Armee macedonienne

Armée macédonienne

Bataille d'Issos représentée sur une mosaïque de la Maison du Faune à Pompéi — aujourd'hui au musée de Naples

L'armée du royaume de Macédoine est considérée comme l'une des meilleures armées civiques de l'Antiquité. Instrument de la conquête de Grèce sous le règne de Philippe II de Macédoine, puis de l'Orient sous le règne d'Alexandre le Grand, elle fut opposée à l'Armée perse et elle est le modèle sur lequel sont formées les armées des royaumes hellénistiques, notamment séleucides et lagides, au IIIe et IIe siècles av. J.-C. Sa domination prend fin avec la conquête romaine qui démontre la supériorité de la légion sur la phalange macédonienne.

Sommaire

Sources

L'armée macédonienne est connue surtout par les historiens des règnes de Philippe II, d'Alexandre le Grand et de leurs successeurs : Arrien, Quinte-Curce, Diodore de Sicile, Polybe, Tite-Live. Il faut y ajouter un ensemble de documents épigraphiques qui ont contribué à renouveler considérablement l'apport des textes littéraires : des règlements militaires émis par la chancellerie macédonienne (diagramma de Chalcis, Kynos, Cassandréia et d'Amphipolis), lettres royales, et règlements civiques (loi éphébarchique d'Amphipolis, loi gymnasiarchique de Béroia) (voir Hatzopoulos 1996 et 2001). Il est parfois délicat de réconcilier les informations fournies par ces différentes sources qui ne s'accordent ni sur les chiffres ni parfois même sur le vocabulaire technique. Une difficulté particulière tient à ce que certaines appellations (peltastes, hypaspistes) désignent des unités différentes selon les époques. Pour ces raisons, de nombreuses incertitudes demeurent sur l'organisation de l'armée macédonienne.

Pour le détail de l'armement, on dispose, outre des armes découvertes dans certaines tombes (sarisse, épée et cuirasse dans les tombes d'Aigéai, d'un certain nombre de sources iconographiques représentant divers types de soldats : le sarcophage d'Alexandre à Sidon (cf. photographies), la mosaïque de Pompéi représentant la bataille d'Issos (cf. photographie), une statuette d'Herculanum, des fresques funéraires en Macédoine (notamment celles la tombe de Lysôn et Calliclès à Leucadia), des stèles funéraires sculptées.

Composition

L'armée des rois de Macédoine était composée de soldats-citoyens (πολιτικοὶ στρατιῶται / politikoì stratiỗtai), de mercenaires recrutés sur contrat à court ou long terme, de troupes alliées. L'armée civique, considérée comme la meilleure du monde grec, comprenait elle-même deux composantes distinctes sous Philippe II : d'une part, un noyau de troupes professionnelles formant la garde royale, comprenant une infanterie (les πεζέταιροι / pezétairoi plus tard appelés ὑπασπισταὶ / hypaspistaì, puis ἀργυράσπιδες / arguráspides et enfin πελτασταὶ / peltastaì) et une cavalerie (βασιλικαὶ ἶλαι / basilikaì ĩlai), recrutées dans l'ensemble de la Macédoine, d'autre part, une importante réserve mobilisée sur une base territoriale, selon les besoins.

Les mercenaires étaient engagés personnellement par les rois, par des accords internationaux qu'ils pouvaient conclure en tant que seuls représentants de l'État habilités à conduire les relations avec les puissances étrangères.

L'armée était sous le commandement de généraux (strategoi) et fréquemment divisée en divisions (moirai) qu'ils commandaient, ainsi que les unités (taxeis) d'infanterie. L'échelon suivant des officiers (hegemones) était occupé par des aristocrates macédoniens, de la région d'origine des unités, au moins au début. Beaucoup d'entre eux sont des princes des maisons de Haute Macédoine : ainsi un Perdiccas fils d'Orontes commande le taxis d'Orestide, et appartient vraisemblablement à la maison royale de cette région.

Elle comptait aussi des Prodromoi.

