Nicolas Vauquelin Des Yveteaux
Nicolas Vauquelin Des Yveteaux
Gravure de Charles Devrits
Gravure de Charles Devrits

Activités Poète
Naissance 1567
La Fresnaye-au-Sauvage
Décès 9 mars 1649
Paris
Langue d'écriture français
Mouvement Libertinage intellectuel
Genres ode, sonnet, stances

Nicolas Vauquelin Des Yveteaux, né en 1567 au château de La Fresnaye à Falaise et mort le 9 mars 1649 à Paris, est un poète libertin français.

Sommaire

Sa vie et son œuvre

Fils aîné de Jean Vauquelin de la Fresnaye, Des Yveteaux exerce la charge de lieutenant général au bailliage de Caen. Destitué par le parlement de Rouen, il est amené à Paris par le maréchal d’Estrées et nommé précepteur de César de Vendôme, fils naturel de Henri IV et de Gabrielle d'Estrées, pour lequel il compose en 1604 son seul poème sérieux, l’Institution du Prince, in-8°. Chargé ensuite de l’éducation du dauphin, le futur Louis XIII, ses mœurs licencieuses le font renvoyer de la cour en 1611.

Il quitta la cour pour mener la vie d’un épicurien, se fit remarquer par des aventures scandaleuses et de bizarres extravagances, passant des journées entières dans son jardin de la rue du Colombier, vêtu en berger de l’Arcadie, la houlette à la main et soupirant des vers aux pieds de sa belle. Sainte-Beuve raconte ainsi la suite de sa vie : « Fatigué de la cour, et persuadé que la vie champêtre est la plus heureuse de toutes les vies, il se retira dans une maison du faubourg Saint-Germain », et là, dit la chronique, « prenant l’air d’un pastor fido avec sa dame, la houlette à la main, la panetière au côté, la chapeau de paille doublé de couleur de rose sur la tête, il conduisoit paisiblement le long des allées de son jardin ses troupeaux imaginaires, leur disoit des chansonnettes et les gardoit du loup[1]. » Tallemant des Réaux, qui a lui aussi décrit les costumes extravagants du poète, ajoute ceci : « À quatre-vingts ans il se portoit encore fort bien. Il m’a quelquefois lassé à force de me promener dans son jardin. C’étoit un petit homme sec, à yeux de cochon. Il a toujours eu l’esprit présent, et, à sa mode, il disoit de jolies choses[2]. »

Vauquelin Des Yveteaux a exprimé dans ses vers, avec une aimable nonchalance, son voluptueux égoïsme. Poète aujourd'hui considéré inférieur à son père, il acquit une réputation supérieure à son mérite par la singularité de sa vie, les situations qu’il occupa et ses relations avec la nouvelle école poétique de Desportes et de Malherbe. Ses vers ont de la correction, mais peu d’originalité et de couleur. Son œuvre se compose principalement d’odes, des sonnets, des stances et diverses autres pièces fugitives, dont plusieurs ont été recueillis de son vivant dans les Délices de la poésie françoise, ou dernier recueil des plus beaux vers de ce temps en 1620.

Selon Tallemant des Réaux, « Ses vers étoient médiocres, mais il avoit assez de feu ; sa prose, à tout prendre, valoit mieux. Il savoit et avoit de l’esprit ; il a eu en un temps toute la vogue qu’on sauroit avoir[3]. »

Un sonnet de Vauquelin des Yveteaux

Avoir peu de parents, moins de train que de rente,
Et chercher en tout temps l’honnête volupté,
Contenter ses désirs, maintenir sa santé,
Et l’âme de procès et de vices exempte ;
À rien d’ambitieux ne mettre son attente,
Voir ceux de sa maison en quelque autorité,
Mais sans besoin d’appui garder sa liberté,
De peur de s’engager à rien qui mécontente ;
Les jardins, les tableaux, la musique, les vers,
Une table fort libre et de peu de couverts,
Avoir bien plus d’amour pour soi que pour sa dame,
Être estimé du Prince, et le voir rarement,
Beaucoup d’honneur sans peine et peu d’enfants sans femme,
Font attendre à Paris la mort fort doucement.

Œuvres complètes

  • Les Œuvres poétiques de Vauquelin Des Yveteaux, réunies pour la première fois, annotées et publiées par Prosper Blanchemain (Paris, 1854, in-8°)
  • Œuvres complètes de Nicolas Vauquelin, seigneur des Yveteaux, publiées et annotées d’après les manuscrits originaux et les recueils collectifs de poésie du XVIIe siècle, par Georges Mongrédien (1921). Réédition : Slatkine, Genève, 1967.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. Tableau de la poésie française au XVIe siècle, vol. 1, p. 206 (édition de 1876). Le passage que cite Sainte-Beuve est de Bonaventure d'Argonne, dit Vigneul-Marville.
  2. Historiettes, M. des Yvetaux (1834-36) [1]
  3. Ibid.

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nicolas Vauquelin Des Yveteaux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Vauquelin — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Ancien prénom germanique Walkelin devenu patronyme normand Vauquelin ou Gauquelin. Il a été notamment porté par Prénoms Vauquelin de Ferrières… …   Wikipédia en Français

  • Liste des normands célèbres — Liste de personnes nées en Normandie Liste des personnalités nées en Normandie. Ces personnalités sont toutes nées en Normandie, mais ne sont nécessairement ni de nationalité française, ni de langue française. Pour une liste des Normands… …   Wikipédia en Français

  • Jean Vauquelin De La Fresnaye — Gravure de Charles Devrits Activité(s) Poète …   Wikipédia en Français

  • Jean Vauquelin de la Fresnaye — Gravure de Charles Devrits Activité(s) Poète …   Wikipédia en Français

  • Jean vauquelin de la fresnaye — Gravure de Charles Devrits Activité(s) Poète …   Wikipédia en Français

  • Jean Vauquelin de La Fresnaye — Gravure de Charles Devrits Activités Poète Naissance …   Wikipédia en Français

  • Liste des châteaux et manoirs de Normandie — Légende Symbole Signification Ruine Château fort …   Wikipédia en Français

  • Liste des châteaux de Normandie — Légende Ruine Château fort …   Wikipédia en Français

  • Les Yveteaux — 48° 42′ 23″ N 0° 16′ 20″ W / 48.7063888889, 0.272222222222 …   Wikipédia en Français

  • Arts normands — Culture de la Normandie Le Manuel du Bibliographe normand d’Édouard Frère La Normandie possède une langue propre dérivée, comme le français, de la langue d oïl, le normand qui est encore utilisé à l’heure actuelle, notamment dans le …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”