Aramon (Gard)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aramon.

43° 53′ 31″ N 4° 40′ 54″ E / 43.8919444444, 4.68166666667

Aramon
Ancien hôtel de ville
Ancien hôtel de ville
Administration
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Aramon
Code commune 30012
Code postal 30390
Maire
Mandat en cours
Michel Pronesti
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Pont du Gard
Démographie
Population 3 808 hab. (2008)
Densité 122 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 31″ Nord
       4° 40′ 54″ Est
/ 43.8919444444, 4.68166666667
Altitudes mini. 7 m — maxi. 155 m
Superficie 31,16 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Aramon est une commune française, située dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon.

Sommaire

Géographie

Commune du Gard située en bordure du Rhône, la commune est facilement repérable de très loin dans le paysage par la présence d'une centrale thermique qui possède une impressionnante cheminée haute de 250 mètres. À mi-distance d'Avignon et de Beaucaire, le village d'Aramon s'étale en amphithéâtre au pied de son château construit sur un éperon rocheux. Offrant de tout temps un abri sûr aux navigateurs, le village développe dès l'époque romaine une activité portuaire qui atteint son apogée au XVIIe siècle. Huile, vins, sel, céréales partaient d'Aramon vers la France entière.

Histoire

Son origine remonte à la Préhistoire, attestée par les découvertes archéologiques de vestiges des premiers âges (outils taillés dans de gros galets, tessons de céramique phocéenne). L’occupation du site est certain, au pied du Mont Couvin emplacement idéal, exposé au Sud et protégé en partie du mistral et qui a dû attirer très tôt les populations primitives, au bord du fleuve nourricier et des Paluns, étang très poissonneux.

À l’époque de la Gaule transalpine les Volques Arekomiques s’y établirent, leur capitale étant Nîmes, ils étaient d’origine celtique.

Les découvertes anciennes, inscriptions, épitaphes et leurs exégèses ont fait supposer l’existence d’une agglomération pré-romaine et romaine, peut-être même au deuxième âge du fer. Les preuves les plus anciennes sont l’inscription dédiée par Sabinianus aux utriculaires d’Aramon et celle découverte à Collias mentionnant le peuple des Aramoni.

Les découvertes récentes sur le site du Paradis et la nécropole du Ier siècle avant notre ère, par l’importance des mobiliers trouvés, viennent conforter l’idée de cette occupation. Hellénisation ou Romanisation, les découvertes nous font imaginer le rôle de Marseille dans les propagations des coutumes et des techniques de ces peuples.


Période chrétienne dès le IVe siècle

Après de longues persécutions dans l’empire Romain, le christianisme aurait pénétré Aramon au commencement du IVe siècle avec la tolérance de l’empereur des Gaules Constance-Chlore, dont la première femme Hélène, était chrétienne. Son fils Constantin proclame en 313 à Milan un édit établissant la liberté de culte. Aramon fut alors sous la juridiction des évêques de Nîmes. Les limites des premiers diocèses étaient calquées sur celle du gouvernement civil.


Du Xe au XVe siècle

Les invasions successives des Visigoths, des Sarrasins, des Normands et des Hongrois n’épargnèrent pas notre pays, bâti sur les bords du Rhône, une des grandes routes d’alors. Au temps de l’usurpation de la Provence par les empereurs du St-Empire Germanique au Xe siècle, Aramon devient une des portes du Languedoc, du fait de son port et de la facilité de traverser le fleuve sous ses murs, d’où l’intérêt porté par les Rois de France pour ce site, qui faisait partie du royaume de France.

En effet par le Traité de 1229 à Paris le comte de Toulouse, Raymond VII céda au roi St Louis le Languedoc dont Aramon faisait partie.

Les seigneurs rendaient hommage au roi et leurs pouvoirs consistaient en justice haute, moyenne et basse. Ceux d’Aramon étaient répartis entre le roi et les co-seigneurs en 24 parts suivant une convention. Ce pariage établissait la protection du plus puissant au plus faible en échange des revenus de la seigneurie.

Dès le milieu du XVe siècle on trouve cinq familles nobles en possession de trois parties de la juridiction basse.

Ce sont les co-seigneurs jouissant de droit de privilèges effectifs ou honorifiques et ce jusqu’au XVIIIe siècle.

Ces familles étaient les Posquières, les Laudun, les Joussaud, les Du Jardins et les Malavettes. De 1547 à 1566 Diane de Poitiers duchesse du Diois et Valentinois fut seigneur d’Aramon. La richesse d’Aramon était due à son port dur le Rhône avec la proximité d’Avignon et des terres papales, et celle de Beaucaire dont la célèbre foire attirait l’Europe marchande. Un péage situé sur l’Ile de Carlamejean, face au village, obligeait les bateliers à payer une taxe sur les marchandises transportées, et en particulier sur le sel qui voyageait des salins de Camargue jusqu’en Savoie. Cette taxe se partageait entre le roi et les co-seigneurs.


