de l armée régulière (non civils) …   Wikipédia en Français

  • Dominion du Canada — Canada Pour les articles homonymes, voir Canada (homonymie).  Pour l’article homophone, voir Kannada …   Wikipédia en Français

  • Peuple du Canada — Canada Pour les articles homonymes, voir Canada (homonymie).  Pour l’article homophone, voir Kannada …   Wikipédia en Français

  • Débuts du Canada — Histoire du Canada Le Canada est un pays de 33 millions d habitants qui occupe la portion nordique du continent nord américain, et est le deuxième plus grand pays du monde en ce qui concerne sa superficie (après la Russie)[1]. Habité depuis des… …   Wikipédia en Français

  • Histoire Du Canada — Le Canada est un pays de 33 millions d habitants qui occupe la portion nordique du continent nord américain, et est le deuxième plus grand pays du monde en ce qui concerne sa superficie (après la Russie)[1]. Habité depuis des millénaires par les… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”