Mulâtre
Enfant mulâtre avec sa mère espagnole et son père noir en Nouvelle-Espagne par le peintre mexicain Miguel Cabrera (XVIIIe siècle).

Le terme mulâtre (au féminin mulâtresse) désigne l'individu né d'un père noir et d'une mère blanche, ou d'une mère noire et d'un père blanc ou de deux parents mulâtres. Il est tiré de l’espagnol mulo (mulet).

Le terme mulâtre est de moins en moins utilisé en France, n’étant utilisé de façon relativement courante qu’aux Antilles (milat, mot créole dans les îles francophones), au Québec et au Nouveau-Brunswick... Les équivalents portugais et espagnols mulato (et mulatto) restent couramment utilisés. En anglais, le terme mulatto peut être considéré comme péjoratif ou raciste.

En français, bien que le terme mulâtre soit lié à l’esclavage, il n'est pas considéré comme péjoratif[1]. L’étymologie faisant référence au mulet peut être considérée comme peu honorable, mais il n'existe pas dans la langue française d'équivalent exact de ce terme. On peut lui préférer le terme de métis, mais celui-ci est moins précis car il comprend plusieurs sortes de métissages, le terme mulâtre ne concernant lui que les personnes issues d'un parent blanc et d'un parent noir.

Sommaire

Vision historique

Contexte original du terme

La désignation des personnes selon leur couleur a eu une telle importance par le passé que chaque teinte entre le noir et le blanc avait son qualificatif. Dans les Antilles françaises, en Espagne, au Portugal, au Brésil et dans le sud des États-Unis comme dans plusrieurs autres Pays, l'importance de l'origine raciale ne s'arrêtait pas à la première génération. Une classification raciste selon la part de « sang noir » s'est mise en place, ainsi traditionnellement:

  • Un enfant issu d'une union noir-blanc est un mulâtre (mulâtresse)
  • Un enfant issu d'une union mulâtre-blanc est un quarteron (quarteronne)
  • Un enfant issu d'une union quarteron-blanc est un octavon (octavonne)
  • Un enfant issu d'une union mulâtre-noir est un câpre (câpresse) ou un griffe (griffonne)

Le terme quarteron signifie que l'individu a un quart de sang noir et octavon qu'il en a un huitième (les qualificatifs ont par exemple été utilisés concernant Alexandre Dumas père et fils).

En langue anglaise la division ne s'arrêtait pas à octoroon (l'équivalent d' octavon), on avait donc ensuite le quintroon (c’est-à-dire la cinquième génération à partir de l'ancêtre noir), nettement plus fréquent que son synonyme hexadecaroon (qui signifie que l'individu a un seizième de sang noir). Ces derniers qualificatifs ont probablement été très peu utilisés car à ce niveau les individus n'ont plus aucune caractéristique les différenciant des blancs ou supposés blancs à 100%.

Ces termes ont été inventés en majorité par les esclavagistes pour qualifier les catégories intermédiaires entre les maîtres et les esclaves, entre les « blancs » (ou « békés » aux Antilles) et les « nègres » ; ceux qu'ils ne considéraient pas encore comme des égaux mais plus vraiment comme des bêtes de somme. Inspirés de l'élevage animal, ces termes avaient indéniablement un but de classification raciste pour savoir qui pouvait être considéré comme un esclave ou non.

Statut social du mulâtre

Juan de Pareja, né d'un père espagnol et d'une mère esclave noire.
Velasquez (1650)

Le mulâtre jouissait jusqu’au milieu du XXe siècle dans les Antilles et en Amérique latine (également dans le sud des États-Unis) du prestige du sang blanc et de la force noire (chaque nuance de couleur correspondait dans l'imaginaire collectif à une valeur et à un statut social). En même temps le mulâtre suscitait, à cause de sa position, un sentiment de haine et d’agacement aussi bien chez les blancs que chez les noirs, certains préférant être employés par un blanc raciste que par un mulâtre.

Chaque famille (noire) avait pour ambition d'éclaircir son sang génération après génération car cela signifiait à terme échapper à la condition pauvre et à l'esclavage (s'affranchir par une couleur libre). Sous certaines conditions, l'enfant mulâtre pouvait être affranchi (cf Code noir), mais dans d'autres cas et dans des colonies autres que françaises même les octavons pouvaient rester esclaves.

C'est pourquoi certains mulâtres furent adeptes de l’éclaircissement du lignage familial et évitaient au maximum le contact avec les noirs, en se mêlant si possible aux blancs (ou supposés blancs). Ceci a été longtemps le cas au Brésil même après l’abolition de l’esclavage, c’est ce qu'on a appelé le branqueamento. Les noirs, les métis ou les indiens recherchant systématiquement une femme plus claire.

