Apaches (Paris)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apache (homonymie).

Les Apaches (Bandes des Apaches ou Gang des Apaches) sont un gang du Paris de la Belle Époque composé de jeunes membres, qui ne dépassent souvent pas vingt ans. En 1902, deux journalistes parisiens, Arthur Dupin et Victor Morris, nomment ainsi les petits truands et voyous de la rue de Lappe et marlous de Belleville, qui se différencient de la pègre et des malfrats par leur volonté de s'afficher. Certains Apaches s'étaient fait tatouer un « œil de biche », une petite touche à l'encoignure des yeux.

Sommaire

Description

Les Apaches se déplacent en bandes, avec des accoutrements spécifiques qui leur permettent de se distinguer. L'élément le plus important de leur habillement réside dans les chaussures. Quelles qu'elles soient, elles se doivent de briller, surtout aux yeux de leur bande ou de leur dulcinée. Un apache n'hésitera d'ailleurs devant rien pour s'approprier la paire de bottines jaunes plus importante que son veston semi-ouvert sur une chemise fripée, le pantalon patte d'éph ou la casquette vissée au-dessus d'une nuque rasée. Originaires des quartiers hauts de l'est parisien, comme Ménilmuche ou Belleville, ils investissent à la nuit tombée la Bastoche ou la Mouff'. Pour subvenir à leurs besoins, ils pratiquent, selon leur âge et leur expérience, le bonneteau (arnaque de rue), le proxénétisme ou encore l'escroquerie. Certains sont d'ailleurs particulièrement violents, n'hésitant pas à commettre des homicides.

La présence et le rôle actif des femmes dans les méfaits attribués aux Apaches ainsi que le libéralisme des attitudes qu'elles adoptent et affichent volontairement tranchent avec les mentalités de l'époque. Un exemple particulièrement relaté dans la presse du rôle des femmes dans cet univers fut celui de Amélie Élie, immortalisée ensuite par Simone Signoret dans le film Casque d'or de Jacques Becker, et qui fut au centre d'une lutte entre deux souteneurs, Leca et Manda, en 1902.

Extrait du Petit Journal du 20 octobre 1907

« L'apache est la plaie de Paris.
Plus de 30 000 rôdeurs contre 8 000 sergents de ville. »
Le Petit Journal. 20 octobre 1907.

L'APACHE EST LA PLAIE DE PARIS

Plus de 30 000 rôdeurs contre 8 000 sergents de ville : L'apache est la plaie de Paris. Nous démontrons plus loin, dans notre « Variété », que, depuis quelques années, les crimes de sang ont augmenté dans d'invraisemblables proportions. On évalue aujourd'hui à au moins 30 000 le nombre de rôdeurs — presque tous des jeunes gens de quinze à vingt ans — qui terrorisent la capitale. Et, en face de cette armée encouragée au mal par la faiblesse des lois répressives et l'indulgence inouïe des tribunaux, que voyons-nous ?... 8 000 agents pour Paris, 800 pour la banlieue et un millier à peine d'inspecteurs en bourgeois pour les services dits de sûreté. Ces effectifs qui, depuis quinze ans n'ont guère été modifiés, sont absolument insuffisants pour une population dont l'ensemble — Paris et banlieue — atteint, le chiffre énorme de 4 millions d'habitants. C'est ce que nous avons voulu démontrer dans la composition si artistique et si vivement suggestive qui fait le sujet de notre première gravure.

