Philippe Antoine d'Ornano
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir d'Ornano.
Philippe Antoine d'Ornano
Général Philippe Antoine d'Ornano.jpg
Naissance 17 janvier 1784
Ajaccio
Décès 13 octobre 1863 (à 79 ans)
Paris
Origine Corse
(pays d'États du Royaume de France Royaume de France)
Allégeance Drapeau français République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau français Royaume des Français
Drapeau français République française
Drapeau français Empire français
Arme Cavalerie
Grade Maréchal de France
Années de service 1799 - 1863
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Faits d'armes Bataille de la Moskowa
Distinctions Légion d'honneur
(Grand-croix)
Médaille militaire
Hommages Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile (12e colonne)

Philippe Antoine d'Ornano (né le 17 janvier 1784 à Ajaccio - mort le 13 octobre 1863 à Paris), est un militaire et homme politique français, maréchal de France. Fils de Lodovico Antonio Ornano et d'Isabelle Maria Buonaparte, il était cousin de Napoléon Ier.

Sommaire

Biographie

L'Empire

Philippe Antoine d'Ornano par Robert Lefevre.

Il commence sa carrière comme sous-lietenant au 9e dragons en 1799[1] puis prend part avec le général Leclerc dont il est l'aide de camp à l'expédition de Saint-Domingue[2]. Épargné par la fièvre jaune, il rentre en France et sert comme aide de camp de Berthier[3]. Il fait brillamment les premières campagnes de l'Empire, s'illustre à Ulm et Iéna et sert comme officier d'ordonnance de l'Empereur[2]. Il est fait comte de l'Empire en 1808[4] et prend part aux campagnes de la guerre d'Espagne. Il est un des plus jeunes généraux de brigade de l'Empire, à 27 ans[5]. Commandant la 16e brigade de cavalerie légère[3] au début de la campagne de Russie, il est fait général de division le 8 septembre 1812, après la bataille de la Moskowa et prend la tête de la division légère du 4e corps[3]. Blessé et laissé pour mort à la bataille de Krasnoï, le 18 novembre 1812, il est retrouvé vivant par son aide de camp le lendemain et rentre en France[6].

Après une convalescence rapide[7], il devient colonel des dragons de la Garde impériale[3], combat en Allemagne et prend le commandement de la cavalerie de la Vieille Garde après la mort du maréchal Bessières[3]. Lors de la campagne de France, il participe notamment à la bataille de Paris où il commande les unités de la Garde impériale stationnée dans la capitale. Après l'abdication de Fontainebleau, il accompagne Napoléon jusqu'à son embarquement pour l'île d'Elbe[8].

Cousin de Napoléon, qui a fait de ce cavalier brillant l'un des généraux les plus dotés de l'Empire[9], il accepte le commandement des dragons de France sous la Première Restauration[10] mais s'empresse de proposer ses services à l'Empereur lors de son retour aux Tuileries. Grièvement blessé à la poitrine au cours d'un duel avec le général Bonet, il n'exerce pas de commandement effectif lors de la campagne de Belgique[11].

La seconde Restauration

Arrêté le 20 novembre 1815[3] pour avoir pris la défense de Ney[12], il est libéré un mois plus tard et part en exil en Angleterre puis en Belgique.

Au printemps 1813, il avait rencontré Marie Walewska[2], grand amour de Napoléon, alors en séjour à Paris. Assez rapidement, il lui fit une cours assidue et proposa de l'épouser[13]. Mais Marie était encore amoureuse de l'Empereur et marié religieusement au comte Anastase Walewski. La mort du comte en 1815, puis le départ de Napoléon pour Sainte-Hélène furent favorables aux projets matrimoniaux du général d'Ornano[10].

Le 7 septembre 1816, en la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles, il épouse Marie Walewska[14]. Le couple s'installe à Liège[14]. Malgré les conseils de son médecin, Marie insiste pour allaiter son fils[15], Rodolphe, né en 1817. Philippe d'Ornano et sa femme, très affaiblie, rentrent à Paris, Marie insistant pour revenir mourir en France[15]. Son veuvage marque profondément Ornano, qui ne se remaria pas[16].

