Armée Républicaine Irlandaise

Armée républicaine irlandaise

L'Armée Républicaine Irlandaise ou IRA (acronyme anglais de l'Irish Republican Army - en gaélique irlandais, Óglaigh Na hEireann) est le nom porté, depuis le début du XXe siècle, par plusieurs organisations paramilitaires luttant par les armes contre la présence britannique en Irlande. L'IRA se lance d'abord dans la guerrilla pour l'obtention de l'indépendance de l'île, entre 1919 et 1921. A partir de 1948, son objectif devient le rattachement à la république irlandaise de l'Irlande du nord et la défense, par la violence, des droits des citoyens catholiques de cette province. La lutte armée de l'IRA a officiellement pris fin en 2005.

Sommaire

Idéologie

L'IRA est une organisation nationaliste, luttant contre la présence britannique en Irlande, avec comme objectif l’indépendance totale de l'île. Elle utilise des méthodes violentes pour y parvenir, tandis que sa branche politique, le Sinn Féin, poursuit le même objectif par des voies politiques.

L'appellation Armée républicaine irlandaise ou IRA (Irish Republican Army) a été revendiquée par plusieurs organisations paramilitaires irlandaises, souhaitant libérer l'Irlande de la tutelle du Royaume-Uni. Le nom se réfère généralement aujourd'hui à l'IRA provisoire (Provisional IRA), qui s'est séparée dans les années 1960 et cherche à rattacher le Nord à la République d'Irlande.

La plupart des indépendantistes s'entendent cependant sur le fait que si l'Irlande devient totalement libre, elle devra être une république socialiste.

Histoire

L'IRA est née de la jonction entre les Irish Volunteers et L'Irish Citizen Army de James Connolly, suite à l'insurrection de Pâques en 1916. Lors de la guerre d'indépendance de l'Irlande, (1919-1921), l’IRA emploie des stratégies de guérilla (embuscade, raid, sabotage, etc.) et nombre de ses membres sont tués. Finalement, le traité de Londres établit un État libre d'Irlande doté du statut de dominion (1921), dont une grande partie des membres de l'IRA constitue les forces de sécurité.

Six comtés de l’Ulster (Irlande du Nord) demeurent cependant au sein du Royaume-Uni. Rapidement, la question divise l'IRA: certains soutiennent le plan de paix et d'autres s’y opposent. Ces derniers entreprennent une guerre civile qui s’achève en 1923, lorsqu’ils décident de poursuivre la lutte uniquement sur le plan politique.

Belfast mural 13 (cropped).jpg

Quand l’État libre d’Irlande devient une République indépendante (1948), l’IRA mène une nouvelle lutte terroriste (bombe, assassinat, attentat, etc.) en Irlande du Nord et en Grande-Bretagne. Le but est d’intégrer l’Irlande du Nord à la République d’Irlande. Ce combat dure jusqu’en 1962, date à laquelle l’IRA annonce un cessez-le-feu et semble devoir disparaître.

La violente répression des marches des droits civiques en Irlande du Nord à la fin des années 1960 aboutit à la reconstitution de l'IRA. Celle-ci reprend ses activités terroristes pour exiger le retrait des soldats britanniques se trouvant en Irlande du Nord (1969). Elle commet plusieurs actes terroristes majeurs : Belfast est le théâtre de 22 attentats en l’espace de 75 minutes, faisant 9 morts et 130 blessés (Bloody Friday, 1972); Lord Mountbatten, cousin de la reine Élisabeth II et dernier vice-roi des Indes, est tué par l'explosion d'une bombe placée dans son yacht (1979) ; l’hôtel de Brighton où sont hébergés la Première ministre Thatcher et ses ministres lors du congrès du parti conservateur est partiellement détruit par une bombe faisant 5 victimes (1984). Ce conflit a fait plus de trois mille victimes.

Incapable de convaincre le gouvernement britannique de retirer ses soldats, l’IRA annonce un cessez-le-feu (1994). Le Sinn Féin commence à entreprendre des négociations de paix avec le Royaume-Uni. La paix est cependant précaire et les attentats reprennent 1996-1998, revendiqués par l'IRA véritable (Real IRA). L'attentat d'Omagh en 1998 (29 morts), marque cependant un tournant décisif.

