Arabes israeliens

Arabes israéliens

Les Arabes israéliens, Israéliens arabes, Palestiniens de l'intérieur ou réfugiés de l'intérieur désignent les Palestiniens détenteurs de la citoyenneté israélienne. Les populations juives originaires des pays arabes, parfois désignées sous le terme de « Juifs arabes », ne sont pas comptabilisées parmi les Arabes israéliens bien que ces réfugiés et leurs descendants soient souvent arabophones également.

Lors de la guerre de 1948, certains palestiniens ont refusé de quitter leur domicile, ou ont fui les combats vers des zones situées à l'intérieur de ce qui est aujourd'hui Israël. À la fin de la guerre, ils furent admis à la citoyenneté israélienne.

Les Arabes israéliens représentent environ 15 % de la population du pays (ou 19,5 %, soit environ 1 350 000 personnes, en incluant Jérusalem-Est dans les statistiques[1]). Selon les principes fondamentaux de la démocratie israélienne, ces citoyens ont théoriquement les mêmes droits que les autres Israéliens. Toutefois, des discriminations sont dénoncées contre ces populations, parfois soupçonnées par leurs concitoyens de soutenir la cause palestinienne aux dépens de l'existence de l'État d'Israël. La majorité des Arabes israéliens ne sont pas appelés à servir l'armée de défense israélienne, Tsahal.

Sommaire

Histoire de ces populations

La majorité des Arabes israéliens (incluant 170 000 Bédouins) sont des descendants des 150 000 Arabes qui restèrent dans les frontières de l'État hébreu après la guerre de Palestine de 1948 ainsi que des Palestiniens de la région de Wadi-Ara lorsque cette région fut donnée à Israël dans le cadre des accords d'armistice israélo-jordaniens de 1949. 200 000 Arabes supplémentaires de la bande de Gaza et de Cisjordanie furent autorisés à immigrer en Israël dans le cadre de regroupements familiaux et obtinrent la citoyenneté israélienne.

Enfin, le nombre de Palestiniens vivant illégalement en Israël était estimé autour de 170 000 en 2004[2].

Diversité de ces populations

Parmi les populations arabes israéliennes, les citoyens se définissent de façons très différentes selon leurs sensibilités aux nationalismes arabe, palestinien, leur rapport au territoire de la Palestine d'avant-1948, à la citoyenneté israélienne et à leurs liens avec l'État d'Israël[3]. Ces sensibilités varient également selon leur identité religieuse (musulmane ou chrétienne). Ces citoyens mettent en avant un ou plusieurs de ces éléments lorsqu'ils se définissent : Arabes israéliens, ou Arabes palestiniens, ou Palestiniens, ou Palestiniens israéliens, ou Chrétiens d'Israël ou encore Israéliens arabo-palestiniens…

D'un point de vue religieux, les Musulmans, incluant les Bédouins, sont 82 % des Arabes israéliens avec environ 9 % de Druzes et 9 % de Chrétiens, d'après le bureau des statistiques israélien (mai 2003).

Arabes musulmans

Les Arabes musulmans non bédouins comprennent environ 70 % de la population arabe israélienne. Ils vivent en majorité dans le nord du pays et à Jérusalem-Est, même s'ils sont aussi présents dans des villes du sud d'Israël. Ces populations ne sont pas obligées de servir l'armée nationale et peu se portent volontaires. C'est dans cette population que l'on trouve le plus grand nombre de citoyens se désignant comme Palestiniens, ou aussi souvent Palestiniens israéliens.

Les Musulmans israéliens dans leur ensemble ont le taux de natalité le plus élevé des populations israéliennes : 4 enfants par femme (contre 2,7 pour les Juifs israéliens)[4]. Cela implique qu'un enfant sur 4 qui nait en Israël est musulman et que cette population est très jeune (42 % a moins de 15 ans, à comparer au chiffre de 26 % dans la population juive). L'âge moyen des musulmans israéliens est 18 ans, contre 30 ans pour les juifs israéliens. 3 % des musulmans ont plus de 65 ans, contre 12 % pour les juifs israéliens.