Fin du XVIe siècle – les guerres de Religion

Aramon souffre terriblement du conflit entre catholiques et protestants. La ville change de mains plusieurs fois. Les protestants qui y étaient établis sont chassés en 1563. Ils reviennent avec mille soldats cernant la ville (on peut voir les traces de balles sur les murs de la clastre).

En 1567 les protestants sont chassés, et une garnison catholique de 60 soldats s’installe alors dans la ville.

Sous Sully de 1589 à 1610 la population s’accroit, puis sous Colbert, grâce à sa politique énergétique, la richesse d’Aramon est alors grande grâce à son port, et à l’amélioration des voies de communication. La foire de la St-Martin est créée en 1703. Elle existe encore de nos jours.


XVII° au XVIII° 1800 – 1830

En 1629 la peste revient et dure 7 mois. Le pays fut ravagé au point de perdre le 2/3 de ses habitants. À la suite de ce fléau tout semble accabler le village : les inondations, un hiver terrible qui vit geler les oliviers, richesse du pays, la misère pour les habitants.

Avec Napoléon, et bien que n’étant par bonapartiste peu à peu Aramon retrouve sa prospérité.


De 1830 à nos jours :

la centrale thermique EDF d'Aramon dont la cheminée, qui culmine à 250 mètres de haut, constitue la plus haute structure de la région Languedoc-Roussillon

De nouveau, les catastrophes fondent sur le village : tragiques inondations, nombreux incendies, hiver rude et terrible qui détruisit ce qui restait des oliviers et une grande partie des récoltes. Après les terribles inondations de 1856 les digues établies par Pitot sur les anciens remparts furent exhaussées et on construisit le magnifique quai en pierre.

La création de la ligne de chemin de fer de Nîmes au Teil en 1878 fut le départ de la nouvelle prospérité d’Aramon. La culture des céréales fit place aux cultures maraichères et fruitières. Un marché quotidien d’Avril à Novembre fut créé.

L’artisanat aussi prospéra avec des ateliers de vannerie utilisant l’osier récolté sur les iles du bord du Rhône, et aussi une chaiserie.

L’évolution des techniques à la fin du XIXe siècle fit péricliter des industries et le village connut l’exode de sa population active.

Aramon paiera un lourd tribut à la guerre de 1914-18. Il souffrira des traditionnelles inondations dont les plus destructrices furent celles de 1856 et 1935, et des hivers rigoureux dont celui de 1956 qui vit la perte de tous les oliviers.

La prospérité ne reviendra qu’au XXe siècle avec l’établissement de la nouvelle industrie. Ainsi viennent tour à tour les laboratoires pharmaceutiques : Sanofi, Expansia, l’énergie avec la centrale thermique EDF, l’emballage avec la société Escudier, la sélection des graines avec la société Rijk Zwann, d’où un accroissement de la population de 1 800 habitants en 1954 à 3800 habitants en 2002. Le bras du Rhône qui jusqu’à la fin du XIXe siècle était navigable, devant le port d’Aramon, au fil du temps s’ensabla, rejetant la navigation vers la rive gauche.

En 1968 les travaux gigantesques de la Compagnie Nationale du Rhône en canalisant le fleuve, et en utilisant son énergie pour produire de l’électricité, mirent le village à l’abri de la fureur du Rhône, qui longtemps et périodiquement ravageait ce dernier. Le pont suspendu qui avait remplacé le bac en 1900 avait été détruit le 15 aout 1944 par 5 vagues successives de bombardiers, fut reconstruit et inauguré le 20 février 1971.

Une nouvelle histoire commençait pour Aramon.

Héraldique

Article connexe : armorial des communes du Gard.
Blason d'Aramon

Les armes d'Aramon se blasonnent ainsi :

D'argent à une montagne de sinople sommée d'un autel antique d'or sommé d'une flamme de gueules[1].

Spécialités régionales

L'omniprésence du soleil, de l'eau et la richesse des terroirs permettent une mosaïque de paysages où alternent garrigue parfumée, vigne, oliviers et vergers. Les 17 villages autour du Pont du Gard entre Rhône et Gardon cultivent au quotidien l'art de vivre. Les produits agricoles de qualité sont autant de trésors gourmands à découvrir. Idéal pour partager saveur et bien-être.


L'olive : ancestrale et traditionnelle

L'olivier, comme la vigne, caractérise notre paysage méditerranéen. Grâce à Monsieur Picholini installé à Collias, depuis des siècles, la "picholine" a aidé à maintenir les racines méditerranéennes du pays. Elle vient d'obtenir une Appellation d'Origine Contrôlée (AOC) qui valorise sa typicité gustative. Suite au travail des confiseurs, elle est consommée verte. Dès le mois de décembre, au moulin, les fruits sont triturés pour en extraire l'huile qui a également obtenu une AOC. Sa notoriété lui est acquise par ses arômes fruités et son ardence typique.