Il reprend du service en 1828 comme commandant des 2e et 3e divisions militaires puis au jury du concours de Saint-Cyr[3].

La monarchie de Juillet

Philippe Antoine, comte d'Ornano, maréchal de France (1784-1863), Jean-Adolphe Beaucé, 1863.

Sous la monarchie de Juillet, il prend part à la répression en Vendée en 1832 et est fait pair de France.

Seconde république et Second Empire

À la retraite pour raison de santé, il est élu député d'Indre-et-Loire le 7 janvier 1849[17]. Partisan de la politique du Président de la République Louis-Napoléon Bonaparte et soutient du gouvernement dans l'affaire de l'expédition de Rome, il est réélu lors des élections de 1849[17].

Grand'Croix de la Légion d'honneur en 1850, il approuve le coup d'État du 2 décembre 1851. Membre de la commission consultative, il est couvert d'honneur, fait sénateur dès 1852, Grand-chancelier de la Légion d'Honneur puis Gouverneur des Invalides[18]. Napoléon III le fait maréchal de France le 2 avril 1861, dernier des généraux de la Révolution et de l'Empire à accéder à cette distinction[19].

Il meurt à Paris le 13 octobre 1863[20] et est enterré aux Invalides[21].

Son nom figure sur l'arc de triomphe de l'Étoile, à Paris.

Distinctions

Les armoiries du comte Ornano et de l'Empire.

Source partielle

  • « Philippe Antoine d'Ornano », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail de l’édition] ;
  • « Philippe Antoine d'Ornano » , dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, 1889 [détail de l’édition]  ;
  • Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0) 
  • Christine Sutherland (trad. Françoise de Bernardy), Marie Walewska : Le grand amour de Napoléon, Perrin, 1998 (ISBN 2-262-01437-X) 
  • Service Historique de l’Armée de Terre – Fort de Vincennes – Dossier S.H.A.T. Côte : 6 Yd 60.

Notes et références

  1. Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 37 
  2. a, b et c Christine Sutherland (trad. Françoise de Bernardy), Marie Walewska : Le grand amour de Napoléon, Perrin, 1998 (ISBN 2-262-01437-X), p. 243 
  3. a, b, c, d, e, f et g Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 203 
  4. Jean Tulard, Napoléon et la noblesse d'Empire, Tallandier, avril 2001 (ISBN 2-235-02302-9), p. 197 
  5. Georges Six, Les généraux de la Révolution et de l'Empire : Étude, Bernard Giovanangeli Éditeur, 2002 (ISBN 2-909034-29-1), p. 289 
  6. Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 54 
  7. Christine Sutherland (trad. Françoise de Bernardy), Marie Walewska : Le grand amour de Napoléon, Perrin, 1998 (ISBN 2-262-01437-X), p. 244 
  8. Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 206 
  9. Georges Six, Les généraux de la Révolution et de l'Empire : Étude, Bernard Giovanangeli Éditeur, 2002 (ISBN 2-909034-29-1), p. 251 
  10. a et b Christine Sutherland (trad. Françoise de Bernardy), Marie Walewska : Le grand amour de Napoléon, Perrin, 1998 (ISBN 2-262-01437-X), p. 295 
  11. Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 207 
  12. Christine Sutherland (trad. Françoise de Bernardy), Marie Walewska : Le grand amour de Napoléon, Perrin, 1998 (ISBN 2-262-01437-X), p. 297 
  13. Christine Sutherland (trad. Françoise de Bernardy), Marie Walewska : Le grand amour de Napoléon, Perrin, 1998 (ISBN 2-262-01437-X), p. 294 
  14. a et b Christine Sutherland (trad. Françoise de Bernardy), Marie Walewska : Le grand amour de Napoléon, Perrin, 1998 (ISBN 2-262-01437-X), p. 298 
  15. a et b Christine Sutherland (trad. Françoise de Bernardy), Marie Walewska : Le grand amour de Napoléon, Perrin, 1998 (ISBN 2-262-01437-X), p. 299 
  16. Christine Sutherland (trad. Françoise de Bernardy), Marie Walewska : Le grand amour de Napoléon, Perrin, 1998 (ISBN 2-262-01437-X), p. 300 
  17. a et b Sa fiche sur le site de l'assemblée nationale
  18. Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 204 
  19. Georges Six, Les généraux de la Révolution et de l'Empire : Étude, Bernard Giovanangeli Éditeur, 2002 (ISBN 2-909034-29-1), p. 272 
  20. Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 25 
  21. Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 109 
  22. a, b, c et d Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 63 
  23. Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 67 
  24. a et b Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 68 
  25. Ronald Zins, Les maréchaux de Napoléon III, éditions Horvath, 1996 (ISBN 2-7171-0892-0), p. 65 
Précédé par Philippe Antoine d'Ornano Suivi par
Isidore Exelmans
Meuble Légion d'honneur 2.svg
Grand chancelier de la Légion d'honneur
(1852-1853)
Anne Charles Lebrun