Les projections estiment que la population musulmane représentera plus de 2 millions de citoyens israéliens, soit 24-26 % dans les 15 prochaines années. Elle représentera alors 85 % des Arabes israéliens vers 2020, soit 3 points de plus qu'en 2005[5].

Cependant, depuis 2000, la démographie musulmane israélienne connaît un net fléchissement. L'indice de fécondité, stable à 4,7 pendant toutes les années 1990, est tombé à 4,3 en 2004, et atteint seulement 4 en 2005, tandis que le nombre d'enfants nés de mère musulmane a chuté spectaculairement de 5,6 % par rapport à l'année précédente[6]. Le même phénomène a touché Druzes et Arabes chrétiens dans les années 1990 et leur indice de fécondité est maintenant inférieur à celui des Juifs. Cela devrait conduire à réviser les projections démographiques. Le changement est essentiellement la conséquence du plus haut niveau d'éducation des jeunes femmes musulmanes, qui sont aussi de plus en plus nombreuses à travailler.

La croissance démographique de cette population musulmane n'est pas sans poser des débats dans la vie politique israélienne. Dr Wahid Abd Al-Magid, éditeur de Al-Ahram's Arab Strategic Report prédit que « …Les Arabes de 1948 (i.e. les Arabes israéliens) pourrait devenir majoritaires en Israël vers 2035 et le seront certainement en 2048 ». Ce type d'analyses et de projections a amené certains politiciens israéliens à proposer un échange de territoires avec la Cisjordanie pour garantir que la majorité de la population reste juive en Israël. L'un de ces plans propose d'associer les populations arabes du Wadi-Ara (à l'ouest de la ligne verte) à un futur État arabe palestinien, en échange des principaux blocs d'implantation juive de Cisjordanie[7]. Toutefois, certains critiquent ces propositions jugées insuffisantes car elles ne feraient diminuer que de 2 % environ le pourcentage d'Arabes israéliens dans la population totale]</ref>.

De plus, cela poserait le problème du retour des réfugiés : populations arabes chassées par Israël (en 1948 et après). Ce problème est très vrai à Jaffa.

Bédouins

Le terme de « Bédouins » ou « Badaoui » en arabe désigne un ensemble de groupes ethniques, originellement nomades, vivant dans les zones désertiques du Sahara de l'Ouest au Moyen-Orient. Certains (les fellahin) se sont sédentarisés et travaillent la terre. La plus grande localité de Bédouins en Israël est la ville de Rahat. Le gouvernement israélien encourage les Bédouins à se sédentariser dans certaines villes en particulier, mais beaucoup vivent dans des villages non reconnus, malgré les vœux des autorités officielles et la moindre disponibilité de services sociaux[8].

Les Bédouins sont admis dans l'armée israélienne sur le principe du volontariat, mais seulement 4 % de ces citoyens se portent volontaires.

Arabes chrétiens

Les Arabes chrétiens de nationalité israélienne sont environ 9 % de la population arabe israélienne et résident en grande partie dans le nord du pays, Nazareth étant la plus grande ville arabe chrétienne en Israël. Les Chrétiens sont actifs dans le vie politique et civile israélienne. Un juge de la Cour Suprême d'Israël est chrétien.

Druzes

Les Druzes sont un groupe ethnique présent principalement en Israël, en Syrie et au Liban. Les Druzes israéliens vivent essentiellement dans le nord du pays, notamment à Daliyat Al-Karmel près de Haifa. Des villes druzes existent également dans les hauteurs du Golan, territoire revendiqué par la Syrie.

La majorité des Druzes se définissent comme israéliens et doivent faire leur service militaire, à la demande de leurs dirigeants communautaires. Les Druzes israéliens, contrairement à leurs coreligionnaires syriens, refusent d'être qualifiés de musulmans. Certains d'entre eux refusent même d'être identifiés à des Arabes, revendiquant qu'ils ne partagent avec eux que la langue arabe. Toutefois, des personnalités druzes comme Salman Natur et Jamal Mu'addi se définissent comme des Arabes palestiniens.

