Aquariophilie
Un aquarium d'eau douce planté.
Un aquarium d'eau de mer (récifal).

L’aquariophilie est le loisir qui consiste à s'occuper d'animaux et de plantes aquatiques dans un aquarium ou un étang. Il peut s'agir de poissons, de plante aquatique, de crevettes, d'escargots, ou de coraux, placés dans un biotope qui peut être fait de rochers, de racines de bois[1], de sable et autres graviers.

L'activité consiste au choix, à la décoration de l'aquarium ou de l'étang, l'élevage et la reproduction des animaux, la plantation et la taille des plantes, ainsi que l'indispensable entretien de l'eau de ce qui est parfois considéré comme un tableau vivant.

Depuis les années 1850, le nombre d'aquariophiles amateurs ou éclairés n'a cessé d'augmenter et la découverte de l'électricité a permis des avancées techniques importantes comme les systèmes d'éclairage et de filtration indispensable à la santé des animaux aquatiques[2].

L'aquariophilie est un loisir populaire aux États-Unis, en Europe et en Asie.

Sommaire

Histoire de l'aquariophilie

Jarre de Chine avec poissons.

Si on définit l'aquariophilie comme le fait de maintenir des poissons en milieu clos dans un but esthétique (ou en tout cas autre que l'alimentation), les premiers aquariophiles furent probablement les Sumériens : des bassins décoraient en effet les temples dédiés au dieu poisson Oannes (premier des sept Apkallu). Les Sumériens ont également inventé l'écriture et leurs écrits contiennent de nombreuses références aux poissons[3].

On trouve de nombreux vestiges de bassins datant de l'époque romaine, néanmoins il semble que les premiers à avoir maintenu des poissons dans un but esthétique furent les Chinois, qui domestiquèrent le fameux poisson rouge vers le Ier millénaire av. J.-C.[4]. En 1369 l'empereur chinois Hongwu lance une fabrique de porcelaine qui produit de grands récipients destinés à accueillir des poissons rouges ; avec le temps ces pots ressembleront de plus en plus au « traditionnel » bocal à poisson rouge moderne[2]. Selon d'autres sources le vase-aquarium est inventé en 1547 sous la dynastie Ming et se popularise très rapidement[5]. Un traité écrit par Zhang Qiande en 1596 est dédié au poisson rouge. Les peuples chinois sont en grande partie à l'origine de nombreuses sélections de cet animal. En Asie du Sud-Est, le combattant du Siam est élevé depuis plusieurs siècles pour son agressivité afin de participer à des combats sur le même principe que les combats de coqs durant lesquels les spectateurs font des paris sur le gagnant.

En Occident, les carassins sont les premiers poissons importés pour la maintenance en bac. Au XVIIIe siècle régnait à la Cour de Versailles la mode des poissons rouges connus sous le nom de cyprins dorés ou daurades de Chine. En 1836, peu après avoir inventé le précurseur du terrarium moderne, Dr Nathaniel Bagshaw Ward (1791-1868) propose d'utiliser son invention pour des animaux tropicaux, ce qu'il fait en 1841 avec des plantes aquatiques (et des poissons factices). En 1838, Félix Dujardin annonce détenir un aquarium d'eau de mer, bien qu'il n'utilise pas encore ce terme. En 1846, Anna Thynne maintient en vie des coraux durs et des algues marines pendant presque trois ans à Londres. À la même époque, Robert Warington expérimente un bac de treize gallons contenant des poissons rouges, des Vallisneria et des escargots, créant ainsi l'un des premiers aquariums biologiquement équilibrés ; il publie ses découvertes en 1850 dans le journal scientifique de la Chemical Society[2].

Au Royaume-Uni, l'aquariophilie est devenue populaire suite à la Grande Exposition de Londres en 1851, et, en 1853 le premier grand aquarium public a ouvert ses portes au Zoo de Londres[2].

En 1869 le naturaliste français Pierre Carbonnier a commencé à élever des poissons exotiques: Macropodus opercularis apporté de la Chine en 1869 et le Combattant en 1874. Il a également été directeur de l'Aquarium du Trocadéro à l'Exposition française de 1878.

Dans les années 1870, les premiers clubs d'aquariophiles apparaissent en Allemagne. Les États-Unis suivent bientôt avec en 1858, la publication du livre The Family Aquarium par Henry D. Butler, l'un des premiers livres traitant uniquement d'aquariophilie aux États-Unis. Le premier club aquariophile américain a été fondé à New York en 1893. Le New York Aquarium Journal, publié pour la première fois en octobre 1876, est considéré comme le premier magazine aquariophile du Monde[2].

C'est en 1908 que les premiers poissons vivants sont importés d'Amérique du Sud en Europe. Le guppy fut ainsi la première espèce largement importée. Il fit le bonheur des aquariophiles par ses qualités de reproducteur et ses nombreuses couleurs et formes.

L'aquariophilie est devenue bien plus populaire avec l'électrification des maisons. L'électricité a permis de grandes avancées technologiques dans ce domaine, en permettant l'éclairage artificiel de même que l'aération, la filtration et le chauffage de l'eau[2]. Les sacs d'emballage plastique ont fait leur apparition dans les années 1950, facilitant grandement l'expédition de poissons vivants[2]. Dans les années 1960 un grand pas est franchi : l'armature métallique rendant jusqu'alors quasiment impossible l'établissement d'aquariums d'eau de mer à cause de la corrosion, a été supplantée par la construction d'aquariums en verre collé suite au développement des colles silicones[6].

Les types d'aquariophilie

Aquariophilie d'eau douce

Le platy, espèce tropicale, en aquarium d'eau douce.

L'aquariophilie d'eau douce est réputée être la plus simple à gérer. Le bassin avec des poissons rouges en est l'exemple le plus simple et le plus connu, mais également l'aquarium communautaire tropical, généralement peuplé de Guppy, platy, Néon_bleu, pleco ou encore de cichlidae comme les scalaires et les discus et autres petits Apistogramma.

Mais il existe des formes d'aquariophilies qui cherchent à reproduire le milieu naturel et qui sont beaucoup plus ardues à mettre en œuvre, notamment les reproductions en miniature du lac Malawi, du lac Tanganyka ou encore du lac Victoria et des fluviatiles Africain. À savoir qu'il existe nombres de petites espèces des grands lacs d'Afrique, des plus simple à maintenir, dans des volumes d'aquarium raisonnables et faciles d'entretien.

Aquariophilie d'eau de mer

Celle-ci est réputée être plus difficile, et surtout réclame un matériel plus imposant (osmoseur, filtration surpuissante, nourriture adaptée ou encore un éclairage bien spécifique). L'espèce la plus souvent montrée et reproduite en aquarium d'eau de mer est le poisson clown (Amphiprion ocellaris) avec son anémone que l'on peut voir notamment dans le dessin animé de Walt Disney Le Monde de Némo. Les aquariums marins récifaux reproduisent les écosystèmes coralliens, alors que les bacs dits fish only se consacrent exclusivement à l'hébergement des poissons. À savoir que même ce genre d'aquarium demande de recréer un minimum de leurs habitats naturels et donc un décor composé de coraux durs et mous ainsi que d'anémones en tous genres.

