Armand Francois d'Allonville

Armand François d'Allonville

Armand François d'Allonville
Armand François d'Allonville
Naissance 16 décembre 1764
château de La Roche
Décès 1832 68 ans)
Metz
Origine Blason France moderne.svg Française
Allégeance Pavillon royal de France.svg Armée royale française
Flag of Royalist France.svg Armée Condé
Arme commissaire des guerres
Grade Maréchal de camp
Service 1778 - 1813
Conflits Campagne de Russie (1812)
Distinctions ordre royal et militaire de Saint-Louis
Autres fonctions comte, historien
Famille Famille d'Allonville (branche d'Oysonville-Arnancourt)
Image : Blason d'Allonville

Armand François d'Allonville est né le 16 décembre 1764 au château de La Roche à Verdelot, dans la Brie et mort en 1832 à Metz.

Le comte[évasif] d'Allonville est maréchal de camp. On lui attribue la paternité du plan de Barclay de Tolly qui organise la retraite des troupes russes dans la campagne de 1812. Mais il est aussi un historien, membre de la 1re classe de l'Institut Historiqueréf. à confirmer : [réf. incomplète][1].

[réf. nécessaire]

Sommaire

Sa famille

Armand François d'Allonville est l'un des fils du comte Armand Jean d'Allonville, dit le balafré (1732-1811), maréchal des Camps et des armées du roi, et de Marie-Françoise Jehannot de Bartillat (1744-1817), fille du marquis Louis Joachim Jehannot de Bartillat.

Biographie

Avant la Révolution française

C'est son oncle, Antoine Charles Augustin d'Allonville, sous-gouverneur du premier Dauphin, qui l'élève[réf. incomplète][2]. Armand François d'Allonville est nommé en 1778, second sous-lieutenant au régiment du Roi infanterie, puis en 1785, lieutenant.

[réf. nécessaire]

Major en second du régiment d'Auxerrois, en 1788, il est présenté à la cour le 21 janvier 1788, avec le vicomte Antoine Jean-Baptiste d'Allonville, son frère puîné. Il monte dans les carrosses du roi Louis XVI de France, le 2 janvier 1788[réf. nécessaire]. À cette époque il vit au milieu des membres de la famille royale : Louis XVI, Madame Élisabeth. Il est un proche de Madame de Marsan, des ducs de La Vauguyon, de Choiseul, de Turgot et de Malesherbes.[réf. incomplète]réf. à confirmer : [3].

Avant la révolution, il est fait chevalier de Malte et colonel d'infanterie[réf. incomplète][4].

Armand François d'Allonville fait éditer en 1788, à Nancy, une brochure, De la constitution française et les moyens de la raffermir. Il y annonce des troubles importants enfantant une foule de crimes qu'un pouvoir absolu ferait cesser.[réf. nécessaire]

Porté à la députation par le bailliage de Château-Thierry, il ne peut être nommé du fait de son âge. Il rédige néanmoins les cahiers de doléances de la noblesse du bailliage.[réf. nécessaire]

Pendant la Révolution française

Réformé par les révolutionnaires en 1791, il émigre, puis fin 1791, rentre en France.

Début 1792, il émigre à nouveau. Il est l'auteur de La lettre d'un royaliste à M. Malouet du mardi 22 mai 1792. Il y presse vivement son adversaire et après avoir détruit tous les sophismes, il lui annonce une crise effrayante en préparation, qu'il est pressant de devenir exclusivement royaliste ou républicain et qu'il ne sera plus possible d'échapper à son sort sous aucun subterfuge. Il annonce au début de cette année 1792 la proclamation de la république avant les autres écrivains.

[réf. nécessaire]

Armand François sert dans l'armée du Prince de Condé en 1792. Fin 1792, il revient en France pour le procès de Louis XVI. Il essaie de sauver le roi et s'entretient plusieurs fois avec l'abbé Henri Edgeworth de Firmont.