Répartition géographique

71 % de la population arabe vit dans 116 localités d'Israël, généralement à grande majorité arabe. Seules neuf de ces localités ont le statut de villes. 40 % des musulmans israéliens (soit 400 000 personnes) vivent dans des communautés du nord du pays, à forte majorité arabe. 24 % des Arabes vivent dans des villes à majorité juive, essentiellement Jérusalem, Haifa, Tel Aviv-Jaffa, Akko, Lod, Ramla, Ma'alot-Tarshiha, et Nazerat Illit. 4 % des Arabes vivent dans des communautés de Bédouins du Néguev et 1 % vivent dans des zones qui sont habitées quasi-intégralement par des Juifs.

Vie économique

Le pourcentage des personnes actives parmi les Arabes israéliens est évalué à 39 %, contre 57 % pour le reste de la population. Il présente des disparités entre la participation des actifs hommes (60 % mais caractérisé par une entrée jeune dans le monde du travail et peu d'emploi après 45 ans) et des actives femmes qui sont beaucoup moins présentes sur le marché du travail (17 % contre 55 % pour les Juives israéliennes). Les disparités selon les groupes ethniques, les sexes et les tranches d'âge, s'expliquent par des préférences personnelles, des pressions sociales, un manque d'opportunités et des différences d'éducation (surtout pour les plus âgés). Les Arabes ont été plus durement frappés par la récente récession vécue par le pays. En 1989, 68 % des hommes arabes étaient actifs (contre 62 % pour les hommes juifs) alors que le taux d'actifs est maintenant de 60 % pour les deux communautés. Les principaux secteurs d'activité des Arabes sont le bâtiment pour les hommes (25 %) et l'éducation pour les femmes (38 %).

Les Arabes gagnent en moyenne 69 % de ce que gagnent les Juifs israéliens. Le revenu horaire moyen des Arabes israéliens étaient de 29,5 shekels en 2003. Le revenu horaire moyen des femmes (30,3 shekels) était supérieur à celui des hommes (29,3 shekels), ce qui est particulièrement remarquable mais s'explique par le fait que les femmes sont principalement présentes dans des fonctions publiques comme l'éducation.

Les revenus des Arabes israéliens sont répartis en moyenne entre leurs salaires (76 % contre 77 % pour les Juifs) et des allocations (20 % contre 11 % pour les Juifs). Leurs dépenses principales sont alimentaires (le logement est la principale dépense des foyers juifs). Ces différences s'expliquent par des revenus plus faibles et par le fait que les Arabes soient plus souvent propriétaires de leurs logements (à 87 % contre 68 % chez les Juifs).

La principale donnée sur le développement économique des Arabes israéliens depuis 1949 est sa transformation d'une population agricole en une population plus ouvrière dans l'industrie. Plusieurs étapes ont marqué l'évolution économique de ces populations. Jusqu'en 1967, les Arabes sont prolétarisés. À partir de 1967, le développement économique est encouragé et une bourgeoisie arabe apparaît. Depuis les années 1980, les communautés arabes ont développé plus particulièrement leur potentiel industriel.

Santé

Des améliorations des conditions de vie, de l'éducation et des soins ont permis de diminuer le taux de mortalité infantile des Arabes israéliens qui est passé de 32 pour mille naissances en 1970 à 8,6 pour mille en 2000. Parmi les Arabes, les populations musulmanes ont le taux de mortalité infantile le plus élevé, 9,1 pour 1 000 contre 46,1 pour mille en 1961[9]. Chez les chrétiens, le taux est passé de 42,1 en 1961 à 6,7 en 1996. Chez les Druzes, il est passé de 50,4 à 8,9 décès pour mille naissances.

L'espérance de vie de ces populations a progressé de 27 ans depuis 1948. Les causes principales de décès sont les maladies cardiaques et le cancer. Près de la moitié des hommes arabes fument, et environ 14 % ont été diagnostiqués avec du diabète en 2000[9].