Infanterie

L'origine d'une infanterie de ligne, hoplitique, peut remonter au règne d'Archélaos (Thucydide 2.100.2) : avant lui, la seule infanterie lourde dont dispose le royaume de Macédoine lui est fournie par des cités grecques alliées.

Mais son véritable créateur est Philippe II, considéré comme l'inventeur de la phalange macédonienne (Diodore 16.3.1-2) : une infanterie lourde particulièrement efficace, car débarrassée d'une partie de son armement défensif — le bouclier est réduit d'un tiers, la cuirasse abandonnée — au profit d'une pique plus longue, la sarisse, et d'une vitesse de charge accrue. Moins coûteux, cet armement permet d'équiper un plus grand nombre de soldats.

Cette réforme militaire a donc aussi des conséquences politiques considérables : elle permet d'intégrer un nombre beaucoup plus grand de Macédoniens dans la défense du royaume, et dans sa vie politique. À la fin du règne de Philippe, le nombre de Macédoniens mobilisables dans l'infanterie lourde recrutée sur une base territoriale est estimé à 30 000.

L'armée de Philippe comprend un noyau de fantassins professionnels, les pézétaires (Compagnons à pieds) constituant la garde royale, et une levée territoriale.

L'armée d'Alexandre compte 24 000 fantassins répartis en 12 taxeis de phalangites d'environ 1500 hommes et 3 chiliarchies de 1 000 hypaspistes. Il faut y ajouter un nombre incertain d'archers et d'autres fantassins légers. Alexandre étend l'appellation de pézétaires à l'ensemble des phalangites, ce qui explique la loyauté que ces derniers vouent par la suite à sa personne, puis après sa mort, à ses descendants directs.

Les Hypaspistes

Article détaillé : Hypaspiste.

Le nom d'hypaspistes qualifie probablement les pézétaires lorsque ce dernier nom fut appliqué aux phalangites de la levée territoriale. À la fin du règne d'Alexandre, ou peut-être après sa mort, cette appellation d'hypaspistes est remplacée par celle d'argyraspides. Plus tard, chez les Séleucides, ce dernier terme désignera les soldats d'élite au bouclier d'argent (arguros : argent), phalangites moyens et lourds d'une part, légionnaires (franchement inspirés de l'original romain, manifestation de l'aptitude séleucide à reconnaître les bonnes idées des autres) d'autre part.

Dans le corps expéditionnaire d'Asie sous Alexandre, les pezhetairoi (Compagnons à pied) sont au nombre de 9000 répartis en 6 bataillons (taxeis) de 3 lochoi chacun. Les taxeis portent le nom de leur commandant et sont recrutés sur une base territoriale.

Les hypaspistes (Porteurs de boucliers), ou hypaspistes des Compagnons sont à l'origine un régiment composé des valets d'armes personnels des Compagnons du roi. Les premiers hypaspistes portent les armes personnelles du roi, y compris le Bouclier sacré de Troie, au combat. Cette unité d'infanterie légère, de 3000 fantassins, était divisée en 6 lochoi, et dirigée par Nicanor fils de Parmenion jusqu'à sa mort en 330. Ils sont alors regroupés en trois chiliarchies[1].

Les soldats du premier lochos constituent l'avant-garde (agèma) et sont connus sous l'appellation de basilikoi hypaspistai (Porteurs de bouclier royaux), à moins que ces derniers n'en constituent qu'une fraction. Les hypaspistes royaux, unité d'élite, gardaient la tente du roi au camp et avaient la place d'honneur dans l'ordre de bataille. Il s'agit donc à la fois des gardes du corps (sômatophylakes), et d'une police militaire. Ils sont recrutés parmi les jeunes nobles macédoniens. À l'époque antigonide, le règlement militaire de Cassandréia confirme leur rôle d'unité d'élite et leur recrutement nobiliaire.

Les hypaspistes royaux sont armés d'une doratia, une lance plus courte que la sarisse, plus maniable pour le combat rapproché et donc plus adaptée pour leur rôle de gardes du corps. Ils sont coiffés du casque de type thrace orné de deux plumes latéraux, de boucliers macédoniens d'un diamètre d'environ 75 cm.

