Architecture vernaculaire
Intérieur de la halle couverte du XVIIe siècle à Pernes-les-Fontaines, Vaucluse.

Par architecture vernaculaire on entend un type d'architecture qui est propre à une aire donnée et à une époque précise.

Sommaire

Origine

Le terme « vernaculaire » vient du latin vernaculus, le quartier des esclaves derrière le jardin du maître.

En linguistique, « vernaculaire » renvoie au langage particulier utilisé en un temps, en un endroit ou par un groupe de personnes dans lequel l'observateur n'est pas inclus. Voir Langue vernaculaire.

Dans la taxinomie des plantes, les noms vernaculaires sont les noms communs qui vont de pair avec le nom latin.

« Architecture vernaculaire » est une appellation datant du troisième tiers du XXe siècle.

Définitions

Le terme « vernaculaire » reste sujet d'ambiguïté selon la culture de celui qui l'emploie.

Architecture vernaculaire et architecture sans architecte

Le plus souvent ce qu'on désigne par « architecture vernaculaire » est aujourd'hui la construction de bâtiments en milieu rural ou en périphérie de ville (au moment de la construction), sans maître d'œuvre ni architecte (en autoconstruction).

En Europe l’architecture vernaculaire désigne la construction populaire en général construite par des personnes dont l'activité principale n'est pas une activité de bâtisseurs[1]. C'est le cas de l'habitat troglodyte en Touraine, construit et aménagé en récupération des espaces dégagés lors de l'extraction par les paysans-carriers de tuffeau pour la construction de châteaux.

Les lieux de culte qui ont un modèle externe à la collectivité locale ne sont pas compris dans cette architecture. Sa tendance à évoluer dans le temps reflète le contexte environnemental, culturel et historique dans lequel elle existe. En France la fédération des styles s'est faite essentiellement à partir du XVIIe siècle avec pour raison les importants moyens de communication développés par l'état central. On appellera à partir de là style « traditionnel » ce qui est bâti par des ouvriers dont l'activité principale est de bâtir, lorsqu'il y a ornementation ce qui s'écarte du style seigneurial et du style bourgeois dans la cité dont le modèle est quasi universel. Ce modèle est porté autant par le discours que par les images. Souvent dénigrée parce qu’on la trouvait trop simple et sans raffinement, l'architecture vernaculaire a aussi ses partisans qui soulignent son importance dans le style d'aujourd'hui.

Contrairement à l’architecture des architectes utilisant le plan, la connaissance constructive dans l’architecture vernaculaire est souvent véhiculée par les traditions locales. Elle s’appuie plutôt, mais pas uniquement, sur une connaissance empirique acquise à travers des tentatives et des échecs sur des matériaux. Elle est une architecture en ce sens qu'elle conceptualise l'espace bâti suivant un modèle (local) qui définit des volumes et les articulations intérieures[2] avec leur destinations d'usage, qui définit la masse plus l'aspect extérieurs liés aux matériaux. Elle est généralement transmise de génération en génération plutôt que soutenue par la connaissance de la géométrie et la physique. Elle poursuit le mode habituel de construction avant la Renaissance, qui se suffisait des descriptions orales pour être transmise, aussi bien pour des châteaux que des baraques.

Architecture vernaculaire et architecture autochtone

Le terme « vernaculaire » désigne la construction qui utilise les ressources et les méthodes disponibles localement pour répondre aux besoins locaux.

Dans les pays développés structurés sur une culture importée par des colonisateurs occupant les terres agricoles, cette appellation tient compte de l'existence d'une culture autochtone autonome plus ou moins résiduelle (Sud des États-Unis amérindien, Australie, Alaska, Sibérie) ou d'une mixité de cultures (importation de culture religieuse en Orient, importation de culture commerciale au Japon et en Chine, créolisation du Sud des États-Unis, des îles anglaises, françaises, espagnoles, hollandaises ou portugaises.)

Architecture vernaculaire et architecture traditionnelle

L'architecture vernaculaire ne doit pas être confondue avec ce qu’on appelle l’« architecture traditionnelle », laquelle peut aussi bien inclure par exemple des temples et des palaces, qui ne seraient pas habituellement catalogués dans la rubrique « vernaculaire ».

