Armoiries de la France
Emblème de la France
(officieux)
Image illustrative de l'article Armoiries de la France
Versions
Image illustrative de l'article Armoiries de la France
Armoiries moyennes
Détails
Écu Emblème constitué d'un bouclier aux angles du chef relevés et terminés par des têtes de lion et d'aigle, au monogramme RF ; le bouclier est posé sur un faisceau de licteur contourné en pal sur deux branches d'olivier et de chêne passées en sautoir.
Précédentes versions 1922 - 1953
Usage Présidence de la République

Depuis le 4 septembre 1870, les armoiries de la France ne font plus l'objet d'aucun texte juridique et aucun acte du pouvoir n'a véritablement sanctionné les essais des différents services qui ont voulu faire revivre une héraldique républicaine changeante. L'emblème représenté ici est officieux : à l'heure actuelle, la République française n'a pas d'armoiries officielles (son seul symbole officiel est le drapeau tricolore).

Sommaire

Emblèmes en vigueur

La composition désigne une agence consulaire de France
Couverture du passeport français biométrique

Cette composition est, à l'origine, l'œuvre du sculpteur Jules-Clément Chaplain. Elle fut utilisée sous la IIIe République, par le ministère des affaires étrangères, à partir du 29 juillet 1912.

Elle fut en partie reprise par l'artiste Robert Louis en 1953, à la demande d'une commission interministérielle qui se réunit le 3 juin 1953, afin de répondre à la demande du secrétariat des Nations unies qui désirait orner la salle d'assemblée de panneaux reproduisant les armoiries officielles de chaque État membre. La composition de Robert Louis, sur laquelle la pelta a disparu, se blasonne ainsi :

« D'azur, au faisceau de licteur posé en pal, sur deux branches de chêne et d'olivier passées en sautoir, le tout d'or lié par un ruban du même, chargé de la devise : Liberté — Égalité — Fraternité en lettres de sable[1],[2]. »

Le tout entouré du collier de la Légion d'honneur de la Troisième République modèle 1881.

La commission adopta ce symbole[2], qui figure désormais sur le panonceau réservé à la France dans la salle d'Assemblée des Nations unies à New York[3]. Mais, devant la difficulté à obtenir une solution totalement satisfaisante, elle émit le vœu que le gouvernement puisse statuer sur l'adoption d'armoiries officielles de la IVe République, et décida que la République française serait, en l'attente d'une solution définitive, représentée par « une composition rappelant celle adoptée par la IIIe République pour les postes diplomatiques et consulaires à l'étranger »[1].

On trouve parfois cette représentation sur champ de sable substitué au champ d'azur, le tout entouré de l'actuel collier de la Légion d'honneur, créé en 1953.[réf. nécessaire]

La composition de Chaplain est toujours utilisée par le ministère des Affaires étrangères pour désigner ses postes diplomatiques et consulaires, sur la couverture des passeports français, ainsi que par le site de la Présidence de la République.

Broche romaine en forme de pelta analogue à celle des armoiries en question

La présence de ces armoiries françaises officieuses sur les passeports français s'explique, en partie, par le fait que, dénué de couleurs, le drapeau ou l'écusson tricolore ne sont pas facilement reconnaissables, au contraire du faisceau de licteur, plus adapté à une représentation monochrome. Selon les accords internationaux de normalisation des pièces d'identité utilisées pour la circulation des personnes, la couverture du passeport français ne pouvait rester non-identifiable.

L'écusson tricolore

Aux fenêtres et balcons des édifices publics comme les mairies ou les préfectures, les drapeaux sont souvent tenus à l'arrière d'un porte-drapeaux, généralement un écusson tricolore avec le monogramme « RF » et des palmes.

Anciennes armoiries de la France

Articles connexes : France (héraldique) et Fleur de lys.

Les armoiries historiques de la France sont les fleurs de lis d'or sur champ d'azur, utilisées sans interruption pendant près de six siècles (1211-1792). Bien que la légende les fasse naître lors du baptême de Clovis, qui aurait alors remplacé les trois crapauds qui ornaient son écu par trois lis mariaux, elles ne sont attestées que depuis le début du XIIIe siècle. D'abord représentées sous forme de semé, c'est-à-dire sans nombre défini et disposées en quinconce, elles sont réduites à trois en 1376. Par cette décision, le roi Charles V entendait placer le royaume sous la double invocation de la Vierge (le lis est un symbole marial), et de la Trinité, par le nombre.