Les hypaspistes servent de lien entre la cavalerie des compagnons et les compagnons à pied : leur armement léger leur permet de suivre la cavalerie et de précéder l'infanterie lourde.

À l'époque antigonide, les peltastes, au nombre de 3000, constituent avec les 2000 fantassins de l'agèma, l'élite de l'infanterie macédonienne. Il semble donc que les peltastes antigonides soient les héritiers des hypaspistes d'Alexandre et avant eux des pézétaires de Philippe II, un corps d'infanterie lourde d'élite. Le changement de nom est peut-être lié à l'adoption d'un bouclier plus petit. Quoi qu'il en soit le terme d'hypaspistes aurait été réservé à la garde royale.

Pézétaire (à dr.) combattant à la bataille d'Issos (333 av. J.-C.), détail du sarcophage de Sidon

Les Phalangites

Article détaillé : phalange (Antiquité).

Le terme recouvre à la fois les pézétaires et les asthétaires (beaucoup moins connus), à savoir l'essentiel de l'infanterie lourde macédonienne. À l'époque antigonide, les phalangites se divisent en deux ailes de chalcaspides (les Boucliers de bronze) et leucaspides (les Boucliers blancs) attestés chez Polybe (e.g. 4.67.5) comme chez Tite-Live (44.41.1-2).

Leurs effectifs sont en expansion à la fin des Antigonides : ils sont 10000 en 224 (Polybe 2.65.1), 16000 en 197 (Tite-Live 33.4.4), 21000 en 171 (Tite-Live 42.51.3) et probablement 24000 en 168.

La composante de base de la phalange est le lochos, la file de 16 hommes commandée par un lochagos. Quatre de ces lochoi composent une tétrarchia de 64 hommes sous la direction d'un tétrarchès. Quatre tétrarchiai forment un syntagma ou encore une speira, l'unité tactique de base. L'unité supérieure qui réunit quatre speirai, soit 1024 hommes, est la chiliarchia, commandée par un chiliarchès. Quatre d'entre elles composent une stratégia de 4096 phalangites, à la tête duquel se trouve un stratégos. À chaque échelon, le commandant de l'unité est aussi le commandant d'une des unités inférieures qui la composent : le stratégos est donc aussi l'un des quatre chiliarchai.

Les unités supérieures comptent en outre un certain nombre d'officiers supplémentaires (ektaktoi ou exarithmoi taxéos) dont l'hypérétès dans la speira, l'archypérétès dans la chiliarchia, qui sont des officiers d'intendance. Ils ont en charge l'inventaire et la conservation du butin, la distribution de la solde, de la ration et de l'équipement éventuellement. À l'échelon de la stratégia, on trouve les grammateis (secrétaires) qui tiennent les rôles de l'armée.

L'armement des phalangites est décrit par le code militaire d'Amphipolis qui prévoit les amendes frappant les militaires dépourvus de l'armement réglementaire. Il s'agit pour les armes défensives d'une cuirasse non-métallique (kotthybos/κότθυβος), d'un casque ogival (kônos/κῶνος), d'un bouclier (aspis/ἀσπις) et de jambières (knêmides/κνημῖδες), et pour les armes offensives d'une pique (sarisse/σάρισα) et d'une épée courte (machaira/μάχαιρα). Significativement les amendes les plus lourdes touchent les armes offensives, et le bouclier dont l'absence compromet l'efficacité de la formation tout entière. Les officiers portaient une demi-cuirasse métallique au lieu de la cuirasse non métallique. Il faut souligner que les découvertes archéologiques montrent que les phalangites pouvaient utiliser également l'épée hoplitique droite deux tranchants (ξῖφος/xiphos) ainsi que la lance hoplitique (dory) plus courte que la sarisse.

