Peyremale

Peyremale est une commune française, située dans le département du Gard et dans la région Languedoc-Roussillon.

44° 18′ 05″ N 4° 03′ 46″ E / 44.3013888889, 4.06277777778

Peyremale
Administration
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Bessèges
Code commune 30194
Code postal 30160
Maire
Mandat en cours
Jean-Pierre Pouly
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes des Cévennes Actives
Démographie
Population 272 hab. (2008)
Densité 32 hab./km²
Gentilé Peyremalencs
Géographie
Coordonnées 44° 18′ 05″ Nord
       4° 03′ 46″ Est
/ 44.3013888889, 4.06277777778
Altitudes mini. 162 m — maxi. 619 m
Superficie 8,62 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Sommaire

Géographie

Village Cévenol situé aux confins de la Lozère et de l'Ardèche, Peyremale est située dans le nord du département du Gard, entre Génolhac et Saint-Ambroix ; ses habitants sont les Peyremalencs et Peyremalencques[1].

Lieux et hameaux

Le village est composé de plusieurs hameaux qui sont :

  • le Claux
  • le Mas Herm
  • l'Elzière
  • les Drouilhèdes
  • le Chambonnet
  • Clamoux
  • le Puech
  • Mercoire

Des mas isolés, souvent éloignés les uns des autres, s'élèvent sur tout le Peyremalès, entre Portes, Bordezac ou Sénéchas.

Ces lieux et hameaux sont situés entre 162 et 619 m d'altitude et sont disséminés soit en bordure des rivières de la Cèze et du Luech, soit en bordure de la montagne cévenole.

La mairie est située au Claux à 220 m d'altitude.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Communes limitrophes

Entouré par les communes de Bordezac, Bessèges et Chambon, Peyremale est situé à 19 km au Nord-Ouest d'Alès la plus grande ville aux alentours.

Relief et Géologie

La topographie n’est pas homogène sur l’ensemble des Cévennes où le relief s’étage entre 200 et 1 700 mètres d’altitude[2].

Le village de Peyremale est situé dans les vallées Cévenoles (basses Cévennes) où alternent crêtes étroites et vallées profondes et encaissées. Son territoire est surtout montagneux.

Peyremale, c’est surtout un pays de schiste. Les sentiers de schiste glissent à travers les forêts de châtaigniers, plongeant vers les rivières avant de rejoindre les sommets.

Son paysage fût entièrement redessiné par la main de l’homme qui y créa faïsses, terrasses aménagées pour la culture de la vigne, des mûriers et des céréales. Et ceci avec un habitat tantôt de schiste, tantôt de granit, couvert de lauzes.

Hydrographie

Rivière du Luech à Peyremale
Rivière du Luech, entre les hameaux du Claux et du Mas Herm

Deux rivières traversent le village : la Cèze et le Luech.

Climat

Article connexe : Climat du Gard.

Description générale

La commune dépend du centre météorologique de Nîmes.

Le climat de Peyremale correspond au climat des Cévennes qui est de type méditerranéen[2] et qui devient montagnard en fonction de l'altitude.

Les contrastes géographiques prononcés (différences d'altitude) jouent sur les tendances climatiques et le climat se caractérise par de fortes précipitations qui peuvent être accompagnées d’orages : on parle alors d'épisodes cévenols (ou effet cévenol)

Le climat est plus clément que celui des districts proches du Mont Aigoual. L'influence de la Méditerranée est beaucoup plus sensible : les hivers et les automnes y sont doux et, la sécheresse estivale est parfois importante.

Données

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Peyremale 2669 762 3 23 11
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74
Données climatiques à Nîmes
mois jan. fév. mar. avr. mai jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 3,4 5,1 7,8 11,2 14,9 17,7 17,2 14,7 10,8 5,9 3,0 9,5
Température moyenne (°C) 6,3 7,7 9,9 12,8 16,6 20,5 23,7 23,0 20,0 15,4 10,0 6,9 14,4
Température maximale moyenne (°C) 10,3 11,9 14,7 17,8 21,9 26,2 29,8 28,9 25,3 20,0 14,0 10,7 19,3
Ensoleillement (h) 143,5 147,4 203,1 227,6 267,8 310,2 353,8 315,3 236,6 186,8 143,9 133 2 668,9
Précipitations (mm) 67,7 70,7 55,9 59,2 60,9 38,6 25,3 51,6 66,8 131,9 69,2 64,1 761,9
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Nîmes de 1961 à 1990[3].