Aquariophilie et aquariologie

L'aquariophilie est étroitement liée à l'aquariologie et a largement contribué à la connaissance de la faune et de la flore aquatiques, aussi bien d'un point de vue pédagogique que scientifique. En effet beaucoup d'espèces et de techniques ont été décrites par des aquariophiles. L'aquarium est un outil idéal pour étudier le comportement, les besoins, la physiologie, les habitudes, la reproduction (donc l'élevage) ou la génétique des espèces aquatiques, animales ou végétales. Plus largement il peut permettre l'étude de différents biotopes (écologie) et de différentes réactions chimiques se produisant en milieu naturel (biochimie).

L'étude des organismes aquatiques et les techniques mises en œuvre dans ce cadre constituent donc un domaine très vaste : c'est ainsi qu'est née l'aquariologie (la science de l'aquarium)[7].

Aujourd'hui il semble que le phénomène se soit inversé : c'est plutôt l'aquariologie qui est source de nouvelles connaissances pour l'aquariophilie, notamment parce que les aquariums publics et privés se sont multipliés et ont désormais des moyens financiers et techniques sans commune mesure avec ceux des aquariophiles amateurs.

Les activités aquariophiles

Les activités de l'aquariophilie consistent en l'installation de l'aquarium, puis la décoration, le peuplement, l'entretien de l'aquarium, l'élevage et la reproduction des poissons, et le « jardinage » des plantes aquatiques.

Installation d'un aquarium

Un aquarium de plus de 2000 litres avec un banc de discus.

Choix de l'aquarium et de son emplacement

Choix de la dimension du bac

Plus l'aquarium est grand, plus la composition de l'eau sera stable : dans un petit aquarium la concentration de toxines dues à la décomposition augmente rapidement à cause du faible volume d'eau.

Les poissons ont besoin d'espace, l'espace dépend de l'espèce, et de sa taille. Les poissons grandissent toute leur vie. On estime l'espace nécessaire selon la formule suivante : volume minimal (en litres) = taille du poisson adulte (en cm). Cette estimation ne s'applique pas pour certains poissons, comme les discus, les scalaires ou les poissons rouges par exemple, pour lesquels on doit prendre en compte d'autres facteurs (espace de nage suffisant, territorialité, mode de vie, etc)[8]. Par exemple, il faut compter 50 litres minimum pour un discus, en tenant compte du fait que ce poisson vit en groupe, et que les couples formés défendront un territoire lors des reproductions. Un aquarium pour discus ne devrait donc pas faire moins de 300 l pour un groupe de 6 individus.

  • Le stress généré par des variations rapides de la composition de l'eau ou par un manque d'espace affaiblit son système immunitaire. Le poisson finit par mourir attaqué par un quelconque microorganisme (virus, bactérie, champignon, protozoaire) présent dans l'aquarium.
Le bocal à poisson rouge
Dessin montrant un chat essayant d'attraper deux poissons rouges dans un bocal
Poissons rouges dans un bocal.

Le bocal à poisson rouge est l'archétype de l'aquarium de petite dimension. Son usage est aujourd'hui critiqué des adeptes de l'aquariophilie : le faible volume d'eau et l'absence d'équipement tels que filtre et pompe amène des conditions de vie rudes pour la santé des poissons. L'espérance de vie d'un poisson rouge dans un bocal est estimée à 3 mois dans un bocal[9], contre plus de 20 ans dans un étang.

À Rome et Florence[10], le bocal est reconnu comme étant un milieu de vie inapproprié pour le poisson rouge. L’usage du bocal est totalement interdit.

Selon la Réglementation de la Commune de Rome (COMUNE di ROMA)

Art. 50 - Détention d'espèces animales aquatiques.
1. Les animaux aquatiques doivent être maintenus en fonction de toutes leurs caractéristiques éthologiques.

Art. 51 - Taille et caractéristiques des aquariums.
1. Le volume de l'aquarium ne doit pas être inférieure à 2 litres par centimètre poisson et, dans tous les cas, ne devrait jamais avoir une capacité de moins de 30 litres d'eau.
2. L'aquarium ne doit pas être sphérique et ne doit pas avoir de parois transparentes courbées.
3. Dans chaque aquarium doivent être garantis le nettoyage, la filtration, l'oxygénation de l'eau, dont les caractéristiques chimiques et physiques et de la température doit répondre aux besoins physiologiques du poisson.

De fait, ce type d'aquarium ne convient réellement qu'à une espèce peu exigeante : le Combattant.[réf. nécessaire]

L'emplacement
Support solide, sécurité électrique et lumière artificielle.
  • Un aquarium est fait de matériaux lourds tels que le verre, la pierre, et l'eau. Le poids de l'aquarium peut être estimé en utilisant la formule suivante : poids (en kg) = volume d'eau * 1,5. Ce qui fait 300 kg pour un aquarium de 200 litres. Un meuble ordinaire ne résiste généralement pas à un tel poids. Le commerce d'aquariophilie fournit des meubles renforcés et protégés contre l'eau dont les dimensions correspondent aux bac d'aquarium du commerce.
  • Un aquarium comporte divers appareils électriques qui nécessitent la présence de plusieurs prises de courant. Tout doit être parfaitement isolé pour éviter que ne se produise un court-circuit engendré par des fuites ou des projections d'eau[11]. *** Assurez-vous de faire une boucle de protection, le fil électrique doit faire un arc dont la courbe pointe vers le bas et les pointes vers le haut, ainsi, les gouttelette d'eau ne pourront pas suivre le fil électrique jusqu'à la prise électrique[12]. ***
  • L'aquarium est équipé d'un éclairage artificiel. Placer un aquarium dans un endroit ensoleillé provoque un excédent de lumière qui favorise le développement des algues.

Démarrage de l'aquarium

Dans un aquarium neuf, qui vient d'être rempli d'eau, les colonies de bactéries nécessaires au cycle de l'azote sont absentes, provoquant l'accumulation de toxines mortelles pour les poissons. L'accumulation de toxines provoque avec retard la prolifération des bactéries. La concentration de toxines atteint son maximum entre 18 et 21 jours après la mise en eau puis redescend avec l'arrivée des bactéries - phénomène appelé pic de nitrites. La situation se stabilise au bout de 4 à 6 semaines lorsque les colonies de bactériennes sont suffisamment importantes pour transformer rapidement les nitrites très toxiques en nitrates peu toxiques. Les nitrates seront alors consommés par les plantes ou retirés de l'aquarium lors des renouvellements d'eau. Une fois le pic de nitrites passé, l'aquarium continuera à produire autant de nitrites qu'au démarrage du bac, mais la différence est qu'ils seront instantanément transformés en nitrates par les bactéries. La concentration de nitrites restera alors suffisamment basse pour ne présenter aucun danger pour la santé des poissons - les nitrites sont mortels aux poissons à faible dose. Les 4 semaines permettent aux plantes de s'enraciner et à la micro faune et la micro flore de s'installer.

Pour mettre en place le cycle de l'azote indispensable à la santé des poissons, il existe 2 solutions :
la première, la plus économique est de verser dans le filtre de la nourriture pour poissons.
la seconde est d'acheter dans un commerce spécialisé des souches de bactéries vivantes ou lyophilisées destinées à accélérer la mise en place du cycle de l'azote. Ces produits (Denitrol de JBL[13], Bactozym de Tetra, Filtrobacter d'Aquascience, etc) sont souvent vendus avec l'argument de permettre une introduction rapide des poissons (au bout de quelques jours à peine après la mise en eau).