Origine

Le Petit Journal illustré du 23 janvier 1910, indique les origines du terme : « J'ai vu souvent des gens s'étonner de cette dénomination appliquée aux jeunes rôdeurs parisiens, dénomination dont ceux-ci ce glorifient d'ailleurs, et il m'a paru curieux d'en rechercher l'origine. Je vous la donne telle qu'elle me fut contée. C'est au commissariat de Belleville que, pour la première fois, ce terme fut appliqué à nos jeunes malandrins des faubourgs. Ce soir-là, le secrétaire du commissariat interrogeait une bande de jeunes voyous qui, depuis quelque temps, ensanglantait Belleville par ses rixes et ses déprédations et semait la terreur dans tout le quartier. La police, enfin, dans un magistral coup de filet, avait réussi à prendre toute la bande d'un seul coup, et les malandrins, au nombre d'une douzaine, avaient été amenés au commissariat où le « panier à salade » allait bientôt venir les prendre pour les mener au Dépôt. En attendant, les gredins subissaient un premier interrogatoire. Aux questions du secrétaire, le chef de la bande, une jeune « Terreur » de dix-huit ans, répondait avec un cynisme et une arrogance extraordinaires. Il énumérait complaisamment ses hauts faits et ceux de ses compagnons, expliquait avec une sorte d'orgueil les moyens employés par lui et par ses acolytes pour dévaliser les magasins, surprendre les promeneurs attardés et les alléger de leur bourse ; les ruses de guerre, dont il usait contre une bande rivale avec laquelle lui et les siens étaient en lutte ouverte. Il faisait de ses exploits une description si pittoresque, empreinte d'une satisfaction si sauvage, que le secrétaire du commissariat l'interrompit soudain et s'écria : — Mais ce sont là de vrais procédés d'Apaches. Apaches !... le mot plut au malandrin... Apaches ! Il avait lu dans son enfance les récits mouvementés de Mayne Reid, de Gustave Aimard et de Gabriel Ferry... Apaches !... oui l'énergie sombre et farouche des guerriers du Far West était assez comparables à celle que déployaient aux alentour du boulevard extérieur les jeunes scélérats qui composaient sa bande... Va, pour Apaches! Quand les gredins sortiront de prison — ce qui ne dut pas tarder, vu l'indulgence habituelle des tribunaux — la bande se reconstitua sous les ordres du même chef, et ce fut la bande des « Apaches de Belleville ». Et puis le terme fit fortune. Nous eûmes bientôt des tribus d'apaches dans tous les quartiers de Paris : tant et si bien que le mot prit son sens définitif et qu'on ne désigna plus, autrement les rôdeurs de la grande ville. Aujourd'hui l'expression est consacrée ; la presse l'emploie journellement, car les apaches ne laissent pas passer un jour sans faire parler d'eux... Il ne manque plus que de la voir accueillie par le dictionnaire de l'Académie... »

Du fait divers à la mode : la « danse des Apaches » (Leo Rauth, 1911).

Le nom

Si beaucoup attribuent la paternité de l'expression aux rédacteurs en chef des principaux journaux de l'époque qui relataient les faits de ces voyous (Le Matin et Le Petit Journal), d'autres y voient une appropriation du nom par les délinquants eux-mêmes, encore imprégnés des histoires des derniers vrais Apaches, dont Géronimo lui-même, dans les années 1880.

Le phénomène

Une mise en avant croissante de grands procès apportent leur lot de fascination pour une frange de la population. Mais il faut sans doute aussi évoquer le rôle des grands journaux parisiens qui n'hésitèrent pas à mettre à la une les « exploits » de ces bandes et à entretenir ce sentiment d'insécurité, qui alimenta le phénomène.

Disparition

La population des faubourgs, initialement effrayée par ces bandes, de même que les patrons des troquets, les bougnats, des Auvergnats qui ne tardent pas à être assimilés aux yeux du peuple à ces malfrats, finissent par les lâcher sous la pression des journaux et les efforts de la police. En 1920, on abandonne le terme d'apaches, sans doute aussi à la suite des nombreuses pertes engendrées par la Première Guerre mondiale sur cette classe d'âge de la population.

Chansons et danses

Cette danse brutalement jouée et dansée, comprenait gifles et coups de poing, l'homme tire la femme par les cheveux, la jette à terre, la ramasse et la lance en l'air, alors qu'elle lutte ou feint l'inconscience. Ainsi, les concordances des actions de danse sont nombreuses avec la danse moderne, le rock acrobatique notamment, mais aussi les sports de combat et le catch. Dans certains cas, la femme peut se défendre et riposter. Voir:http://www.youtube.com/watch?v=yBtnszVQY6o&feature=related (Archive, Wikiwix, que faire ?).

Dans les années 1930, cette danse délaissant les bouges et les bas fonds sera surtout jouée dans les cabarets. Voir:http://www.youtube.com/watch?v=4QmzWNx7lrU&feature=related (Archive, Wikiwix, que faire ?).

  • Cette sous culture est également reliée à certains accessoires qui définiraient le "style apache", un style particulier, comprenant entre autres:
    • la casquette apache,
    • la chemise apache (fripée),
    • le couteau apache (un cran d'arrêt dénommé le surin ou l'eustache en argot), etc.