Toponymie


Histoire

Héraldique

Article connexe : armorial des communes du Gard.

Blason de la ville de Peyremale (30).svg D'azur au cor de chasse d'or, lié d'argent, accompagné de trois molettes du même remplies aussi d'or [4]

Moyen âge

Période moderne

La potence à Peyremale, en 1602

Un article datant de 1602, effroyablement intitulé : « Redressement de potances ou fourches pathibulayres en la vrai juridi(cti)on du S(eigneu)r de Chamborigaud au mand(emen)t de Pieremale, trouvé dans les archives notariales, atteste qu’autrefois, vers le milieu du XVe siècle, honorable homme messire Jean de Chasteauneuf de Randon, seigneur d’Alès et Peyremale, aurait fait planter trois fourches au-dessus du roc de François pour y faire exercer la haute justice ». Autrement dit, pour y faire « punyr & executer les délincquants dud(it) mandement de Pieremale & Chamborigaud ».

Ces poutres de bois attestent du pouvoir du seigneur local. Autorisé à ériger la potence sur ses terres, à exécuter la vraie et haute justice, il jouissait tout simplement du droit de prononcer les sentences de mort…[5]

L’inondation du 9 septembre 1772

Certains se souviennent des plus fortes inondations du XXe siècle, celle de 1958, notamment À Peyremale, lorsque la Cèze monte, le moulin du Grand Tournant peut rapidement disparaître sous les eaux. C’est ce qui survint en 1772. Absent de chez lui au moment du débordement de la Cèze, il est facile d’imaginer la terreur du meunier Paul Chamboredon, revenant quelques heures après la terrible crue du 9 septembre 1772. Dans ce drame, « il eut le malheur de perdre sa femme avec cinq enfants que l’eau entraîna avec le plus haut étage dudit moulin et tous ses effets, au moyen de quoi il se trouve réduit dans le plus triste état & dans une mandicité affreuse ». Paul Chamboredon tenait le moulin en inféodation depuis plusieurs années.

Si son nom a été oublié depuis – à l’instar du moulin du Deneyriel au Mas Herm –, on l’appelait réellement moulin de coste (côté) ou moulin du Malpas, mauvais pas, endroit par où il est dangereux et difficile de passer. Construit au début du XVIIe siècle, il appartenait alors à Haut et puissant seigneur Messire Anthoine Hercule de Budos, Marquis de Portes, qui l’affermait à Yzac Jaussal. En 1630, la Marquise de Portes Louise de Crussol, veuve de son mari tué l’année précédente au siège de Privas, promettait « de faire acomoder et rendre le(dit) moullin rouant et battant », prévoyant que si « par inonda(ti)on & ravages d’eaux led(it) moullin viendroit à tomber ou se desmolir en bloct ou en partie, ledict Jaussal ne sera tenu en aulcune faisson du dommage et perte d’icelluy ». Certes, l’on n’ignorait pas les conséquences d’une crue extraordinaire…[6]

Période contemporaine

Création de la Mairie de Peyremale, en 1830

Au lendemain de la Révolution, Peyremale est amenée à se rattacher à la municipalité de Portes. Une partie de Peyremalencs mécontents se ligue pour exiger la distinction du village de la commune voisine, arguant que : « (…) depuis trop longtemps, la communauté de Peyremale avait le malheur d’être réunie avec celle de Portes pour le fait des impositions, que depuis trop longtemps aussi Portes était habitée par des nobles, des seigneurs et des gens d’affaires qui avaient su créer et se conserver une prépondérance et une domination sur les timides habitants de Peyremale dont ils faisaient le plus abusif et le plus blâmable usage vis-à-vis de ceux-ci. » À cette pétition, rédigée le 17 avril 1790 par le notaire Joseph Jaussaud, les membres du Directoire du Département du Gard transigeront âprement, déclarant « nulle et comme non avenue la municipalité formée dans le lieu de Peyremale ».

Résignés, les habitants de Peyremale devront donc ”monter” à Portes pour déclarer les naissances de leurs enfants, les décès de leurs proches, ainsi que pour se marier civilement. Ce n’est effectivement que le 27 juillet 1830 que le village sera enfin érigé en commune. Les premiers maires seront François Régis Jaussaud, fils du notaire évoqué plus haut, puis Balthazard Draussin qui, dès le 1er janvier 1831, enregistrera les naissances d’Alix Philippine Dugas et de Joseph Julien Platon, nés respectivement à 8h et 11h du matin aux Drouilhèdes, ce premier jour de l’an[7]...


