Pichegru

Jean-Charles Pichegru

Jean-Charles Pichegru
Jean-Charles Pichegru
Naissance 16 février 1761
Arbois
Décès 5 avril 1804 43 ans)
Paris
Origine France France
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Drapeau français Royaume de France
Drapeau français République française
Arme Armée du Rhin
Armée du Nord
Armée de Sambre-et-Meuse
Grade Général de division
Conflits Guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique
Guerres de la Révolution française
Autres fonctions Député du Jura
Président du Conseil des Cinq-Cents

Jean-Charles Pichegru, général français de la Révolution, né à Arbois le 16 février 1761 et mort à Paris le 5 avril 1804. Après s’être couvert de gloire et avoir sauvé la Révolution française, il la trahit et fut déporté en Guyane.

Sommaire

Origine

Né au sein d’une famille de paysans[1], il fait ses premières études au collège d’Arbois, et sa philosophie à l’École militaire de Brienne, tenue par les Minimes. Il reçoit une solide éducation puis devient répétiteur de mathématiques au Collège militaire de Brienne, où il donne des leçons à Napoléon Bonaparte[2]. Il s’engage ensuite au 1er régiment d’artillerie où il devient sergent. Il prend part à la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique et en revient adjudant.

La Révolution française

Général Jean Charles Pichegru.jpg

Adjudant sous-officier en 1789, il va offrir ses services aux émigrés de Coblence et en est dédaigné. Alors il se fait républicain et Président du club révolutionnaire de Besançon en 1791, il se fait élire commandant d’un bataillon de volontaires du Gard qui rejoignait l’armée du Rhin. Dès les premières batailles, son habileté manœuvrière et son esprit de décision se révèlent.

Employé dans les états-majors en 1792, l’appui de Saint-Just et de Robespierre l’aide également à franchir les échelons : général de brigade, général de division le 4 octobre 1793, puis commandant en chef de l'Armée du Rhin la même année.

En février 1794, il remplace Jourdan à la tête de l’armée du Nord. Il la réorganise et mène une très belle campagne en Flandre, entre le 7 juillet à Anvers, à Amsterdam le 20 janvier 1795 : il bat l’ennemi à Cassel, à Courtrai, à Menin, et s’empare de Bois-le-Duc, de Venlo, de Nimègue, passe le Vahal sur la glace. Il conclut la campagne deux jours après par la capture de la flotte hollandaise au Helder : il envoie sur le Zuyderzée un escadron de hussards prendre à l’abordage la flotte hollandaise enchaînée par la glace.

Le 14 février 1795, il entre à Groningue, dans le nord des Pays-Bas : l’ensemble du pays est occupé.

Il réprime l’insurrection du 12 Germinal an III (1er avril 1795), et reçoit alors le titre de Sauveur de la Patrie, et est alors nommé général en chef des armées du Rhin, du Nord et de Sambre-et-Meuse.

Là encore il se couvre de gloire ; le Rhin est audacieusement franchi, et la place de Mannheim tombe entre ses mains en septembre, mais c'est le terme de ses succès et de sa gloire.

La trahison

Jean-Charles Pichegru

Général en chef des armées de Sambre-et-Meuse en 1795, c’est à cette époque que Pichegru entretient des relations amicales avec les monarchistes[3]. Il est contacté par un agent royaliste, et trahit. Il accueille les propositions qui lui sont faites au nom du prince de Condé, chef de l’émigration.

Le parti blanc lui promet un million au comptant, une rente de 200 000 francs, le maréchalat, le gouvernement d’Alsace et le château de Chambord[4]. Son inertie contraint Jourdan qui marchait sur Düsseldorf à repasser sur la rive gauche du Rhin[5]. Rappelé par le Directoire, soupçonné de trahison, il doit démissionner en Ventôse an IV (mars 1796). Restant populaire, il obtient l’ambassade de Suède.

Député des Cinq-Cents en 1797, et président de ce corps, Pichegru convaincu de collusion avec le prince de Condé, est arrêté par la garde même du corps législatif après le coup d’État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797).