Une fois que les colonies de bactéries sont suffisantes pour le bon déroulement du cycle de l'azote, les concentrations de produits intermédiaires descendent à des niveaux indétectables. L'aquarium est alors cyclé et sain pour les animaux. On notera que pour avoir un aquarium équilibré il faut attendre bien plus : entre 6 mois et 1 an[réf. nécessaire]. Durant cette période, l'apparition d'algues filamenteuses est fréquente. Elles disparaitront d'elles même au fur et à mesure que l'équilibre, très fragile, se mettra en place.

Equipement de l'aquarium

Article détaillé : matériel d'aquarium.

S'il est possible de conserver vivants des poissons un certain temps dans de l'eau sans aide technologique, les conditions de vie seront très mauvaises et entrainent une mortalité élevée.

La présence d'impuretés, ainsi que des conditions inadaptées et changeantes de l'eau (température et pH) fragilisent la santé des animaux aquatiques. Au contraire, des conditions constantes et une eau propre les fortifie.

Les divers appareils et accessoires servent à maintenir des conditions climatiques et une composition de l'eau constante.

  • La pompe et le filtre servent à éliminer les impuretés présentes dans l'eau. Les impuretés proviennent des déjections des poissons, des restes de nourriture, et des plantes en décomposition. Les impuretés sont à l'origine de l'apparition de produits toxiques et d'algues dans l'eau. (voir cycle de l'azote et eutrophisation)
  • Le brassage provoqué par la pompe fait descendre l'eau de la surface - riche en oxygène, et assure une concentration régulière d'oxygène dans l'eau entre les différentes couches de l'aquarium. Un diffuseur est parfois utilisé pour augmenter la concentration d'oxygène.
  • Le chauffage est équipé d'un thermostat et assure une température constante. Un refroidisseur est parfois utilisé pour abaisser la température de l'eau.
  • Des lampes apportent la lumière nécessaire aux plantes. L'usage d'un éclairage artificiel permet de doser précisément la quantité de lumière, et éviter la croissance de végétaux indésirables tels que les algues.
  • Des produits naturels tels que les pierres calcaires et les racines influencent la composition de l'eau. Ils sont parfois utilisés comme complément des appareils.

Décoration

Toutes sortes de décors sont possibles. Selon le but recherché, l'aquarium pourra être décoratif (abondamment planté, joliment fini, etc.) à des fins esthétique, scientifique, ou d'élevage. Tandis qu'un aquarium décoratif est typiquement chargé de pierres, de sable et de plantes, un aquarium d'élevage est souvent exempt de toute décoration, ce qui facilite son entretien.

Le sol de l'aquarium est habituellement recouvert de graviers fins sur quelques centimètres, permettant d'ancrer les plantes.

L'aquariophile évite généralement d'utiliser des matières calcaires pour le décor: le calcaire se dissous et se répand dans l'eau de l'aquarium, or la plupart des poissons d'eau douce vivent dans une eau pauvre en calcaire. Seuls les cichlidés des lacs africains vivent dans un milieu riche en calcaire. L'utilisation d'un sable corallien permet en outre de stabiliser la qualité de l'eau.

Les matériaux naturels tels que liège ou racines de tourbières participent à l'équilibre naturel de l'aquarium. Les racines de tourbières sont préalablement bouillies pour éliminer les tanins qui coloreraient l'eau.

Certaines espèces apprécient de pouvoir se cacher (comme la Loche-Clown) ou utilisent leur milieu pour pondre et protéger leurs œufs. Des cachettes sont réalisées avec des pierres, des demi-noix de coco ou les pots de fleurs troués.

Un décor en polyester résiné-sablé, ou un poster représentant un milieu aquatique est placé sur la vitre arrière pour augmenter l'effet de profondeur.

Peuplement

Peuplement.

Le peuplement de l'aquarium est avant tout une question de goût. Le choix des animaux et des plantes sera limité par la composition de l'eau (eau douce ou salée, pH acide ou basique) et la taille de l'aquarium. Les schémas typiques de peuplement sont :

  • aquarium régional : un aquarium peuplé d'animaux, de plantes et décorations provenant toutes du même biotope. Les biotopes d'une grande biodiversité tels que l'Amazonie ou le Lac Tanganyika sont particulièrement appréciés des adeptes de l'aquariophilie.
  • aquarium communautaire : un aquarium peuplé d'animaux et de plantes provenant de différentes régions du monde. Le choix de peuplement est limité principalement par la sociabilité des animaux (prédateur / proie, territoire, agressivité,...)
  • aquarium spécifique : un aquarium régional peuplé d'une seule espèce d'animaux. Il peut servir d'élevage, et accueillir des animaux qui se prêtent pas à d'autres types de peuplement.
  • aquarium hollandais : un aquarium peuplé principalement de plantes aquatiques, où les animaux sont hébergés pour des raisons utilitaires.
  • aquarium marin : un aquarium d'eau de mer, généralement peuplé de poissons mais sans invertébrés, par opposition à l'aquarium récifal.
  • aquarium récifal : un aquarium d'eau de mer, peuplé d'un récif de corail, ainsi que des invertébrés et des poissons de mer. La difficulté principale est la santé fragile du corail.
  • aquarium d'élevage : un aquarium qui sert à la reproduction des poissons. Il est peuplé avec des alevins et des jeunes poissons mis à l'écart des animaux plus grands - qui les auraient mangés. La décoration de ce type d'aquarium est souvent réduite au minimum.

Choix des animaux

Le commerce d'aquariophilie fournit une large palette de poissons et d'autres animaux bien adaptés aux aquariums décoratifs d'eau douce : des poissons de petite taille (2 à 25 cm) et riches en couleur, ainsi que des crevettes, des escargots, ou des grenouilles.

Quelques poissons populaires
Nom scientifique Remarques Taille Espérance de vie
Poisson rouge Carassius auratus Forme originale, robuste. le plus ancien poisson d'aquarium 25 à 45 cm 20 ans
Scalaire Pterophyllum scalare Calme, forme originale et élégante. 15 cm 8 ans
Discus Symphysodon Prestigieux. Calme, très élégant, exigeant. 20 cm 8 ans
Néon Paracheirodon innesi Petit, vif et très coloré 2.5 cm 5 ans
Guppy Poecilia reticulata Petit, actif, coloré, reproduction facile 4 cm 2 ans
Gourami Trichogaster Calme, élégant. 8 à 15 cm 8 ans
Combattant du Siam Betta splendens Calme, très coloré, parfois agressif 7 cm 2 ans
Pléco Hypostomus plecostomus Grand, apathique. 30 cm 15 ans

En plus des poissons, de nombreux invertébrés peuvent être placés en eau de mer: oursins[14], anémones, spirographes, coraux, éponges. L'hébergement des invertébrés est un domaine particulier qui nécessite une épuration particulière de l'eau, voir bacs récifaux.