Chronologie des Faits divers apaches dans la presse de l'époque

  • 14 août 1904 : Rencontre d'Apaches et d'agents de police sur la place de la Bastille
  • 26 mai 1907 Pendant l'incendie d'une usine des bandits attaquent les agents et crèvent les tuyaux des pompes.
  • 7 juillet 1907 : Attaque d'une voiture cellulaire en plein Paris.
  • 22 septembre 1907 : Un fort de la Halle corrigea deux malandrins qui venaient de le dévaliser.
  • 19 mai 1907 : Atroce vengeance d'un rôdeur.
  • 18 février 1906 : Exploit d'apaches marseillais ; Dramatique cambriolage d'une bijouterie.
  • 10 mars 1907 : Victime du devoir ; Officier de paix blessé par un malfaiteur.
  • 3 mars 1907 : Une rafle dans un bar
  • 14 juillet 1907 : Émeutes du 1er mai à Paris — charge de cavalerie
  • 28 juillet 1907 : La brigade canine opère une rafle au bois de Boulogne

Lien interne

Filmographie

Bibliographie

  • Dominique Kalifa, L'Encre et le Sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, 352 p.
  • Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, 331 p. Compte rendu par Arnaud-Dominique Houte, Le Mouvement Social, n°226 (janvier-mars 2009)
  • Michelle Perrot, « Les "Apaches", premières bandes de jeunes », in Les marginaux et les exclus dans l'histoire, Cahiers Jussieu n° 5, Université Paris 7, Christian Bourgois Éditeur, collection « 10/18 », 1979. Article repris in Les ombres de l'histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001.
  • Odile Roynette, « Les Apaches à la caserne », in La Plume et le sabre. Mélanges offerts à Jean-Paul Bertaud, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 353-368.
  • C. Bettina Schmidt, « Élucider les images des "apaches". Pratiques, logiques et limites des enquêtes (1900-1914) », in Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), L'enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle, Paris, Éditions Créaphis, 2007, p. 349-360.
  • Jean-Claude Farcy, « Essai de mesure de la délinquance juvénile dans le Paris du XIXe siècle », in (collectif), Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 33-48.
  • Marc Tardieu, Les apaches de Belleville, P. Galodé éditeur, 2009. (roman)

Références



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Apaches (Paris) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Apaches — Pour les articles homonymes, voir Apache (homonymie). Apaches …   Wikipédia en Français

  • Apaches (Amerique) — Apaches Pour les articles homonymes, voir Apache (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Apaches (Amérindiens) — Apaches Pour les articles homonymes, voir Apache (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Apaches (Amérique) — Apaches Pour les articles homonymes, voir Apache (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Paris (Film) — Filmdaten Originaltitel Paris Produktionsland USA …   Deutsch Wikipedia

  • Les Apaches — bzw. Société des Apaches war eine französische Künstlergruppe. Um 1900 trafen sich verschiedene Maler, Schriftsteller und andere Künstler regelmäßig in Paris. Bald schon bildete sich eine feste Gruppe, die sich regelmäßig Samstags in der Wohnung… …   Deutsch Wikipedia

  • Societe des Apaches — Société des Apaches Pour les articles homonymes, voir Apache (homonymie). La Société des Apaches (ou simplement Les Apaches) était un groupe artistique français formé vers 1900 et composé principalement de musiciens et d écrivains. Origines Le… …   Wikipédia en Français

  • Société des apaches — Pour les articles homonymes, voir Apache (homonymie). La Société des Apaches (ou simplement Les Apaches) était un groupe artistique français formé vers 1900 et composé principalement de musiciens et d écrivains. Origines Le nom Apache, signifiant …   Wikipédia en Français

  • Société des Apaches — Pour les articles homonymes, voir Apache (homonymie). La Société des Apaches (ou simplement Les Apaches) était un groupe artistique français formé vers 1900 et composé principalement de musiciens et d écrivains. Origines Le nom Apache, signifiant …   Wikipédia en Français

  • Bals De Paris — Le bal de l Opéra, en 1873, vu par Édouard Manet. Article principal : Bal. Des bals ont existé de tout temps, peut être à Lutèce, sous les gallo romains, sûrement au Moyen Âge et à la Renaissance, où i …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”