Les vergers

Tous les fruits sont à l'honneur sur nos terres argilo-calcaires : raisins, pêches, kiwis, melons, poires, tomates, cerises, pommes, abricots, figues... Mais aussi les légumes : asperges, haricots, salades, aubergines, courgettes, potirons, courges... et sans oublier l'oignon de Vers-Pont-du-Gard, oignon doux qui a su garder sa typicité comme son grand frère des Cévennes. La multiplicité des productions agricoles a permis le développement d'un savoir-faire de transformation des produits : boissons à base d'abricots, de miel... des gâteaux typiques au bon goût de fruits...


L'apiculture

Grâce à cet équilibre de végétation sauvage et de paysages cultivés, les apiculteurs recueillent différents miels qui font la joie de toute la famille. Dès le printemps très fleuri (acacias, thym, romarin...), les abeilles se démènent pour apporter à la ruche des nectars aux parfums caractérisés : épicé, poivré, floraux, fruité... Malgré les fortes chaleurs, l'activité apicole continue pendant l'été pour aboutir en novembre à une floraison exclusivement méditerranéenne. Celle de l'arbousier qui offre un miel intense en parfum, arôme de torréfaction et une amertume persistante.


Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2008 - en cours Michel Pronesti PCF
mars 2001 - mars 2008 Jean Mahieu DVG
Les données antérieures ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique (Source : INSEE[2])
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008
1454 1826 1951 3027 3344 3773 3 808
Nombre retenu à partir de 1962 : Population sans doubles comptes

Lieux et monuments

  • Maison de l'ingénieur Henri Pitot célèbre par son tube : le tube de Pitot
  • Château et très beaux hôtels particuliers aux riches façades et portes magnifiques des XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Centrale thermique de production d'électricité (EDF) et sa fameuse cheminée.

Personnalités liées à la commune

  • Henri Pitot, ingénieur hydrodynamicien (1695 – 1771)
  • Joseph Domergue, curé doyen d'Aramon de 1691 à 1728, mort à Avignon en 1729. Il n'est autre que l'auteur des paroles de La marche des Rois, cantique populaire de Noël.

Voir aussi

Notes et références

  1. Le blason de la commune sur Gaso
  2. Aramon sur le site de l'Insee

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aramon (Gard) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aramon (Gard) — Aramon …   Deutsch Wikipedia

  • Aramon, Gard — French commune nomcommune=Aramon View of Aramon région=Languedoc Roussillon département=Gard arrondissement=Nîmes canton=Aramon insee=30012 cp=30390 maire=Jean Mahieu mandat=2001 2008 intercomm=Communauté de communes du Pont du Gard… …   Wikipedia

  • Aramon (commune) — Aramon (Gard) Pour les articles homonymes, voir Aramon. Aramon Ancien hôtel de ville …   Wikipédia en Français

  • Aramon (Begriffsklärung) — Aramon bezeichnet: Aramon, eine Rebsorte Aramon Blanc Aramon du Gard Aramon Gris Aramon (Gard), eine Gemeinde im französischen Département Gard Kanton Aramon im französischen Département Gard …   Deutsch Wikipedia

  • Aramon — may refer to: * Aramon (grape) * Aramon, Gard, a commune in the Gard department in southern France …   Wikipedia

  • Aramon du Gard — ist eine rote Rebsorte. Die Sorte Aramon du Gard ist eine Neuzüchtung zwischen den Sorten Jaeger 70 und der Sorte Aramon. Sie ist damit direkt mit der Sorte Flot Rouge verwandt. Die Kreuzung erfolgte durch den französischen Züchter Albert Seibel… …   Deutsch Wikipedia

  • Aramon — Saltar a navegación, búsqueda Para la gestora de las estaciones de esquí aragonesas: Aramón Aramon País …   Wikipedia Español

  • aramon — [ aramɔ̃ ] n. m. • 1873; de Aramon, ville du Gard ♦ Cépage du Languedoc. ● aramon nom masculin (de Aramon, nom propre) Cépage très productif, répandu dans le midi de la France, qui donne des vins agréables en coteau et des vins communs en plaine …   Encyclopédie Universelle

  • Aramon — ist eine sehr alte rote Rebsorte. Sie stammt möglicherweise aus Spanien. Untersuchungen von Ferdinand Regner legen jedoch eine enge Verwandtschaft mit der Heunisch Familie nahe. Nach letzter Erhebung liegt die Rebfläche in Frankreich bei 3.304… …   Deutsch Wikipedia

  • Gard (département) — Pour les articles homonymes, voir Gardon (rivière). Gard …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”