[réf. nécessaire]

Il émigre de nouveau en 1794 avec son épouse Chartotte Levavasseur. Il doit être capitaine d'une compagnie dans les cadres de Lorge qui ne se forme pas, mais est nommé colonel au service du roi de France, en 1795 et il fait chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis[réf. incomplète][5].

D'Allonville décide de retourner en France en 1795. Il devient commissaire des guerres adjoint, employé à l'armée d'Italie (1797/98). Il fournit des articles politiques et littéraires à des journaux : Le thé, de Jean-Marie-Bernard Clément, dit Clément de Dijon, L'historien et le journal d'opposition littéraire de Colnet.

[réf. nécessaire]

En juillet 1799, son épouse, Chartotte Levavasseur décède et il demande sans succès, mais en vain, à servir dans la Légion italique en 1800/1801.[réf. nécessaire]

En Russie

Bataille de Smolensk (1812) : la Grande Armée s'épuise à poursuivre et combattre les Russes.

Vu ce refus de l'administration impériale, en 1804, Armand se rend en Russie et retrouve le prince de Condé et ses officiers. Il y passe une dizaine d'années. La Russie est déjà un immense empire.[réf. nécessaire]

On lui attribue la paternité du plan de Barclay de Tolly qui organise la retraite des troupes russes dans la Campagne de Russie (1812). Armand François d'Allonville est le secrétaire du duc de Serra-Capriolo, ambassadeur du royaume des Deux-Siciles près la cour de Saint-Pétersbourg.[réf. nécessaire]

Du fait de son mariage avec une Munnich, il récupère les mémoires du célèbre maréchal Burckhardt de Munnich[réf. incomplète] [6]. C'est chez les Rostopchine qu'il fait la connaissance de cette demoiselle, qui est déjà assez âgée et qui habite la maison[réf. incomplète] [7].

La Restauration

Nommé maréchal de camp en 1814, il revient à Paris, en 1815 et assiste Alphonse de Beauchamp dans la rédaction d'un Précis biographique sur Louis XVIII.[réf. nécessaire]

Armand François d'Allonville publie entre autres, Les mémoires secrets de 1770 à 1830, que cite abondamment François Bluche dans La noblesse française au XVIIIe siècle[8]) et succède à Alphonse de Beauchamp, dans la rédaction des Mémoires tirés des papiers d'un homme d'État, sur les causes secrètes qui ont déterminé la politique des cabinets dans la guerre de la révolution, depuis 1792 jusqu'en 1815[9].

[réf. nécessaire]

Armand François d'Allonville est choisi pour être rédacteur du Journal de l'Armée et dans la Revue de la Société des études historiques[10].

Armand François d'Allonville arrache avec son frère, Alexandre Louis d’Allonville, qui est préfet à Rennes, le général Jean-Pierre Travot à la mort, malgré le fait qu'il ne partage pas ses opinions.[évasif]

Sa descendance[11]

Armand François d'Allonville se marie avec (1) Charlotte Le Vavasseur (23 août 1769 – juillet 1799) en 1793, la veuve de M. le baron de Béthune-Hesdigueuil[12].

Il a une fille avec sa première femme :

Armand a également épousé (2) la comtesse Catherine de Munnich (1785-1851), en 1804 en Russie. Elle est la fille d'un général, la petite-fille du comte Ernst de Munnich, l'arrière-petite-fille du célèbre maréchal Burckhardt de Munnich et aussi la cousine germaine de Barbara Juliane von Krüdener.

Il a 3 enfants avec sa seconde femme :

  • Raphaël d’Allonville
  • Pierre d’Allonville (1821-1877), marié en 1840 à Valérie de Lauzières-Thémines, sa cousine (1821).
  • Catherine d’Allonville se marie à 16 ans avec Petr Nikolaevich Kapnist (17961865), un très riche aristocrate ukrainien, jeune colonel de la Garde impériale (Russie).