Dans le budget 2002, le ministre israélien de la santé a alloué 1,6 millions de shekels aux communautés arabes, parmi les 277 millions du budget alloué au développement des services de santé[10].

Éducation

Le nombre d'années de scolarisation des enfants arabes israéliens a augmenté entre 1961 et 1996, passant de 1,2 à 10,4 années. Le niveau d'éducation des Arabes israéliens est relativement plus faible que celui des Juifs israéliens, ce qui a un impact sur les niveaux de salaires.

Human Rights Watch pointait, dans un rapport datant de 2001[11], les inégalités entre les écoles publiques arabes et juives et l'investissement gouvernemental plus faible dans l'éducation des enfants arabes. Les classes étaient en moyenne, toujours d'après ce rapport, 20 % plus chargées chez les Arabes[12].

Statut légal et politique

Les Arabes israéliens sont des citoyens à part entière de l'État d'Israël, avec une protection égale devant la loi et les mêmes droits que leurs concitoyens. L'arabe est langue officielle de l'État. Toutefois, contrairement aux citoyens juifs, ils ne sont pas enrôlés dans l'armée israélienne mais ils peuvent y servir volontairement.

Intégration

Des réussites personnelles sont des signes ponctuels d'intégration des Arabes israéliens :

  • Neuf Arabes israéliens siègent au parlement, dans la 17e Knesset (sur 120 parlementaires).
  • Le 3 mars 1999, Abdel Rahman Zuabi fut le premier arabe siégeant à la Cour Suprême. Il fut également nommé vice-Président de la cour du district de Nazareth. Lors de sa nomination, le ministre de la Justice Tzahi Hanegbi déclara que la nomination de Zuabi était un signe d'intégration réussie de la communauté arabe dans la vie du pays.
  • Un juge arabe, Salim Jubran, siège de façon permanente à la Cour Suprême d'Israël depuis mai 2004. Il est originaire de Haïfa et né dans une famille chrétienne avec des racines maronites libanaises. Il est reconnu pour son expertise sur le droit criminel et connu pour sa sévérité face aux crimes sexuels ou liés à la drogue.
  • Le gouvernement de Ariel Sharon comptait, en 2001, un ministre arabe, Salah Tarif et Oscar Abou Razaq fut nommé Directeur Général du ministère de l'intérieur en mars 2005.
  • D'autres personnalités ont accédé à la célébrité en Israël, comme le romancier Emile Habibi, les réalisateurs Elia Suleiman et Hany Abu-Assad, l'actrice Hiam Abbass, l'actrice et chanteuse Mira Awad, l'acteur Yousef Sweid et quelques joueurs de football association (soccer).
  • En 1999, une femme arabe est devenue Miss Israël pour la première fois de l'histoire du pays. Elle se déclara totalement israélienne. Cette élection de Rana Raslan, originaire de Haïfa, fit les titres des journaux en Israël et dans le monde.
  • Depuis avril 2006, une arabe musulmane de 20 ans a gagné un show de la télé réalité israélienne[13],[14].
  • En janvier 2005, Azmi Nassar, arabe israélien, est devenu l'entraîneur la sélection de football association palestinienne pour 2 ans[15].
  • Fin février 2007, le député druze Majalli Wahaba, adjoint de la présidente par intérim Dalia Itzik et vice-président de la Knesset, a hérité du poste pendant une semaine, en raison d'un voyage de la présidente aux États-Unis. Il fut le premier membre de la minorité arabe d'Israël à occuper cette fonction[16].

D'autres positions anti-israéliennes se font également entendre :

  • En décembre 2005, un parlementaire arabe à la Knesset, Azmi Bishara, déclara à une assemblée au Liban que les Arabes israéliens étaient « comme tous les Arabes, mais avec une nationalité israélienne qui leur a été imposée… Rendez-nous la Palestine et emportez la démocratie avec vous. Elle ne nous intéresse pas[17], ynetnews.com, 18 décembre 2005. » Bishara a été critique par rapport à la démocratie israélienne qui, selon lui, n'est pas faite pour tous les citoyens mais pour certains groupes privilégiés.
  • En février 2006, un autre parlementaire arabe à la Knesset, Ahmed Tibi, a appelé à l'établissement d'un califat islamique sur ce qu'il appela « une terre arabe et musulmane » et a rejeté l'« israélisation » des Arabes d'Israël[18].