Choix des plantes

Il est possible de placer des plantes naturelles ou des plantes artificielles dans un aquarium. Le rendu esthétique et les contraintes de nettoyage sont différentes. Les plantes artificielles rendent l'aquarium moins vivant mais procurent une facilité d'entretien même si ces dernières ont tendance à devenir le support de nombreuses algues. En aquariophilie, les plantes naturelles sont largement utilisées dans les bacs car elles offrent un rendu visuel plus naturel et offrent des abris aux poissons. De nombreuses espèces de plantes sont couramment commercialisées dans les magasins spécialisés. Parfois, certaines plantes non aquatiques sont abusivement vendues comme telles[réf. nécessaire]. Il s'agit le plus souvent de plantes non aquatiques qui ont été noyées pour leur côté esthétique (souvent de très jolies plantes à rayures blanches ou rouges).

Les plantes peuvent être plantées abondamment dans les aquariums d'eau douce car elles permettent le recyclage des déchets azotés.

En eau de mer, plusieurs espèces d'algues peuvent se trouver dans le commerce (Caulerpa).

Entretien de l'aquarium

Maintenance générale

La maintenance idéale d'un aquarium consiste à reproduire l'équilibre trouvé dans la nature dans le système fermé d'un bac. Dans la pratique, il est impossible de maintenir un équilibre parfait. Par exemple, le rapport équilibré du prédateur-proie est presque impossible à maintenir même dans le plus grand des aquariums. Un aquariophile doit prendre des mesures pour maintenir l'équilibre dans le petit écosystème que contient son aquarium. Cet équilibre précaire est facilité par de grands volumes d'eau. N'importe quel événement qui perturbe le système pousse un aquarium loin de son équilibre. Aussi plus le bac d'eau est grand, plus le déséquilibre est facile à absorber et à réduire. Par exemple, la mort de quelques poissons dans un bac de 50 litres provoque un changement dramatique du système, tandis que la mort des mêmes poissons dans un bac de 500 litres avec beaucoup d'autres poissons représente seulement un changement mineur de l'équilibre du bac. Pour cette raison, les amateurs favorisent souvent les plus grands volumes possibles, car ce sont des systèmes plus stables exigeant moins d'attention intensive pour l'entretien de l'équilibre.

Pour les raisons expliquées précédemment, il apparaît que la maintenance d'un aquarium est indispensable pour détenir un écosystème fermé et stable. Quelques opérations indispensables sont alors nécessaires pour réduire le volume des déchets dans le bac afin de ne pas perturber le cycle de l'azote mais aussi pour assurer l'esthétique de l'aquarium.

opérations de maintenance

Un aquarium correctement installé et peuplé nécessite peu de maintenance :

  • Renouvellements d'eau : un renouvellement régulier d'une partie de l'eau (par exemple 1/3 toutes les deux semaines) permet d'évacuer les déchets organiques. On procède habituellement par siphonnage, en aspirant l'eau près du sol, afin d'évacuer par la même opération les déchets solides. Le remplissage en complément se fera avec de l'eau préparée à l'avance selon les conditions de maintenance utiles aux poissons et plantes.
  • Nettoyage des vitres : une raclette permet de rendre leur transparence aux vitres.
  • Nettoyage des plantes : les plantes salies par des algues sont nettoyées à la main.
  • Nettoyage du sol : en siphonnant le sol au moyen d'une cloche transparente, on peut extraire les déchets qui s'y trouvent et y permettre la circulation d'eau.
  • Engrais à plantes (essentiellement à base de fer organique).
  • Alimentation des poissons, à base de nourritures sèches, congelées ou vivantes (daphnies, artémies, vers, etc.).
Nettoyage intérieur

Un nettoyage régulier de l'intérieur de l'aquarium évite une accumulation de déchets, dont les rejets polluants nuisent à la santé des poissons.

On nettoie les vitres pour l'esthétique mais aussi pour la vie dans l'aquarium. Le verre étant un matériau sur lequel les algues se fixent facilement, il sera donc important de nettoyer régulièrement les parois du bac afin d'éviter qu'elles ne deviennent le support permanent d'algues.

L'hébergement d'animaux dits détritivores, se nourrissant de déchets, tels que crevettes, escargots ou encore un poisson nettoyeur de type pleco, contribue à l'auto-nettoyage de l'aquarium. Ces animaux se nourrissent également des algues qui poussent sur le verre, les plantes et les rochers du décor.

Maintenance de l'eau

Produits de traitement de l'eau.

La maintenance de l'eau est la clé de la réussite en aquariophilie. L'absence de pollution et la composition constante de l'eau est indispensable à la santé des poissons. Les poissons sont alors plus colorés, résistants aux microorganismes (maladies, champignons, parasites), ce qui augmente significativement leur espérance de vie.

Caractéristiques typiques de l'eau d'aquarium
  • eau : plus de 97% (eau de mer : 97%, eau douce : 99.9%).
  • sel : moins de 1 g·l-1 en eau douce, 30 g·l-1 en eau de mer.
  • nitrates : moins de 50 mg·l-1.
  • traces de nitrites : moins de 0,1 mg·l-1 .
  • divers minéraux dissous, comme le calcaire.
  • pH : 5,5 à 7,7 pour l'eau douce ; 8,2 à 8,5 pour l'eau de mer. La différence provient du sel.

L'eau de robinet peut être utilisée en aquarium après préparation. L'eau de robinet contient souvent des éléments nocifs pour les poissons tels que le chlore ou la chloramine encore plus dangereuse, mais aussi des métaux lourds. L'ajout d'un produit de traitement permet de neutraliser le chlore et de lier les métaux lourds. Une autre méthode plus naturelle consiste à laisser reposer 24h l'eau du robinet dans un récipient ouvert - le chlore se transforme ainsi en gaz et se disperse dans l'atmosphère.

L'utilisation d'un appareil de traitement comme l'osmoseur permet d'obtenir une eau presque pure, débarrassée des microorganismes, des polluants, des métaux lourds et des minéraux dissous. L'appareil se trouve dans le commerce spécialisé, ou on trouve également en animalerie ou en pharmacie de l'eau osmosée, c'est-à-dire de l'eau qui a été traitée par un osmoseur.

Formation de polluants azotés
Cycle de l'azote.
Article détaillé : cycle de l'azote.

Divers polluants se forment naturellement dans l'aquarium : ammoniac, nitrites, nitrates. Ils résultent de la décomposition des déchets tels que restes de nourriture, défécation des poissons ou restes de plantes en décomposition. Le cycle de l'azote est une suite de réactions biochimiques, par lesquelles ces polluants sont transformés en nourriture pour les plantes par l'intermédiaire de colonies de bactéries. Les produits intermédiaires du cycle de l'azote étant très toxiques aux poissons, le bon déroulement du cycle de l'azote est un souci constant en aquariophilie.

Les plantes présentes dans l'aquarium sont presque toujours insuffisantes pour consommer toute la nourriture produite par le cycle de l'azote, les produits finissent par s'accumuler. Un changement régulier d'une partie (10% à 30%) de l'eau diminue la concentration de polluants.

La composition de l'eau tend à changer d'autant plus vite que l'aquarium est petit. Le faible volume d'eau d'un petit aquarium fait que la concentration de polluants augmente rapidement. Un petit aquarium demande par conséquent un entretien plus minutieux et des changements d'eau plus fréquents. C'est la raison pour laquelle les adeptes de l'aquariophilie recommandent l'usage d'un aquarium de plus de 150 litres.

