Aristide Briant

Aristide Briand

Aristide Briand
Aristide Briand
Aristide Briand

Naissance 28 mars 1862
Nantes, France
Décès 7 mars 1932 (à 69 ans)
Paris, France
Nationalité France France
Profession(s) Homme politique
Diplomate français
Distinctions Prix Nobel de la Paix 1926

Aristide Briand, (29 mars 1862 à Nantes - 7 mars 1932 à Paris) était un homme politique et diplomate français qui a occupé de hautes fonctions au sein des gouvernements français successifs : onze fois président du Conseil et vingt fois ministre.

Il a reçu le Prix Nobel de la paix (avec Gustav Stresemann) en 1926 après les accords de Locarno pour son action en faveur de la réconciliation entre la France et l'Allemagne. En 1928, il poursuivit son rêve de paix par la sécurité collective (dont l'axe serait la Société des Nations) en signant avec l'Américain Kellogg un pacte qui voulait mettre la guerre hors-la-loi. Finalement, sa construction diplomatique fut un château de sable qui s'écroula sous les coups de butoir de la crise économique de 1929, de la montée du nazisme et du communisme.

Sommaire

Biographie

Né à Nantes[1], le 28 mars 1862, au domicile de ses parents 12 rue du Marchix, Aristide Briand est originaire d'une famille modeste de Nantes. Ses parents, Pierre-Guillaume Briand et Madeleine Bouchaud, exerçant la profession d'aubergistes, s'installèrent quelques années après la naissance de leur fils à Saint-Nazaire où ils tinrent plusieurs établissements réputés (dont "Le Grand Café"). Pensionnaire au collège nantais qui portera son nom, il nommera chevalier de la Légion d'Honneur, lorsqu'il sera ministre de l'Instruction Publique, le directeur de son ancien établissement. Il se dirige vers des études de droit au lycée de Nantes et devient clerc en revenant à Saint-Nazaire. C'est alors qu'il se lie d'amitié avec Eugène Courroné, directeur de la Démocratie de l'Ouest, et qu'il y écrit. Lui-même directeur politique de l'Ouest Républicain, il s'engage en politique du côté des radicaux-socialistes. Il est élu conseiller municipal de Saint-Nazaire le 6 mai 1888 et démissionne le 22 février 1889. Il fait ensuite élire des "candidats-ouvriers" au sein du premier municipe socialiste de la ville.[2]

Il est inscrit au Barreau de Pontoise d'août 1900 à novembre 1909. Son cabinet est alors installé près du lac d'Enghien, où il aime pêcher à la ligne avec ses amis, le dimanche. Célibataire, il multiplie les conquêtes et eut un temps pour compagne la psychanalyste Marie Bonaparte[3], disciple de Freud.

Ses cendres reposent, depuis le 3 juillet 1932, dans le petit cimetière de Cocherel, commune d'Houlbec-Cocherel (Eure), devant un paysage qu'il aimait tout particulièrement. Édouard Herriot, Président du Conseil, prononça l'oraison funèbre.

Carrière politique

Aristide Briand
Parlementaire français
Naissance 28 mars 1862
Décès 7 mars 1932
Mandat Député 1902-1932
Début du mandat {{{début du mandat}}}
Fin du mandat {{{fin du mandat}}}
Circonscription Loire
puis Loire-Inférieure
Groupe parlementaire Républicain-socialiste
Troisième République
Le tombeau d'Aristide Briand

D’abord proche du syndicalisme révolutionnaire et grand défenseur de l'idée de la grève générale, il devient député socialiste de Saint-Étienne en 1902. En 1904, il quitte son poste de secrétaire général du Parti socialiste français.

Il joue un rôle important dans le processus de laïcisation de l'État français en tant que rapporteur de loi de séparation des Églises et de l'État. Ses talents d'homme pragmatique et de négociateur ont finalement permis une application mesurée et un accord de fait entre la République laïque et l'Église catholique. Aristide Briand le 9 décembre 1905 sut avant tout parvenir à l'achèvement d'un affrontement violent qui avait duré presque vingt-cinq ans et qui avait opposé deux visions de la France : la France catholique royaliste et la France républicaine et laïque (conflit des "deux Frances").