Démographie

Evolution de la population

Évolution démographique
(Source : INSEE[8])

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
        687 1 026 1 139 777 777
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
732 702 680   650 626 671 670 646
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
588 628 572 508 468 441 419 432 406
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008  
404 371 305 275 273 281 273 272  

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Pyramide des âges

Pyramide des âges à Peyremale en 2007[9] en pourcentage.
Hommes Classe d'âge Femmes
0,0 
Avant 1917
0,7 
17,3 
1918-1932
18,6 
30,8 
1933–1947
30,7 
21,1 
1948-1962
23,6 
8,3 
1963-1977
12,9 
12,8 
1978-1992
5,7 
9,8 
1993-2007
7,9 


Administration

Municipalité

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1945 mars 1959 Émile Chamboredon    
mars 1959 mars 1983 Jean Chamboredon    
mars 1983 mars 2001 Georges Lopez    
mars 2001 mars 2008 Évelyne Xavier    
mars 2008   Jean-Pierre Pouly    

Intercommunalité

La commune fait partie de la Communauté de communes des Cévennes Actives. Celle-ci a été créée en 1999.

Jumelage

La commune de Peyremale est jumelée avec la commune de Jaworzyna Śląska Pologne.

Vie locale

Économie, emploi et tourisme

Il n'y a pas de commerce dans le village. Un boulanger et un boucher ambulants desservent la commune régulièrement.

Il y cependant deux restaurants et quelques artisans comme une entreprise de maçonnerie et une miellerie.

Le tourisme rural et le tourisme de randonnées (plusieurs circuits pédestres) connaissent un essor depuis une dizaine d'années. On trouve sur la commune deux campings et, de nombreux gîtes qui permettent l'accueil des touristes.

Éducation

Il n'y a plus d'école dans le village. Les enfants sont scolarisés sur Bessèges ou sur Alès.

Santé

Il n'y a pas de médecin, pas de pharmacie, pas de kinésithérapeute, pas de dentiste sur le village.

Les plus proches se trouvent à Bessèges. Le Centre Hospitalier se trouve sur Alès.

Sport

Le village est équipé d'un terrain de tennis, de deux terrains de half court et d'un mini golf.

Associations

De nombreuses associations font vivre le village :

  • l'Association du CLAP (Comité de Loisirs et d'Animation de Peyremale),
  • l'Association Sportive,
  • l'Association Maintien en forme,
  • une Association de cours de Yoga,
  • une Association de chasse,
  • l'Association du Tourel (pour la gestion du canal d'irrigation de la commune),
  • l'Association Mercoire (pour la réhabilitation des terrasses en pierres sèches),
  • l'Association des Amis du Puech (pour la sauvegarde du site du Puech) ...

Manifestations culturelles et festivités

Eglise de Peyremale
Eglise romane de Peyremale
  • Fête du 14 juillet
  • Depuis 1983, il est organisé une course pédestre du Tour du Mirandon le dernier samedi du mois de juillet.


Lieux et Monuments

  • l'église romane, en partie du XIIe siècle
  • le temple au hameau de l'Elzière
  • Anciens moulins à blé
  • le "béal" (canal d'acheminement de l'eau de la Cèze à certains hameaux de la commune)

Personnalités liées à la commune

Antoine Deparcieux

Sans revenir sur la vie et la carrière d’Antoine Deparcieux — Ernest Durand et, récemment, Gérard Delmas et Jacques Dardalhon ont très brillamment écrit sur l’académicien —, rendons hommage à celui qui est né, il y a 300 ans, le 28 octobre 1703, au mas du Clotet de Cessoux, alors hameau de Peyremale.