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Philippe Antoine d'Ornano de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Philippe-Antoine d'Ornano — Philippe Antoine d’Ornano, Comte de l’Empire (22. November 1808), eigentlich Filippo Antonio Ornano (* 17. Januar 1784 in Ajaccio; † 13. Oktober 1863 in Vincennes) war ein französischer General, Pair und Marschall von Frankreich und Gouverneur… …   Deutsch Wikipedia

  • Philippe Antoine d'Ornano — Philippe Antoine d Ornano, 1st Comte d Ornano (January 17, 1784 October 13, 1863) was a French soldier and political figure who rose to the rank of Marshal of France. He was made Count d Ornano of the French Empire in 1808. He was born a son of… …   Wikipedia

  • Philippe-Antoine d’Ornano — Philippe Antoine d’Ornano, Comte de l Empire (22. November 1808), eigentlich Filippo Antonio Ornano (* 17. Januar 1784 in Ajaccio; † 13. Oktober 1863 in Vincennes) war ein französischer General, Pair und Marschall von Frankreich und Gouverneur… …   Deutsch Wikipedia

  • D'Ornano — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Deux familles d Ornano, d origine corse, se sont illustrées. Vannina d Ornano (1530 1563), épouse de Sampiero Corso, qui la met à mort Alphonse d Ornano… …   Wikipédia en Français

  • D'Ornano — ist der Name eines korsischen Adelsgeschlechtes. Berühmte Vertreter waren: Alphonse d’Ornano (1548 1610), Marschall von Frankreich Philippe Antoine d’Ornano (1784 1863), Adjutant Napoléons I. und Marschall von Frankreich …   Deutsch Wikipedia

  • d’Ornano — ist der Name eines korsischen Adelsgeschlechtes. Berühmte Vertreter waren: Alphonse d’Ornano (1548 1610), Marschall von Frankreich Philippe Antoine d’Ornano (1784 1863), Adjutant Napoléons I. und Marschall von Frankreich Diese Seite ist eine …   Deutsch Wikipedia

  • Famille d'Ornano — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Deux familles d Ornano, d origine corse, se sont illustrées : Vannina d Ornano (1530 1563), épouse de Sampiero Corso, qui la mit à mort. Alphonse d… …   Wikipédia en Français

  • Boulevard d'Ornano — Boulevard Ornano Pour les articles homonymes, voir d Ornano. XVIIIe arrt …   Wikipédia en Français

  • Michel d'Ornano — (born Paris, July 12, 1924 died Garches, Hauts de Seine, March 8, 1991) was a French politician. A descendant of both Marie Walewska and Philippe Antoine d Ornano, he began his political career as mayor of Deauville in 1962. He served as… …   Wikipedia

  • Ornano — D Ornano Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Deux familles d Ornano, d origine corse, se sont illustrées. Vannina d Ornano (1530 1563), épouse de Sampiero Corso, qui la met à mort Alphonse d …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”