En mars 1906, il se voit confier le ministère de l'Instruction publique dans le gouvernement du radical Sarrien. Plus encore que celle de Millerand en 1899, cette initiative fut très mal perçue dans les rangs socialistes qui crièrent à la trahison. Quand Briand, devenu ministre, brisa des grèves, H.-P. Gassier signa une affiche désignée par le titre « Le Jaune ».

Bien que socialiste, il s'était montré hostile sur la question du droit de grève aux fonctionnaires et a brisé une importante grève des chemins de fer de l'Ouest, « entreprise criminelle de violence, de désordre et de sabotage », débutée le 11 octobre 1910 : il mobilise les agents de la compagnie qui continuent quelques jours la grève, portant un brassard indiquant qu'ils sont mobilisés.

Cette mobilisation des cheminots souleva des critiques, dont celle de Jean Jaurès qui l'apostropha : « Pas ça ou pas vous » ajoutant que Briand, par son « jeu de duplicité, souille et décompose successivement tous les partis », alors que Maurice Barrès le qualifie de « monstre de souplesse ».

Cette militarisation et l'impopularité croissante d'un mouvement qui apportait une gêne si considérable à la masse du public, arrêtèrent la grève au bout d'une semaine ("Histoire de la locomotion terrestre", t. I, "Les chemins de fer", L'Illustration, Paris, 1935, p. 174).

En 1914, il confirme son rapprochement avec la droite en créant, aux côtés de plusieurs leaders du Parti républicain démocratique, une éphémère Fédération des gauches, dont il prend la présidence. Il ne rejoint pourtant pas son groupe parlementaire après les élections législatives de 1914.

Lors de la bataille de Verdun, il fut un efficace[réf. nécessaire] Président du Conseil, montrant ses capacités à faire face dans les moments les plus difficiles. Figure de la IIIe République, Briand a en effet été tour à tour ministre des Affaires étrangères et ministre de l'Intérieur. Plus de vingt fois ministre, cet avocat était réputé pour son éloquence et sa capacité de persuasion. Il va même tenter d'obtenir, comme ministre de la justice, l'abolition de la peine de mort. Personnage phare pendant l'entre-deux guerres, avec son rival Raymond Poincaré, il a également été président du Conseil — chef du gouvernement — à onze reprises. C'est surtout à son action de ministre des Affaires étrangères qu'Aristide Briand doit sa renommée. Partisan de la politique de paix et de collaboration internationale (accords de Locarno), coauteur du pacte Briand-Kellogg qui mettait « la guerre hors-la-loi (…) arrière les fusils, arrière les mitrailleuses et les canons ».

Le Prix Nobel de la paix lui fut décerné en 1926, ainsi qu'à son homologue allemand Gustav Stresemann, en reconnaissance de ses efforts pour l'établissement d'une paix durable résultant de négociations librement consenties.

Président du Conseil, il prononce au nom du gouvernement français et en accord avec son homologue allemand Stresemann, un projet d'union européenne lors d'un discours à l'Assemblée générale de la Société des Nations le 5 septembre 1929. L'Assemblée lui donne mandat pour présenter un Mémorandum sur l'organisation d'un régime d'union fédérale européenne (rédigé par Alexis Léger) qui ne fut pas retenu.

Les critiques de son action politique

Gustav Stresemann (à gauche), Austen Chamberlain (au milieu) et Briand (à droite) en 1925

Quittant le socialisme, il est pour les socialistes un « renégat », un « traître »[réf. nécessaire]. Pour les monarchistes de l'Action française, il est l'incarnation de la « démocrasouille » républicaine[réf. nécessaire] ; pour Léon Daudet, il est un « voyou de passage », une « fille publique, avec ses ruses, sa veulerie, son ignorance, sa sentimentalité banale et son souple avachissement »[réf. nécessaire]. Sa politique de rapprochement et de réconciliation avec l'Allemagne lui est reprochée. Par rapport à la politique de rapprochement qu'il désire avec l'Allemagne, Jacques Bainville l'accuse d'oublier le « péril germanique » qu'il dénonce. Mais l'opinion française, majoritairement pacifique, l'approuve et l'acclame comme « pèlerin et apôtre de la paix »[réf. nécessaire], pensant que cette politique de paix a des chances de réussir. Mais il semble que Briand ait lui-même des doutes quant à la paix : « La paix, j'y travaille, mais je n'en suis pas le maître. S'il y a la guerre, il faut être prêt. » Son successeur trouva un irréel petit magot de 23 millions de francs-or, « mois par mois, économisé sur les fonds spéciaux. »