Par ailleurs, des témoignages existent sur la difficulté d'intégration des Arabes israéliens et si devant la loi tous les citoyens israéliens sont égaux dans les faits des discriminations existent notamment dans la possibilité de vivre dans une communauté juive.

Organisation politique

Discrimination

  • 2000 : arrêt de la Cour suprême israélienne concernant la famille Adel et Iman Kaadan, des Arabes israéliens qui voulaient acheter des terres dans une communauté exclusivement juive, Katzir. L'un des avocats, Dan Yakir, est membre de l’Association for Civil Rights in Israel. La Cour juge que la discrimination effectuée par Katzir est anti-constitutionnelle[19].

Loi de la citoyenneté

Implications dans le conflit israélo-palestinien

En octobre 2000, au début de la seconde Intifada, 12 Arabes israéliens sont tués par des policiers israéliens lors de la répression de divers manifestations.

Le 27 janvier 2008, le procureur général de l'État d'Israël annonce l'abandon définitif des poursuites à l'encontre des policiers qui avaient tué les manifestants arabes en 2000[20]. Ahmed Tibi, un député arabe israélien, déclare par la suite à la radio militaire : « Il est inadmissible que des policiers assassins tirent en toute impunité sur des citoyens sans qu'ils soient poursuivis. C'est une preuve supplémentaire de la discrimination que subit la population arabe ».

Dans son rapport rendu public en septembre 2003, après deux ans et demi de travaux, la commission, présidée par le juge Théodore Orr, avait infligé un blâme sévère à la police israélienne, sans réclamer des poursuites judiciaires spécifiques[20]. Elle avait lié les violences d'octobre 2000 en solidarité avec les Palestiniens à « l'incapacité des différents gouvernements israéliens à traiter de façon équitable la minorité arabe ».

Début juillet 2006, au cœur de l'opération Pluie d'été dans la Bande de Gaza, le député arabe israélien Wassil Taha (Balad) conseille aux Palestiniens sur le site Islamoline de kidnapper un soldat et de cesser les attaques contre les civils.

Il confirme cette affirmation à la presse israélienne et provoque des réprobations des autres députés de la Knesset. Le député Yoel Hasson dépose même une plainte contre Taha. D'autres proposent de retirer sa nationalité israélienne au député arabe voire de l'échanger contre Gilad Shalit.

Voir aussi

Bibliographie

  • Rosenthal, Donna. The Israelis. Free Press, 2003. (ISBN 0743270355)

Sources

  • Féron, Valerie, Palestine(s) : Les déchirures, Paris, Éditions du Felin, 2001. (ISBN 2866453913)
  • Kodmani-Darwish, Bassma, La Diaspora Palestinienne, Paris : Presses Universitaires de France, 1997. (ISBN 2130484867)
  • Schenk, Bernadette Druze Identity in the Middle East, in Salibi, Kamal, ed, The Druze: Realities and Perceptions, London, Druze Heritage Foundation, 2005
  • Orgad, Liav(PhD), IDC, Hertzlia, Internationalizing the issue of Israeli Arabs, Maariv, 19 mars 2006, page 7.

