Architecture Naïve

Architecture naïve

Palais idéal du Facteur Cheval à Hauterives

L’architecture naïve désigne des constructions édifiées par des personnes autodidactes sans formation artistique.

Ces constructions n’ont généralement pas de but fonctionnel et s’apparentent à des sculptures monumentales. Nombre d’autres désignations sont également utilisées : Architectures imaginaires, marginales, populaires, jardins imaginaires ou d’Art brut, et leurs créateurs sont appelés Habitants-Paysagistes, Archi-sculpteurs, Bâtisseurs de l’imaginaire, anarchitectes ou Bâtisseurs de rêves.

Le caractère spontané de ces réalisations les apparente aux créations de l’art naïf ou de l’art brut. L’importance de ces constructions, œuvres souvent d’une vie pour leurs créateurs, suscite un mélange de rejet et d’admiration.
La forte charge émotionnelle et symbolique attachée à ces réalisations rend leur transmission difficile. Peu d'occupants souhaitent habiter des lieux aussi lourdement investis par leur précédent propriétaire.
À la disparition de leur créateur, faute d'une prise en charge par la collectivité, ces architectures sont généralement vouées à l'abandon et à la destruction.

Sommaire

Historique

Architectes naïfs

Le terme Architecture naïve a été principalement inventé pour définir l’œuvre de Ferdinand Cheval (18791912), le Palais Idéal de Hauterives (Drôme), un monument de 600 m3 réalisé et décoré avec les pierres glanées sur les chemins construit entre 1879 et 1933.[1]

Mais en fait, peu de créateurs ont fait acte d’architecte naïf. Le plus célèbre étant Simon Rodia et ses Watts Towers à Los Angeles, baties entre 1930 et 1965.

Il y eut également la Maison aux Miroirs de Clarence Schmidt à Woodstock près de New York, construite entre 1948 et 1971 mais détruite par un incendie, ou la Tour d'Eben-Ezer de Robert Garcet près de Liège en Belgique. Dans son domaine de Civrieux-d'Azergues (Rhône), Charles Billy a construit un ensemble significatif de bâtiments imaginaires inspirés d’architectures du Monde, Le Jardin de Nous-Deux. On se trouve cependant plus face à un esprit de miniatures, toutes les constructions étant à hauteur d’homme.

Le Jardin de Nous Deux à Civrieux-d'Azergues : exemple d' « Art Brut » , créé par Charles Billy (1910–1991)


.

On peut citer aussi le Village d’Art préludien de Chomo et l’édification de son Eglise des pauvres en matériaux de récupération dans la Forêt de Fontainebleau, bien que l’on sorte déjà d’une certaine naïveté, Chomo ayant fait les Beaux-Arts et exposé en galerie avant de créer son Environnement. Et le cas de Robert Tatin et de son Musée de La Frenouse à Cossé-le-Vivien échappe aussi du cadre d’une création naïve. En effet, Tatin, bien qu’autodidacte, a fréquenté des Surréalistes et a eu une carrière de peintre et de sculpteur (obtenant même le premier prix de sculpture à Sao Paulo).

Maisons décorées

Maison chinoise à Ablon-sur-Seine.
Maison chinoise à Ablon-sur-Seine, détail de la clôture.

Beaucoup d’autres créations, que l’on désigne en France sous l'appellation d’Architecture naïve, marginale ou populaire ne sont en fait que l'agrémentation ou la décoration de l’habitation dudit créateur, à la suite de Raymond Isidore et sa Maison Picassiette à Chartres. On trouve là :

  • Maison-atelier de Danielle Jaqui à Roquevaire
  • Maison de Jacques Lucas aux Essarts
  • Maison bleue d'Euclides Da Costa à Dives-sur-mer (Calvados) (1957-1984) - Un ensemble spectaculaire de pavillons recouverts de mosaïques.[2]

Au-delà de l'Architecture naïve

Qu’ils soient l'œuvre de créateurs autodidactes ou éduqués, le phénomène des constructions marginales, habitations décorées, jardins de sculptures en plein air ou créations se rapprochant du Land art est aujourd’hui reconnu mondialement. On peut le désigner comme celui des Environnements d’art ou visionnaires.