Un accord de paix du « Vendredi Saint » (avril 1998) est conclu à Belfast et il est approuvé par référendum en Irlande du Nord et en République d’Irlande. Ce plan prévoit la création d’une nouvelle Assemblée réunissant les protestants et les catholiques et la coopération entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Le nouveau gouvernement dirigé par un protestant est mis en place en Irlande du Nord (1999).

Toutefois, les tensions entre les protestants et les catholiques au sujet du fonctionnement des institutions politiques et le refus de l’IRA de désarmer ont longtemps fait planer des incertitudes sur l’avenir de la paix. Mais le jeudi 28 juillet 2005, l'IRA ordonne à tous ses membres de déposer les armes, ce qui met fin officiellement à une lutte armée devenue de plus en plus impopulaire en Irlande.

Le communiqué de l'IRA était sans équivoque: « La direction de l'IRA a ordonné formellement de mettre fin à la lutte armée. Cela prendra effet à 16 heures cet après-midi. Toutes les unités de l'IRA ont reçu ordre de déposer les armes. Les volontaires ont reçu instruction de contribuer au développement d'un programme purement politique et démocratique par des moyens exclusivement pacifiques ».

IRA : les dates-clés

(Source : Les Échos, Le Monde )

  • 1913 fondation des Volontaires irlandais, organisation révolutionnaire ancêtre de l'IRA.
  • 1919 création de l'IRA, sous la conduite de Michael Collins.
  • 1921 l'Irlande du sud, devient autonome. Les six comtés d'Irlande du Nord restent au sein du Royaume-Uni. La guerre civile se poursuit jusqu'en 1923.
  • 1948 la République d'Irlande devient indépendante. L'IRA reprend sa campagne armée (bombes, attentats, assassinats...), jusqu'au cessez-le-feu de 1962.
  • 1969 répression policière, puis armée, de manifestants catholiques pour l'égalité et les droits civiques en Ulster.
  • 1970 l'IRA dite provisoire naît des cendres de l'IRA « officielle », qui a renoncé à la violence.
  • 1972 le 30 janvier, l'armée britannique ouvre le feu sur une manifestation catholique, et cause 14 morts. C'est le Bloody Sunday. Le 21 juillet, l'IRA réplique par un Bloody Friday: 22 bombes explosent en une heure à Belfast, causant 16 morts.
  • 1981 Bobby Sands, militant de l'IRA, et neuf de ses compagnons se laissent mourir de faim en prison pour un statut de prisonnier politique que le Premier ministre britannique, Margaret Thatcher, n'accordera jamais.
  • 1983 Gerry Adams est élu président du Sinn Fein (branche politique de l'IRA) et député de Belfast-ouest.
  • 1988-1994 le dirigeant catholique et nationaliste modéré John Hume ouvre le dialogue avec Gerry Adams, qui accepte de s'engager sur la voie de la paix.
  • 1er un cessez-le-feu de l'IRA prend effet dans la liesse générale en Irlande du Nord. Le conflit aura causé plus de 3 000 morts en 25 ans.
  • 9 février 1996 l'IRA rompt sa trêve après l'échec de pourparlers. Un attentat fait deux morts à Londres.
  • 20 juillet 1997 l'IRA déclare un nouveau cessez-le-feu et le Sinn Fein entre à nouveau dans les négociations de paix.
  • 10 avril 1998 l'accord historique du Vendredi saint est conclu à Belfast entre Londres, Dublin et les partis protestants et catholiques, dont le Sinn Fein. L'IRA annonce son soutien pour l'accord de paix.
  • 14 octobre 2002 le gouvernement d'Irlande du Nord, où catholiques et protestants partagent le pouvoir, est suspendu dans le cadre d'allégations d'espionnage au profit de l'IRA par des membres du Sinn Fein. Le processus de paix est paralysé.
  • 9 décembre 2004 échec des négociations pour la relance du processus de paix.
  • 20 décembre 2004 cambriolage de la Northern Bank de Belfast. Quelque 38 millions d'euros en livres sterling sont volés, un record en Europe. Les autorités britanniques et irlandaises attribuent sans preuves le cambriolage à l'IRA.
  • 31 janvier 2005 le catholique Robert McCartney meurt poignardé par des éléments incontrôlés de l'IRA.
  • 3 février 2005 l'IRA annonce la suspension de son désarmement.
  • 6 avril 2005 au début de la campagne pour les législatives du 5 mai, Gerry Adams annonce que l'IRA doit être mise hors-circuit pour le succès du processus de paix et lance une consultation à cet effet au sein du mouvement.
  • 28 juillet 2005 l'IRA annonce la fin de la «lutte armée» et son intention de poursuivre son objectif de réunification de l'Irlande par des voies démocratiques.
  • 26 septembre 2005 Le général canadien John de Chastelain, chef de la Commission du désarmement, annonce que l’arsenal de l’IRA a été complètement démantelé
  • 1er août 2007 Les troupes britanniques se retirent officiellement de l'Irlande du Nord pour laisser le plein contrôle à la police d'Irlande du Nord.