La Révolution française les chasse comme un symbole de l'Ancien Régime et leur préfère des symboles inspirés de l'Antiquité. C'est à cette période qu'apparaît notamment le faisceau de licteur, comme symbole de la république. Cette vogue de l'Antiquité se prolonge avec le Premier Empire qui choisit de figurer ses armes à l'aigle d'or sur champ d'azur sous la forme d'une aigle romaine, plutôt que d'une aigle héraldique plus classique.

Le XIXe siècle traduit son instabilité politique par une instabilité symbolique : l'aigle et le lis se concurrencent jusqu'au dernier quart du siècle, au gré des changements de régime. L'intermède de la monarchie de Juillet marque une sorte de pause, en instaurant, en 1831, une sorte d'ovni héraldique : des armes d'azur à la charte d'or. Les deux régimes républicains, quant à eux, conservèrent la tradition révolutionnaire en refusant de se doter d'armoiries.

Armoiries de la France Description Période
Blason pays fr FranceAncien.svg France ancien, les armoiries royales : d'azur semé de fleurs de lis d'or avant 1305
Blason France-ancien--Navarre-ancien.svg Mi-parti de France ancien et de Navarre ancien, les armoiries royales de Louis X, fils de la reine Jeanne Ire de Navarre, à Charles IV, dernier capétien direct: mi-parti; d'azur semé de fleurs de lys d'or et de gueules au rais d'escarboucle accolé et pommeté d'or[4] 13051328
Blason pays fr FranceAncien.svg France ancien, les armoiries royales : d'azur semé de fleurs de lis d'or 1328-1376
Blason France moderne.svg France moderne, les armoiries royales  : d'azur à trois fleurs de lis d'or. À partir de cette époque, on voit se fixer les ornements extérieurs de l'écu : cerfs-ailés ou anges en supports de l'écu, heaume cimé de la double fleur de lis ou couronne fleuronnée en timbre. À partir de Louis XI, on ajoute le collier de l'ordre de Saint-Michel.

[réf. nécessaire]

Coat of Arms of Kingdom of France.svg France moderne, les armoiries royales : d'azur à trois fleurs de lis d'or, timbrées de la couronne royale fermée (on trouve encore occasionnellement le heaume à la double fleur de lis) et entourées de l'ordre de Saint-Michel puis aussi de celui du Saint-Esprit.[réf. nécessaire] 15151589
Grand Royal Coat of Arms of France & Navarre.svg France et Navarre, sous les Bourbons : parti de France moderne et de Navarre. On les trouve assez souvent aussi (comme ici) "accolés", qui était une forme équivalente du "parti". Cette adjonction des armes de Navarre vient de ce qu'Henri IV, fondateur de la dynastie, était roi de Navarre avant son accession au trône de France. 15891792
Grandes Armes Impériales (1804-1815)2.svg Les armoiries du Premier Empire sous Napoléon Ier, affichant une aigle : d'azur à une aigle essorante, la tête contournée d'or. Le manteau, en ornement extérieur, est semé d'abeilles. Le blasonnement officiel ne mentionne pas que la tête de l'aigle est contournée. 18041814
Grand Royal Coat of Arms of France.svg Après la Restauration, la Maison de Bourbon régna à nouveau avec Louis XVIII et Charles X. Ces armoiries, avec leur écu de France moderne, sont encore utilisées concurremment par le « duc d'Anjou » et le « comte de Paris », prétendants rivaux au trône de France. 18141830
Coat of Arms of the July Monarchy (1830-31).svg Au début de la Monarchie de Juillet, par l'ordonnance du 13 août 1830, Louis-Philippe fixa les armes représentées sur le sceau de France : « À l'avenir le sceau de l'État représentera les armes d'Orléans surmontées de la couronne fermée, avec le sceptre et la main de justice en sautoir, et des drapeaux tricolores derrière l'écusson. » 18301831
Coat of Arms of the July Monarchy (1831-48).svg À partir du 16 février 1831, les armes d'Orléans sont supprimées du contre-sceau pour être remplacées par un écu d'azur aux tables d'or portant l'inscription « Charte constitutionnelle 1830 » pour préciser que la monarchie était désormais sous un régime constitutionnel : « À l'avenir le sceau de l'État représentera un livre ouvert portant à l'intérieur ces mots : Charte de 1830. » 18311848
Coat of Arms Second French Empire (1852–1870)-2.svg Les armoiries du Second Empire sous Napoléon III, affichent aussi une aigle, toujours à tête contournée en désaccord avec le blasonnement. Seuls les ornements extérieurs présentent des différences. 18521870

Emblèmes officieux

Dans ce chapitre, on trouvera des emblèmes divers, n'ayant avec le terme héraldique d'« armoiries » qu'un lointain cousinage, mais qui ont eu, ou prétendu avoir valeur d'emblème pour la France.