Voir aussi

Bibliographie

  • Gilles Ehrmann, Les inspirés et leur demeure, Ed. du temps, Paris, 1962.
    Avec une préface d’André Breton
     
  • Jacques Verroust et Jacques Lacarrière, Les inspirés du bord des routes, Ed. Le Seuil, Paris, 1978 
  • Marc Fenoli, Le Palais du facteur Cheval, Glénat, France, 1990 
  • Claude Arz, Guide de la France insolite, Hachette, Paris, 1990 
  • Olivier Thiebaut, Bonjour aux promeneurs, Ed. Alternatives, Paris, 1996 
  • Claude & Clovis Prévost, Les Batisseurs de l’Imaginaire, Editions de l’Est, France, 1990 

Notes

  1. Le Palais idéal du facteur Cheval a été classé au titre des monuments historiques par arrêté du 23 septembre 1969.
  2. Propriété de la ville de Dives-sur-mer depuis 1989.

Articles connexes

Liens externes

Ce document provient de « Architecture na%C3%AFve ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Architecture Naïve de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Architecture naive — Architecture naïve Palais idéal du Facteur Cheval à Hauterives L’architecture naïve désigne des constructions édifiées par des personnes autodidactes sans formation artistique. Ces constructions n’ont généralement pas de but fonctionnel et… …   Wikipédia en Français

  • Architecture naïve — Palais idéal du Facteur Cheval à Hauterives L’architecture naïve désigne des constructions édifiées par des personnes autodidactes sans formation artistique. Ces constructions n’ont généralement pas de but fonctionnel et s’apparentent à des… …   Wikipédia en Français

  • Architecture of Cambodia — The period of Angkor is the period from approximately the latter half of the 8th century A.D. to the first half of the 15th century. If precise dates are required, the beginning may be set in 802 A.D., when the Khmer King Jayavarman II pronounced …   Wikipedia

  • Croatian Museum of Naïve Art — Coordinates: 45°48′55.5″N 15°58′24″E / 45.815417°N 15.97333°E / 45.815417; 15.97333 …   Wikipedia

  • VILLE (urbanisme et architecture) - Les premières villes et les origines de l’urbanisme au Proche-Orient — Le phénomène urbain, souvent assimilé au fondement de la civilisation elle même, apparaît comme une caractéristique majeure de l’organisation des sociétés humaines depuis cinq millénaires, c’est à dire depuis le début de l’époque historique… …   Encyclopédie Universelle

  • Jerry Fodor on mental architecture — Jerry Fodor is notable for his important and influential ideas on a hypothesized structure of the mind or, what has often been called mental architecture. Contents 1 Fodor and Chomsky 2 Why modularity matters 2.1 Gibson and the inferential thesis …   Wikipedia

  • Art naïf — Moi même, Portrait paysage (Autoportrait) du Douanier Rousseau, 1890. L’art naïf désigne les œuvres d’artistes, le plus souvent autodidactes, qui se trouvent en décalage avec les courants artistiques de leur temps, soit par maladresse, soit parce …   Wikipédia en Français

  • Art Naïf — Moi même, Portrait paysage (Autoportrait) du Douanier Rousseau, 1890. L’art naïf désigne les œuvres d artistes, le plus souvent autodidactes, qui se trouvent en décalage avec les courants artistiques de leur temps, soit par maladresse, soit parce …   Wikipédia en Français

  • Art naif — Art naïf Moi même, Portrait paysage (Autoportrait) du Douanier Rousseau, 1890. L’art naïf désigne les œuvres d artistes, le plus souvent autodidactes, qui se trouvent en décalage avec les courants artistiques de leur temps, soit par maladresse,… …   Wikipédia en Français

  • Peintre naïf — Art naïf Moi même, Portrait paysage (Autoportrait) du Douanier Rousseau, 1890. L’art naïf désigne les œuvres d artistes, le plus souvent autodidactes, qui se trouvent en décalage avec les courants artistiques de leur temps, soit par maladresse,… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”