Phreaking


Phreaking
Le modem acoustique fut utilisé par les pionniers du phreaking

Le phreaking ou piratage téléphonique[1] est un terme décrivant l'activité de personnes étudiant, testant, ou exploitant les systèmes téléphoniques.

Sommaire

Étymologie

Le mot anglais phreaking est obtenu par la contraction de phone, pour téléphone, et freak, signifiant un marginal, ou personne appartenant à une contre-culture. Le pirate téléphonique est appelé un phreaker ou pirate du téléphone[1].

Dans certains cas, le phreaker peut utiliser le réseau téléphonique d'une manière non prévue par l'opérateur afin d'accéder à des fonctions spéciales, principalement afin de ne pas payer la communication et/ou de rester anonyme. Cette activité peut être illégale dans certains pays. Toutefois, les premiers phreakers, et un certain nombre de phreakers actuels, sont des passionnés cherchant juste à effectuer une prouesse technique sans mauvaises intentions, à la manière des premiers hackers.

Origine

Le phreaking est né aux États-Unis dans les années 1970. Un des mythes fondateur du phreaking est l'histoire de Captain Crunch. Ce phreaker de renommée internationale avait utilisé un sifflet trouvé dans une boîte de céréales Captain Crunch pour accéder à des fonctions spéciales du central téléphonique. En effet, le son émis par ce sifflet avait une fréquence de 2 600 Hz, la même fréquence que le signal utilisé pour piloter le central téléphonique.

Un des groupes de phreaking les plus connus s'appelle d'ailleurs 2600. Actuellement, avec l'arrivée du numérique dans les systèmes téléphoniques, les procédés utilisés sont beaucoup moins rocambolesques.

En France

Au début des années 1970, des chercheurs de l'IRIA (devenu depuis INRIA) avaient remarqué qu'en déclenchant du doigt un très bref raccrochage pendant quelques centièmes de seconde, le standard l'interprétait comme un 1 sans passer par le testeur de numéros. Cela permettait ainsi aux employés n'ayant pas l'accès au téléphone international (à l'époque, préfixe 19) de le composer tout de même.

Les télécartes furent l'objet d'actes de piratage pendant les années 1990 notamment pour une communication gratuite entre le phreaker et des BBS pirates distants via un coupleur acoustique. Mais depuis, France Télécom a mis en circulation un nouveau type de télécarte, la T2G, avec un nouveau système de chiffrement.

Le système de chiffrement de ces nouvelles T2G n'a toujours pas été cassé (ou alors, la chose n'a pas été rendue publique) mais des phreakers ont trouvé un système ingénieux pour téléphoner gratuitement. En effet, il suffit d'utiliser une vraie T2G pour effectuer les authentifications puis d'utiliser un émulateur de T2G une fois la communication établie pour que la cabine ponctionne les unités sur une télécarte qui en fait n'existe pas. Cet émulateur porte le nom de Joséphina.

Généralement, on appelle les systèmes capables de pirater un système téléphonique des boxs précédés d'un nom de couleur. Il en existe des centaines parmi lesquelles les plus connues sont la blue box, la beige box ou encore la red box.

Nous avons vu précédemment que le son émis par le sifflet du Captain Crunch était de 2 600 hz, on peut considérer cela comme une blue box.

La blue box consistait simplement à utiliser les fréquences des opérateurs, qui transitaient par les mêmes circuits des anciens systèmes CCITT5. Aujourd'hui, les pays occidentaux utilisent le système SS7, et la blue box ne fonctionne plus avec ces systèmes modernes. Il paraîtrait que cette technique d'emploi des fréquences, est encore utilisée par France Télécom en cas de panne de ligne, mais cela paraît hautement improbable.[réf. souhaitée]

Cela dit, il y a encore peu de temps, le blue boxing était encore possible. En effet, on peut appeler des numéros verts internationaux en direction de pays étrangers fonctionnant encore avec ce système en CCITT5 (pays du sud généralement), et de là envoyer une fréquence adéquate, et ainsi rappeler un numéro international.

