Ariston de Chio

Ariston de Chio

Ariston de Chio était un philosophe stoïcien, né au IVe siècle av. J.-C., originaire de Chio.

Sommaire

Biographie

On le surnommait « la Sirène » : il semble qu'il ait su persuader les foules, car Timon de Phlionte, dans son poème Les Silles, le dit « attirant par sa séduction ». Ayant fondé une école qui ne dura pas, il eut pour élèves Ératosthène, Miltiade et Diphile. Chauve, on le dit mort d'une insolation.

Logique et physique

D'après le témoignage de Sénèque, Ariston aurait jugé la physique et la logique non seulement comme superflues, mais encore comme contradictoires.

Il juge la logique inintéressante. Diogène Laërce résume ainsi sa position : « Les arguments dialectiques ressemblent à des toiles d'araignées ; elles témoignent de beaucoup d'art, mais elles ne servent à rien. » Pour lui, seule compte l'éthique.

Il juge que la physique nous dépasse. Et encore une fois, seule compte l'éthique.

Éthique

Maximes

Pour Ariston, former des maximes n'est pas d'un philosophe, mais d'un précepteur. Aussi l'art de former des maximes ne relève-t-il pas pour lui de l'éthique, ni donc -non plus- de la philosophie.

Négation des préférables

Il tire des conclusions strictes de l'affirmation selon laquelle il n'y a de bon que la vertu, et de mauvais que le vice. Il en déduit qu'il faut être indifférent vis-à-vis de tout ce qui n'a rapport ni au vice, ni à la vertu : richesses, honneurs, pauvreté, vindicte publique, etc. Le sage peut bien feindre extérieurement d'être affecté de joie ou de tristesse pour des choses indifférentes, mais il ne doit pas intérieurement en être affecté[1], car ces choses ne sont ni préférables, ni à éviter (contrairement à ce que prétendait Zénon): elles n'ont aucun rapport ni avec la vertu, ni avec le vice.

Unité de la vertu

Contrairement à Zénon de Citium, il n'admet pas la pluralité des vertus. La vertu est une, et le courage, la tempérance, etc. ne sont que des manières différentes de considérer la vertu, qui est une.

Le sage est sans représentation fausse

Il combattit le scepticisme de l'Académie d'Arcésilas. Il tenait à la thèse selon laquelle le sage est sans représentation fausse. Persée de Cittium, disciple de Zénon, mit cette prétention d'Ariston à l'épreuve en lui faisant remettre un objet par un jumeau, et en le faisant reprendre par l'autre. Ariston hésita, et Persée tint cela pour une réfutation.

Sources

  • Diogène Laërce, Vies et opinions des philosophes illustres, VII, ch. II
  • Sénèque, Lettres à Lucilius, lettre 89.

Notes

  1. "le sage est comme le bon acteur qui joue son rôle comme il convient, qu'il prenne le masque de Thersite ou celui d'Agamemnon" (D. L., Vies…, VII, ch. II)
  • Portail de la philosophie antique Portail de la philosophie antique
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique
Ce document provient de « Ariston de Chio ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ariston de Chio de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ariston De Chio — était un philosophe stoïcien, né au IVe siècle av. J. C., originaire de Chio. Sommaire 1 Biographie 2 Logique et physique 3 …   Wikipédia en Français

  • Ariston de chio — était un philosophe stoïcien, né au IVe siècle av. J. C., originaire de Chio. Sommaire 1 Biographie 2 Logique et physique 3 …   Wikipédia en Français

  • Zenon de Citium — Zénon de Kition Pour les articles homonymes, voir Zénon. Zénon de Citium, (en grec Ζήνων Zenôn), né à Citium (Chypre) v. 335, mort à Athènes v. 262/ 261, philosophe, fondateur en 301 du stoïcisme, l école du Portique en grec stoa signifie… …   Wikipédia en Français

  • Zénon de Chypre — Zénon de Kition Pour les articles homonymes, voir Zénon. Zénon de Citium, (en grec Ζήνων Zenôn), né à Citium (Chypre) v. 335, mort à Athènes v. 262/ 261, philosophe, fondateur en 301 du stoïcisme, l école du Portique en grec stoa signifie… …   Wikipédia en Français

  • Zénon de Citium — Zénon de Kition Pour les articles homonymes, voir Zénon. Zénon de Citium, (en grec Ζήνων Zenôn), né à Citium (Chypre) v. 335, mort à Athènes v. 262/ 261, philosophe, fondateur en 301 du stoïcisme, l école du Portique en grec stoa signifie… …   Wikipédia en Français

  • Zénon de Citon — Zénon de Kition Pour les articles homonymes, voir Zénon. Zénon de Citium, (en grec Ζήνων Zenôn), né à Citium (Chypre) v. 335, mort à Athènes v. 262/ 261, philosophe, fondateur en 301 du stoïcisme, l école du Portique en grec stoa signifie… …   Wikipédia en Français

  • Zénon de Kition — Pour les articles homonymes, voir Zénon. Zénon de Citium, (en grec Ζήνων Zenôn), né à Citium (Chypre) v. 335, mort à Athènes v. 262/ 261, philosophe, fondateur en 301 du stoïcisme, l école du Portique en grec stoa signifie portique. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Zénon de citium — Zénon de Kition Pour les articles homonymes, voir Zénon. Zénon de Citium, (en grec Ζήνων Zenôn), né à Citium (Chypre) v. 335, mort à Athènes v. 262/ 261, philosophe, fondateur en 301 du stoïcisme, l école du Portique en grec stoa signifie… …   Wikipédia en Français

  • Hérillos de Carthage — (floruit vers 250 av. J. C.) est un philosophe stoïcien hétérodoxe, disciple de Zénon de Citium. Auteur d une œuvre brève qui n a pas survécu, Hérillos est l un des philosophes stoïciens les moins connus. À la différence de son contemporain… …   Wikipédia en Français

  • Satrape du College de 'Pataphysique — Satrape du Collège de Pataphysique Pour les articles homonymes, voir Satrape. Satrape (du grec ancien σατράπης satrápês, lui même adapté de l iranien xšaθrapā, du vieux perse xšaθrapāvan, signifiant « protecteur du pays ») est le titre… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”