Le grand reproche qui a été fait à Briand, particulièrement par l'extrême-droite[réf. nécessaire], serait d’avoir défendu inlassablement une paix "impossible" à construire durablement à son époque, d'avoir tenté de « rendre la guerre hors-la-loi », d'avoir défendu le pacifisme.

D'autres personnalités ont partagé les positions pacifistes de Briand, même après l'arrivée au pouvoir d'Hitler (Briand est mort avant), et le réarmement de l'Allemagne : Léon Blum au moment de Munich exprime son « lâche soulagement », Marcel Déat clame qu'il ne veut pas « mourir pour Dantzig ». L'opinion publique française les suit : Édouard Daladier, signataire des accords de Munich, reçoit un triomphe à sa descente d'avion, alors qu'il pensait que la foule était là pour le lyncher.

Les diplomates français, notamment Alexis Léger (nom de plume: Saint-John Perse), secrétaire général du ministère des affaires étrangères jusqu'en 1940 et ancien collaborateur de Briand, ont jusqu'au bout voulu croire possible une politique d'arbitrage et de désarmement menant à une réconciliation, voire à la naissance d'une fédération européenne.

Max Gallo le qualifie de « modèle le plus achevé de parlementaire français de la IIIe République », illustrant « l'incapacité de toute une classe politique à saisir la nouvelle donne qui change le jeu du monde ». Il pense que Briand (né en 1862), comme Pétain (né en 1856), étaient des hommes, nés sous le Second Empire, qui n'ont pas eu à « passer le témoin à des hommes » plus jeunes — morts dans les tranchées de 14-18 — et ils « tenaient encore la barre » dans les années 1930 et 1940. Finalement de « trop vieux capitaines pour une mer déchaînée. Elle les a engloutis.»

Le nom d'Aristide Briand a été choisi comme nom de baptême par la promotion 2006-2008 de l'École nationale d'administration.

Mandats électifs

Fonctions gouvernementales

Chronologie des fonctions gouvernementales exercées par Aristide Briand
Début Fin Fonction Gouvernement
14 mars 1906 20 octobre 1906 ministre de l'Instruction publique,
des Beaux-Arts et des Cultes
gouvernement Ferdinand Sarrien
25 octobre 1906 4 janvier 1908 ministre de l'Instruction publique,
des Beaux-Arts et des Cultes
gouvernement Georges Clemenceau (1)
4 janvier 1908 20 juillet 1909 ministre de la Justice et des Cultes gouvernement Georges Clemenceau (1)
24 juillet 1909 2 novembre 1910 président du Conseil
ministre de l'Intérieur et des Cultes
gouvernement Aristide Briand (1)
4 novembre 1910 27 février 1911 président du Conseil
ministre de l'Intérieur et des Cultes
gouvernement Aristide Briand (2)
14 janvier 1912 21 janvier 1913 ministre de la Justice gouvernement Raymond Poincaré (1)
21 janvier 1913 18 février 1913 président du Conseil
ministre de l'Intérieur et des Cultes
gouvernement Aristide Briand (3)
18 février 1913 18 mars 1913 président du Conseil
ministre de l'Intérieur
gouvernement Aristide Briand (4)
26 juillet 1914 29 octobre 1915 ministre de la Justice gouvernement René Viviani (2)
29 octobre 1915 12 décembre 1916 président du Conseil
ministre des Affaires étrangères
gouvernement Aristide Briand (5)
12 décembre 1916 17 mars 1917 président du Conseil
ministre des Affaires étrangères
gouvernement Aristide Briand (6)
16 janvier 1921 12 janvier 1922 président du Conseil
ministre des Affaires étrangères
gouvernement Aristide Briand (7)
17 avril 1925 27 octobre 1925 ministre des Affaires étrangères gouvernement Paul Painlevé (2)
29 octobre 1925 22 novembre 1925 ministre des Affaires étrangères gouvernement Paul Painlevé (3)
28 novembre 1925 6 mars 1926 président du Conseil
ministre des Affaires étrangères
gouvernement Aristide Briand (8)
9 mars 1926 15 juin 1926 président du Conseil
ministre des Affaires étrangères
gouvernement Aristide Briand (9)
23 juin 1926 17 juillet 1926 président du Conseil
ministre des Affaires étrangères
gouvernement Aristide Briand (10)
23 juillet 1926 6 novembre 1928 ministre des Affaires étrangères gouvernement Raymond Poincaré (4)
18 novembre 1928 26 juillet 1929 ministre des Affaires étrangères gouvernement Raymond Poincaré (5)
29 juillet 1929 22 octobre 1929 président du Conseil
ministre des Affaires étrangères
gouvernement Aristide Briand (11)
3 novembre 1929 17 février 1930 ministre des Affaires étrangères gouvernement André Tardieu (1)
21 février 1930 25 février 1930 ministre des Affaires étrangères gouvernement Camille Chautemps (1)
2 mars 1930 4 décembre 1930 ministre des Affaires étrangères gouvernement André Tardieu (2)
13 décembre 1930 22 janvier 1931 ministre des Affaires étrangères gouvernement Théodore Steeg
27 janvier 1931 13 juin 1931 ministre des Affaires étrangères gouvernement Pierre Laval (1)
13 juin 1931 12 janvier 1932 ministre des Affaires étrangères gouvernement Pierre Laval (2)