La famille d'Allonville s'est éteinte avec ce dernier descendant, après avoir été cité pendant neuf siècles.

Notes et références de l'article

  1. Journal de l'Institut Historique, Par l'Institut historique, p. 265
  2. Dictionnaire des ouvrages anonymes, Par Antoine Alexandre. Barbier, Joseph-Marie Quérard, p. 262.
  3. Société des études historiques (France). Revue des..., 1841, p.372.
  4. La littérature française contemporaine. XIXe siècle Le tout accompagné de notes biographiques et ..., par Joseph Marie Quérard, Félix Bourquelot, Louis Ferdinand Alfred Maury, p. 25. Toutefois une note sur la même page précise qu'il ne peut être colonel à 24 ans avant 1789.
  5. Arnault, Antoine Vincent (1766-1834). Biographie... p.125
  6. Galerie historique des contemporaines, par Pierre Louis Pascal de Jullian, p. 77.
  7. Dictionnaire des ouvrages anonymes, par Antoine Alexandre. Barbier, Joseph-Marie Quérard, p. 262
  8. Publié à Paris par Werset, 1838-45, en 6 volumes
  9. Paris, 1828-1838, 13 volumes.
  10. 29e livraison. - Chronique de Nestor sur la Russie, traduction de M. L. Paris, par M. le comte d'Allonville
  11. Arhiv grafov Mordvinovyh, vol. VII, p. 333 et suiv.; Chaix-d’Est-Ange, Dictionnaire des familles anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 1 ; Jougla de Morénas, Grand armorial de France, n° 596 ; Saint-Allais, tome 2, p. 136 et suiv. ; Woëlmont de Brumagne, Notices généalogiques, tome 7.
  12. Mariée en premières noces par contrat du 7 février 1786 au baron André-Maximilien-Ghyslain de Béthune-Hesdigneul (1759-1789).

Son œuvre

Articles connexes

Commons-logo.svg

  • Famille d'Allonville

Liens et documents externes

  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Armand Fran%C3%A7ois d%27Allonville ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armand Francois d'Allonville de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Armand François d'Allonville — Blason de la famille d Allonville Naissance 15 décembre 1764 …   Wikipédia en Français

  • Armand Jean d'Allonville — Blason d Allonville Surnom Le balafré Naissance …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Louis d'Allonville — Alexandre Louis d’Allonville Alexandre Louis d’Allonville Naissance 18 février 1774 Paris Décès 22 décembre 1852 (à 78 ans) Origine …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Louis d’Allonville — Blason d Allonville Naissance 18 février 1774 Paris Décès 22 décembre 1852 (à …   Wikipédia en Français

  • Régiment d'Allonville — Période 1793 – décembre 1796 Pays Allégeance …   Wikipédia en Français

  • Antoine Charles Augustin d'Allonville — Blason d Allonville Naissance 5 août 1735 Verdelot Décès 10 août 1792 …   Wikipédia en Français

  • Armand Joseph Dubernad — Armand Dubernad Signature d Armand Joseph Dubernad Nom de naissance Armand Joseph Dubernad Naissance …   Wikipédia en Français

  • Armand Joseph Dubernard — Armand Joseph Dubernad Armand Dubernad Signature d Armand Joseph Dubernad Nom de naissance Armand Joseph Dubernad …   Wikipédia en Français

  • Armand Joseph Dubernad — was born the November 23 1741, in Bayonne. He died May 9 1799, in Morlaix.Armand Joseph Dubernad is a merchant, a French and Spanish financier, Freemason, Consul general of the Holy Roman Empire, deputy, mayor, and cofounder of the first Jacobin… …   Wikipedia

  • Allonville — Allonville, Armand François, Graf v. A., geb. 1764, französischer Oberst bei der Infanterie, st. 1840. Schr.: Mémoires tirés des papiers d un homme d état, sur les causes qui ont déterminé la politique secréte des cabinets dans les guerres de la… …   Pierer's Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”