Apamée
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apamée (homonymie).
Apamée
Qal`at al-Madhīq, (ar) (قلعة المضيق) أفاميا
Le cardo d'Apamée, vu des thermes
Le cardo d'Apamée, vu des thermes
Localisation
Pays Drapeau de Syrie Syrie
Gouvernorat Hama
Coordonnées 35° 25′ 00″ Nord
       36° 23′ 00″ Est
/ 35.4166667, 36.3833333
Altitude 171 m
Syria location map.svg
Apamée
Apamée

Apamée, (grec moderne : Απάμεια, Apameia ; arabe : آفاميا, Afamia), actuellement Qal`at al-Madhīq est un site archéologique en Syrie, située près de l'Oronte, à 55 km au nord-ouest de Hama.

Histoire

L'occupation du site remonte au Paléolithique. À l'Âge du bronze, on peut probablement identifier le site avec la cité de Nija, connue par des textes égyptiens, akkadiens et hittites[1]. À l'époque perse (Ve siècle av. J.‑C.), la ville s'appelait Pharnaké. Après la conquête de la région par Alexandre le Grand elle prit le nom macédonien de Pella. Pendant la période hellénistique, l'empereur séleucide Séleucos Nicator la rebaptisa en l'honneur de son épouse perse Apame. La ville se développa à l'époque romaine: lors du recensement de Quirinus, elle comptait 117 000 hommes libres, soit quelques 500 000  habitants au début de l'ère chrétienne et faisait partie de la Tétrapole avec Laodicée, Antioche et Séleucie de Piérie. En 115, Apamée fut victime d'un tremblement de terre. La ville abrita les quartiers d'hiver de la IIe légion parthique. Le philosophe Jamblique y fonda une école néoplatonicienne. Au Ve siècle, elle devint le chef-lieu de la province de Syrie Seconde. Pendant la période byzantine, elle devint un archevêché. La ville eut fort à souffrir de la guerre qui opposa les Perses aux Byzantins sous le règne de l'empereur Héraclius. Après sa conquête par les Arabes au VIIe siècle, elle déclina lentement. Au XIIe siècle, Croisés et Musulmans se disputèrent le site, connu sous le nom d'Afamya[2]. Deux séismes particulièrement violents (1152 et 1170) détruisirent pratiquement complètement le site antique. Ce qui restait d'habitants se réfugia sur l'acropole antique surplombant la plaine, où se situe le village de Qal`at al-Madhīq («citadelle du défilé»).

Le site

Le cardo d'Apamée

Les ruines occupent une superficie de 250 hectares, dont une partie seulement a été fouillée. Les fouilles d'Apamée ne commencèrent qu'au XXe siècle, à l'initative du Belge Franz Cumont, qui avait visité la région en 1928. Financée par le FNRS et le Musée du Cinquantenaire, la première mission archéologique belge eut lieu en 1930. D'autres campagnes de fouilles suivirent tout au long des années 1930, sous la direction de Fernand Mayence et d'Henri Lacoste.

Les ruines datent principalement de l'époque romaine. Les Romains conservèrent le plan orthogonal de la ville hellénistique.

  • L'enceinte, longue de 7 kilomètres, est garnie de cinquante tours et de quatre portes. Elle date au moins partiellement de l'époque hellénistique avec des réfections à l'époque romaine et à l'époque byzantine. Elle a été restaurée à l'époque moderne.
Section de la colonnade du Cardo Maximus avec colonnes à cannelures torses (Musée du Cinquantenaire, Bruxelles)
  • Le Cardo Maximus était l'axe principal de la ville. Long de près de deux kilomètres et large de 24 mètres, il est bordé des deux côtés d'un portique de 7 mètres de large, construit au lendemain du tremblement de terre de 115. Il est constitué de colonnes lisses, de colonnes rudentées à cannelures droites et de colonnes à cannelures torses. Au croisement du Cardo et d'une rue latérale se dresse une colonne votive de 14 mètres de haut.
  • Le théâtre, d'un diamètre de 139 mètres est l'un des plus grands du monde antique[3]. Moins bien conservé que celui de Bosra, il servit de forteresse au Moyen Âge. On distingue encore la cavea et une partie du mur de scène.
Grande mosaïque de la Chasse
  • Parmi les demeures fouillées dans le quartier sud-est, on peut distinguer l'édifice « au triclinos », constitué d'un ensemble de près de 80 pièces autour d'un péristyle. Il servait peut-être de résidence au gouverneur de la Syrie seconde. Il est remarquable par ses nombreuses mosaïques : notamment la grande mosaïque de la Chasse ; la mosaïque des Amazones, en partie détruite et volée en 1968, restituée en 1974 ; une composition où apparaissent entre les Sept sages de la Grèce des paysages alexandrins ; une autre composition figurant , allégorie de la Terre, entourée des Saisons.
  • L'église à atrium fut bâtie en 420 à l'emplacement d'une synagogue qui possédait un pavement à mosaïques à décor géométrique. Elle doit son nom à l'atrium qui précède l'édifice.