Les chiffres habituellement retenus concernant la carrière ministérielle d'Aristide Briand sont : 11 fois président du Conseil et 23 fois ministre.

Sans tenir compte des cabinets éphémères tels que le gouvernement Alexandre Ribot (4) (9-12 juin 1914), le gouvernement Frédéric François-Marsal (8-10 juin 1924) et le gouvernement Édouard Herriot (2) (19-21 juillet 1926), dont nous ignorons la composition, le nombre de postes ministériels (en dehors de la présidence du Conseil) atteint les 26. On peut supposer que les auteurs de décompte ont considéré les cabinets Laval terminant la présidence Doumergue et commençant la présidence Doumer comme un seul gouvernement, mais il reste des différences…

Citations

  • « La politique est l'art de concilier le désirable avec le possible. »
  • « C'est un travers de notre démocratie de courir aveuglément aux réformes. On demande une réforme… et elle n'est pas plus tôt votée qu'on s'en détourne, qu'on court à une autre. »
  • « Une des règles de la politique est de ne jamais croire une information tant qu'elle n'a pas été officiellement démentie. »
  • « Je fais la politique de notre natalité », à propos de son pacifisme.
  • « C'est la collaboration entre les pays qui s'ouvre, les États-Unis d'Europe commencent » (lors de la signature des accords de Locarno, en octobre 1925, qui fixaient un arbitrage des litiges internationaux).

Chronologies

Précédé par Aristide Briand Suivi par
Georges Clemenceau
Président du Conseil
24 juillet 1909 - 2 novembre 1910
4 novembre 1910 - 27 février 1911
Ernest Monis
Raymond Poincaré
Président du Conseil
21 janvier 1913 - 18 février 1913
18 février 1913 - 18 mars 1913
Louis Barthou
René Viviani
Président du Conseil
29 octobre 1915 - 12 décembre 1916
12 décembre 1916 - 17 mars 1917
Alexandre Ribot
Georges Leygues
Président du Conseil
16 janvier 1921 - 12 janvier 1922
Raymond Poincaré
Paul Painlevé
Président du Conseil
28 novembre 1925 - 6 mars 1926
9 mars 1926 - 15 juin 1926
23 juin 1926 - 17 juillet 1926
Édouard Herriot
Raymond Poincaré
Président du Conseil
29 juillet 1929 - 22 octobre 1929
André Tardieu
Précédé par Aristide Briand Suivi par
Jean François Edmond Guyot Dessaigne
Ministre français de la Justice
4 janvier 1908 - 24 juillet 1909
Louis Barthou
Jean Cruppi
Ministre français de la Justice
14 janvier 1912 - 21 janvier 1913
Louis Barthou
Jean Bienvenu-Martin
Ministre français de la Justice
26 août 1914 - 29 octobre 1915
René Viviani
René Viviani
Ministre français des Affaires étrangères
1915-1917
Alexandre Ribot
Georges Leygues
Ministre français des Affaires étrangères
1921-1922
Raymond Poincaré
Édouard Herriot
Ministre français des Affaires étrangères
1925-1926
Édouard Herriot
Édouard Herriot
Ministre français des Affaires étrangères
1926-1932
Pierre Laval

