Arcimboldesque

Giuseppe Arcimboldo

Arcimboldo (autoportrait)

Giuseppe Arcimboldo ou Arcimboldi ou Arcimboldus (Milan, 1527 - Milan, 1593), est un peintre maniériste, célèbre comme auteur de nombreux portraits suggérés par des objets, des végétaux ou des animaux astucieusement disposés.

Sommaire

Biographie

Portrait de Maximilien II et de sa famille, attribué à Arcimboldo, vers 1563

Il est né à Milan en Italie en l'an 1527 et serait issu d’une famille de peintres.

Il commence à se faire connaître à 22 ans en travaillant avec son père, artisan peintre à la cathédrale de Milan. Il réalise alors des cartons de vitraux. Rapidement, il se fait remarquer par Ferdinand de Bohème qui lui commande cinq blasons pour la cathédrale. Sa renommée commence à s’étendre. Il est appelé à Prague en 1562 au service de Ferdinand Ier du Saint-Empire pour être le portraitiste de la famille impériale. Il existe ainsi plusieurs tableaux classiques attribués au peintre, sans aucune certitude, le plus connu étant son Portrait de Maximilien II de Habsbourg et de sa famille qui aurait été peint vers 1563.

Vertumne (Rodolphe II) (~ 1590) Skoklosters Slott Suède

C’est peu après son arrivée au service de Ferdinand Ier que Giuseppe Arcimboldo commence la première série des quatre saisons, et laisse éclater un style pictural surprenant : les « têtes composées » portraits caricaturaux (ghiribizzi) ou allégoriques formés d’une juxtaposition de fruits, légumes, végétaux, symbolisant les saisons ou les métiers. Cette œuvre suscite un engouement considérable à la cour. Il peindra d’autres séries des quatre saisons en 1572 et 1573 (une série des quatre saisons se trouve au Louvre, dont l'Automne daté de 1573, commandés par l'empereur Maximilien II de Habsbourg pour être offert à l'électeur Auguste de Saxe).

D’autres portraits mêlent animaux ou objets : les quatre éléments (le Feu et l'Eau de 1566, se trouvent au Kunsthistorisches Museum de Vienne) ou les personnifications de métiers (le Bibliothécaire, le Jardinier).

En dehors de quelques portraits, il a alors pour tâche principale d’enrichir les fameux Wunderkamern, cabinets d’art et de curiosités des empereurs Maximilien II et Rodolphe II. Doué d’un esprit inventif et ingénieux, il se voit confier l’organisation des fêtes princières (il subsiste de nombreux dessins de costumes ou de chars) et il est nommé conseiller artistique pour la formation des collections impériales. À partir de 1565, son nom apparaît dans la comptabilité impériale. Il se distingue notamment par l’invention d’une méthode colorimétrique de transcription musicale.

En 1587, il obtient de Rodolphe II l'autorisation de retourner en Italie pour y finir ses jours, promettant de continuer à peindre. Flora sera l’un de ses derniers tableaux.

Retiré à Milan, il est promu au rang de comte palatin en 1591 et y meurt en 1593.

Le style de ses compositions

Si l'on considère Arcimboldo comme un novateur dans la systématisation de ses portraits, il faut se rappeler qu'à son époque il existe déjà une tradition, depuis l'antique, de masques bachiques ou hellénistiques, formés d'éléments pris dans la Nature.

Plusieurs des artistes de la Renaissance, dont Léonard de Vinci et Jérôme Bosch, s’étaient déjà intéressés aux faciès monstrueux, aux portraits déformés par des jeux de glace, ainsi qu’aux compositions à base d’éléments détournés. Les peintures d’Arcimboldo sont donc conformes aux penchants maniéristes.

Son chef-d’œuvre est manifestement son portrait de Rodolphe II en Vertumne (dieu grec des récoltes et de l'abondance) daté de 1591.

Si Arcimboldo n'a pas eu d’élève, il a inspiré de nombreux copistes en son temps et le genre des têtes composées se perpétue aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il est repris au XIXe siècle par les caricaturistes, notamment pour les figures de Napoléon Ier, de Napoléon III et des souverains belges, Léopold Ier et Léopold II.

Il est redécouvert au XXe siècle par les surréalistes adeptes du jeu de mots visuel.

En revanche, c’est à tort que l’on attribue à Arcimboldo des paysages anthropomorphes dont l’origine semble flamande[1].

Les Saisons

Il s’agit d'une série de quatre tableaux peints par Arcimboldo en 1563 et offerts à Maximilien II en 1569, accompagnés des quatre éléments (peints en 1566). Y est joint un poème de Giovanni Battista Fonteo (1546-1580) qui en explicite le sens allégorique.

Chaque tableau est constitué d’un portrait de profil, composé d’éléments rappelant la saison. L’Hiver regarde ainsi Le Printemps et L’Été, L’Automne.

De la version originale, ne subsistent que l’Hiver et L’Été, exposés à Vienne. Parmi les versions les plus connues sont celles du musée du Louvre, copies faite par le peintre à la demande de Maximilien II pour en faire cadeau à Auguste de Saxe. Les tableaux se caractérisent par un encadré floral qui n’existait pas sur la version première.

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Son œuvre dans la publicité

Certains affirment que les œuvres de Giuseppe Arcimboldo ont très largement inspiré les publicitaires pour la campagne 2008 de la boisson alcolisée Malibu. Cette campagne montre en effet des plantes et fruits exotiques positionnés autour d'une bouteille, donnant à cette dernière un aspect humain.