Cavalerie

Cavalerie lourde

Alexandre (à g.) combattant lors de la bataille d'Issos, 333 av. J.-C. (détail du sarcophage de Sidon)

La cavalerie lourde, dite cavalerie des Compagnons (hetairoi) est recrutée parmi la noblesse de Macédoine. Ses membres sont réputés pour leur chevalerie. Elle compte 3000 cavaliers au début de la campagne d'Alexandre, dont 1500 l'accompagnent en Asie. Elle est divisée en 12 escadrons, dont le premier est l'Escadron royal (basilikè ilè) qui constitue l'avant-garde (agèma) de l'unité. Cet escadron a un effectif de 300 cavaliers, tandis que les autres comportent 250 lances. C'est Alexandre qui aurait étendu le nom de Compagnons à l'ensemble de la cavalerie lourde macédonienne.

L'unité de base de la cavalerie est donc une ilè, l'escadron de 250 cavaliers commandé par un ilarque, et divisée en deux lochoi, eux-mêmes divisés en deux tétrarchies de 60 cavaliers, commandés par un tétrarque.

La formation tactique de base de la tétrarchie est le coin, inventé par Philippe II : le tétrarque est à la pointe de cette formation triangulaire, tandis que des cavaliers expérimentés occupent le milieu et chaque extrémité des lignes de 13 cavaliers. L'ilarque est accompagné d'un héraut relayant ses ordres, et secondé d'un hyperétès. Les quatre coins de l'ilè sont rangés en une seule ligne d'intervalle, respectant un intervalle suffisant entre eux pour leur permettre de manœuvrer. Cette formation permet une souplesse accrue dans la manœuvre avec un changement rapide de la direction de l'attaque. De deux à quatre ilai peuvent être réunies pour former une hipparchie ou brigade, sous le commandement d'un hipparque.

Chaque cavalier dispose d'un valet chargé de veiller à son cheval et à son équipement. Les cavaliers sont propriétaires de leur cheval, et reçoivent à leur enrôlement de quoi en acheter un de qualité idoine.

Le cavalier est coiffé d'un casque, d'abord du modèle phrygien, peint aux couleurs de l'escadron, avant qu'Alexandre n'impose le modèle béotien plus simple. Le casque comporte les marques du rang de son porteur. Il porte également une cuirasse et des bottes, et un bouclier. Il est armé d'une longue lance (xyston) faite de bois de cornouiller, munie d'une double pointe de façon à pouvoir être toujours utilisée si elle vient à se rompre. Comme seconde arme, le cavalier porte au côté gauche une épée le plus souvent recourbée (kopis, machaira). Seuls les cavaliers des unités lourdes portent une armure.

Une série de reliefs funéraires trouvés en Macédoine indiquent une évolution de l'armement des cavaliers à l'époque antigonide, avec l'adoption d'un grand bouclier rond.

Cavalerie légère

Les πρόδρομοι/Prodromoi (éclaireurs) ou encore σαρισοφόροι/Sarisophoroi (porteurs de sarisse) constituent la cavalerie légère employée pour des missions de reconnaissance, de poursuite, et pour provoquer l'engagement au début des batailles. Une partie de ces cavaliers sont armés de javelots et font office de tirailleurs.

Les Prodromoi disparaissent des sources après 330 av. J.-C., et on a émis l'hypothèse qu'ils sont alors divisés en Hippakontistai (Lanceurs de javelot montés) et en Sarisophoroi Hippeis (Porteurs de sarisse montés), deux types de cavaliers qui existent avant cette date, probablement au sein des Prodromoi. Il est possible aussi que cette cavalerie légère ait accueilli les jeunes macédoniens avant leur intégration à la cavalerie lourde. On sait par loi éphébarchique d'Amphipolis que l'équitation et les exercices équestres font partie de l'éducation des jeunes macédoniens.

Les cavaliers sont aussi bien considérés que les officiers et maintenus dans la réserve après l'âge de 55 ans, contrairement aux fantassins. Pour cette raison, ils bénéficient de récompenses et privilèges supplémentaires.