Bibliographie

Œuvres d'Aristide Briand

  • La grève générale et la révolution, Le Havre, édition à bon marché, 1899.
  • La séparation, Paris, Edition Fasquelle, 2 volumes, 1908-1911.

Ouvrages scientifiques

  • Yvert Benoît (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 916 p.
Biographies
  • Gérard Unger, Aristide Briand, le ferme conciliateur, Editions Fayard, Paris, 2005, 541 p. [4]
  • Christophe Bellon, Aristide Briand et la naissance du centrisme, IEP Paris, mémoire de DEA sous la direction de Serge Berstein, 2000, 246 f°.
Aristide Briand et la Société des Nations
  • Achille Elisha, Aristide Briand, la paix mondiale et l'union européenne, Editions Ivoire-Clair, 2003, 396 pages.
  • Jacques Bariety (dir.), Aristide Briand, la Société des Nations et l’Europe (1919-1932) (actes de colloque), Presses Universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2007, 542p. [4]
Carrière locale
  • Michel Dealberti, La situation politique dans l'agglomération stéphanoise en 1902 et la candidature d'Aristide Briand, 2005, 216p.
Témoignages

Voir aussi

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Acte de naissance n° 134 du 1er canton de Nantes, Archives municipales de Nantes.
  2. Aristide Briand, par Georges Suarez ; relevé chez Fernand Guériff ("Historique de Saint-Nazaire" tome II)
  3. Célia Bertin, Marie Bonaparte, Paris, Plon, 1993, 433 pages.
  4. a  et b Une recension de ce titre est disponible sur Histobiblio.com.


  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du monde contemporain Portail du monde contemporain
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Aristide Briand ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aristide Briant de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aristide Briand — (* 28. März 1862 in Nantes, Frankreich; † 7. März 1932 in Paris) war ein französischer Politiker. Briand bekleidete zwischen 1909 und 1932 mit Unterbrechungen wechselnd die Ämter des französischen Ministerprä …   Deutsch Wikipedia

  • Astérix et Obélix XXL 2 : Mission Las Vegum — Astérix et Obélix XXL 2 : Las Vegum est un jeu vidéo parodique sur PlayStation 2 et PC sorti en 2005, suite du jeu Astérix Obélix XXL. Il a été développé par Etranges Libellules et édité par Atari. Le scénario du jeu a été écrit par le… …   Wikipédia en Français

  • Cereste — Céreste  Pour l’article homophone, voir Ceyreste. Céreste Ajouter une image Détail …   Wikipédia en Français

  • Céreste —  Pour l’article homophone, voir Ceyreste. 43° 51′ 24″ N 5° 35′ 16″ E …   Wikipédia en Français

  • Eglise de la Couture — Église Notre Dame de la Couture Pour les articles homonymes, voir La Couture. Église Notre Dame de la Couture …   Wikipédia en Français

  • L'Eglise de la Couture — Église Notre Dame de la Couture Pour les articles homonymes, voir La Couture. Église Notre Dame de la Couture …   Wikipédia en Français

  • Église Notre-Dame de la Couture — Pour les articles homonymes, voir La Couture. Église Notre Dame de la Couture …   Wikipédia en Français

  • Église de la Couture — Église Notre Dame de la Couture Pour les articles homonymes, voir La Couture. Église Notre Dame de la Couture …   Wikipédia en Français

  • Église de la couture — Église Notre Dame de la Couture Pour les articles homonymes, voir La Couture. Église Notre Dame de la Couture …   Wikipédia en Français

  • Syndicat national des entreprises de sécurité privée — Syndicat national des entreprises de sécurité Contexte général Champs d’action représentation des entreprises de sécurité privée Zone d’influence …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”