Liens externes

Notes et références

  1. (en)(he)POPULATION, BY POPULATION GROUP (Jews and other, and Arab population), SEX AND AGE [pdf]
  2. (en)WorldNetDaily: Illegal immigrationa crisis – in Israel
  3. H. Adan, V. Ashkenazi, B. Alperson, To Be Citizens in Israel - A Jewish and Democratic State - Civics Textbook for Upper Grades in General and Religious Schools, 2000
  4. (en)(he)SOURCES OF POPULATION GROWTH, BY DISTRICT, POPULATION GROUP AND RELIGION[pdf]
  5. (en)(he)PROJECTIONS OF POPULATION(1) IN ISRAEL FOR 2010-2025, BY SEX, AGE AND POPULATION GROUP[pdf]
  6. (en)Muslim women having fewer children, ynetnews.com, 29 août 2006
  7. (en)Trading Places
  8. (en)The Association of Forty - Home Page
  9. a  et b (en)Statistics Regarding Israeli Arabs
  10. (en)Worlds apart
  11. (en)Israeli Schools Separate, Not Equal (Human Rights Watch, 5-12-2001)
  12. (en)Human Rights Watch: Second Class: Discrimination Against Palestinian Arab Children in Israel's Schools - Summary
  13. (he)אל אל, ניראל
  14. (he)רכילות NRG - ניראל לקחה
  15. (en)EURO 2008 News: Israeli Nassar appointed Palestine national coach
  16. Un Arabe président d'Israël pour la première fois, Proche-Orient
  17. (en)Arab MK: Israel ‘robbery of century’
  18. (en)Arab party: We'll fight Israel's 'Zionization', ynetnews.com, 15 février 2006
  19. Joel Greenberg, (en)Israeli Court Rules Arab Couple Can Live in Jewish Area, New York Times, 9 mars 2000.
  20. a  et b Arabes israéliens tués en 2000 : abandon des poursuites contre les policiers | Le Monde
  • Portail d’Israël Portail d’Israël
  • Portail du monde arabe Portail du monde arabe
Ce document provient de « Arabes isra%C3%A9liens ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arabes israeliens de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Arabes Israéliens — Les Arabes israéliens, Israéliens arabes, Palestiniens de l intérieur ou réfugiés de l intérieur désignent les Palestiniens détenteurs de la citoyenneté israélienne. Les populations juives originaires des pays arabes, parfois désignées sous le… …   Wikipédia en Français

  • Arabes israéliens — Les Arabes israéliens (auquel il est également fait référence en tant qu Israéliens arabes, Palestiniens de l intérieur ou réfugiés de l intérieur) désignent les Palestiniens détenteurs de la citoyenneté israélienne. Les populations juives… …   Wikipédia en Français

  • Liste démocratique pour les Arabes israéliens — La Liste démocratique pour les Arabes israéliens (arabe : القائمة الديموقراطية لعرب إسرائيل, hébreu : רשימה דמוקרטית לערביי ישראל, Reshima Demokratit LeAravei Yisrael) était un parti politique israélien. Histoire Lors des élections… …   Wikipédia en Français

  • Arabes d'Israël — Arabes israéliens Les Arabes israéliens, Israéliens arabes, Palestiniens de l intérieur ou réfugiés de l intérieur désignent les Palestiniens détenteurs de la citoyenneté israélienne. Les populations juives originaires des pays arabes, parfois… …   Wikipédia en Français

  • Israéliens — Israël Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Accords D'armistice Israélo-arabes De 1949 — Conflit israélo arabe …   Wikipédia en Français

  • Accords d'armistice israelo-arabes de 1949 — Accords d armistice israélo arabes de 1949 Conflit israélo arabe …   Wikipédia en Français

  • Accords d'armistice israélo-arabes de 1949 — Les accords d armistice israélo arabes de 1949 ont été signés entre Israël et ses pays voisins : l Égypte[1], le Liban[2], la Transjordanie[3] et la Syrie[4] entre le 2 …   Wikipédia en Français

  • Nouveaux Historiens israéliens — Les Nouveaux Historiens israéliens sont à la base un groupe de 5 chercheurs (essayistes, journalistes et historiens) qui ont réexaminé l’histoire de la naissance de l État d Israël : Simha Flapan, Benny Morris, Tom Segev, Ilan Pappé et Avi… …   Wikipédia en Français

  • Enlèvements de soldats israéliens — Soldats israéliens prisonniers Cet article présente les soldats israéliens faits prisonniers depuis 1982 dans le cadre du conflit israélo arabe et les démarches réalisées par les gouvernements israéliens successifs pour obtenir leur libération.… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”