Lorsque Ernest Durand achève sa biographie d’Antoine Deparcieux, en 1903, il ne connaît pas les origines paternelles de l’académicien, qu’il recherche du côté de Bagnols-sur-Cèze. Grâce au mariage de ses grands-parents, en 1655, nous savons à présent que les Deparcieux étaient issus de « Milheri, diocèze de Lion », charmant petit village de la région voisine, à moins de 200 kilomètres (par les chemins d’autrefois) de Peyremale. Le berceau de la famille est proche : le village de Parcieux, à une quarantaine de kilomètres de Millery, est inévitablement celui qui a prêté son nom pour en faire un patronyme. En rapport à ses origines, il nous plaît d’imaginer qu’Antoine Deparcieux ne quitta pas Cessoux pour Lyon, vers 1723, dans le seul « désir de s’instruire », mais qu’il supposait certainement trouver là-bas quelque appui familial. Il faut savoir que son grand-père, Pierre, exerça certes les métiers de maître-serrurier puis sergent des tailles, mais qu’il fut également « régent d’escolle, habitant du lieu de Cessoux », comme nous l’indiquent deux documents inédits. Comprenons que la vocation d’Antoine n’est vraisemblablement pas née alors qu’il s’ennuyait à garder les chèvres dans ses montagnes, mais plus logiquement est-elle le fait d’un héritage familial. À Lyon, un cousin ou un oncle, lettré, aurait même pu l’encourager à venir étudier en cette ville. Plus tard, Antoine Deparcieux fera bien chercher ses petits-neveux cévenols, pour les accompagner dans les écoles parisiennes…

Mais que l’on ne s’y trompe pas : si les Deparcieux sont issus de la région lyonnaise, Antoine n’en est que plus cévenol par sa mère, Jeanne Donzel, de Peyremale, et sa grand-mère paternelle, Jeanne Dardalhon, de Chamborigaud. Et les Dardalhon sont même attestés à Cessoux depuis au moins 1435, c’est dire…[11]



Sources, notes et références

  1. http://www.habitants.fr/habitants_peyremale_30194.html
  2. a et b http://www.cevennes-parcnational.fr/Le-Parc/Le-territoire/La-geographie-physique
  3. (fr) Climatologie mensuelle à Nîmes sur infoclimat.fr. Consulté le 2 juillet 2010
  4. Banque du Blason
  5. Pascal Jaussaud, « Peyremale, Peyremalencs, Peyremalès », Journal de Peyremale n°2 (juillet 2002)
  6. Pascal Jaussaud, « Peyremale, Peyremalencs, Peyremalès », Journal de Peyremale n°3 (octobre 2002)
  7. Pascal Jaussaud, « Peyremale, Peyremalencs, Peyremalès », Journal de Peyremale n°1 (décembre 2001)
  8. Peyremale sur le site de l'Insee
  9. Pyramide des âges de Peyremale, Recensement 2007 sur le site de l'INSEE
  10. Bulletin municipal de Peyremale n°3 (2004)
  11. Pascal Jaussaud, « Peyremale, Peyremalencs, Peyremalès », Journal de Peyremale n°6 (octobre 2002)

Voir aussi

Bibliographie

  • Ernest DURAND "Monographie de Peyremale suivie de Biographie d’Antoine Deparcieux"
  • Abbé BOUILLON & J. CHAREYRE "Peyremale… son église"

Articles connexes

Liens externes




Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Peyremale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Peyremale — Peyremale …   Deutsch Wikipedia

  • Peyremale — Saltar a navegación, búsqueda Peyremale País …   Wikipedia Español

  • Peyremale — is a commune in the Gard department in southern France.ee also*Communes of the Gard departmentReferences Based on the article in the French Wikipedia …   Wikipedia

  • Portes (Gard) — Pour les articles homonymes, voir Portes. 44° 16′ 17″ N 4° 01′ 15″ E …   Wikipédia en Français

  • Liste des monuments historiques du Gard — Cet article recense les monuments historiques du Gard, en France. Pour les monuments historiques de la commune de Nîmes, voir la liste des monuments historiques de Nîmes Pour les monuments historiques de la commune d Uzès, voir la liste des… …   Wikipédia en Français

  • Antoine Deparcieux (1703-1768) — Pour les articles homonymes, voir Antoine Deparcieux. Antoine Deparcieux Antoine Deparcieux, dit aussi de Parcieux, est un mathématicien français, né au mas du Clotet …   Wikipédia en Français

  • Antoine deparcieux (1703-1768) — Pour les articles homonymes, voir Antoine Deparcieux. Antoine Deparcieux Antoine Deparcieux, dit …   Wikipédia en Français

  • Bessèges — 44° 17′ 33″ N 4° 06′ 05″ E / 44.2925, 4.10138888889 …   Wikipédia en Français

  • Bordezac — 44° 18′ 56″ N 4° 04′ 38″ E / 44.3155555556, 4.07722222222 …   Wikipédia en Français

  • Chambon (Gard) — Pour les articles homonymes, voir Chambon. 44° 18′ 10″ N 4° 01′ 07″ E …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”