Montmorillon

Montmorillon

46° 25′ 37″ N 0° 52′ 18″ E / 46.4269, 0.8717

Montmorillon
l'Hôtel de Ville
l'Hôtel de Ville
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
(sous-préfecture)
Canton Montmorillon
(chef-lieu)
Code commune 86165
Code postal 86500
Maire
Mandat en cours
Yves Bouloux
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Montmorillonnais
Démographie
Population 6 514 hab. (2007 Insee)
Densité 114 hab./km²
Gentilé Montmorillonnais
Géographie
Coordonnées 46° 25′ 37″ Nord
       0° 52′ 18″ Est
/ 46.4269, 0.8717
Altitudes mini. 82 m — maxi. 168 m
Superficie 57,00 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

MontmorillonPrononciation du titre dans sa version originale est une commune française, située dans le département de la Vienne et la région Poitou-Charentes.

Ses habitants sont appelés les Montmorillonnais[1].

Sommaire

Géographie

La ville est située à 50km au Sud-Est de Poitiers et à 90km au nord-ouest de Limoges. Le territoire communal est traversé par la rivière Gartempe. Elle est desservie par la ligne TER Poitiers-Limoges.

Géologie

La ville de Montmorillon a donné son nom à la montmorillonite, un constituant de certaines variétés d'argile. Cette substance est utilisée contre la gastro-entérite.

Histoire

Au Moyen Âge, Montmorillon possédait un château-fort. Il se situait au sommet d'une falaise, près de l'église Notre-Dame ; il n'en reste aucune trace aujourd'hui.

La fondation à Montmorillon, par Pierre du Marché, de la plus ancienne confrérie laïque d'assistance connue en Poitou, obtient confirmation épiscopale et pontificale en 1107 lors du concile de Reims. C'est sur de ce terreau que l'Hôtel Dieu de la ville se développe ensuite. L'établissement est fortifié au cours de la Guerre de Cent Ans.

Ruiné par les guerres de Religion, l'Hôtel Dieu est relevé par l'ordre des Augustins réformés, qui assument sa mission de soins médicaux et de charité jusqu'à la Révolution.

Sous l'Ancien Régime, la ville était le siège d'une sénéchaussée royale.

L'instauration de nouveaux impôts provoquait parfois une solidarité inter-classes : ainsi, en 1707, lors de l'établissement de nouvelles aides sur le vin, le maire lui-même provoque la résistance et l’insurrection. Il est jugé responsable de l’émeute qui a suivi[2].

Comme le reste de la France, Montmorillon accueille favorablement les avancées de la Révolution française. Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires[3]. Chef-lieu du district de Montmorillon à partir de 1790, puis sous-préfecture à partir du Consulat, Montmorillon conserve également un tribunal d'instance depuis cette époque.

Au XIXe siècle il y avait une bibliothèque catholique gratuite, une bibliothèque des jésuites, une bibliothèque au Petit séminaire et une bibliothèque "S.P. Montis Maurilionis".

Transformé en Petit Séminaire au XIXe siècle, l'Hôtel Dieu a longtemps été une pépinière scolaire et un berceau de vocations ecclésiastiques.

Pour célébrer la victoire de la République et du droit des peuples, un arbre de la liberté est planté à la fin de la Première Guerre mondiale, place de la Victoire. Il est replanté devant la gendarmerie[4].

En écho à la contestation sociale nationale du début de 2009, une manifestation a lieu le 19 mars à Montmorillon, qui rassemble 300 personnes[5].

Emblèmes

Héraldique

Article détaillé : Armorial des communes de la Vienne.
Blason Blasonnement
De gueules à la tour d'or, au chef cousu de sable chargé de quatre pals aussi d'or.


Économie

L'usine de meubles de cuisine : Domoform (anciennement usine Ranger), appartenant au groupe Snaidero était la dernière industrie de la commune. Elle a fermé ses portes pour des raisons économiques en 2006.

La ville a une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de la Vienne.