Un changement d'eau trop important risque de provoquer une baisse de concentration des colonies de bactéries et une rupture du cycle de l'azote.

Renouvellement de l'eau

Les changements d'eau permettent d'apporter les oligo-éléments nécessaires aux poissons et aux plantes, qui, sinon, s'épuisent petit à petit dans le milieu fermé qu'est l'aquarium. Le rythme et la quantité des changements d'eau sont variables selon la population de l'aquarium et les conditions de maintenance.

On peut noter que, dans les aquariums marins reproduisant l'écosystème typique d'un récif (dits bacs récifaux), le cycle de l'azote est bouclé, ce qui rend les changements d'eau facultatifs, tout au moins concernant les nitrates[réf. nécessaire]. Toutefois, de nombreux organismes consommant divers oligo-éléments, il est indispensable de supplémenter les manques par des ajouts réguliers, voir automatisés, de calcium, magnésium, carbonates, et bien d'autres.

Maintenance des poissons

Du moment que la composition de l'eau est bonne, la maintenance des poissons se limite à nourrir les poissons et contrôler leur santé par une observation quotidienne.

Nourriture
Nourriture pour poissons.
Exemple de nourritures déshydratées.

Les poissons sont souvent omnivores, ce sont des animaux à sang froid qui consomment très peu d'énergie pour se déplacer. Ils ont par conséquent besoin d'une nourriture variée en très petites quantités.

Dans la nature ils passent leur temps à rechercher de la nourriture, ils mangent toute la journée, par toutes petites quantités (de la taille d'un grain de sel), des algues, des plantes en décomposition, des vers, des insectes, des crustacés ou des déchets de poissons morts. Ils ne mangent pas à leur faim tous les jours.

La ration de nourriture d'un poisson est élaborée en fonction de ses goûts et exigences, habituellement le menu typique d'un poisson d'aquarium se compose de :

  • nourriture fraîche : viande de poissons, viande brute, œufs des poissons, légumes ;
  • nourriture vivante : vers aquatiques, larves des insectes, petits crustacés ;
  • nourriture artificielle : granulés industriels.

Chaque espèce de poisson a ses propres exigences. Ce peut être des proies vivantes, aussi bien que des produits inertes tels que : paillettes, animaux séchés (déshydratés) et végétaux.

Le commerce d'aquariophilie vend des mélanges de nourriture pour poissons, en petites boites, sous forme de flocons ou de petits granulés.

La nourriture du commerce, conditionnée en tout petits morceaux, permet de doser précisément l'alimentation des poissons.

L'excès de nourriture est très mauvais, autant aux poissons qu'à l'équilibre biologique de l'aquarium. Une suralimentation des poissons provoque des problèmes de santé - obésité, et l'accumulation de déchets non consommés nuit à la composition de l'eau.

  • D'une part, trop alimentés, les poissons accumulent de la graisse dans leurs tissus, ce qui provoquera une diminution de leur espérance de vie.
  • D'autre part, si la ration est excessive, les déchets sont plus importants, ce qui entraîne une pollution supplémentaire et compromet la santé de l'aquarium.
Santé
  • Un poisson en bonne santé a des couleurs vives, il est agile et a bon appétit.
  • Un poisson malade a des couleurs ternes, manque d'appétit, et un comportement troublant : respire à la surface, se gratte au décor, reste immobile, penche la tête...

Le corps des poissons n'est pas étanche, il est rempli d'eau d'une composition différente à l'eau de l'aquarium. Le contenu de l'aquarium se répand à l'intérieur du poisson par phénomène d'osmose à travers la peau et les branchies. Les variations de la pression osmotique ainsi que les polluants contribuent à affaiblir les défenses naturelles des poissons.

Les poissons sont sensibles au stress, le stress contribue à affaiblir les défenses naturelles des poissons. Une importante source de stress en aquariophilie est l'élevage et le transport des poissons dans le commerce. D'autres sources de stress sont les combats entre poissons et l'entretien excessif de l'aquarium.

Un poisson maintenu dans de bonnes conditions peut vivre plusieurs années. L'espérance de vie des poissons d'aquarium varie entre 2 et plus de 15 ans selon les espèces.

Maintenance des plantes

Les plantes ont besoin d'eau, de lumière, de CO2 et d'engrais pour se développer. L'eau est forcément omniprésente dans un aquarium et la lumière est apportée par l'éclairage. L'eau, l'éclairage et les déchets produits par les poissons suffisent à faire pousser les plantes, qui n'ont pas besoin d'autre nourriture. Du dioxyde de carbone ou de l'engrais peuvent être introduits dans un bac pour favoriser le développement des plantes.

La maintenance se limite à des activités occasionnelles telle que tailler les plantes et éliminer les feuilles mortes pour éviter une modification de la composition de l'eau.

Les tiges des plantes aquatiques sont molles, et contiennent des petites bulles d'oxygène qui leur donne un poids équivalent à celui de l'eau. Les plantes aquatiques ont peu de racines et puisent leur nourriture dans l'eau à travers les feuilles. Les plantes se nourrissent de minéraux dissous comme le phosphore ou le potassium, de nitrates et du gaz CO2 dissous dans l'eau et ont besoin de lumière pour la photosynthèse.

Les plantes aquatiques peuvent être plantées sur un sol pauvre, fait de sable ou de gravier. L'utilisation d'un support de culture fait de tourbe et de sable placé au fond de l'aquarium accélère la croissance des plantes.

Les plantes tendres peuvent servir de nourriture pour les poissons.

Lumière

La lumière est produite par des tubes fluorescents placés au-dessus de l'eau, et reliés à une minuterie. L'utilisation de lumière artificielle permet de doser précisément la quantité de lumière donnée aux plantes et éviter la croissance de végétaux indésirables tels que les algues. La minuterie permet d'obtenir un cycle nycthéméral régulier sans intervention humaine. Attention de d'éclairer au moins 8 heures d'affilé sans coupure pour une croissance normale des plantes aquatiques et ne pas perturber le rythme biologique des poissons.

Le fait de placer un aquarium à un endroit ensoleillé provoque un excédent de lumière, et une croissance rapide des algues.

Utilisation du CO2

Autrefois, il était courant de placer un diffuseur d'air dans son aquarium pour apporter l'oxygène nécessaire à la respiration des poissons. Cela était nécessaire car les aquariums étaient peu voire pas plantés. Depuis la fin des années 1990, on a pu observer une nette amélioration des systèmes d'éclairages (spectres adaptés aux besoins des plantes), ce qui permet d'élargir la palette des plantes qu'il est possible de maintenir en aquarium si bien qu'aujourd'hui, l'aquarium planté devient courant et il n'est plus nécessaire d'apporter de l'oxygène par l'intermédiaire d'un diffuseur d'air. La tendance actuelle est d'injecter du CO2 dans l'aquarium pour satisfaire les plantes qui vont produire l'oxygène nécessaire. Différents modes de diffusion de CO2 existent :
- bouteille sous pression munie d'un détendeur (c'est le système qui permet la diffusion la plus régulière),
- production artisanale par fermentation des levures.

Le CO2 permet d'obtenir des plantes en meilleure santé, mais également de réduire significativement les algues (en favorisant la pousse des plantes, on fait régresser les algues).

