Armand Niquille

Armand Niquille, né le 30 mars 1912 à Fribourg, mort le 17 décembre 1996 à Fribourg, est un peintre suisse.

Sommaire

Bibliographie

Armand Marius Niquille, de Charmey, artiste peintre, fils de Césarine Niquille née Barbey, épouse d'Auguste, passe son enfance dans le quartier d'Alt, à Fribourg. Il débute avec enthousiasme sa formation artistique en 1927 au Technicum de la ville puis se lance dès 1940 dans la profession de peintre restaurateur durant plusieurs années au Musée de Fribourg, avant d'enseigner régulièrement le dessin au Collège Saint-Michel de 1947 à 1977.

Le 28 mars 1949, il se marie avec Simone Bluette AMEY, de La Roche, Pont-la-Ville et Les Ponts-de-Martel, protestante, née à La Sagne le 18 mars 1916 et décédée à Fribourg le 31 décembre 2001, fille de Marcel AMEY et de Rosa TISSOT. Simone était spécialiste de la dorure à la feuille[1]

Sa première orientation picturale est tournée vers les natures mortes, ensuite viendront les paysages et plus particulièrement ceux de Fribourg. Cette silhouette de ville toujours retravaillée devient alors pour l'artiste un combat sans fin, une quête d'absolu géométrique. Sa « Tolède grise », c'est ainsi qu'il qualifie Fribourg, lui permettra d'acquérir cette vision essentielle empreinte de justesse et de subtilité qu'il a.

Paysagiste d'une ville, peintre de tableaux intimes, Armand Niquille a également réalisé des toiles d'inspiration religieuse avec une interprétation très personnelle des grands mystères. Témoignages d'une foi vivante, ses interventions dans le domaine de l'art sacré sont demeurées peu nombreuses cependant.

Artiste intemporel, inspiré par les peintres flamands et espagnols, son œuvre magnétise. Armand Niquille s'est également exprimé par l'écriture. Un certain nombre de ses textes comme Sur un lit d'Hôpital, Dimanches d'enfance, ont été réunis par Etienne Chatton, dans la publication Des réalités aux symboles et aux images de la foi.

Citation

1987, au dos du tableau Le Christ de l'espoir désespéré, Armand Niquille a écrit : Mon Dieu, dans la misère, la faiblesse, la nuit, la boue, blessé, je vous aime. Et il me semble, vous êtes auprès de moi, et la lumière m'environne comme un pensement. Une paix difficile entre dans l'âme.

Quelques œuvres picturales

  • Tentations de saint Antoine, 1942
  • Babylone la grande prostituée et la bête aux sept têtes, 1944
  • Une nativité (sans date)
  • Pietà pour un temps de détresse, 1944
  • Au Cœur de la ville, 1950
  • Descente de Croix, 1952
  • Les prisonniers d'Eros, 1972
  • Table printanière, 1974
  • Le jardin détail, 1978
  • La venue des anges, 1979
  • Le tilleul et la place de la Grenette, la nuit, 1979
  • Petite place face aux Cordeliers, 1981
  • Allée de Diesbach à Bourguillon, 1981
  • La Grande allée, 1982
  • Le Christ de l'espoir désespéré, 1984
  • Mysterium Ecclesiae, 1994
  • Un paysage de Fribourg
  • L'Emporte-âme
  • Transmutation
  • Les filets
  • Le Christ des Hôpitaux

Bibliographie

  • Le veilleur de solitude, poèmes, Editions de la Sarine
  • Des réalités aux symboles et aux images de la foi, Editions Fragnière, Fribourg[2]

Ouvrages sur Armand Niquille

  • Réalités et images du sacré Jacques Biolley, 1986
  • Armand Niquille Michel Terrappon et Anton Bertschy, 1976, Coll. Artistes fribourgeois, N:3
  • Armand Niquille Claude Pochon, 1981, Éditions Centre d'art Les Fontaines
  • Armand Niquille, Maître de Lumière Claude Luezior, 2007, Éditions La Sarine

Sources

  1. Niquille de Claude Luezior, Éditions de la Sarine, Fribourg, 2006
  2. La Liberté 31.03.1992
  • Articles de la presse suisse parus en 1996

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armand Niquille de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Liste des Jacobins proscrits le 5 janvier 1801 — Après l attentat de la rue Saint Nicaise à Paris le 3 nivôse an IX (24 décembre 1800), le gouvernement consulaire oriente la répression en direction des Républicains « exclusifs ». Une liste de proscription de 133 noms, censés …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”