Condamné le lendemain à être déporté à Cayenne, en Guyane, il est conduit dans les déserts de Sinnamary. Au bout de quelque temps il s’évade au Surinam et gagne Londres en Prairial an VI (juin 1798) où il reçoit l’accueil le plus distingué, et passe de là en Allemagne.

Le complot

Exposition du cadavre de Pichegru dns la salle des pas perdus après son suicide au Temple.

Il participe à la conspiration de Cadoudal, débarque en Normandie en janvier 1804, mais est livré par un de ses anciens officiers, Le Blanc[6]. Il est livré, emprisonné au Temple, et le 4 avril 1804, il se « suicida » apparemment dans sa prison, par pendaison en s’étranglant avec sa cravate.[7]

Notes et références

  1. Pichegru est de la Franche-Comté et d’une famille de cultivateurs.
  2. « Pichegru, répétiteur à Brienne, m’apprit les mathématiques lorsque je n’avais que dix ans. Je possédais cette science au plus haut degré. Comme général, Pichegru était un homme d’un talent peu ordinaire, infiniment supérieur à Moreau, bien qu’il n’eût rien fait de véritablement remarquable, le succès des campagnes de Hollande étant, en grande partie, la conséquence de la bataille de Fleurus. » (O’Meara.)
  3. « Quand Pichegru se fut livré au parti royaliste, consulté pour savoir si on ne pourrait pas aller jusqu’au général en chef de l’armée d'Italie : « N’y perdez pas votre temps, dit-il, je l’ai connu dans son enfance, ce doit être un caractère inflexible : s’il a pris un parti, il n’en changera pas.» (Las Cases.)
  4. « Pichegru s’était engagé à réunir son armée à celle des émigrés, à proclamer Louis XVIII et à marcher sur Paris. De son côté, le prince de Condé prenait l’engagement, au nom du prétendant, et par l’intermédiaire de Franche-Boul, Roque de Montgaillard, etc., à donner à Pichegru le gouvernement de l’Alsace, le château de Chambord, 1 million en argent, 200 000 livres de rentes, la terre d’Arbois, qui prendrait le nom de Pichegru ; enfin douze pièces de canon, le grand cordon rouge de Saint-Louis, celui du Saint-Esprit et la dignité de maréchal. En attendant la réalisation de ces promessess on lui envoyait jusqu’à 900 louis à la fois, qui lui étaient fournis par le ministre britannique en Suisse
  5. « Pichegru, disait Napoléon, auquel on parle d’élever une statue, fut pourtant coupable des plus grands crimes que l’on connaisse ; un général qui s’est fait battre exprès, qui a fait tuer ses soldats de connivence avec l’ennemi ! »
  6. « En 1803, à l’époque de la fameuse conspiration, Pichegru fut victime de la plus infâme trahison : c’est vraiment la dégradation de l’humanité. Il fut vendu par un ami intime, qui vint offrir de le livrer pour cent mille écus. La nuit venue, l’infidèle ami conduisit les agents de la police à la porte de Pichegru, leur détailla la forme de sa chambre, ses moyens de défense. Pichegru avait des pistolets sur sa table de nuit; la lumière était allumée, il dormait. On ouvrit doucement la porte à l’aide de fausses clefs que l’ami avait fait faire exprès. On renversa la table de nuit, la lumière s’éteignit, et l’on se colleta avec Pichegru, réveillé en sursaut. Il était très-fort, et il fallut le lier et le transporter nu ; il rugissait comme un taureau. » (Las Cases.)
  7. « Quant à l’inculpation relative à la mort de Pichegru, qu’on assurait avoir été étranglé par les ordres du premier Consul, Napoléon disait qu’il serait honteux de s’en défendre, que c’était par trop absurde. Que pouvais-je y gagner ? faisait-il observer. Un homme de mon caractère n’agit pas sans de grands motifs. M’a-t-on jamais vu verser le sang par caprice ?… Ceux qui me connaissent savent que mon organisation est étrangère au crime. Tout bonnement, Pichegru se vit dans une situation sans ressources ; son âme forte ne put envisager l’infamie du supplice ; il désespéra de ma clémence ou la dédaigna, et il se donna la mort. » (Las Cases.)