Emblèmes Description Période
Un arrêté du 30 avril 1880, signé par le président du conseil, ministre de Affaires étrangères, Charles-Louis de Freycinet, décide que « les écussons nationaux placés au-dessus de la porte de l'hôtel des ambassades, légations ou consulats, reproduiront également la figure de la République d'après le sceau officiel, avec l'exergue République française. »

L'Illustration du 19 novembre 1881 reproduit l'emblème adopté qui s'éloigne nettement du sceau de l'État. Sur un écu elliptique, figure un buste de jeune femme cuirassée et couronnée de laurier, placée au milieu d'une couronne de laurier, elle-même entourée des mots République française en lettres capitales séparés au dessus du buste par une étoile à cinq rais. Le tout est posé sur un faisceau composé d'une lance et de verges, quatre drapeaux, des branches d'olivier et de chêne, un manteau rouge enveloppant le tout. L'étoile de la Légion d'honneur pend à la couronne de feuillage entourant le buste. Un listel portant « Ambassade » ou « Consulat » est posé sous l'écu.

1880-
Francecoatofarms1898-2.png Emblème officieux qui fut créé pour la Troisième République avec les ornements extérieurs faisceau de licteur[5] en pal, accompagné de branches de laurier et de chêne mis en sautoir plus célèbre que l'écu lui-même, écu d'ailleurs inexistant sur cette version, même si la forme ovale du grand cordon de la Légion d'honneur en est un rappel peu orthodoxe. En effet, le centre de l'emblème est constitué d'un monogramme (lettres RF entrelacées), mais les lettres n'étant tolérées dans les armes que depuis une époque récente, celles présentées ici sont quasiment non blasonnables. 1898 1902
Francecoatofarms1898.png Dès 1902 apparait un écu elliptique d'azur, chargé des lettres RF d'argent, environné d'une couronne de feuillages, posé sur un faisceau de licteur et deux drapeaux tricolores ; au bas pend la cravate de la Légion d'honneur entourée d'une branche de chêne et d'une branche d'olivier[1].

Lors de la visite du roi Alphonse XIII à Paris, en 1905, le landau présidentiel était orné d'un écu circulaire d'azur, chargé des lettres RF d'argent, entouré du cordon de la Légion d'honneur, le tout placé sur une plaque de l'ordre, elle même posée sur un faisceau en pal, une dizaine de drapeaux et des branches de chêne[1],[6].

1902
Coat of Arms of the French State.svg L’État français (Vichy) n’a pas non plus d’armoiries officielles, mais la grande personnalisation du régime amène à l’utilisation de la francisque, définie en 1941 comme emblème de Philippe Pétain, en tant que symbole étatique sur les documents officiels. Les armoiries personnelles du chef de l’État deviennent ainsi celles, officieuses, de l’État lui-même[7]. 1941 1944
Coat of arms of France.png Cette composition — déjà apparue furtivement au perron de la résidence d'Alphonse XIII lors de sa visite officielle en France en 1905 — réapparait en 1922 sur le carton destiné à la réalisation d'une tapisserie sur « Les armes de France » qu'on devait installer au commissariat général de la République à Strasbourg[8],[1]. Les encyclopédies allemandes en donnent une reproduction en couleurs dès 1928. Le 10 mai 1929, le ministère des Affaires étrangères répond par une note à l'ambassade d'Allemagne qui désirait connaitre les armoiries officielles de la République française

« qu'il n'existe pas, en principe, d'armoiries ou d'emblèmes officiels. Toutefois, les armoiries qui ont été adoptées pour les postes diplomatiques ou consulaires sont les suivantes : D'azur, au faisceau de licteurs, posé en pal sur deux branches de chêne et d'olivier passées en sautoir, le tout d'or, lié par un ruban de même, chargé de la devise : Liberté, Égalité, Fraternité, en lettres de sable — Ordre de la Légion d'honneur (ici le grand collier)[1]. »

L'édition de 1935 du Nouveau Petit Larousse illustré reproduit en noir et blanc cette composition comme symbole de la République française[1]. Elle fut reprise par Robert Louis à la demande d'une commission interministérielle qui se réunit le 3 juin 1953, afin de répondre à la demande du secrétariat des Nations unies qui désirait orner la salle d'assemblée de panneaux reproduisant les armoiries officielles de chaque État membre. On la retrouve encore, en noir et blanc, dans l'édition de 1962 du Grand Larousse encyclopédique.

