Arc (rivière)

45°33′46″N 6°12′13″E / 45.56278, 6.20361

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arc.
l'Arc
L'Arc sous les Forts de l'Esseilon, près d'Aussois.
L'Arc sous les Forts de l'Esseilon, près d'Aussois.
Caractéristiques
Longueur 127,5 km
Bassin 2 000 km2
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 48,8 m3⋅s-1 (Épierre)
Régime nival
Cours
Source Lac bleu
Confluence l'Isère
Géographie
Pays traversés Drapeau de France France
Régions traversées Rhône-Alpes

L'Arc est une rivière française de la vallée de la Maurienne, en Savoie, qui prend sa source à 2 770 m d'altitude au glacier de Levannas (ou des Sources de l'Arc), à la frontière franco-italienne, et qui se jette dans l'Isère à la hauteur de la commune d'Aiton.

Sommaire

Étymologie

  • Le nom Arc viendrait de "ar" qui signifierait "vallée en forme de plaine".
  • Selon d'autres chercheurs, il pourrait trouver ses racines dans l'expression "Supra Flumen quod dicitur Arcus" au XIème siècle. "ar"serait alors lié à l´eau vive.


Présentation

Rivière torrentielle à forte pente, l'Arc a de grands atouts énergétiques que les industriels vont commencer à exploiter dès la fin du XIXè siècle. Dès cette époque,des travaux d'endiguement de la rivière et d'aménagement des bassins versants affluents sont réalisés. En 1893, les premières usines électrochimiques et électro-métallurgiques, alimentées par des conduites forcées, s'installent le long du cours d'eau (usines d'aluminium de la Praz, Prémont-Orelle et Calypso).

Installations hydro-électriques

Sur l'Arc:

  • Avrieux (1921)
  • La Christine (1930)
  • Saint Michel (1942)

1946 :reprise de la gestion par Électricité de France:

  • Barrage du Freney (1970)
  • Retenue du Pont des Chèvres (1973)
  • Barrage de Saint-Martin-de-la-Porte (1974)
  • Bassin de Longefan (1979)
  • Conduite d'amenée souterraine Arc-Isère[1] (1979)
  • Conduites souterraines d'Orelle, la Saussaz II et l'Echaillon
  • Station STEP de Super- Bissorte (1987)
L'Arc traversant Modane à l'automne.

Sur les affluents:

  • Barrage de Bissorte (1935)
  • Barrage de Plan d'Aval (1950)
  • Barrage de Plan d'Amont (1956)
  • Barrage du Mont-Cenis (1968)


L'Arc est également connu pour ses crues dévastatrices:

  • 14 juin 1957: crue du "siècle" [2] détruit nombre de digues et ponts le long de son cours et cause de nombreux dégâts et morts tout au long de la vallée de la Maurienne. Le débit a été estimé à 900 mètres cubes/seconde à Saint-Jean-de-Maurienne.


Principaux affluents


Hydrologie

Tout au long de son cours et de celui de ses affluents, EDF a installé nombre de barrages et prises d'eau. Le débit moyen interannuel ou module de l'Arc a été calculé durant une période de 6 ans à Épierre[3]. Il se monte à 48,8 m³ par seconde pour une surface de bassin de 1790 km², soit 90 % de la totalité du bassin. La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit typiques d'un régime nival, avec des hautes eaux de printemps-été dues à la fonte des neiges et portant le débit mensuel moyen au niveau de 75 à 125 m³ de mai à juillet inclus (avec un maximum en juin), suivies d'une baisse progressive aboutissant à un long étiage d'automne-hiver, de novembre à début avril, entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à un minimum de 13,5 m³ au mois de janvier.

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 12,8 m³, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste très confortable.

Quant aux crues, elles peuvent être très importantes, voire dévastatrices. En effet, le QIX 2 et le QIX 5 valent respectivement 144 et 188 m³ par seconde. Le QIX 10, le QIX 20 et le QIX 50 n'ont pas été calculés.

Le débit maximal enregistré à Épierre est de 239 m³ par seconde, mais ce chiffre n'a guère de signification, étant donnée la très courte période d'observation de 6 ans.

La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière est de 866 millimètres annuellement, ce qui est certes élevé et résulte des précipitations abondantes sur les Alpes du nord, mais est cependant moindre que ce que l'on observe dans les autres bassins versants des rivières de haute montagne de Savoie. Le débit spécifique (Qsp) se monte à 27,3 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Villes traversées

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Notes et références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arc (rivière) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Arc (Rivière) — Pour les articles homonymes, voir Arc. l Arc C …   Wikipédia en Français

  • Arc (rivière provençale) — 43°30′24″N 5°6′49″E / 43.50667, 5.11361 …   Wikipédia en Français

  • Arc (Fleuve) — Pour les articles homonymes, voir Arc. l Arc (fleuve) Caractéristiques Longueur …   Wikipédia en Français

  • Arc (fleuve) — Pour les articles homonymes, voir Arc. l Arc (fleuve) Caractéristiques Longueur …   Wikipédia en Français

  • arc-bouter — [ arkbute ] v. tr. <conjug. : 1> VAR. arcbouter • 1604; de arc boutant 1 ♦ Archit. Soutenir au moyen d un arc boutant. ⇒ appuyer, contrebuter, épauler, étayer. Arc bouter un mur, une voûte. 2 ♦ S ARC BOUTER v. pron. Prendre appui sur une… …   Encyclopédie Universelle

  • Rivière d'Auray — (Loc h) Caractéristiques Longueur 56,4 km Bassin  ? Bassin collecteur …   Wikipédia en Français

  • Arc (Doubs) — Arc et Senans Arc et Senans Pays …   Wikipédia en Français

  • Riviere d'Auray — Rivière d Auray la Rivière d Auray ou le Loc h Caractéristiques Longueur 56 4 km Bassin  ? …   Wikipédia en Français

  • Rivière Bécancour — La rivière Bécancour à Bécancour Bassin de la Bécancour. Ca …   Wikipédia en Français

  • Riviere-Eternite — Rivière Éternité Rivière Éternité Localisation de Rivière Éternité d …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”