Filmographie

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail de l’Irlande Portail de l’Irlande
  • Portail du Royaume-Uni Portail du Royaume-Uni
Ce document provient de « Arm%C3%A9e r%C3%A9publicaine irlandaise ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armée Républicaine Irlandaise de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Armee republicaine irlandaise — Armée républicaine irlandaise L Armée Républicaine Irlandaise ou IRA (acronyme anglais de l Irish Republican Army en gaélique irlandais, Óglaigh Na hEireann) est le nom porté, depuis le début du XXe siècle, par plusieurs organisations… …   Wikipédia en Français

  • Armée républicaine irlandaise — Pour les articles homonymes, voir IRA. L Armée républicaine irlandaise (anglais : Irish Republican Army, IRA ; irlandais : Óglaigh na hÉireann) est le nom porté, depuis le début du XXe siècle, par plusieurs organisations… …   Wikipédia en Français

  • Armee republicaine irlandaise provisoire — Armée républicaine irlandaise provisoire L Armée républicaine irlandaise dite provisoire (en anglais : Provisional Irish Republican Army, ou PIRA: généralement désigné sous le nom d IRA, les Provos en gaélique : Óglaigh na hÉireann) est …   Wikipédia en Français

  • Armée Républicaine Irlandaise Provisoire — L Armée républicaine irlandaise dite provisoire (en anglais : Provisional Irish Republican Army, ou PIRA: généralement désigné sous le nom d IRA, les Provos en gaélique : Óglaigh na hÉireann) est une organisation paramilitaire… …   Wikipédia en Français

  • Armée républicaine irlandaise de la continuité — Membres de l organisation sur une photo de propagande, été 2006 L Armée républicaine irlandaise dite continuité (en anglais : Continuity Irish Republican Army, CIRA) est une organisation paramilitaire républicaine et irlandaise dont le but… …   Wikipédia en Français

  • Armée républicaine irlandaise provisoire — Pour les articles homonymes, voir Pira, Armée républicaine irlandaise et Óglaigh na hÉireann. (en)Provisional Irish Republican Army Armée républicaine irlandaise provisoire Idéologie …   Wikipédia en Français

  • Armée républicaine irlandaise véritable — Pour les articles homonymes, voir Armée républicaine irlandaise et Óglaigh na hÉireann. Armée républicaine irlandaise véritable Real IRA, RIRA Idéologie Indépendantiste Objectifs Création d une nation irlandaise unie (république irlandaise et …   Wikipédia en Français

  • Armée républicaine irlandaise de la Continuité — Pour les articles homonymes, voir Armée républicaine irlandaise, Óglaigh na hÉireann et CIRA. Membres de l organisation sur une photo de propagande, été 2006 L Armé …   Wikipédia en Français

  • Armée nationale irlandaise — Écusson de l INA L Irish National Army (INA) Armée Nationale de l Irlande ou Armée Nationale (parfois appelé « Free State Army ») est l armée de l État libre d Irlande (au départ de l Irlande du Sud intermédiaires) de janvier 1922… …   Wikipédia en Français

  • Armée républicaine d'Irlande — Armée républicaine irlandaise L Armée Républicaine Irlandaise ou IRA (acronyme anglais de l Irish Republican Army en gaélique irlandais, Óglaigh Na hEireann) est le nom porté, depuis le début du XXe siècle, par plusieurs organisations… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”