Administration

Panneau d'entrée de Montmorillon
Liste des maires de Montmorillon depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
        mort en fonctions
3 octobre 1952 1977 Jean-Marie Bouloux[7] UCDP conseiller général, sénateur
mars 1977 mars 1989 Jean Bertrand    
mars 1989 juin 1995 Philippe Charpentier socialiste (ps) conseiller régional
1995 mars 2008 Guillaume de Russé[8] UMP  
mars 2008   Yves Bouloux[9] Centriste[7] fils de Jean-Marie Bouloux

Démographie

Évolution démographique de Montmorillon
Années 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
Population 3 121 2 843 3 313 3 174 3 608 4 157 4 672 4 768 5 228
Années 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 4 968 5 130 5 203 5 010 5 105 5 128 5 158 5 268 5 284
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 5 176 5 051 4 994 4 583 4 766 4 507 4 754 5 410 5 524
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 -
Population 5 743 6 034 6 685 6 954 6 667 6 898 6 584 6 514[10] -
Notes, sources, ... De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; 2006 : population municipale légale.
Sources : INSEE [11] et Ldh/EHESS/Cassini [12].

Spécialités culinaires

  • Le macaron, fabriqué par l'entreprise Rannou-Métivier.
  • Le méchoui traditionnel : un mouton ou un agneau à la broche, souvent farci avec un mélange d'oseille, de pain, de lait et de lard gras (composantes principales du fard poitevin, ou encore du farci poitevin), accompagné de haricots blancs ("la favée" en patois), cuits avec un gros oignon piqué de clous de girofle. Les anciens y mettent encore le "gravé", bouts de lards gras roussis, et incorporés aux haricots avec le gras fondu.
  • Le mijet (ou mijot) : mélange de vin, de sucre et de pain. Recette rafraîchissante, qui donne lieu à une fête locale très connue, tous les ans, au lieu dît "les mâts de Saulgé". Le mijet peu se décliner en "soupe à l'ajasse", où l'on remplacera le vin par du lait, et qui sera destiné aux enfants.

Personnalités liées à la commune

  • La romancière Régine Deforges en est originaire. Elle a participé à la création du salon biennal du livre de Montmorillon. Elle est aussi à l'origine de l'idée de la Cité de l'Écrit et des métiers du livre.
  • Jean-Baptiste Onésime Dutrou-Bornier, né le 19 novembre 1834 à Montmorillon et arrière-petit-fils du précédent. Aventurier des mers lointaines, adepte de la contrebande, il est breveté capitaine au long cours dans la marine marchande en 1860 et s'établit comme colon à l'île de Pâques en 1867. Ayant séduit Koreto, la reine de l'île, il devient chef du gouvernement puis "roi de l'île de Pâques". Il y meurt dans des conditions mystérieuses (assassiné par un rival ?) le 6 août 1876.
  • Jean-Mary Belliard, né le 19 novembre 1909 à Mortioux, près de Jouhet et décédé à Montmorillon le 13 novembre 1963. Engagé en politique dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, résistant, RPF, puis RS, (proche de Jacques Soustelle), en 1954, il est nommé secrétaire national du mouvement poujadiste UDCA qu'il quitte en 1956, en désaccord avec la ligne défendue par Pierre Poujade. Il se consacrera alors à l'animation et au développement de la cité.Elu président de l'UCIA (Union du commerce de l’industrie et de l’artisanat), il organise des Quinzaines commerciales dans la ville et de nombreuses actions pour la promotion de la vie économique de l'arrondissement. En 1955, il crée avec J. Legoubin, pilote, et Martell, (un ancien des Forces aériennes françaises libres, compagnon de Clostermann, l’Aéroclub de la Planche et y organise deux meetings aériens en 1955 et 1956. Fondateur et animateur du Bridge-club, président du Syndicat d'Initiative en remplacement de Henri Lamberton, autre acteur important de la vie locale, il obtient ainsi le classement, comme monument historique, du prieuré de Villesalem en 1961. Il est, avec le président De Fontaines, à l'initiative de la valorisation de la race de moutons La Charmoise.
  • Bernard Harent[13], né le 24 juillet 1916 à Montmorillon. Sous-officier de carrière, il était stationné au Liban comme sergent fourrier au 24e régiment d'infanterie coloniale lors de l'armistice de 1940. Membre d'un détachement qui rallie la France libre dès juillet 1940, il intègre le 1er bataillon d'infanterie de marine et combat en Libye et en Syrie. Promu aspirant, il rejoint en 1942 les commandos parachutistes de l'infanterie de l'air, et participe aux raids du désert et aux opérations spéciales de l'armée britannique en Afrique. Il est cité à l'ordre de la nation par le général de Gaulle en 1943 après un raid en profondeur en Tunisie. Parachuté en Bretagne le 10 juin 1944 pour encadrer le maquis de Saint-Marcel, le sous-lieutenant Harent est tué au combat à Plumelec trois jours plus tard. Chevalier de la légion d'honneur. Créé Compagnon de la Libération à titre posthume par décret du 29 décembre 1944.
  • Isabelle Moreau né le 14 mai 1977 à Montmorillon. Journaliste de la rédaction de i>Télé, elle a appartenu à l’équipe des journalistes sportifs de Canal+ et a co-présenté le Canal Football Club durant trois saisons de 2008 à 2011.

