Nicolas Werth
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Werth.

Nicolas Werth, né en 1950, est un historien français spécialiste de l’histoire de l’Union soviétique. Il est directeur de recherche à l’Institut d'histoire du temps présent, affilié au CNRS.

Sommaire

Parcours

Le père de Nicolas Werth est le journaliste anglais Alexander Werth, qui a passé en URSS les années de guerre[1]. Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d'histoire, Nicolas Werth a enseigné dans le secondaire et à l’étranger (Minsk, New York, Moscou, Shanghaï). Il a occupé les fonctions d’attaché culturel auprès de l’ambassade de France à Moscou durant la perestroïka (1985-1989).

Entré au CNRS en 1989, Nicolas Werth s’est consacré depuis son premier livre (Être communiste en URSS sous Staline, Gallimard, 1981) à l'histoire soviétique. C'est particulièrement l'histoire sociale des années 1920-1930 qui l'intéresse, notamment les rapports entre le pouvoir et la société (violence étatique, résistances sociales…).

Travaux

Nourrissant sa réflexion et ses travaux, non seulement des acquis de la soviétologie occidentale, mais aussi des travaux de ses collègues russes (le russe étant sa langue maternelle), il place ses recherches dans la perspective d'un dépassement du clivage entre « école du totalitarisme » et « école révisionniste », le considérant comme obsolète après l'effondrement de l'URSS et l'ouverture au moins partielle des archives[2]. Pourtant, par son attachement à l'histoire sociale, « longtemps restée la parente pauvre d'une soviétologie axée exclusivement sur le politique »[3], il se place plutôt dans la perspective des travaux des historiens « révisionnistes ». Il explique d'ailleurs, à l'opposé de certains soviétologues qui pensaient que le contrôle totalitaire de la société soviétique avait été effectif, que les rapports de la police politique « dévoilent souvent la distorsion existant entre une réalité voulue et la réalité des faits »[4].

Auteur de la partie du Livre noir du communisme consacrée à la Russie soviétique et à l'URSS, il s’est publiquement démarqué de l’idée contenue dans la préface de Stéphane Courtois selon laquelle le communisme serait par essence criminogène. Il a également dénoncé, concernant cet ouvrage, des chiffres faux[5], et « une dérive de l'histoire exclusivement policière »[6].

Nicolas Werth participe depuis 1997 au séminaire « Histoire soviétique : sources et méthodes », placé sous la direction de Wladimir Berelowitch[7], du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC) de l'EHESS. Il est par ailleurs membre des comités de rédaction de Vingtième Siècle. Revue d'histoire et des Cahiers du monde russe.

Ouvrages

  • Être communiste en URSS sous Staline, Gallimard, Paris, 1981.
  • La Vie quotidienne des paysans russes de la Révolution à la collectivisation (1917-1939), Hachette, Paris, 1984, 410 p.
  • avec Gaël Moullec, Rapports secrets soviétiques. La société russe dans les rapports confidentiels, 1921-1991, Gallimard, Paris, 1995.
  • Histoire de l’Union soviétique de Lénine à Staline, PUF, coll. « Que sais-je ? », Paris, 1995.
  • Histoire de l’Union soviétique de Khrouchtchev à Gorbatchev, PUF, coll. « Que sais-je ? », Paris, 1998.
  • La Russie en Révolution, Gallimard, coll. « Découvertes », Paris, 1998.
  • « Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en URSS de 1917 à 1953 », in Stéphane Courtois (dir.), Le Livre noir du communisme, Robert Laffont, Paris, 1998, p. 45-313.
  • Histoire de l'Union soviétique. De l'Empire russe à la Communauté des États indépendants, 1900-1991, Thémis Histoire, PUF, Paris, 6e édition mise à jour, 2008 (ISBN 978-2-13-056120-0).
  • Les Procès de Moscou (1936-1938), Éditions Complexe, nouvelle édition revue et augmentée, 2006, (ISBN 2-8048-0101-2).
  • L'Île aux cannibales : 1933, une déportation-abandon en Sibérie, Perrin, Paris, 2006, 210 p.
  • La Terreur et le désarroi. Staline et son système, Perrin, collection « tempus », Paris, 2007, 614 p. (ISBN 978-2-262-02462-8)
  • L'Ivrogne et la marchande de fleurs : Autopsie d'un meurtre de masse, 1937-1938, Tallandier, Paris, 2009.

Ouvrages collectifs

Notes

  1. Il en a tiré l'ouvrage La Russie en guerre, Paris, Stock, 1964, 2 vol.
  2. Nicolas Werth, La Terreur et le Désarroi, préface, p. XII.
  3. N. Werth, « Une source inédite : les svodki de la Tchéka - OGPU » Revue des études slaves, vol. 66, n° 1, 1994, p. 26.
  4. Ibid., p. 25.
  5. Le Monde, 14 novembre 1997.
  6. Dans un entretien accordé au journal Le Monde, paru le 21 septembre 2000, p. 32.
  7. Notice de Wladimir Berelowitch] (université de Genève).

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nicolas Werth de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nicolas Werth — (* 1950) ist ein französischer Historiker, der als Spezialist für die Geschichte der Sowjetunion gilt. Er ist Direktor des Forschungsressorts am Institut d’histoire du temps présent, das zum Centre national de la recherche scientifique (CNRS)… …   Deutsch Wikipedia

  • WERTH Nicolas — Nicolas Werth Pour les articles homonymes, voir Werth. Nicolas Werth, né en 1950, est un historien français spécialiste de l’histoire de l’Union soviétique. Il est chercheur à l’Institut d histoire du temps présent, affilié au CNRS. Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • Werth — bezeichnet: eine Binneninsel, siehe Werder (Landschaft) Werth ist der Name folgender geographischer Objekte: Werth (Münsterland) mit der Burg Werth, seit 1975 Stadtteil von Isselburg Werth (Rheinisch Bergischer Kreis), durch die Flutung der… …   Deutsch Wikipedia

  • Nicolas II De Russie — Pour les articles homonymes, voir Nicolas II.  Pour les autres membres de la famille, voir : Maison Romanov …   Wikipédia en Français

  • Nicolas ii de russie — Pour les articles homonymes, voir Nicolas II.  Pour les autres membres de la famille, voir : Maison Romanov …   Wikipédia en Français

  • Werth —  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. Cet article possède un paronyme, voir : Woerth. Classement par ordre alphabétique Alexand …   Wikipédia en Français

  • Nicolas II de Russie — Pour les articles homonymes, voir Nicolas II. Pour les autres membres de la famille, voir : Maison Romanov. Nicolas II …   Wikipédia en Français

  • Nicolas Iejov — Nikolaï Iejov Nikolaï Iejov. Nikolaï Ivanovitch Iejov (en russe : Николай Иванович Ежов) était un policier et homme politique soviétique né en 1895 à Saint Pétersbourg en Russie, et mort fusillé sur ordre de Stal …   Wikipédia en Français

  • Alexander Werth — (* 4. Februar 1901 in St. Petersburg; † 5. März 1969 in Paris) war ein russischstämmiger britischer Journalist und Historiker, bekannt für seine Geschichte des Krieges zwischen dem Deutschen Reich und der Sowjetunion im Zweiten Weltkrieg.… …   Deutsch Wikipedia

  • Alexander Werth — Pour les articles homonymes, voir Werth. Alexander Werth (né le 4 février 1901 à Saint Pétersbourg mort le 5 mars 1969 (à 68 ans) à Paris) est un journaliste et correspondant de guerre britannique d origine russe. Sa famille… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”