Engrais

En aquariophilie, l'apport d'engrais se réduit aux éléments secondaires comme le calcium (Ca), le soufre (S) et le magnésium (Mg) ainsi que des oligo-éléments tels que le fer (Fe), le manganèse (Mn), le molybdène (Mo), le cuivre (Cu), etc., le fer étant l'élément le plus important pour la croissance des plantes.

Les éléments principaux, Azote (N), Phosphore (P) et Potassium (K) ne sont jamais introduits dans un bac d'eau douce car ils sont le résultat des déchets produits par les animaux et les plantes. Le cycle de l'azote apporte les éléments principaux. En rajouter ne ferait que polluer d'autant plus le bac.

Élevage et sauvegarde des espèces aquatiques

Les poissons étant des animaux très inféodés à leur milieu, tout aquarium devra tenter de fournir à ses habitants un biotope adapté à leurs besoins (nature de l'eau, température, espace disponible, paramètres de l'eau (pH, TH, NO2…), etc.) pour favoriser leur reproduction.

Le fait de faire se reproduire des poissons en captivité permet de réduire la pression sur les milieux sauvages. Actuellement, la majorité des poissons d'eau douce courants sont reproduits en captivité (aquariums) ou en semi-captivité (fermes d'élevage notamment asiatiques). Les espèces d'eau de mer pouvant se reproduire en captivité restent encore assez peu nombreuses (clowns, gobies, pseudochromis, apogons, crevettes, anémones, coraux...)mais leur nombre augmente régulièrement. Bien qu'à ce jour, aucune espèce ne semble menacée de disparition par la passion aquariophile, les dégâts environnementaux ne sont pas négligeables eu égard aux méthodes de prélèvement qui détruisent souvent sans discernement les larves, alevins et autres organismes peu visibles (pèche au cyanure, prélèvements d'invertébrés à la masse et au burin directement sur le récif, etc.). Ce constat a ouvert la porte à la mise en place de méthodes de prélèvement originales et peu destructrices comme le captage nocturne de larves en haute mer et au développement récent de l'aquaculture destinée à alimenter le marché aquariophile. Les répercussions environnementales restent cependant assez faibles par rapport à celles provoquées par la pêche alimentaire.

Reproduction

La reproduction en captivité des poissons et des invertébrés d'aquarium est l'aboutissement logique de la maintenance de ces animaux. En effet dans de bonnes conditions, les pensionnaires de l'aquarium développent plus ou moins rapidement un comportement sexuel et produisent ainsi des œufs, des larves ou directement des alevins pour les espèces vivipares. Le niveau de difficulté varie suivant le type d'aquariophilie (marine ou d'eau douce) et selon les espèces. Le développement de la reproduction est essentiel afin de minimiser l'impact de cette passion sur l'environnement en réduisant au maximum les prélèvements dans les milieux naturels. Si pour l'aquariophilie d'eau douce quasiment tous les animaux proposés à la vente proviennent d'élevage, l'aquaculture marine destinée aux aquariums n'en est qu'à ses balbutiements bien que les choses semblent évoluer depuis peu dans ce domaine[15].

Sauvegarde d'espèces rares

Le marché de l'aquariophilie

Le marché de l'aquariophilie dans le monde

En bref

Les aquariums avec leurs équipements électriques existent depuis la fin du 19e siècle, suite à la découverte de l'électricité. L'industrie de l'aquariophilie et des poissons d'ornement a démarré en 1950. auparavant les adeptes de l'aquariophilie capturaient eux-mêmes les poissons[16].

Le marché du poisson d'aquarium est un marché mondial. Il existe sur le marché plus de 4500 espèces de poissons d'eau douce, 1450 espèces de poissons de mer et 650 espèces d'invertébrés (crevettes, escargots, crabes, coraux, anémones, ...). 50% de la production provient d'élevages d'aquaculture en Asie du Sud-Est. 80% des poissons importés d'Asie sont issus de l'élevage en eau douce, et 20% sont capturés dans leur milieu naturel. Les poissons proviennent de Singapour, la Malaisie, la Thaïlande, la Chine, le Japon et le Sri Lanka et sont exportés vers l'Europe, les Etats-Unis et le Canada. Il existe également des élevages locaux en République Tchèque, en Israël et aux États-Unis[17].

Le marché de l'aquariophilie connait une croissance constante et forte (15% par année) depuis le début des années 1950, une part importante du revenu va aux pays en voie de développement[18]. Le marché de l'élevage et la capture de poissons d'aquarium constitue aujourd'hui (2008) une part importante du marché des loisirs, avec un total d'environ 20 milliards de francs par année. La quantité de poissons vendus est faible par rapport à celle de l'élevage et la pêche alimentaire, mais les revenus engendrés sont considérables : 1 kg de poissons d'ornements rapporte environ 500$, alors que 1 kg de poisson alimentaire rapporte environ 6$[19].

L'aquariophilie est un loisir très populaire aux États-Unis, en Europe, au Japon, à Singapour et en Malaisie. On estime aujourd'hui à 20 millions le nombre de ménages qui possèdent un aquarium domestique - dont 6 millions aux États-Unis. Chaque aquarium compte en moyenne entre 15 et 20 poissons.

Eau douce

Singapour et la Malaisie sont aujourd'hui les premiers pays éleveurs de poissons d'eau douce[20]. Leurs élevages servent à la fois le marché de l'aquariophilie et celui de l'alimentation. En Malaisie le nombre de fermes d'élevages de poissons d'eau douce est passé de 18 en 1980 à plus de 500 en 2004. En 2003 la Malaisie a produit plus de 450 millions de poissons d'eau douce, le pays espère atteindre 800 millions de poissons d'ici 2010. 95% de la production est exportée, 5% est vendu dans le pays. Les principaux poissons exportés sont les barbus, rasboras, danio, poissons rouges, carpes Koi, mollies, guppys, platys, ainsi que des tétras[21].

L'aquariophilie est un loisir très populaire en Malaisie, et dans l'État voisin de Singapour, où l'aquarium domestique est un objet courant de l'habitant moyen, et de nombreux habitants sont des fervents pratiquants de l'aquariophilie. Le marché local de l'aquariophilie est par ailleurs riche, varié et très prospère[20].

Le Brésil est aujourd'hui le premier pays exportateur de poissons d'eau douce capturés. Le populaire Tetra Cardinalis est un petit poisson très coloré, originaire du Rio Negro et trop coûteux à reproduire en aquarium. Il est aujourd'hui exclusivement capturé au Brésil, en Colombie et au Venezuela. Au Brésil 60% de l'économie locale dépend de la capture du Tetra Cardinalis, une activité pratiquée depuis plus de 60 ans sans problème écologique, au contraire : pour lutter contre le problème de la déforestation, l'État a lancé un programme "vendre des poissons pour acheter des arbres"[18]. La capture de poissons d'eau douce est pratiquée dans d'autres régions du monde, en Thaïlande, en Indonésie, au Congo, au Nigeria et au Malawi.