Sur le plan artistique, la "belle endormie" et ses environs ont su inspirer des artistes peintres. On peut citer, de manière non exhaustive :

  • Raoul Carré, né à Montmorillon le 23 octobre 1868 et décédé le 2 octobre 1933 à Paris.
  • Jehan Berjonneau, né à Montmorillon le 26 décembre 1890, mort en 1972.
  • Raoul Etève, né le 23 juillet 1902 et décédé le 22 juin 1967 à Auxerre (Yonne).
  • Gratiant Emmanuel,né le 27 avril 1881 au Dorat (Haute-Vienne) et décédé le 9 mars 1950.

Lieux et monuments

Montmorillon est classée ville d'art et d'histoire.

Vue sur Montmorillon depuis la rive gauche de la Gartempe
  • Site archéologique de "la Piscine": découvert en 1966 par Pierre Marcel, ce site témoigne de l'activité des "chasseurs-cueilleurs" dans le Département de la Vienne. Ils se sont arrêtés sur les bords de La Gartempe à maintes reprises entre -16 000 et - 12 000 ans.
  • Octogone de Montmorillon (XIIe siècle)
  • Église Notre-Dame (XIIe-XIVe siècle) et sa crypte avec une très belle fresque murale du XIIe siècle, relatant le couronnement de Catherine d'Alexandrie. Elle a la particularité d'avoir un côté sans fenêtres ; la raison en est historique : à l'époque des Guerres de Religion, les fenêtres du côté le plus difficile à défendre ont été murées.
  • Maison-Dieu (chapelle Saint Laurent : façade et frise XIIe siècle et peintures murales XIXe siècle), classée monument historique depuis la première liste des monuments historiques de 1840.
  • Église Saint-Martial : l'église actuelle a été édifiée à partir de 1861 et achevée 20 ans plus tard en 1881. Elle fut construite à l'emplacement d'une église romane mentionnée dans les textes en 1138-1151 et qui dépendait dès sa fondation de l'abbaye Saint-Martial de Limoges. De l'église primitive, il subsiste la tour carrée, sans doute la base de l'ancien clocher, et l'ancienne abside du chœur. Construite dans un style néo-gothique, très apprécié au cours du XIXe siècle, la nouvelle église Saint-Martial reçoit un mobilier dans le même style : chaire à prêcher, autels et surtout Grand-Orgue du facteur bordelais Georges Wenner[1]. La grande homogénéité de l'ensemble reflète de manière assez remarquable le dynamisme des « curés bâtisseurs » de la seconde moitié du XIXe siècle, et la générosité de la piété populaire. On retrouve d'ailleurs les portraits ou encore les saints patrons des bienfaiteurs (Moussac, Lalande) dans les vitraux historiés qui viennent compléter la décoration de l'église.
  • Chapelle des grandmontains : elle est utilisée comme salle d'exposition. Ce bâtiment date de plusieurs siècles, il a été utilisé initialement par l'ordre des moines de l'ordre de Grandmont. A priori, ce bâtiment ne leur servait pas de chapelle ; il est appelé chapelle improprement, par abus de langage.
  • La lanterne des morts.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Événements

  • Les Musicales de Saint-Martial

A l'occasion des 130 ans du Grand-Orgue Wenner de l'église Saint-Martial de Montmorillon, l'association Orgues en Montmorillonnais propose un rendez-vous musical autour de l'instrument. Retrouvez la programmation des concerts et toutes les informations sur le blog des "Musicales": [2]


  • Le Festival "Classiquement vôtre".

