Armand Ohlen
Armand Ohlen

Parlementaire français
Date de naissance 22 octobre 1913
Date de décès 12 mai 1993
Mandat Conseiller de la République
Début du mandat 19 juin 1955
Fin du mandat 26 avril 1959
Circonscription Nouvelle-Calédonie
Groupe parlementaire IOM
IVe République

Armand « Banett » Ohlen, né à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) le 22 octobre 1913 et décédé le 12 mai 1993, était une personnalité politique française de Nouvelle-Calédonie qui fut Conseiller de la République, ou sénateur, de 1955 à 1959.

Origines familiales

Il est issu de la quatrième génération d'Ohlen présente sur le territoire, étant l'arrière-petit-fils d'un colon allemand originaire de l'ancienne province danoise du Holstein, Heinrich Ohlen (1809-1869), et d'une hambourgeoise descendante de réfugiés protestants français, Maria Dohrn (1820-1897), tous deux installés à Sydney en 1854 avant de s'installer comme colons-éleveurs à Païta en 1859. Son grand-père paternel, fils aîné du couple de pionnier, John-Henry Ohlen (1855-1929), s'établit dans une propriété à Ouaco dans le nord de la Grande Terre. Son père, Jean Ohlen (1882-1968) fut tour à tour cultivateur, mineur, ingénieur chimiste au nickel et enfin percepteur à Nouméa, ainsi que botaniste amateur, ayant entretenu un jardin qui porte son nom désormais dans le quartier de la Vallée des Colons dans le chef-lieu.

Carrière professionnelle et famille

Armand Ohlen fait une carrière comme chef de poste du service radioélectrique local. Il épouse en 1936 Hélène Lemoy, de qui il a cinq enfants, deux filles et trois fils : Yveline, Bernard, Yvan, Alain et Mireille.

Carrière politique

Il est élu pour la première fois au conseil général du territoire le 12 septembre 1954, à la faveur de la démission du colonel Maurice Bichon, ancien conseiller de l'Union française, dans la 1re circonscription. Il a le soutien des syndicats. Il obtient ainsi lors de ce scrutin partiel 1 568 voix contre 1 286 au candidat de l'Union calédonienne (UC, mouvement de tendance confessionnelle, centriste et autonomiste prônant l'égalité entre les différentes communautés du territoire sous le slogan « Deux couleurs, un seul peuple », fondé en 1953 et majoritaire au conseil général depuis lors et dirigé par le député Maurice Lenormand et le chef kanak Rock Pidjot), le notaire Roger Rolland, 380 à l'indépendante (et ancienne de l'UC en 1953) Andrée Collard et 229 au communiste Florindo Paladini. Après son élection, il adhère au groupe de l'Union calédonienne.

Mais surtout il est élu le 19 juin 1955 pour représenter la Nouvelle-Calédonie au Conseil de la République, il bat alors le sénateur sortant Républicain indépendant et l'une des figures de l'opposition locale à l'UC, Henri Lafleur, par 14 voix de conseillers généraux contre 10 à Lafleur et 1 abstention. Il est membre, au Conseil de la République, du groupe des Indépendants d'outre-mer. Cette élection en fait un des poids lourds du parti : il est l'un des artisans de la réélection de Maurice Lenormand aux élections législatives de 1956 et c'est sur sa propriété, à la Vallée-des-Colons, que se tient, les 12 et 13 mai 1956 le premier congrès du parti au cours duquel celui-ci se dote de statuts fixes tandis que Rock Pidjot en devient président et Maurice Lenormand son commissaire général. Toutefois, après l'instauration de la Ve République et le remplacement du Conseil de la République par le Sénat en 1959, il est à son tour battu par Henri Lafleur.

La loi-cadre Defferre de 1956 remplace le conseil général par une Assemblée territoriale, constituée à partir de 1957. Armand Ohlen y siège sans discontinuer, sous les couleurs de l'UC, de 1957 à 1972. Il préside cette assemblée du 21 octobre 1957 au 8 novembre 1960, puis du 6 octobre 1966 au 29 septembre 1970.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armand Ohlen de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Assemblée territoriale de Nouvelle-Calédonie — L’Assemblée territoriale de Nouvelle Calédonie est une institution créée par la loi cadre Defferre du 23 juin 1956 (décret d application du 22 juillet 1957), ancêtre de l actuel Congrès de la Nouvelle Calédonie. La création de cette… …   Wikipédia en Français

  • Liste des sénateurs de Nouvelle-Calédonie — Dotée de représentants à la chambre haute du Parlement français depuis 1947, la Nouvelle Calédonie fait partie du groupe B pour le renouvellement par tiers des sénateurs, le dernier ayant eu lieu en 2001. À partir des élections sénatoriales de… …   Wikipédia en Français

  • Union calédonienne — Pour les articles homonymes, voir UC. Union calédonienne Logo officiel Présentation …   Wikipédia en Français

  • Mouvement libéral calédonien — (MLC) Présentation Ancien président Georges Nagle Fondation 19 août 1971 Disparition 21 juillet 1978 (dissout dans le RPCR) Idéologie …   Wikipédia en Français

  • Caldoche — Article principal : Population d origine métropolitaine dans la France d outre mer. Caldoches Calédoniens européens Cavaliers « broussards » à la Foire de Bourail Populations Population totale …   Wikipédia en Français

  • Caldoches — Caldoche Le terme Caldoche désigne la population blanche essentiellement d origine européenne (mais pouvant avoir connu un fort métissage) installée en Nouvelle Calédonie depuis une ou deux génération au minimum, voire jusqu à la colonisation… …   Wikipédia en Français

  • Union caledonienne — Union calédonienne Pour les articles homonymes, voir UC. Union calédonienne …   Wikipédia en Français

  • Henri Lafleur — Pour les articles homonymes, voir Lafleur. Henri Lafleur Parlementaire français Date de naissance 18 avril 1902 Date de décès 13 octobre 1974 …   Wikipédia en Français

  • Jean Lèques — Jean Lèques …   Wikipédia en Français

  • Élections territoriales néo-calédoniennes de 1958 — Les Élections territoriales de 1958 eurent lieu le 7 décembre 1958 pour renouveler l Assemblée territoriale de la Nouvelle Calédonie, dissoute par le décret n° 58 1024 du gouvernement de Charles de Gaulle le 30 octobre précédent.… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”