Notes et références

  1. Jean-Charles balty, Guide d'apamée, Centre belge de recherches archéologiques à Apamée, 1981, p. 18
  2. Jean-charles Balty, op. cit., p. 34
  3. Jean-Charles Balty, op. cit. p. 148

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

  • Roger de Foix de retour de croisade donna à la ville de Pamiers, en Ariège, en France, son nom actuel en souvenir de ses faits d'armes à Apamée.

Liens externes

Bibliographie

  • Guy Rachet, Dictionnaire de l'archéologie, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1994, 1060 p. (ISBN 978-2-221-07904-1), « Apamée », p. 69-70 
  • Jean-Charles Balty, Guide d'Apamée, Centre belge de recherches archéologiques à Apamée, 1981.

Notes et références



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Apamée de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Apamee — Apamée Pour les articles homonymes, voir Apamée (homonymie). Apamée (Qal a al Madhīq) (ar) (قلعة المضيق) أفاميا …   Wikipédia en Français

  • Apamee (homonymie) — Apamée (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Apamée est un nom donné à nombre de cités de l époque hellénistique en l honneur de la première épouse de Séleucos Ier, Apama :… …   Wikipédia en Français

  • Apamée (Homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Apamée est un nom donné à nombre de cités de l époque hellénistique en l honneur de la première épouse de Séleucos Ier, Apama : Apamée, ville de… …   Wikipédia en Français

  • Apamée (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Apamé. Apamée est un nom donné à nombre de cités de l époque hellénistique en l honneur de la première épouse de… …   Wikipédia en Français

  • Apamée (Mésopotamie) — 37° 04′ 00″ N 37° 53′ 01″ E / 37.0667, 37.8836 A …   Wikipédia en Français

  • Poseidonios d'Apamée — Posidonios Posidonios (en grec ancien Ποσειδώνιος / Poseidốnios) est un philosophe grec stoïcien né à Apamée en 135 av. J. C. et mort à Rome en 51 av. J. C.. Il est le sixième scolarque du Portique, à la mort de Panaïtios de Rhodes en 112 av. J.… …   Wikipédia en Français

  • Posidonios d'Apamée — Posidonios Posidonios (en grec ancien Ποσειδώνιος / Poseidốnios) est un philosophe grec stoïcien né à Apamée en 135 av. J. C. et mort à Rome en 51 av. J. C.. Il est le sixième scolarque du Portique, à la mort de Panaïtios de Rhodes en 112 av. J.… …   Wikipédia en Français

  • Posidonius d'Apamée — Posidonios Posidonios (en grec ancien Ποσειδώνιος / Poseidốnios) est un philosophe grec stoïcien né à Apamée en 135 av. J. C. et mort à Rome en 51 av. J. C.. Il est le sixième scolarque du Portique, à la mort de Panaïtios de Rhodes en 112 av. J.… …   Wikipédia en Français

  • École néoplatonicienne d'Apamée — L’L école néoplatonicienne d Apamée (en Syrie) montrait une orientation vers la théurgie (la magie divine). Olympiodore le Jeune opposait chez les néoplatoniciens les contemplatifs aux théurgistes : Beaucoup, comme Porphyre et Plotin,… …   Wikipédia en Français

  • POSIDONIUS D’APAMÉE — (POSIDONIUS D’APAMÉE 135 POSIDONIUS D’APAMÉE 51) Philosophe stoïcien grec, élève de Panétius, Posidonius d’Apamée, après de nombreux voyages, se fixa à Rhodes, où Cicéron et Pompée vinrent entendre ses leçons. Tous ses écrits sont perdus: on n’en …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”