La beige box consiste à brancher sur une ligne téléphonique une autre ligne téléphonique. Cette technique, tout comme les autres d'ailleurs, est totalement illégale, et passible de fortes amendes et peines de prison. Il y a un certain temps, il était même possible de gagner de l'argent grâce a cette technique. Il fallait appeler un serveur Minitel, rester connecté le plus longtemps possible, et ensuite se faire envoyer des lots ... Cette technique est caduque maintenant, il n'y a plus de serveur minitel qui propose des lots de fidélité.

Black box : écouter une conversation téléphonique, ou alors ne pas faire payer celui qui appelle grâce à un montage (possible en France, mais attention un robot nommé SIRIUS[réf. nécessaire] de France Télécom repère cette box, et les utilisateurs se faisant repérer risquent de lourdes peines.)

Aujourd'hui, le phreaking en France n'a plus beaucoup d'adeptes. C'est en effet une discipline dangereuse, et les gens préfèrent s'intéresser au hacking, beaucoup plus médiatisé. De plus, la généralisation de connexions Internet haut-débit et la baisse des tarifs téléphoniques ont limité son intérêt même s'il reste encore techniquement possible.

Anecdote

Tout un chacun peut s'adonner au phreaking en interceptant les communications entre un téléphone sans fil analogique (beaucoup le sont encore) et sa borne (c'est-à-dire les communications, mais aussi les sonneries, la numérotation...) en se plaçant à proximité des ondes, l'oreille collée à un banal talkie-walkie (voire la partie récepteur d'un ensemble baby-phone) fonctionnant sur la même fréquence.

Notes et références

Annexes

Phreakers célèbres

Filmographie

Des exemples plus ou moins crédibles de phreaking existent dans des films :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Phreaking de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Phreaking — is a slang term coined to describe the activity of a subculture of people who study, experiment with, or explore telecommunication systems, like equipment and systems connected to public telephone networks. The term phreak is a portmanteau of the …   Wikipedia

  • Phreaking — [friːkɪŋ] (Kofferwort aus engl. phone, „Telefon“, und freak, „vernarrter Typ“) bezeichnet eine Subkultur, die sich mit der Manipulation von Telefonverbindungen auseinandersetzt. Ursprünglich ermöglichten die Methoden des Phreaking mit Hilfe… …   Deutsch Wikipedia

  • Phreaking — Saltar a navegación, búsqueda Phreaking es un término acuñado en la subcultura informática para denominar la actividad de aquellos individuos que orientan sus estudios y ocio hacia el aprendizaje y comprensión del funcionamiento de teléfonos de… …   Wikipedia Español

  • phreaking — phreaking, phishing It is odd that the world of the Internet, which generally seeks to simplify matters of grammar and spelling, should have produced a complication in the spelling of these words with an initial ph . The earlier is phreaking,… …   Modern English usage

  • phreaking — ● ►en /fri king/ n. m. ►SECU Jeu de mots entre Phone et Freak , respectivement Téléphone et Monstre . Ensembles des techniques de piratage du système téléphonique, pratiquées par les phreakers. À l origine, tel qu inventé dans le magazine TAP d… …   Dictionnaire d'informatique francophone

  • phreaking — noun see phreaker …   New Collegiate Dictionary

  • phreaking — noun The cracking or exploring of a telephone system, e.g. trying to get free calls, discover special service numbers or other internal technical information …   Wiktionary

  • Phreaking — Hacking relativo al sistema telefónico …   Enciclopedia Universal

  • phreaking — сл. взлом телефонных сетей и прочего железа. <news:fido7.ru.phreaks> …   Hacker's dictionary

  • phreaking — noun informal, chiefly N. Amer. the action of hacking into telecommunications systems, especially to obtain free calls. Derivatives phreak noun phreaker noun Origin 1970s: alt. of freaking by assoc. with phone …   English new terms dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.