Cavalerie thessalienne

Cavalier thessalien à la bataille d'Issos, 333 av. J.-C. (détail du sarcophage de Sidon)

À partir de 352 av. J.-C. et de la victoire de Philippe II sur Onomarchos, la Thessalie est pratiquement sous protectorat macédonien. Philippe II est élu archonte des Thessaliens, titre que reçoit aussi Alexandre, et qui leur donne un certain nombre de prérogatives, comme l'utilisation du trésor fédéral. On trouve donc un important contingent de cavalerie lourde thessalienne dans l'armée macédonienne.

Son organisation et son équipement sont similaires à ceux des hetairoi : les 1800 cavaliers thessaliens qui débarquent en Asie sont divisés en 8 ilai, dont l'avant-garde est constituée par l'escadron d'élite de Pharsale. Aux batailles du Granique, d'Issos et de Gaugamèles, la cavalerie thessalienne, placée sur le flanc gauche, est commandée par Parménion. Elle est parfois considérée comme la meilleure unité de cavalerie, même si elle n'a pas été décisive durant les trois grandes batailles contre les Perses, l'offensive victorieuse ayant toujours lieu depuis l'aile commandée par Alexandre.

Évolution des effectifs

  • En 359, Philippe II mobilise contre l'Illyrie 10000 fantassins et 600 cavaliers (Diodore 16.4.3).
  • En 334, l'armée d'Alexandre compte au total 24000 fantassins et 3300 cavaliers (Diodore 17.17.3-6).
  • En 197 à Cynoscéphales, Philippe V dispose de 2000 cavaliers — dont une partie de Thessaliens — et 18000 fantassins (Tite-Live, 33.4.4). Il en mobilise 500 la même année pour faire face à l'invasion dardanienne (Tite-Live 33.19.3).
  • En 171, à la revue de Kyrrhos, sont présents 26000 fantassins et 3000 cavaliers (Tite-Live 42.51.3-11).
  • En 168, à Pydna, Persée compte 3000 cavaliers dans son armée (Plutarque Aem. 13.4).
  • Ces chiffres indiquent que la proportion de cavaliers dans l'armée macédonienne reste à peu près constante autour de 10%, et qu'il est faux de conclure à un affaiblissement de cette arme à l'époque hellénistique.

Recrutement

La cavalerie comme la phalange étaient recrutées sur une base territoriale constituée de quatre grands districts (Bottie, Amphaxitide, Macédoine Supérieure, et prôtè méris), subdivisés en cités ou groupes de cités en Macédoine Inférieure, et en ethnè ou groupes d'ethnè en Macédoine Supérieure. Ce recrutement territorial s'appliquait aussi bien aux soldats qu'aux officiers. On peut donc dire que l'armée macédonienne n'est que la collection des armées particulières de ses subdivisions civiques ou territoriales. Plusieurs unités civiques peuvent être combinées pour former une unité tactique si leurs seuls effectifs sont insuffisants pour cela.

La conscription était effectuée par des officiers spéciaux auxquels le roi envoyait les ordres de mobilisation, précisant la date et le lieu du rassemblement. La mobilisation pouvait être générale, ou seulement partielle, selon un système de rotation qui est perdu. Elle coïncidait généralement avec la grande assemblée des Macédoniens en armes au printemps, pour la lustration rituelle de l'armée, lors de la célébration de la fête des Xandika (donnant le nom du mois macédonien). Le lieu de rassemblement de l'armée était soit la capitale Pella, soit un grand centre religieux tel Dion, soit encore le lieu le plus pratique en vue de la campagne à venir.

D'après le règlement sur le service militaire d'époque antigonide, dont une copie épigraphique a été trouvée à Cassandréia, la conscription se fait sur la base du « feu » (un soldat par feu) et concerne les hommes de 15 à 50 ans.

L'affectation dans les différentes unités (peltastes, agèma, phalange) se fait sur un critère censitaire : les conscrits des familles les plus riches sont versés dans les peltastes et l'agèma (il en était probablement de même pour les pézétaires/hypaspistes sous Philippe II et Alexandre respectivement). Logiquement, en effet, seuls les Macédoniens les plus aisés peuvent consacrer le temps nécessaire à l'entraînement intensif que requiert l'appartenance aux corps d'élite. Pour les mêmes raisons, les peltastes ont une limite d'âge abaissée à 35 ans, et l'agêma à 45 ans. La limite d'âge peut être repoussée sur des critères familiaux, suivant la possibilité ou non de remplacer le soldat qui peut ainsi être amené à servir dans la réserve jusqu'à 55 ans.