Source partielle

« Jean-Charles Pichegru », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail de l’édition] (Wikisource)

  • 'Seuls les morts ne reviennent jamais : les pionniers de la guillotine sèche en Guyane française sous le Directoire' de Philippe de Ladebat, éd. Amalthée, Nantes, 2008 . ISBN 978-2-35027-894-0
  • Portail de la Franche-Comté Portail de la Franche-Comté
  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail du Premier Empire Portail du Premier Empire
Ce document provient de « Jean-Charles Pichegru ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pichegru de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • PICHEGRU (J. C.) — PICHEGRU JEAN CHARLES (1761 1804) Fils d’un cultivateur du pays d’Arbois, Pichegru parvient très jeune à devenir répétiteur de mathématiques à Brienne; il s’engage comme soldat en 1780 (contrairement à la légende, Napoléon n’aura donc guère eu le …   Encyclopédie Universelle

  • Pichegru —   [piʃ gry], Charles, französischer General, * bei Arbois 16. 2. 1761, ✝ (Selbstmord) Paris 6. 4. 1804; war 1797 führend an der royalistischen Verschwörung gegen das Direktorium beteiligt. Deportiert, entkam Pichegru 1798 nach England. Sein mit G …   Universal-Lexikon

  • Pichegru — (spr. Pischegrü), Charles, geb. 1761 zu Arboisin der Franche Comté; war Minoritenschüler u. Lehrer der Mathematik an dem großen Collegium zu Brienne, gab auch an der Militärschule Unterricht u. hatte den nachmaligen Kaiser Napoleon unter seinen… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Pichegru — (spr. pischĕgrü), Charles, franz. General, geb. 16. Febr. 1761 in Arbois (Franche Comté), gest. 5. April 1804 in Paris, trug als Lehrer der Mathematik an dem Minoritenkollegium in Brienne das Ordenskleid, empfing aber nie die Weihen. 1783 trat er …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Pichegru — (spr. pisch grüh), Charles, franz. General, geb. 16. Febr. 1761 zu Arbois, 1794 Oberbefehlshaber in den Niederlanden, unterdrückte 2. April 1795 den Aufstand der Jakobiner, 1796 seines Kommandos enthoben, 1797 Präsident des Rats der Fünfhundert,… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Pichegru — (Pischgrü), Charles, geb. 1761 zu Arbois, war zuerst Lehrer der Mathematik an der Militärschule zu Brienne, focht als Sergeant in Nordamerika, trat bei dem Beginne der Revolution als Bataillonschef in die Armee, war 1793 bereits Divisionsgeneral …   Herders Conversations-Lexikon

  • Pichegru — (Charles) (1761 1804) général français. Il conquit la Belgique et les Pays Bas (1795), mais se rallia aux royalistes et démissionna (1796). Arrêté (1797), déporté en Guyane, il s en évada et gagna l Angleterre (1798). En 1804, il conspira avec… …   Encyclopédie Universelle

  • Pichegru — Nom de famille porté dans le Jura. Mot à mot, il signifie celui qui pique le gruau , sans doute avec le sens d écraser, broyer. Le surnom semble donc lié à la confection de la farine ou du pain …   Noms de famille

  • Pichegru — Jean Charles Pichegru (* 16. Februar 1761 in Arbois, Franche Comté; † 5. April 1804 in Paris) war ein französischer General der Revolutionskriege, der eine führende Rolle bei der Eroberung der österreichischen Niederlande und Hollands spielte,… …   Deutsch Wikipedia

  • Pichegru, Charles — ▪ French general in full  Jean Charles Pichegru   born February 16, 1761, near Arbois, France died April 5, 1804, Paris  general of the French Revolutionary Wars (French revolutionary and Napoleonic wars) who played a leading role in the conquest …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”