Au Japon par exemple, toute l’architecture pré-moderne n’est pas « vernaculaire », seuls les bâtiments ruraux et les structures le seraient. Aux États-Unis, l’architecture vernaculaire pourrait correspondre aux bungalows dits artisanaux, à la mode au XIXe siècle, bien que le bungalow en tant que forme architecturale ne soit pas originaire des États-Unis.

Actuellement, la construction de grands bâtiments utiles ruraux dans les pays développés n'est plus faite suivant le mode traditionnel, mais en utilisant le schéma moderne utilisant les normes dimensionnelles des éléments constructifs nouveaux standardisés et économiques en matériaux modernes depuis le XIXe siècle fabriqués non localement.

Ceci ne veut pas dire que certains architectes n’utilisent pas l’architecture vernaculaire dans leurs conceptions (voir la mode du « chalet suisse » en Angleterre de la fin du XIXe siècle) ou ne sont pas résolument ancrés dans l’architecture vernaculaire de leur pays et région afin de produire le caractère adapté et inséré (voir la construction en pisé dans la région Sud-Est de la France).

L'architecture vernaculaire selon Eric Mercer

Au début des années 1980, un essai de définition de l'architecture vernaculaire a été proposé en France par une revue savante éditée par le Centre d'études et de recherches sur l'architecture vernaculaire (CERAV) [3]. Inspirée des travaux de spécialistes britanniques, en particulier ceux d'Eric Mercer[4], elle définit un bâtiment vernaculaire comme appartenant à un ensemble de bâtiments surgis lors d'un même mouvement de construction ou de reconstruction. Ce mouvement affecte une ou plusieurs régions (voire des aires géographiques plus vastes) et s'inscrit dans une période variant d'une région à une autre selon des décalages de quelques décennies à un siècle et plus. Reflet de changements économiques, un type de bâtiment vernaculaire est caractéristique non seulement d'une époque donnée mais aussi de la classe sociale qui l'a fait construire et l'a utilisé. Il ne peut se comprendre que dans la mesure où l'origine sociale du constructeur-utilisateur est cernée. Concernant de vastes aires géographiques, l'architecture vernaculaire est soumise à la diffusion de plans, de techniques de construction et de décors stylistiques transcendant le cadre de la région, voire les limites nationales[5].

Encyclopédie de l'architecture vernaculaire du monde

Un état de la question de l'architecture vernaculaire dans le monde a été fait en 1997 par le professeur Paul Oliver, maître d'œuvre des trois volumes de l' Encyclopedia of Vernacular Architecture of the World, vaste somme publiée aux éditions Cambridge University Press. Le premier volume passe en revue les théories, les principes et les philosophies ayant cours dans l'étude de l'architecture vemaculaire, définie comme étant l'architecture des gens, l'architecture sans architecte, faisant appel aux matériaux disponibles sur place et mettant en œuvre des techniques traditionnelles (par opposition à l'architecture pour les gens, l'architecture d'architecte). Encore n'est-il pas question des architectures vernaculaires du passé, seules sont concernées celles encore observables à la fin du XXe siècle. Sont également abordés : l'influence des traits culturels, l'impact des milieux physiques, le rôle des matériaux et des techniques, les étapes de la construction, les détails d'aménagement, l'importance des éléments symboliques et décoratifs, les méthodes de classification typologique, la variété des usages et des fonctions. Les volumes 2 et 3 abordent les traditions constructives dans le cadre de grandes zones culturelles plutôt qu'au sein de contextes nationaux qu'elles transcendent bien souvent d'ailleurs [6].