Entraînement

L'entraînement du soldat macédonien commence dans sa jeunesse par l'éducation éphébique de deux ans (pour ceux qui résident dans des cités) : la loi gymnasiarque de Béroia montre la pratique de nombreuses disciplines paramilitaires (tir à l'arc, au javelot), dans lesquelles il faut probablement compter des exercices de manœuvre préparant l'intégration dans la phalange puisque la conscription pouvait intervenir dès l'âge de 15 ans. La participation à l'éphébie était soumise à un cens minimum (3000 drachmes à Amphipolis), et elle était interdite aux fils d'artisans ou de commerçants.

Polyen (4.2.10) décrit comment Philippe II a entraîné son armée en multipliant les exercices et les manœuvres. Les phalangites s'entraînaient tout en armes, chargés de leur ration, et devaient parcourir ainsi des marches forcées de 300 stades (environ 54 km). Frontin (4.1.6) précise que Philippe leur avait interdit l'usage des chariots pour les bagages et qu'une unité de 10 hommes n'avaient droit qu'à un seul porteur, et un cavalier à un seul écuyer. En campagne, chaque homme devait emporter pour 30 jours de blé.

Logistique

L'administration de l'armée en campagne était l'affaire du Secrétaire royal (grammateus basilikos), Eumène de Cardia à l'époque de Philippe II et d'Alexandre. Le Secrétariat de l'Armée possédait les rôles de mobilisation (syllogismous) et les registres d'effectifs (syntelas) indiquant la force des différentes unités, et en fonction desquels étaient occasionnellement distribuées les rations, payés les équipements, décidés les renforts, et les promotions. Les fournitures étaient réparties par lochoi dans l'infanterie et par ilai dans la cavalerie, la répartition finale étant l'affaire des hyperetai, l'équivalent à l'époque hellénistique des sergents-majors.

Le Secrétariat de l'Armée était divisé en diverses sections, chacune dirigée par un Secrétaire (grammateus) assisté par des Inspecteurs (episkopoi) : on connaît ainsi un Secrétaire de la Cavalerie et un Secrétaire des Mercenaires pour l'Égypte.

Le Secrétaire de la Cavalerie avait la tâche difficile de remplacer les montures perdues au combat (1 000 sur 7 000 à Gaugamèles par exemple), soit par réquisition locale, soit par l'envoi de renforts provinciaux. On a pour les Lagides et les Séleucides l'attestation de haras royaux (hippotropheia/ἱπποτροφεία) fournissant les chevaux : il devait en exister aussi en Macédoine. Le royaume antigonide en maintenait à Sycione (Plutarque, Aratos 6.2).

Un type de tétradrachme d'Alexandre Ier porte à l'avers un cheval marqué au caducée, marque des écuries royales macédoniennes. Leur existence est confirmée par un règlement de service militaire trouvé à Cassandreia concernant la revue des chevaux de cavalerie, l'examen (dokimasia) qui, comme à Athènes, doit déterminer s'ils sont bons pour le service : c'est probablement l'hipparque qui s'en charge et transmet l'information à l'épistate. S'il manquait à sa tâche, il pouvait être puni d'une amende de 1 000 drachmes (Hatzopoulos 2001).

Normalement, les rations n'étaient pas fournies, mais chaque soldat devait les acheter à des marchands qui suivaient l'armée. La réquisition n'était utilisée qu'en dernier recours.