Utilisation du terme

Concernant l'étymologie du terme mulâtre, la comparaison des métis à des mulets est biologiquement fausse puisque le mulet, issu d'un cheval et d'une ânesse, deux animaux d'espèces différentes, est stérile, alors qu'un individu métis n'est bien sûr pas stérile. De surcroît, nous savons aujourd'hui que l'existence de races humaines est contredite par les résultats constants de la recherche en génétique depuis le milieu du vingtième siècle.

Bien qu'il soit issu des raisonnements racistes précités, le terme mulâtre a été tellement interiorisé, entretenu et traditionnellement utilisé, qu'il n'est aujourd'hui pas à proprement parler raciste ni péjoratif, à quelques exceptions près.

La population métisse, comme la population blanche, s'est appropriée ces classifications par nuance de couleur et il en reste des traces dans les mentalités et le langage, notamment aux Antilles françaises. D'autres termes antillais existent, et sont plus ou moins usités. Certains sont péjoratifs comme chapé coolie qui désigne les métis indiens, d'autres restent plus affectifs comme chabin (féminin: chabine) et désignent les métis à la peau claire (ou avec des yeux ou cheveux clairs). Ce terme chabin, chabine relatif aussi à l'hybride animal issu du mouton et de la chèvre.

En Amérique du sud, centrale et dans tous les pays des Antilles, l'utilisation du terme mulato ne fait aucun débat. Beaucoup s'identifient volontiers à ce terme, que ce soit à Haïti, au Brésil ou à Cuba.

Le terme mulato ou mulata est aussi utilisé en portugais pour désigner des métis mais au Brésil après 388 ans d’esclavage donc d’exploitation sexuelle des femmes noires, métisses et indiennes le terme de mulata est souvent synonyme de danseuse érotique de carnaval. Ces femmes sont parfois vues comme des femmes de milieu social pauvre et facile à séduire, toujours prêtes pour une relation sexuelle.

Aux États-Unis, le terme mulatto ayant autrefois été employé aussi pour les hybrides d'animaux, il est considéré comme raciste et insultant par certains, qui lui préfèrent biracial, alors que d'autres locuteurs anglophones considèrent que mulatto préserve une continuité qui fait défaut à biracial ou autres termes alternatifs.

La grande encyclopédie Larousse de 1974 donne comme synonyme à mulâtre le terme eurafricain.

Notes et références

  1. Les dictionnaires français n'indiquent pas le terme comme péjoratif, voir par exemple le dictionnaire Hachette.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe

Carminella Biondi, «  Le problème des gens de couleur aux colonies et en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Cromohs, 8 (2003), p. 1-12 [lire en ligne]


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mulâtre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mulâtre — mulâtre, mulâtresse [ mylatr, mylatrɛs ] n. et adj. • 1604; var. mulat, mulateXVIIe; fém. mulâtresse 1681; altér. de l esp. mulato « mulet, bête hybride » ♦ Homme, femme de couleur, né(e) de l union d un Blanc avec une Noire ou d un Noir avec une …   Encyclopédie Universelle

  • Mulatre — Mulâtre Enfant mulâtre avec sa mère espagnole et son père noir en Nouvelle Espagne par le peintre mexicain Miguel Cabrera (XVIIIe siècle). Le terme mulâtre (au féminin mulâtresse) désigne l individu né d un père noir et d une mère blanche,… …   Wikipédia en Français

  • mulâtre — (mu lâ tr ) adj. 1°   Qui est né d un nègre et d une blanche, ou d un blanc et d une négresse. Un domestique mulâtre. 2°   S. m. Un mulâtre. •   Le blanc avec la noire, ou le noir avec la blanche produisent également un mulâtre dont la couleur… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MULÂTRE — adj.des deux genres Qui est né d un nègre et d une blanche, ou d un blanc et d une négresse. Un valet mulâtre. Une servante mulâtre. Il se prend aussi substantivement. Un mulâtre. Une mulâtre. Quelques uns disent au féminin, Mulâtresse …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MULÂTRE — adj. des deux genres Qui est né d’un nègre et d’une blanche, ou d’un blanc et d’une négresse. Un domestique mulâtre. Une servante mulâtre. Substantivement, Un mulâtre. Une mulâtresse …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • La Vallée-Mulâtre — 50° 01′ 19″ N 3° 33′ 37″ E / 50.0219444444, 3.56027777778 …   Wikipédia en Français

  • La Vallee-Mulatre — La Vallée Mulâtre La Vallée Mulâtre Administration Pays France Région Picardie Département Aisne Arrondissement Arrondissement de Vervins Canton …   Wikipédia en Français

  • La vallée-mulâtre — Administration Pays France Région Picardie Département Aisne Arrondissement Arrondissement de Vervins Canton …   Wikipédia en Français

  • La scène d’Emmaüs (la mulâtre) — Artiste Diego Vélasquez Année vers 1618 1622 Type Peinture …   Wikipédia en Français

  • La Vallée-Mulâtre — País …   Wikipedia Español

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”