Antoine de sartine

Antoine de Sartine

Antoine de Sartine
portrait d'Antoine de Sartine par Joseph Boze, 1787. Musée Lambinet, Versailles
portrait d'Antoine de Sartine par Joseph Boze, 1787.
Musée Lambinet, Versailles

Naissance 12 juillet 1729
Barcelone
Décès 7 septembre 1801
Tarragone
Nationalité France France
Profession(s) homme politique

Antoine Raymond Juan Gualbert Gabriel de Sartine (ou Sartines), comte d’Alby (Barcelone, 12 juillet 1729Tarragone, 7 septembre 1801) est un homme politique français, conseiller 1752, lieutenant criminel 1755 au Châtelet à Paris, il est lieutenant général de police (1759–1774), puis ministre de la Marine sous Louis XVI.

Sommaire

Origines

Son père, Antoine Sartine ou Sardine, bourgeois de Lyon, fils d'épicier devenu financier, est établi en Espagne au début du XVIIIe siècle où il jouit des faveurs de Philippe V. Chargé du ravitaillement des troupes françaises pendant la guerre de Succession d'Espagne, il en vient à siéger au conseil des finances du roi, qui lui accorde le titre de chevalier. Il est nommé comme intendant en Catalogne.

Il prend pour épouse Catherine Wilts, comtesse d'Alby, dame d'honneur de la reine d'Espagne, fille de Charles Wilts secrétaire d'État pour le Royaume d'Irlande.

Les premières années françaises

Antoine Raymond de Sartine fut envoyé en formation auprès de Charles Colabeau, homme d'affaires et ami de son père. Il obtient des lettres de nationalité en 1752, achète la charge de lieutenant criminel au Châtelet la même année, est anobli en 1755, et enfin épouse, en 1759, la petite-fille de Charles Colabeau, Marie-Anne Hardy du Plessis. Après cela, bien vu en cour, il est nommé successivement aux offices de lieutenant général de police (du 22 novembre au mois de mai 1774), de maître des requêtes (9 décembre 1759), et quelques années plus tard de directeur de la Librairie (1763 – 1774). En 1767, il est fait conseiller d'État.

La lieutenance générale de police

S'attachant à améliorer les services de la capitale, notamment ceux de l'approvisionnement (il active la construction de la halle au blé), de l'éclairage, il fait établir des lanternes à réverbère ainsi que la sécurité publique, Sartine fait de Paris le modèle des capitales européennes. Il substitue également aux tripots clandestins des maisons de jeu surveillées par ses agents et taxées au profit du fisc.

Excellent administrateur et politique habile, Sartine prend à bras le corps les problèmes d’hygiène, d’approvisionnement et de police en général lors de sa lieutenance. Les papiers à la main lui prêtent des manœuvres occultes, l'accusant d'avoir entretenu un « cabinet noir » et nombres d'ouvrages révolutionnaires devaient lui supposer un réseau d'espionnage dans la capitale. Ainsi, pour Pierre Manuel :

« lorsque le libertin Sartine poursuivait les citoyens jusques sous leurs toits tutélaires qu’il épiait même les secrets honteux de leurs nuits, ce n'était que pour égayer un roi, plus libertin encore, de toutes les nudités du vice ; c'était pour fournir à son maître des exemples et des excuses, comme si son autorité et sa conscience en avaient eu besoin[1] ! »

Le secrétaire d'État à la Marine

Proche du « parti Choiseul », il accède au Secrétariat d’État à la Marine en 1774, place qu'il occupe jusqu'en 1780. Sous son ministère, il tente de rationaliser l'administration de la Marine. Ainsi, il s'intéresse de près aux fonderies en créant en particulier celle de l'Indret. Il confie au chevalier de Fleurieu la direction des ports et des arsenaux royaux. Sartine entreprend là aussi de grandes réformes mise aux points par sept ordonnances 1776. La haute main sur la Marine est donnée aux officiers au détriment des administrateurs civils. Les constructions navales sont activement poussées. Enfin la qualité du corps des officiers recruté surtout dans la noblesse, est même considérablement amélioré. Cette politique devait porter ses fruits lors de la guerre d'indépendance américaine dans laquelle il mit à profit son expérience du renseignement acquise dans la Police. Les historiens évoquent une « phase Sartine » qui aurait précédée une « phase Castries » dans la chronologie des opérations militaires.

Mais Sartine ne sait endiguer le gaspillage de ses officiers et en 1780, accusé par Necker de détournement dans les caisses de l'État - on parle d'une somme de vingt millions - il est disgracié le 14 août de la même année par Maurepas. Le roi Louis XVI lui accorde néanmoins une gratification de 150 000 livres et une pension de 70 000 livres.