Que les armes aient été fournies par l'État au moins en partie est révélé non seulement par les sources littéraires (25 000 panoplies sont acheminées pour rééquiper l'armée d'Alexandre avant la campagne de l'Inde — Diodore 17.95.4) mais aussi par l'archéologie : de nombreuses armes (balles de fronde, pointes de flèches trouvées à Méthone, fers de lance, bouclier à Dion) portent des inscriptions (MAC ou PHILIPPOU par exemple) qui attestent l'existence de manufactures et d'arsenaux royaux où elles étaient fabriquées. Au IIIe siècle, Eumène de Pergame déclare au Sénat de Rome que les arsenaux de son royaume peuvent équiper entièrement trois armées de 30 000 fantassins, 5 000 cavaliers et 10 000 mercenaires (Tite-Live 41.12.8-10) correspondant à l'armée de Macédoine.

Bibliographie

  • (en) N. G. L. Hammond et alii, A History of Macedonia, 3 vol., Oxford, 1972-1988 ;
  • (en) N. G. L. Hammond, The Macedonian State, Oxford, 1989 ;
  • (en) M. Hatzopoulos, Macedonian Institutions Under the Kings, Meletimata 22, Athènes, 1996 ;
  • M. Hatzopoulos, L'organisation de l'armée macédonienne sous les Antigonides, Meletimata 30, Athènes, 2001 ;
  • (en) N. Sekunda, A. McBride, The Army of Alexander the Great, Osprey, Men-at-Arms 148, 1984.

Notes

  1. M. Hatzopoulos, Macedonian Institutions under the Kings, Athènes, 1996, p. 446
  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire

Ce document provient de « Arm%C3%A9e mac%C3%A9donienne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armee macedonienne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Armée Macédonienne — Bataille d Issos représentée sur une mosaïque de la Maison du Faune à Pompéi aujourd hui au musée de Naples L armée du royaume de Macédoine est considérée comme l une des meilleures armées civiques de l Antiquité. Instrument de la conquête de… …   Wikipédia en Français

  • Armée macédonienne — Bataille d Issos représentée sur une mosaïque de la Maison du Faune à Pompéi aujourd hui au musée de Naples L armée du royaume de Macédoine est considérée comme l une des meilleures armées civiques de l Antiquité. Instrument de la conquête de… …   Wikipédia en Français

  • Armee perse sous Darius III — Armée perse sous Darius III Lancier perse, palais de Darius Ier à Suse, peut être un Mélophore. L armée perse de Darius III a été opposée à l armée macédonienne d Alexandre le Grand de 334 à …   Wikipédia en Français

  • Armée Perse Sous Darius III — Lancier perse, palais de Darius Ier à Suse, peut être un Mélophore. L armée perse de Darius III a été opposée à l armée macédonienne d Alexandre le Grand de 334 à …   Wikipédia en Français

  • Armée perse de Darius III — Armée perse sous Darius III Lancier perse, palais de Darius Ier à Suse, peut être un Mélophore. L armée perse de Darius III a été opposée à l armée macédonienne d Alexandre le Grand de 334 à …   Wikipédia en Français

  • Armée perse sous darius iii — Lancier perse, palais de Darius Ier à Suse, peut être un Mélophore. L armée perse de Darius III a été opposée à l armée macédonienne d Alexandre le Grand de 334 à …   Wikipédia en Français

  • Armée de Carthage — Charge des éléphants puniques à la bataille de Zama, selon Henri Paul Motte. Période …   Wikipédia en Français

  • Armée perse sous Darius III — Lancier perse, palais de Darius Ier à Suse, peut être un Mélophore. L armée perse de Darius III a été opposée à l armée macédonienne d Alexandre le Grand de 334 à 330 av. J. C …   Wikipédia en Français

  • Armee byzantine — Armée byzantine Fresque provenant du monastère de Saint Lucas en Grèce L armée byzantine était le corps militaire principal des forces armées byzantines, servant côte à côte avec la marine byzantine. Descendant direct des légions et de la marine… …   Wikipédia en Français

  • Armée Byzantine — Fresque provenant du monastère de Saint Lucas en Grèce L armée byzantine était le corps militaire principal des forces armées byzantines, servant côte à côte avec la marine byzantine. Descendant direct des légions et de la marine romaine de l… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”