Eau de mer

Les animaux de mer sont presque tous issus de capture. Il s'agit de poissons tels que les Demoiselles, le Poisson clown ou le Chirurgien, ainsi que des Crabes, des Anémones et des coraux. Les pays qui pratiquent la capture sont les Philippines, le Sri Lanka, la Thaïlande, Hawaï et Porto Rico. La récolte du Corail en mer est désormais interdite, et le corail provient de fermes d'élevage (coralliculture) en Indonésie et Australie[22]. Au Sri Lanka 50 000 personnes travaillent à la capture de poissons, qui sont exportés dans 52 pays dans le monde. Le Marine Aquarium Council (conseil des aquariums marins) est un organisme international qui certifie de la santé des poissons capturés, santé qui est fonction des conditions de capture[19].

Le transport

Le transport des poissons d'ornement à travers le monde a été rendu possible grâce aux progrès dans le domaine de l'aviation. Le transport des poissons reste néanmoins la principale difficulté du commerce d'aquariophilie : les poissons ne résistent pas plus de 48 heures dans leurs conteneurs de transport. Suivant l'espèce et les manipulations la mortalité au cours du transport va de 5 % (Tétra Cardinalis) à 80 % (Banggai Cardinal)[23]. Pour raccourcir les transports, des fermes d'élevage ont été créées à proximité des pays importateurs ou au sein de ceux-ci, en République Tchèque, Espagne, Pays-Bas, Belgique et Israël pour le Marché européen, et en Floride pour le marché des USA[23].

Le marché de l'aquariophilie en France

En 1995 la SOFRES estimait la population de poissons d'aquarium en France à 21,4 millions et prévoyait que 3% des Français posséderaient un aquarium en 1998, hébergeant une population de 23 millions de poissons environ[24]. Un autre sondage réalisé par le Groupe J/TMO estimait que 8% des Français possédaient au moins un poisson en 1996 et que le nombre moyen de poissons par aquariophile était de 11,35. En 1998 un autre sondage de la même source annonçait une population de 34 millions de poissons pour un taux de possession de 8,8% de la population[25]. Le magazine Aqua Revue donne le chiffre de 2 millions d'aquariophiles en 1998[26]. Malgré les différences relativement importantes entre ces différentes sources, on peut estimer que les aquariophiles représentaient environ 5% de la population en 1998 et qu'ils possédaient une douzaine de poissons (soit une population totale supérieure à 30 millions).

135 millions de poissons ont été importés en France en 1994 ; ce chiffre passe à 152 millions en 1995 et à 160 millions en 1997[27]. En termes financiers, le chiffre d'affaires de l'aquariophilie est estimé à environ 800 millions de francs (plus de 120 millions d'euros)[28]. Les importations de poissons et autres organismes vivants sont estimées à 65 millions de francs (environ 10 millions d'euros) en 1997[26].

L'aquariophilie représente 8,3% du chiffre d'affaires des animaleries en 1997, arrivant ainsi en troisième position, derrière les chiens et les chats et devant les produits pour bassins de jardin[29]. Avec une présence dans 62% des animaleries, les poissons d'aquarium sont les plus représentés des animaux dans les magasins[30].

Le marché se caractérise par un taux de marge très important entre l'éleveur et le détaillant (5000%)[31], lié notamment au coût du transport et aux mortalités survenant pendant celui-ci.

Le chiffre d'affaires se répartit à 67% pour l'eau douce, 30% pour l'eau froide et 3% pour l'eau de mer en 1999[32]. Comme dans d'autres secteurs, on retrouve le phénomène du "20-80" (loi de Pareto) : 20% du nombre des espèces proposées représentent 80% du chiffre d'affaires de par le volume des ventes.

Titres de presse

  • Aqua Revue
  • L'aquarium à la maison
  • Aqua''mag'' aux éditions Animalia

Comment devenir aquariophile ?

L'aquariophilie est une passion pour beaucoup.

L'aquariophilie est un loisir passionnant et enrichissant, et de nombreux bienfaits découlent de cette passion. En plus d'acquérir le sens de responsabilités des enfants comme les adultes, l'aquariophilie apporte des notions pluridisciplinaires (notamment telles la biologie). Des études tendent à démontrer que ce hobby contribue à diminuer le stress, ce qui explique que de nombreux centres médicaux, ou maisons de repos, possèdent des aquariums.

Avant de commencer cette passion, il y a cependant des précautions à prendre.

Se renseigner avant de commencer

Il faut se renseigner avant de commencer l'aquariophilie sous peine de faire beaucoup d'erreurs en s'y lançant à l'aveuglette... et d'abandonner par déception.

En effet, l'aquariophilie peut être un hobby très coûteux, quand on est débutant. Certains poissons (on pense au discus ou au L46 par exemple) peuvent être (très) chers. Le matériel aussi a un certain coût. L'aquariophile débutant pourra aussi remarquer qu'aucun vendeur ne répondra la même chose à la même question (ou presque). Certains sont sérieux, mais ils sont bien difficiles à distinguer des autres, au début.[réf. nécessaire]

Si on a besoin de conseils, on devra se reporter surtout aux livres (attention : car même là certains articles ne sont pas adaptés et les ouvrages sont parfois dépassés avec les années), et aux forums de discussion aquariophiles, où les gens aideront à bien débuter. Petit à petit, on saura sur quels matériels il vaut mieux mettre le prix, et sur quels autres on peut faire bien des économies.

Quels poissons ?

L'aquariophilie d'eau de mer est assez complexe car elle nécessite des connaissances particulières, un gros investissement, et forcément un gros aquarium. Néanmoins les poissons d'eau douce sont eux aussi très beaux, et on pourra passer de longues heures à les regarder béatement.

Il faut bien choisir la population de poissons suivant des critères d'adaptation et de vie commune. Ils ont tous des besoins variés à respecter pour leur bonne santé. Il faut aussi veiller à associer des poissons compatibles entre eux : par exemple il vaudra mieux éviter de mettre ensemble des Archocentrus nigrofasciatus (couramment appelés nigros), qui sont des poissons très territoriaux et relativement agressifs, ou des oscars, avec de petits et calmes guppys (Poecilia reticulata).

Il faut aussi choisir la taille de l'aquarium en fonction des poissons : il est d'usage de compter qu'un litre d'eau est nécessaire par cm de poisson à l'âge adulte, ce qui veut dire qu'un guppy adulte a besoin de 4 litres qui lui soient dédiés pour vivre. Cependant, cela ne veut pas dire qu'on peut maintenir un guppy dans un volume de 4 litres. 60 litres sont un minimum pour la maintenance de ce poisson. Il faut aussi respecter leurs besoins « sociaux » : certains poissons vivent par couples, d'autres en bancs, d'autres en groupes de taille variable. Le non-respect des besoins des espèces animales entraine un stress, provoquant des maladies, car le poisson est affaibli. La règle du litre d'eau par cm de poisson est donc un premier repère, mais doit être adaptée aux autres besoins des poissons. Pour des poissons comme les cichlidés par exemple il faut compter beaucoup plus d'eau par poisson. Une surpopulation du bac entraîne une sur-pollution, et par conséquent des changements d'eau plus fréquent.

Enfin, il faut veiller à mettre le poisson dans un type d'eau qui lui convienne. En effet selon l'environnement d'où ils proviennent, les poissons sont mieux adaptés à une eau dont les paramètres sont bien précis : pH, dureté.

Les poissons d'eau douce vendus dans le commerce sont pour la plupart tropicaux. Il sera donc nécessaire d'installer un chauffage qui devra être associé à un thermomètre, car leur régulation n'est pas toujours très fiable.