Détesté pour son usage « arbitraire » des Lettres de cachet, stigmatisé par les libellistes, inquiété par les événements de 1789, il émigre dès 1790 en Espagne où il meurt sans revoir la France. Il évite ainsi le sort de son fils, Charles-Louis-Antoine de Sartine, et de sa bru, qui, restés à Paris, seront guillotinés sur l'échafaud au procès des chemises rouges, le 29 prairial an II (17 juin 1794).

Au cinéma

Annexes

Notes et références

  1. La Police de Paris dévoilée, Paris Garnery, 1791, 2 vol, in –8. t. II, p. 86.

Articles connexes

Bibliographie

  • Arnaud de Maurepas, Antoine Boulant, Les ministres et les ministères du siècle des Lumières (1715-1789). Étude et dictionnaire, Paris, Christian-JAS, 1996, 452 p.
  • Marc Chassaigne, La lieutenance générale de police de Paris, Paris, 1906.
  • Joseph Droz, Histoire du règne de Louis XVI, Renouard libraire, Paris, 1839, t. II, p. 360.
  • Alain Decaux, André Castelot (dir.), Le Grand dictionnaire d'histoire de France, Librairie Perrin, 1979.
  • Louis-Gabriel Michaud (ed.), Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, 1843-1865, t. 38, p. 36 – 38.
  • Jacques Michel, Du Paris de Louis XV à La Marine de Louis XVI. L'œuvre de Monsieur de Sartine. Tome I: La vie de la capitale, Paris, 1983.
  • Idem, « Antoine de Sartine, secrétaire d’État de la Marine et des Colonies (1774 – 1780) », Neptunia, n° 155, 1984.

Liens et documents externes

  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
Ce document provient de « Antoine de Sartine ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Antoine de sartine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Antoine de Sartine — Antoine Raymond Jean Gualbert Gabriel de Sartine, comte d Alby (July 12, 1729 mdash; September 7, 1801) was a French statesman who served as Lieutenant General of Police of Paris (1759 1774) during the reign of Louis XV and as Secretary of State… …   Wikipedia

  • Antoine De Sartine — portrait d Antoine de Sartine par Joseph Boze, 1787. Musée Lambinet, Versailles Naissance …   Wikipédia en Français

  • Antoine de Sartine — portrait d Antoine de Sartine par Joseph Boze, 1787. Musée Lambinet, Versailles Naissance …   Wikipédia en Français

  • Antoine de Sartine — Antoine Raymond Juan Gualbert Gabriel de Sartine, Comte d’Alby, (* 12. Juli 1729 in Barcelona; † 7. September 1801 in Tarragona) war ein französischer Politiker, der von 1759 bis 1774 Polizeipräfekt von Paris (Lieutenant général de police) und… …   Deutsch Wikipedia

  • Antoine Raymond Juan Gualbert Gabriel de Sartine — Antoine de Sartine Antoine Raymond Juan Gualbert Gabriel de Sartine, Comte d’Alby, (* 12. Juli 1729 in Barcelona; † 7. September 1801 in Tarragona) war ein französischer Politiker, der von 1759 bis 1774 Polizeipräfekt von Paris (Lieutenant… …   Deutsch Wikipedia

  • Charles de Sartine — Charles Louis Antoine de Sartine, né le 27 octobre 1760 à Paris où il a été guillotiné le 29 prairial an II, est un maître des requêtes français. Fils unique du lieutenant de police et ministre d’État Antoine de Sartine, Charles de… …   Wikipédia en Français

  • Sartine — Antoine de Sartine Antoine Raymond Juan Gualbert Gabriel de Sartine, Comte d’Alby, (* 12. Juli 1729 in Barcelona; † 7. September 1801 in Tarragona) war ein französischer Politiker, der von 1759 bis 1774 Polizeipräfekt von Paris (Lieutenant… …   Deutsch Wikipedia

  • Antoine Sartine — For the French statesman, see Antoine de Sartine. Antoine Sartine (1681 ndash; 1744), later known as Antonio de Sartine, was a French born financier and Spanish administrator.Born in Lyon, France, within a family of shopkeepers, he became… …   Wikipedia

  • Antoine Sartine — Première page de l ordenanza (édit) de 1735 réformant le cadastre de Catalogne. Antoine Sartine (1681 – 1744), connu ensuite sous le nom de Antonio de Sartine, était un financier d origine française et un administrateur espagnol. Né à Lyon, en… …   Wikipédia en Français

  • Sartine — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le patronyme Sartine a été porté par plusieurs personnes : Antoine Sartine, ou Antonio de Sartine, financier français anobli par Philippe V d Espagne …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”