Notes

  1. Le basculement démographique entre paysans et ouvriers s'est effectué au XXe siècle.
  2. Qui sont liés au climat.
  3. Christian Lassure, L'« architecture vernaculaire » : essai de définition, in L'architecture vernaculaire, sup. No 3, 1983, p. 114.
  4. (en) Eric Mercer, English Vernacular Houses. A study of traditional farmhouses and cottages, Royal Commission on Historical Monuments, London, Her Majesty's Stationery Office, 1975, en particulier l'introduction, pp. 1-7 : « Vernacular buildings are those which belong to a type that is common in a given area at a given time. It follows that a kind of building may at any one time be 'vernacular' in one area, and 'non-vernacular' in another, and in any one area may change in the course of time from 'non-vernacular' to 'vernacular'. In other words, no building is or is not 'vernacular' for its own qualities but is so by virtue of those which it shares with many others, and the identification of 'vernacular' buildings is very much a matter of relative numbers » (« Les bâtiments vernaculaires sont ceux qui appartiennent à un type communément répandu dans une zone donnée à une époque donnée. Il s'ensuit que tel genre de bâtiment peut, à une même époque, être 'vernaculaire' dans une zone et 'non vernaculaire' dans une autre, et, dans une même zone, passer, avec le temps, de 'non vernaculaire' à 'vernaculaire'. Autrement dit, un bâtiment est 'vernaculaire' ou 'non vernaculaire' non pas du fait des caractéristiques qui lui sont propres mais en vertu de celles qu'il partage avec de nombreux autres, et l'identification des bâtiments 'vernaculaires' est fonction principalement de leur importance numérique relative »).
  5. Sur les grands types de bâtiments vernaculaires en France répondant à cette définition, cf Christian Lassure, L'architecture vernaculaire de la France.
  6. Cf compte rendu de Paul Oliver, Encyclopedia of Vernacular Architecture of the World, dans L'architecture vernaculaire, tome 21, 1997.


Bibliographie

  • Brunskill, R.W. [1985], Traditional Buildings of Britain: An Introduction to Vernacular Architecture, Cassell's, 2006 (ISBN 0304366765)
  • Brunskill, R.W. [1971], Illustrated Handbook of Vernacular Architecture (4th ed.), Faber and Faber, Londres, 2000 (ISBN 0-571-19503-2)
  • Paul Oliver (sous la direction de), Encyclopedia of Vernacular Architecture of the World, 3 volumes, Cambridge University Press, 1997
  • Gwyn I. Meirion-Jones, The Vernacular Architecture of Brittany. An Essay in Historical Geography, John Donald Publishers Ltd., Edinburg, 1982, VIII p. + 408 p.

Liens externes


  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Architecture vernaculaire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Architecture Vernaculaire — L architecture vernaculaire se réfère à un type de construction qui est indigène, à une époque spécifique ou un endroit précis (et non pas importé ou copié d’ailleurs). Sommaire 1 Origine 2 Définition 3 Liens externes …   Wikipédia en Français

  • ARCHITECTURE CONTEMPORAINE — Jamais peut être, depuis la fin du XVIe siècle en Italie, l’architecture ne s’était trouvée au seuil d’une pareille crise, soumise à une discussion d’une si grande virulence. D’après la variété actuelle des approches en architecture, on se rend… …   Encyclopédie Universelle

  • Architecture Totalitaire — Le Palais de la Culture et de la Science à Varsovie L architecture totalitaire désigne l architecture des régimes totalitaires du XXe siècle, soient le …   Wikipédia en Français

  • Architecture des regimes totalitaires — Architecture totalitaire Le Palais de la Culture et de la Science à Varsovie L architecture totalitaire désigne l architecture des régimes totalitaires du XXe siècle, soient le …   Wikipédia en Français

  • Architecture des régimes totalitaires — Architecture totalitaire Le Palais de la Culture et de la Science à Varsovie L architecture totalitaire désigne l architecture des régimes totalitaires du XXe siècle, soient le …   Wikipédia en Français

  • Architecture soviétique — Architecture totalitaire Le Palais de la Culture et de la Science à Varsovie L architecture totalitaire désigne l architecture des régimes totalitaires du XXe siècle, soient le …   Wikipédia en Français

  • Architecture durable — Architecture écologique L architecture écologique (ou architecture durable) est un mode de conception et de réalisation ayant pour préoccupation de concevoir une architecture respectueuse de l environnement et de l écologie. Il existe de… …   Wikipédia en Français

  • Architecture ecologique — Architecture écologique L architecture écologique (ou architecture durable) est un mode de conception et de réalisation ayant pour préoccupation de concevoir une architecture respectueuse de l environnement et de l écologie. Il existe de… …   Wikipédia en Français

  • Architecture Écologique — L architecture écologique (ou architecture durable) est un mode de conception et de réalisation ayant pour préoccupation de concevoir une architecture respectueuse de l environnement et de l écologie. Il existe de multiples facettes de l… …   Wikipédia en Français

  • Architecture — Pour les articles homonymes, voir Architecture (homonymie). L architecture est l art d imaginer, de concevoir et de réaliser des édifices. L architecture est basée sur une conception technique de la construction tout en poursuivant des objectifs… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”