Quelques œuvres

  • Primavera, Estate, Autunno et Inverno, (1573), huile sur toile, musée du Louvre, Paris
  • Primavera, (1563), Estate (1563), Inverno (1563), Il Fuoco, (1566), L'Acqua (1563-1564), huile sur bois, Kunsthistorisches Museum, Vienne
  • Primavera, huile sur toile, Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, Madrid
  • Il Bibliotecario, (1566), huile sur toile, L'Avvocato, (1566), huile sur toile, Ritratto di Rodolfo II in veste di Vertunno (1591), huile sur toile, Skoklosters Slott, Stockholm
  • Ortaggi in una ciotola o l'Ortolano, huile sur toile, Museo Civico Ala Ponzone, Crémone
  • Autoritratto (~1575), dessin, Narodni Gallery, Prague
  • Carnet di Rodolfo II, 148 dessins, Cabinet des estampes et dessins des Uffizi, Florence
  • Autoritratto cartaceo (L'uomo di lettere), (1587), dessin, Cabinet des estampes et dessins du Palazzo Rosso, Gênes

Commons-logo.svg

Notes et références

  1. Ses compositions sont des sortes de paysages dans des figures humaines et non des paysages au sens strict. GIUSEPPE ARCIMBOLDO, Werner KRIEGESKORTE, Ed. Gmbh & Co (ISBN 3-8228-0158-5)

Bibliographie

  • André Pieyre de Mandiargues et Yasha David, Arcimboldo le Merveilleux, Robert Laffont, Paris (1988)
  • (it)Simonetta Venturi, Arcimboldo traduction Florence Cadouot (fr), Ed. Celiv, Paris (1990) (ISBN 2-86535-028-2)
  • (fr)Caroline Blanc, Arcimboldo, Ed. Gamma jeunesse, Tournai (1993) (ISBN 2-7130-1538-3)
  • (fr)Claude Delafosse, J'observe les portraits d'Arcimboldo, Ed. Gallimard jeunesse, Paris (1999) (ISBN 2-07-052738-7)
  • (de)Kriegeskorte, Werner, Giuseppe Arcimboldo : 1527-1593 Taschen (1993) (ISBN 3-8228-0158-5)
  • (fr) Boulicaut-Duffau, Catherine, Arcimboldo et Flaubert. Lecture du portrait "La Terre" de Giuseppe Arcimboldo, Nouvelle revue pédagogique, 11/2001, 2001/02-03
  • Catalogue de l'exposition Arcimboldo au Musée du Luxembourg, du 15 septembre 2007 au 13 janvier 2008
  • (fr)Jeanette Zwingenberger, Une image peut en cacher une autre, Arcimboldo, Dali, Raetz, Galeries nationales du Grand Palais, Paris 2009

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

  • Portail de la peinture Portail de la peinture
  • Portail des arts Portail des arts
  • Portail de la Renaissance Portail de la Renaissance
  • Portail de l’Italie Portail de l’Italie
Ce document provient de « Giuseppe Arcimboldo ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arcimboldesque de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Georg Klusemann — Georg Klusemann, (born 13 May 1942 in Essen at the Kluse; died 4 May 1981 in Pisa) was a prolific artist and a children book author.Although he died at only 38 years of age, Georg Klusemann left behind an extensive body of deeply original… …   Wikipedia

  • Effet d'optique — Illusion d optique Dans cette illusion dite illusion de Müller Lyer, les flèches ont toutes la même longueur comme on peut s en rendre compte plus facilement sur les trois flèches du bas. Une illusion d optique est une illusion qui trompe le… …   Wikipédia en Français

  • Effet d’optique — Illusion d optique Dans cette illusion dite illusion de Müller Lyer, les flèches ont toutes la même longueur comme on peut s en rendre compte plus facilement sur les trois flèches du bas. Une illusion d optique est une illusion qui trompe le… …   Wikipédia en Français

  • Effets d'optique — Illusion d optique Dans cette illusion dite illusion de Müller Lyer, les flèches ont toutes la même longueur comme on peut s en rendre compte plus facilement sur les trois flèches du bas. Une illusion d optique est une illusion qui trompe le… …   Wikipédia en Français

  • Illusion D'optique — Dans cette illusion dite illusion de Müller Lyer, les flèches ont toutes la même longueur comme on peut s en rendre compte plus facilement sur les trois flèches du bas. Une illusion d optique est une illusion qui trompe le système visuel humain… …   Wikipédia en Français

  • Illusion d'optique — Dans cette illusion dite illusion de Müller Lyer, les flèches ont toutes la même longueur. Il est possible de s en rendre compte plus facilement sur les trois flèches du bas. Une illusion d optique est une illusion qui trompe le système visuel… …   Wikipédia en Français

  • Illusion d’optique — Illusion d optique Dans cette illusion dite illusion de Müller Lyer, les flèches ont toutes la même longueur comme on peut s en rendre compte plus facilement sur les trois flèches du bas. Une illusion d optique est une illusion qui trompe le… …   Wikipédia en Français

  • Illusion optique — Illusion d optique Dans cette illusion dite illusion de Müller Lyer, les flèches ont toutes la même longueur comme on peut s en rendre compte plus facilement sur les trois flèches du bas. Une illusion d optique est une illusion qui trompe le… …   Wikipédia en Français

  • Illusions d'optique — Illusion d optique Dans cette illusion dite illusion de Müller Lyer, les flèches ont toutes la même longueur comme on peut s en rendre compte plus facilement sur les trois flèches du bas. Une illusion d optique est une illusion qui trompe le… …   Wikipédia en Français

  • Ciment de l'histoire — est une série de cartes postales satiriques initiée par son créateur Jihel de son vrai nom Jacques Lardie dans les années 1970 80, à priori de 601 numéros, Fabien Zeller n ayant couvert dans ses trois volumes d études de cette série que ce nombre …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”