Dangers liés à l'aquariophilie

  • Les aquariums sont susceptibles d'être un vecteur de nombreuses infections dont la Salmonellose, par contamination de l'eau dans les élevages, distributeurs ou animaleries. En période de stress, reptiles et poissons peuvent également libérer des salmonelles dans leurs excréments.
  • La "tuberculose le l'aquarium" due à Mycobacterium marinum provoque des chapelets de nodules sur les mains et les avants bras de l'aquariophile contaminé, le traitement en est long (12 à 18 mois) et repose sur les antibiotiques de la famille des Quinolones de seconde génération.
  • De nombreuses espèces marines sont urticantes voire toxiques et certains poissons venimeux ou agressifs (poissons scorpions dont l'acquisition nécessite un certificat de capacité, murènes, oursins, ...)
  • Le respect des règles d'hygiène (se laver les mains après avoir manipulé le matériel ou l'animal, le port de gants en latex), l'entretien régulier de l'aquarium, la désinfection des accessoires et la bonne connaissance des mœurs des hôtes de l'aquarium sont les mesures de prévention usuellement recommandées[33].
  • Prévenez votre assurance habitation : Il faudra en effet vous assurer que votre assureur couvre les dégâts liés à l'explosion d'un aquarium, d'une fuite, ... La plupart des assureurs demandent à être prévenus de l'acquisition d'un aquarium de plus de 200 litres, voire demandent un supplément pour le risque engendré.

Notes et références

Notes

  1. Des bonnes racines en aquarium sur Portail Aquariophilie
  2. a, b, c, d, e, f et g (en) Bernd Brunner, The Ocean at Home, New York, Princeton Architectural Press, 2003, 1re éd. (ISBN 978-1-56898-502-2) (LCCN 2004027647), p. 93 
  3. "Histoire des poissons et de l'aquariophilie" sur www.aquabase.org.
  4. Axelrod H.R., Emmens C.W., Sculthorpe D., Vorderwinkler W., Pronek N. & Burgess W.E. (1977) Poissons exotiques d'aquarium d'eau douce, Imp. O. Van de Putte, Belgique.
  5. Le monde de l'aquarium, édition Phare, page 22 (ISBN 284616 0775-01)
  6. (en) Gina Sanford, Aquarium Owner's Guide, New York, DK Publishing, 1999, 1re éd. (ISBN 978-0-7894-4614-5) (OCLC 41211434) (LCCN 99027002), p. 9-13 
  7. Denis Terver, Manuel d'aquariologie Tome 1 - L'aquarium : eau douce - eau de mer, Paris, Réalisations Éditoriales Pédagogiques, 1989, 2e éd. (ISBN 978-2-7326-0010-9), p. 10  Manuel d'Aquariologie, tome I sur Portail Aquariophilie
  8. Bien débuter en aquariophilie par l'association aquariophilie.org.
  9. Pas de boule à poisson rouge.
  10. (it)Regolamento Comunale sulla TUTELA Degli ANIMALI
  11. Un poisson d'aquarium a causé un incendie qui a bien failli coûter la vie à ses propriétaires, a rapporté le journal britannique The Sun. « Par une nuit tranquille à Poole (sud de l'Angleterre), Kipper, un poisson d'aquarium long d'une vingtaine de centimètres, se serait chamaillé avec un compagnon de bocal et les remous de la bagarre ont éclaboussé la fiche électrique de la lampe de l'aquarium, qui avec le court-circuit, a brûlé le couvercle en plastique. Celui-ci a alors fondu et coulé sur le sofa en cuir, qui a pris feu. Les flammes se sont rapidement étendues dans la pièce, pendant qu'à l'étage, Sharron Killahena, 25 ans, et ses deux jeunes filles âgées de 6 et 2 ans, dormaient à poings fermés. Un détecteur de fumée a sauvé la vie des occupants de la maison. L'incendie a ravagé l'habitation. Aucun des six poissons de la famille n'a survécu. » Un poisson d'aquarium provoque un incendie.
  12. explication à "Electricity".
  13. Denitrol de JBL.
  14. Oursins en aquarium sur Aquarium Récifal
  15. Reproduction de poissons et invertebrés d'aquarium
  16. (en)History of fishkeeping
  17. (en)Helen E. Roberts,Fundamentals of Ornamental Fish Health,2009,(ISBN 9780813814018)
  18. a et b Animaux d'aquarium
  19. a et b (en)From ocean to aquarium
  20. a et b (en)Freshwater fish and singaporean
  21. (en)Malaisia aims to produce 800 millions ornemental fishes in 2010
  22. Culture de coraux Acropora en milieu naturel sur Les espèces d'Acropora
  23. a et b (en)Ornemental fish trade
  24. Sondage SOFRES, 1995, cité pr Animal Distribution n°92, février 1999
  25. Animal Distribution n°92, février 1999
  26. a et b AquaRevue n°75, mars 1998
  27. Animalerie Magazine n°96 à 109, février 1998 à mai 1999
  28. Aqua Revue n°68, mars 1997, p.37
  29. Sondage Promojardin cité dans Animal Distribution n°92, février 1999
  30. Animalerie Magazine n°107, mars 1999
  31. Aqua Revue n°68, mars 1997
  32. Animal Distribution n°92, février 1999
  33. Voir Documents sur la salmonellose et les aquariums, ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aquariophilie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aquariophilie — [ akwarjɔfili ] n. f. • 1949; de aquarium et philie ♦ Élevage en aquarium des poissons d ornement. ● aquariophilie nom féminin Élevage en aquarium de poissons d ornement. aquariophilie [akwaʀjɔfili] n. f. ÉTYM. 1949; de aquarium …   Encyclopédie Universelle

  • Fédération française d'aquariophilie — Pour les articles homonymes, voir FFA. Fédération française d aquariophilie Pas de logo ? Importez le logo de cette fédération. Sigle FFA Sport représenté …   Wikipédia en Français

  • Trop-plein (aquaculture et aquariophilie) — Trop plein Un trop plein est un système permettant la régulation du niveau de l eau dans un réservoir ou autre récipient par débordement. Les trop plein des grands ouvrages comme les lacs de barrage sont appelés déversoir. Trop plein de réservoir …   Wikipédia en Français

  • Aquariophile — Aquariophilie Un aquarium d eau douce planté …   Wikipédia en Français

  • Aquariophiles — Aquariophilie Un aquarium d eau douce planté …   Wikipédia en Français

  • Aquarium — Pour les articles homonymes, voir Aquarium (homonymie). Aquarium d eau douce …   Wikipédia en Français

  • Larve de chironome — Les vers de vase rouges sont en fait les larves d un genre d insectes qui ressemblent à des moustiques : Chironomus dont le plus connu est le Chironome plumeux (Chironomus plumosus). Elles sont très utilisées en tant que modèle d étude en… …   Wikipédia en Français

  • Tubifex — Tubif …   Wikipédia en Français

  • Tubifex — tubifex …   Wikipédia en Français

  • Bulleur — Matériel d aquarium Article principal : Aquarium. Système de filtration dans un aquarium typique: (1) Entrée. (2) filtration mécanique. (3) filtration de carbone actif. (4) filtration biologique milieu. (5) sortie au réservoir. Le matériel… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”