L'emblème se blasonne : D'azur, au faisceau de licteur contourné posé en pal, sur deux branches de chêne et d'olivier passées en sautoir, le tout d'or lié par un ruban du même, chargé de la devise : Liberté — Fraternité — Égalité en lettres de sable[1],[2]. Le tout entouré du grand collier de la Légion d'honneur de la Troisième République modèle 1881.

1953
Armoiries république française.svg Emblème constitué d'un bouclier inspiré de la pelta, les angles du chef relevés et terminés par des têtes de lion et d'aigle, au monogramme RF (initiales de République française) ; le bouclier est posé sur un faisceau de licteur contourné en pal sur deux branches d'olivier (symbole de paix) et de chêne (symbole de pérennité) passées en sautoir.

Ce symbole, datant de 1912, est utilisé régulièrement depuis le premier mandat de Jacques Chirac à la présidence de la République (1995-2002) jusqu'au 29 mars 2010.

actuel actuel

Notes

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Hervé Pinoteau, Le chaos français et ses signes, Ed. PSR, 1998
  2. a, b et c Site de la présidence de la République : Les symboles de la République française.
  3. Les armes de France sur le site de Saint-Setiers
  4. Au XIVe siècle, les armes de Navarre ne sont pas encore représentées par des chaînes mais par des liens reliant les pommes. Le blason représenté est celui de Barra "Le blason des armoiries", p.202
  5. Beaucoup de gens peuvent citer le faisceau de licteur, souvent confondu d'ailleurs avec la francisque de Vichy, alors que l'écu qui le recouvre est peu connu
  6. L'Illustration, 10 juin 1905, p. 385
  7. « Cachet de la sous-préfecture de Dinan, 6 décembre 1943, État français (Régime de Vichy) », Académie de Rennes.
  8. Carton de Gustave Jaulmes, L'Illustration, 19 août 1922

Voir aussi

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armoiries de la France de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marcus Vulson de la Colombière — The portrait of de la Colombière from his book La science Héroïque (Paris, 1644). Engraved by Robert Nanteuil (Reims, 1623 Paris, 1678) after the drawing of F. Chauveau. Marcus Vulson de la Colombière (†1658 or 1665) or Sieur [Sir] de la… …   Wikipedia

  • Otto de la Roche — Otto (or Othon) de la Roche (died 1234) was a Burgundian nobleman from the castle of La Roche sur l Ognon, in the Franche Comté commune of Rigney, Doubs. He joined the Fourth Crusade in 1204 and became the first Duke of Athens. The historians… …   Wikipedia

  • La Trémouille — Das Haus La Trémoille (auch La Trémouille geschrieben) ist eine französische Fürstenfamilie, die ihre größte Macht Ende des Mittelalters und in der Renaissance hatte. Der Name stammt von einem Ort im Département Vienne, der sich heute La… …   Deutsch Wikipedia

  • La Barré — The French surname la Barré has several quite distinct meanings. The name is originally derived from the old French word “barre”; this had two meanings in the ancient language. Firstly, “barre” signified “a pole” and may have been applied to an… …   Wikipedia

  • Jean-Baptiste Donatien de Vimeur, comte de Rochambeau — Jean Baptiste Donatien de Vimeur de Rochambeau Born 1 July 1725 ( …   Wikipedia

  • François Joseph Paul de Grasse — Nickname Comte de Grasse Born …   Wikipedia

  • Descendants of Henry II of France and Catherine de' Medici — The Praying figures of Henry II of France and his wife, Catherine De Medici, Funerary Monument, created by Francesco Primaticcio who appointed Germain Pilon as sculptor, commissionned by Catherine de Medici at the death of Henry II, completed in… …   Wikipedia

  • Descendants of Louis XIV of France — Louis XIV of France The descendants of Louis XIV of France, Bourbon monarch of the Kingdom of France, are numerous. Although only three of his children by his wife Maria Theresa of Spain survived past infancy, Louis had many illegitimate children …   Wikipedia

  • Gilbert du Motier, marquis de Lafayette — Lafayette …   Wikipedia

  • President of France — President of the French Republic …   Wikipedia

  • Louis-René Levassor de Latouche Tréville — Born 3 June 1745 Rochefort su …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”