Créé en août 2010, cette manifestation, organisée par la Ville, regroupe sur scène quelques un des grands noms actuels de la musqiue classique: C. Waren Green, Mikhail Rudy, Bernard Soustrot, Mauro Maur...


  • La Cité de l'écrit et des métiers du livre.

La Cité se situe au coeur du quartier médiéval qui se délabrait avant l'ouverture du site (juin 2000). Les bâtiments ont été achetés, rénovés et sont loués par la ville avec le soutien financier du département, de la Région et de l'Union européenne. On y trouve aussi bien des bouquinistes, spécialistes du livre ancien et d'occasion, que des artisans des métiers du livre : Calligraphe, illustrateur.

Jumelages

Panneau de jumelage de Montmorillon

Films tournés à Montmorillon

Certaines scènes du film Un long dimanche de fiançailles ont été tournées sur le terrain militaire de Montmorillon le 13 octobre 2003.

En 2001, Jérôme Courtioux a réalisé un film d'une heure vingt sur la ville, intitulé Montmorillon, la belle histoire..., avec la participation de Pierre Bellemare.

Un documentaire sur l'octogone a été tourné durant sa rénovation (1997-1999).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Sources

Notes

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 27/09/2008.
  2. Jean Nicolas, La Rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris : Gallimard, 2008. Collection Folio, ISBN 978-2-07-035971-4, p. 161
  3. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 173 et 178
  4. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 223
  5. Didier Monteil, « Plus fort que l’anti-CPE et le 29 janvier », La Nouvelle République, n° du 20 mars 2009, p 43
  6. Jean-Henri Calmon, Occupation, Résistance et Libération dans la Vienne en 30 questions, Geste éditions, coll. « 30 questions », Jean-Clément Martin (dir.), La Crèche, 2000, 63 p. (ISBN 2-910919-98-6), p 19
  7. a et b Sénat, Notice de Jean-Marie Bouloux, mise à jour le 13 septembre 2010 et consultée le 13 septembre 2010
  8. Marianne d'Or 2006
  9. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  10. Recensement de la population au 1er janvier 2007 sur INSEE. Consulté le 8 janvier 2010
  11. Montmorillon sur le site de l'Insee
  12. Site "Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui"
  13. Notice B.Harent Compagnon de la Libération

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Montmorillon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Montmorillon — Escudo …   Wikipedia Español

  • Montmorillon — Montmorillon …   Deutsch Wikipedia

  • Montmorillon — Montmorillon …   Wikipedia

  • Montmorillon — (spr. Mongmorilljong), 1) Arrondissement im Departement Vienne; hat 36,28 QM. u. 50,000 Ew.; 2) Hauptstadt darin, an der Gartempe; Woll u. Viehmärkte, Gerberei, alter Druidentempel; 5000 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Montmorillon — (spr. mong morijóng), Arrondissementshauptstadt im franz. Depart. Vienne, an der Gartempe, Knotenpunkt der Orléansbahn, hat eine gotische Kirche Notre Dame aus dem 11.–13. Jahrh. mit Krypte und allen Fresken, eine Begräbniskapelle (Oktogon) aus… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Montmorillon — (spr. mongmorĭjóng), Stadt im franz. Dep. Vienne, an der Gartempe, (1901) 5176 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Montmorillon — Original name in latin Montmorillon Name in other language Monmorijon, Mons Morillonis, meng te mo li long, monmoriyon, Монморійон State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 46.43333 latitude 0.86667 altitude 115 Population 7960 Date… …   Cities with a population over 1000 database

  • Montmorillon (Arrondissement) — Arrondissement Montmorillon Staat Frankreich Region Poitou Charentes Département Vienne Unterpräfektur Montmorillon Einwohner – insgesamt …   Deutsch Wikipedia

  • Gare de Montmorillon — Montmorillon Le BV Localisation Pays  …   Wikipédia en Français

  • Octogone de Montmorillon — L Octogone Présentation Culte Catholique romain Type Chapelle Début de la …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.